AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277119504
Éditeur : J'ai Lu (04/02/1993)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Deux respectables demoiselles, amies de toujours, adorablement différentes... mais qui se complètent à merveille. Marguerite, le front dans les nuages, lit, écrit, rêve... Germaine, douée d'un impérieux sens pratique, règne sur leur vaste appartement. Si vaste qu'elles vont en louer une pièce. A une et dame », dira l'annonce.
Et c'est Paul qui apparaît. Timide, ingénu, désarmant...
Avec lui, dans la sage demeure, entrent alors la folie douce, l'humour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
mumuboc
  12 septembre 2018
Après Viou et étant un peu déçue de ma relecture de ce roman lu il y a des années et que j'avais beaucoup aimé, je ne voulais pas rester sur cette impression, donc j'ai repris ce roman que j'avais aussi lu et j'ai pensé que le sujet était très original : co-locataires, femmes, livres etc… Et je ne le regrette pas.
L'auteur dépeint dans son récit l'étrange co-habitation entre deux femmes : Marguerite Cossoyeur 55 ans, célibataire, propriétaire d'un bel et grand appartement dans un riche quartier de Paris mais qui est obligée de prendre une colocataire il y a plus de 15 ans car la fortune familiale n'est plus ce qu'elle était. La co-locataire, Germaine Taff, comptable et divorcée est devenue une amie, ne payant plus de loyer au fil du temps mais partageant les frais de fonctionnement.
C'est elle qui impose sa marque : elle donne son avis sur tout, dit ce qu'il faut faire, pas faire, allant jusqu'à brimer la douce Marguerite qui passe ses journées à la Bibliothèque Nationale afin d'écrire la biographie d'un général-poète russe (rien à faire dans les romans de cet auteur il y a toujours une référence russe). Autoritaire, Germaine, est, elle aussi une sorte de générale : tout passe par elle et elle donne son avis sur tout, même sur le choix de la future locataire, Marguerite n'osant pas la contredire :
Je n'aime pas les vieux, dit Germaine. Un point c'est tout. Ils sont impotents, rabâcheurs, ils ont des maladies. Un jour ou l'autre, nous devrions la soigner, ta Valentine Ivanovna, nous transformer en infirmières. Pour une bonne femme qui ne nous est rien. D'ailleurs, même si elle se portait comme un charme, je ne voudrais pas avoir cette personne à mes côtés. Les rides des autres, ça me donne le cafard ! (p33)
Autant Marguerite est timide, douce, dévouée et attentive au monde qui l'entoure, n'aspire qu'à une vie calme au milieu de ses recherches historiques, autant Germaine est une boule de nerfs en colère, égoïste, caractérielle et agressive.
Il n'y a pas de confrontation car Marguerite, bien que propriétaire de l'appartement, cède, plie jusqu'au jour où Paul se présente pour louer la chambre inoccupée et sera le déclencheur chez Marguerite d'une révolte, douce mais inhabituelle chez cette femme. Elle lui pardonne tout, elle accepte toutes ses excencitrés car il amène de la vie, un petit grain de folie dans l'existence si bien rodée et installée par Germaine.
J'ai trouvé que l'auteur avait parfaitement rendu l'ambiance de cet appartement un peu défraîchi mais plein de charmes et de souvenirs, les caractères sont parfaitement décrits, on s'imagine même leurs physiques. Il y a des scènes très émouvantes, d'autres révoltantes par le comportement de Germaine. C'est une étude psychologique d'un duo peu ordinaire.
Un roman qui se lit vite, une écriture fluide, rapide et moderne. Quelle belle étude de personnages : il pourrait tout à fait être écrit de nos jours, le contraste entre les différentes personnalités, les échanges et les pensées sont très bien restitués.
Un jeune homme au milieu de ce couple de femmes si mal assorties mais qui ont besoin l'une de l'autre pour des raisons différentes, un jeune homme qui n'est peut être pas aussi lisse qu'il y paraît, qui va être le petit grain de sable qui va dérégler la machine si bien huilée de Germaine…..
Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
catherinewachel
  07 mars 2018
j'ai adoré. Marguerite , rêveuse, timide ne voulant déranger personne et Germaine, pragmatique, dominante. Deux caractères qui s'opposent mais qui
vont si bien ensemble. Arrive Paul pour louer la chambre de l' immense maison que Marguerite a hérité de ses parents. Paul, l'optimisme pur , le rêveur, le conciliant qui va se jouer de Germaine et se mettre Marguerite dans la poche !! Après avoir lu "Viou" et " La neige en deuil" , je ne me lasse pas de l'écriture simple et réaliste de Troyat.
Commenter  J’apprécie          10
luis1952
  10 octobre 2011
Très bon roman de Troyat.
La ville de Paris au siècle passé.
Marguerite et Germaine, deux dames célibataires habite une petite maison avec un jardin. Un jour une des deux fait la connaissance d'un homme qui vient habiter avec elles.
Facile à lire, lecture agréable, on s'y croirait vraiment. Je le conseille.
Commenter  J’apprécie          21
decloitrecynthiaz
  05 janvier 2018
Un très joli moment de lecture où il ne se passe pas grand chose et pourtant ou beaucoup de choses se jouent.
Des personnages complexes et attachants. On a l'impression de partager la collocation.
Une fin ouverte à débat.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
tbeloeiltbeloeil   21 mai 2014
Beaucoup de ses camarades se préoccupaient déjà de plaire. [...] Elle, pas du tout. Les garçons la laissaient indifférente. Son univers était celui, infini, mystérieux, des feuilles imprimées. Elle avait hâte de lire comme d'autres avaient hâte de vivre.
Page 46

Je n’aime pas les chats, dit Marguerite en frissonnant. Ils m’inquiètent. Ils sont faux, sournois, on ne sait jamais ce qu’ils pensent …
- Ne croyez pas cela. Il y a chez cet animal une intelligence, une fierté, un mystère qui en font le roi de la création.
Page 81

Il faut savoir, parfois, mettre un grain de poivre dans le fade ordinaire de la vie.
Page 87

A toujours se tenir sur la défensive, l’âme se prive des courses folles vers le brillant des illusions, des projets, des rêves.
Page 135

Une thérapeutique chasse l’autre ! Il y a une mode en médecine comme en couture. Et ce sont les malades qui servent de cobayes !
Page 162

Laissez-la parler, dit-il. Ça lui fait du bien. De toute façon, l’heure de chacun est inscrite dans les étoiles. L’essentiel est qu’elle ne souffre pas.
Pages 174-175

Pourquoi ne pourrait-on pas rire des morts comme on rit des vivants ? C’est en traitant les morts comme des vivants qu’on leur prouve le mieux qu’ils ne nous ont pas tout à fait quittés.
Page 185
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mumubocmumuboc   12 septembre 2018
Je n'aime pas les vieux, dit Germaine. Un point c'est tout. Ils sont impotents, rabâcheurs, ils ont des maladies. Un jour ou l'autre, nous devrions la soigner, ta Valentine Ivanovna, nous transformer en infirmières. Pour une bonne femme qui ne nous est rien. D'ailleurs, même si elle se portait comme un charme, je ne voudrais pas avoir cette personne à mes côtés. Les rides des autres, ça me donne le cafard ! (p33)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
Tant de délicatesse la bouleversait. Elle était emportée comme un caillou
dans une avalanche. Impossible de s’accrocher au passage, tout chavire, tout fuit, il faut suivre la pente.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
Comment pouvait-on vivre sans le secours des poètes ? De Pouchkine à Shelley, de Gérard de Nerval à Rimbaud, de Denis Davydoff à Baudelaire, ils formaient une confrérie qui, par-delà le temps et les frontières, aidait le commun des mortels à supporter les rugosités de l’existence quotidienne. Si on jetait aux orties les œuvres de ces magiciens du verbe, l’humanité mourrait de soif.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 mai 2013
L’insouciance de Paul l’étonnait et la rassurait à la fois. Auprès de cet étrange garçon, elle se sentait excusée pour toutes les inconséquences que Germaine lui reprochait depuis longtemps. Comme si le fait qu’il eût, lui aussi, le front dans les nuages, renforçât leur position à tous deux dans le monde des grandes personnes, dispensatrices d’ordres et de réprimandes.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Henri Troyat (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
Vidéo de Henri Troyat
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre