AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges Roux (II) (Illustrateur)
EAN : 9782010054709
441 pages
Éditeur : Hachette (30/11/-1)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Ce roman a été largement remanié et augmenté par Michel Verne, le fils de Jules Verne.
Un groupe de naufragés d'un millier de personnes se retrouve sur l'île Hoste, près du Cap Horn. L'homme qui les a sauvés, le Kaw-Djer, devient (ou redevient) leur dirigeant à chaque crise que subit cette population, bien qu'il soit anarchiste, «obligé d'aller à l'encontre de ses idées.»
Ce roman est ressenti de manière très diverse selon les lecteurs. Certains retien... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Clelie22
  15 janvier 2018
Nous sommes en 1881. Tout au bout du continent américain, les terres de la Magellanie n'appartiennent à personne et ne sont peuplées que d'indiens misérables vivant de chasse et de pêche. Parmi eux vit un homme blanc seulement connu sous le nom de "Kawr-djer", le "bienfaiteur". Celui-ci s'est dévoué à ses populations qu'il soigne et secourt autant qu'il le peut. Il vit avec Karroly, un Indien qui pilote les bateaux de passage dans les canaux du détroit de Magellan, et le fils de celui-ci, Halg, auquel le Kawr-djer a transmis son savoir et ses idées libertaires. Car si le Kawr-djer s'est isolé loin de toute civilisation, c'est pour pouvoir vivre en paix ses idées anarchistes : ni Dieu, ni maître. Une nuit de tempête, le Kawr-djer, Karroly et Halg viennent en aide à un navire en perdition au large du Cap Horn. Malgré les efforts du Kawr-djer, du maître d'équipage et de Karroly, le Jonathan s'échoue sur les récifs de l'île Hoste. Très rapidement, le Kawr-djer va voir ses belles idées sur la capacité des hommes à se gouverner eux-mêmes mises à mal par la réalité.
Ce roman de Jules Verne ne jure pas avec le reste de la bibliographie de cet auteur : aventure et dépaysement garanti. Cependant, Jules Verne y a intégré toute une réflexion sur les systèmes politiques qui est très intéressante. Avec beaucoup de nuances, il montre la beauté des idées généreuses et leurs limites . C'est à la fois très intéressant et agréable à lire. Jules Verne sait donner un bon rythme à son histoire ainsi qu'une vraie profondeur psychologique à son héros. Ma seule réserve sera sur la façon dont il présente les indiens, symptomatique de son époque. Dès le premier chapitre, j'étais plutôt choquée :
"Quelques minutes plus tard, par une coupure de la falaise, apparut un adolescent d'environ dix-sept ans, que suivit de près un homme dans la maturité de l'âge. Assurément, tous deux étaient Indiens, à en juger par leur type bien différent de celui de ce blanc, qui venait de prouver son adresse par un si brillant coup de fusil. Bien musclé, larges épaules, torse puissant, grosse tête carrée portée sur un cou robuste, taille de cinq pieds, très brun de peau, très noir de cheveux, des yeux perçants sous une arcade sourcilière peu fournie, barbe réduite à quelques poils, tel était l'homme, qui paraissait avoir dépassé la quarantaine. Les caractères de l'animalité, mais d'une animalité douce et caressante, le disputaient à ceux de l'humanité, chez cet être de race inférieure, qu'on eût été tenté de comparer, plutôt qu'à un fauve, à un bon et fidèle chien, à l'un de ces courageux terre-neuve, qui peuvent devenir le compagnon, mieux que le compagnon, l'ami de leur maître. Et ce fut bien comme un de ces dévoués animaux qu'il accourut à l'appel de son nom."
Tout y est ! de la grande supériorité de l'homme blanc et l'infériorité des sauvages qui ne s'élèvent qu'à peine au-dessus des animaux.
En résumé : malgré quelques lignes malencontreuses sur les "sauvages", ce roman de Jules Verne est à la fois un bon roman d'aventures et une réflexion pleine de finesse sur les limites des idées libertaires et anarchistes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PhilippeCastellain
  23 décembre 2016
Voici un roman qui détone franchement dans l'oeuvre de Jules Verne. Il est vrai qu'il a été profondément remanié par son fils, dont on peine à distinguer les ajouts.
Au fin fond de la Patagonie, vit un vieil homme à l'intelligence et aux connaissances prodigieuses, surnommé le Kaw-djer. Personne ne connait sa véritable identité, mais on sait qu'il s'agit d'un homme jadis célèbre. Anarchiste, il a décidé de se retirer de la civilisation pour vivre en compagnie des indiens son idéal de liberté. le naufrage d'un bateau de colons vient bouleverser sa vie. Sans commandement, mal organisés, ils ont désespérément besoin de son aide. Réussira-t-il à construire la société utopique dont il a toujours rêvé, ou le besoin de lois et d'ordre prévaudra-t-il ?
Le lecteur averti reconnaitra dans le Kaw-djer la figure de Jean de Habsbourg-Toscane, et l'un des mystères de la fin de l'empire Austro-hongrois.
1889. le prince Rodolphe d'Autriche-Hongrie, fils de l'empereur François-Joseph et héritier du trône, est retrouvé mort avec sa maitresse dans le pavillon de chasse de Meyerling. Bien vite, des rumeurs commencent à circuler sur sa mort. Selon l'une d'entre elle, il s'apprêtait à renverser son père avec l'aide d'un de ses cousins, l'un des princes les plus progressiste de la dynastie : Jean de Habsbourg-Toscane.
On ne saura jamais la vérité sur cette affaire. Une seule chose est sûre : une dispute éclata entre l'empereur et l'archiduc, à l'issue de laquelle ce dernier abandonna la totalité de ses titres et privilèges. En réponse, l'empereur le déchut de la nationalité austro-hongroise, et lui interdit de résider dans l'empire.
Devenu simplement Jean Orth, le prince utilisa ce qui lui restait d'argent pour affréter un navire, avec comme objectif la Patagonie. On ne revit jamais le navire, ni Jean Orth, ni aucun membre de l'équipage. Là encore, des rumeurs contradictoire se mirent bien vite à circuler. Personne ne sut jamais ce qu'il était advenu de Jean de Habsbourg-Toscane, prince déchu par sa propre volonté... Mais l'histoire inspira visiblement Jules Verne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liberliger
  11 février 2015
Dans une île de Magellanie où s'est retiré le Kaw-djer, un anarchiste mystérieux et misanthrope, bienfaiteur des indiens, le naufrage d'un bateau d'émigrants vient bouleverser la vie de celui-ci. Au point qu'il doit renoncer à ses convictions les plus fortes, ni dieu ni maître, afin de secourir ces immigrants bien incapable d'organiser par eux-mêmes leur survie. Un roman de Jules Verne où la vulgarisation scientifique cède la place à la réflexion politico-philosophique. Agréable.
Commenter  J’apprécie          20
Mimie24
  01 juin 2020
Tres bien écrit, les débuts d'une civilisation, mais j'ai abandonné au moment de la guerre!
Commenter  J’apprécie          00
momotombo
  19 mai 2014
Un roman peu connu sur l'échec d'une utopie anarchiste
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
benlebbenleb   17 novembre 2013
Le socialisme n'est pas, en effet, une science écrite. Il ne
forme pas un corps cle doctrine complet. C'est un destructeur, il
ne crée pas. Beauval, obligé par conséquent d'inventer, constatait
qu'il est très difficile d'improviser de toutes pièces un ordre social
quelconque, et comprenait que, si les hommes ont marché à
tâtons vers un perpétuel devenir, en se contentant de rendre la
vie supportable par des transactions réciproques, c'est qu'ils
n'ont pas pu faire autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DerfuchsDerfuchs   01 novembre 2020
Tant qu'il n'est question que de détruire, toutes les ambitions s'allient aisément.
Commenter  J’apprécie          120
coco4649coco4649   18 janvier 2015
Nous mourons, mais nos actes ne meurent pas, car ils se perpétuent dans leurs conséquences infinies. Passants d’un jour, nos pas laissent dans le sable de la route des traces éternelles.
Commenter  J’apprécie          30
GODINHOGODINHO   08 février 2015
" C'est à force de répandre le bon grain qu'une semence finit par tomber dans un sillon fertile "
Commenter  J’apprécie          20
benlebbenleb   20 novembre 2013
La foule s'habitue à ceux qu'elle voit souvent, et pour devenir tout naturellement un chef, il suffit de s'en attribuer le rôle assez longtemps.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jules Verne (96) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
Une adaptation vibrante du plus célèbre roman de Jules Verne, dessinée par Younn Locard, le co-auteur de Révolution, primé à Angoulême
bit.ly/TourMonde80JoursBD
autres livres classés : naufrageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
216 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre