AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-François Battail (Traducteur)
ISBN : 2080648853
Éditeur : Flammarion (05/03/1992)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Une île verdoyante où règne la plus profonde paix... Dans la ferme des Li, deux truies allaitent une douzaine de porcelets. Un étranger, affamé de quiétude, débarque dans l'île. Et c'est le chaos. L'une des truies dévore ses petits. Le voyageur assassine une jeune fille, avant d'être pourchassé par la meute des habitants de l'île... et d'être à son tour assassiné.

"Le Germe" se déroule en un seul jour, dans un seul lieu. C'est une tragédie qui n'est ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LiliGalipette
  15 avril 2015
Il est une île dans les eaux norvégiennes, un morceau de terre isolée où l'été inonde la nature de sa générosité. La journée est belle, entre deux périodes de moisson. Tout le monde vit un peu plus lentement, se repose et profite de la beauté de l'île. Il suffit qu'un bateau débarque un passager pour que l'image s'étoile et se fissure. « Un étranger arrivait ici, Andreas Vest, dans sa quête éperdue d'un coin de terre qui puisse le guérir. » (p. 16) Mais qu'importe son nom et qu'importe les traumatismes qui le tourmentent : il va porter atteinte à la sérénité édénique qui baignait l'île.
« Ils sont à mes trousses. Ils me mettront en pièces, dit le fou. Me mettront en pièces. Je ne veux pas. Je ne veux pas. » (p. 100) Évidemment, toute l'île part aux trousses du criminel et venge l'innocence assassinée. Au terme de la chasse à l'homme et de la curée, il reste la mort et la culpabilité. Car pour un crime, tout le monde s'est rendu coupable, tout le monde a vu éclore en lui le germe du mal. Où trouver refuge devant l'énormité de la vengeance ? « Quand les choses tournent vraiment mal, il faut rentrer chez soi. Les murs du foyer sont là pour vous protéger. / Non ! Dans ces cas-là, il faut s'enfuir. C'est ce que les gens font. / [...] Je te le répète, ce sont les murs du foyer qui protègent, qui encerclent. Faute, chagrin, honte, que sais-je ? – le foyer se referme sur tout ça et l'assume. Il ne sombre pas pour autant. » (p. 120 et 121)
À bien y regarder, l'horreur a mis le pied sur l'île quand une truie a mangé sa portée nouvellement née. Et dans le huis clos édénique de l'île, il est impossible d'échapper aux tourments de la culpabilité. « Il fallait s'expliquer avec soi-même, sans aide aucune. » (p. 195) le verger, la porcherie et l'île sont autant de décors monumentaux dans lesquels se déroule la tragédie de ce triste théâtre humain. Sous la plume de Tarjei Vesaas, l'Eden connait l'Apocalypse et la grange, rouge et immense, est le tribunal des âmes. En une journée, au terme d'un lent paroxysme, le paradis est massacré et le retour au calme n'effacera pas les sillons laissés dans le sol par la folie des hommes.
Immense conteur, Tarjei Vesaas presse lentement un sinistre ressort et ne le relâche pas. le relâcher, ce serait une péripétie de plus. le contenir, c'est s'assurer de l'entière attention du lecteur qui, à bout de souffle, nerveusement épuisé, atteint la dernière page et reste incrédule devant le dernier mot. Avec une économie de mots qui me surprend et me ravit toujours, Tarjei Vesaas prouve une nouvelle fois sa magnifique puissance d'évocation.
Lisez – oh oui, lisez ! – ses autres romans déjà présentés ici : Palais de glace et Les oiseaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Yasunari
  24 août 2018
Je me permets d'écrire ces quelques mots pour apporter des informations de contexte qui permettront aux lecteurs qui le souhaitent de découvrir ou redécouvrir cette oeuvre de Tarjei Vesaas.
kimen (Le germe) a été écrite en Nynorsk en 1940.
Le Nynorsk est la langue "des régions" construite de dialectes régionaux. Minoritaire, elle se juxtapose sans s'opposer au Bokmål, la langue "des livres", issue de l'influence culturelle dominante danoise.
Écrire en Nynorsk pour Vesaas, c'est s'inscrire dans deux grands mouvements issus du 19e siècle : le mouvement d'émancipation national norvégien qui a abouti à l'indépendance de la Norvège en 1905 & le mouvement romantique naturaliste (Kipling, Lagerlof, Kinck ...) très présent dans la littérature scandinave du début du 20e siècle. Cela se traduit notamment par une langue foisonnante, flamboyante, poétique et réaliste dans ses premiers ouvrages.
1940 est l'année d'invasion de la Norvège par l'Allemagne nazie. Elle met fin de manière abrupte à ces deux mouvements et porte avec elle un sentiment confus, diffus de menaces non dites qui s'installe bien plus profondément que les simples incertitudes liées à la guerre ou à l'occupation.
Ce sentiment perdurera au delà de la guerre dans l'oeuvre de Vesaas entrainant un changement de style particulièrement marqué dans kimen (le germe) et Huset i Mørkret (la maison dans les ténèbres), deux oeuvres écrites sous l'occupation.
Tarjei Vesaas écrira dans sa préface à kimen (le germe) que ce changement de style n'était pas prémédité. La guerre l'imposait trouvant l'anxiété générée notamment difficile à verbaliser. Ce texte marque l'entrée de Vesaas dans le symbolisme et le modernisme.
A titre personnel, je trouve fort, beau et particulièrement émouvant de reprendre le livre de job dans ce contexte-là avec cette langue-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
momotombo
  20 mai 2014
Dans le huis clos d'une ile, le crime d'un déséquilibré vient déstabiliser toutes les relations de la communauté...un chef d'oeuvre à mon avis, un peu comme des "Souris et des hommes"
Commenter  J’apprécie          10
crapahutevida
  26 juin 2017
Vesaas est très à l'aise dans l'art de la tragédie...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   18 juillet 2015
– Le soir tombe, annonça Mari Li.
Karl Li répondit sans relever la tête :
– Je vois.
Ils étaient assis comme auparavant. Dans la même chambre.
Nous serons assis dans cette chambre jusqu'à la fin de nos jours. Nous serons toujours dans sa chambre où que nous nous trouvions. [...]
Au dehors la lumière déclinait. Ce jour de malheur touchait à sa fin. Mais on n'échappait pas à la nuit.

[Tarjei VESAAS, "le Germe", Gyldendal Norsk Forlag (Oslo), 1940 -- traduit du néo-norvégien par Jean-François Battail, Flammarion 1992 – édition Le livre de poche, collection "biblio", chapitre 7, page 129]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LiliGalipetteLiliGalipette   15 avril 2015
« Quand les choses tournent vraiment mal, il faut rentrer chez soi. Les murs du foyer sont là pour vous protéger. / Non ! Dans ces cas-là, il faut s'enfuir. C'est ce que les gens font. / [...] Je te le répète, ce sont les murs du foyer qui protègent, qui encerclent. Faute, chagrin, honte, que sais-je ? – le foyer se referme sur tout ça et l'assume. Il ne sombre pas pour autant. » (p. 120 et 121)
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   15 avril 2015
« Il fallait s'expliquer avec soi-même, sans aide aucune. » (p. 195)
Commenter  J’apprécie          60
crapahutevidacrapahutevida   26 juin 2017
Qu'est-ce que c'était ! Sitôt que la voix de Kari Nes eut cessé de retentir, une sorte de grand voile sombre s'abattit du ciel. Comme une immense fleur noire, déployée et fragile. Frappa la colline et disparut. C'était un cri. Tous ceux qui étaient à proximité regardèrent bouleversés autour d'eux et prêtèrent l'oreille. Se dressèrent, aux aguets. Pétrifiés, attendant d'autres signaux. Mais il n'y eut rien d'autre que ce grand cri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
crapahutevidacrapahutevida   26 juin 2017
Ça remue dans les profondeurs. Honteusement. De manière rampante.
L'immobilité oppressante après coup. Avec des voix qui s'éveillent dans la conscience.
Quelque chose dit : ressaisis-toi.
Qui es-tu ? croit-on entendre.
On est assis là les mains tremblantes, et on se ment à soi-même.
J'ignorais tout de ça. Ca n'était pas en moi auparavant.
Tu sais que ce n'est pas vrai, répond une voix. L'abîme est au fond de toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Tarjei Vesaas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tarjei Vesaas
Pour ceux qui entende le tchéque ;)
>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne>Littérature danoise et norvégienne : théâtre (126)
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
103 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre