AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782351785669
248 pages
Gallmeister (18/08/2016)
3.78/5   39 notes
Résumé :
"Je suis américain de naissance, nazi de réputation et apatride par inclination."

Ainsi s'ouvrent les confessions de Howard W. Campbell Jr. qui attend d'être jugé pour crimes de guerre dans une cellule de Jérusalem. Ce dramaturge à succès exilé en Allemagne fut en effet le propagandiste de radio le plus zélé du régime nazi. Mais il clame aujourd'hui son innocence et prétend n'avoir été qu'un agent infiltré au service des Alliés. Il lui reste désormai... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 39 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Fifrildi
  07 septembre 2022
Dans le cadre du challenge Totem, j'ai fait une petite liste des livres de la collection que j'ai l'intention de lire. le catalogue papier est un très bel objet, j'ai passé une journée à y coller des post-it.
J'ai découvert Kurt Vonnegut il y a une dizaine d'années avec son roman ‘Un homme sans patrie'. J'ai retrouvé avec plaisir sa plume pour ce roman que j'ai dévoré en deux jours.
Howard W. Campbell Jr. est un Américain qui est parti vivre en Allemagne avec ses parents quand il avait 11 ans. Quand ils sont rentrés aux États-Unis en 1939, il y est resté avec son épouse Helga. Howard était un agent double mais il faisait tellement bien son boulot que cela pose bien des questions.
C'est lui qui raconte son histoire en 1961 depuis une prison israélienne où il attend son procès pour crimes de guerre. Comment prouver qu'il dit la vérité ? Est-ce que cela l'absout pour autant ? Qui sait ?
Excellent.

Challenge Totem (66)
Challenge XXe siècle 2022
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
alberthenri
  18 août 2017
Howard W.Campbell Jr, attend d'être jugé dans une cellule de Jérusalem.
Il s'est lui même constitué prisonnier après avoir longtemps échappé à son passé, ou avoir cru y échapper !
Dans cette fausse autobiographie, les maitres mots pourraient être : faux-semblants et duperies.
Campbell est accusé d'avoir été l'un des plus zélés propagandistes nazis.
Bien qu'américain de naissance, ce dramaturge et poète, fut un thuriféraire de l'idéologie nazie, qu'il tenta d'exporter dans son Amérique d'origine.
L'Histoire, réserve bien des surprises, des retournements de situations.
Des drames aussi, nombreux et de toutes sortes.
j'ai parlé plus haut de faux-semblants et de duperies. Campbell lui-même se ment, est-il cet agent double qui fut si utile aux américains, un schizophrène, un nazi convaincu ?
Vonnegut s'y entend à merveille pour brouiller les pistes, et il le fait avec un humour caustique...
S'il n'est pas récent (1961), le roman a très bien vieillit dans son fond comme dans sa forme.
Nuit mère, est l'un des meilleurs romans qu'il m'ait été donné de lire depuis longtemps !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
encoredunoir
  21 août 2016
« Celle-ci est la seule de mes histoires dont je connais la morale. Je ne pense pas que cette morale soit merveilleuse ; il se trouve simplement que je la connais : nous sommes ce que nous feignons d'être, aussi devons-nous prendre garde à ce que nous feignons d'être. » dit Kurt Vonnegut en introduction à Nuit mère (avant d'ajouter, plus loin, pour faire bonne mesure : « Il existe une autre morale limpide à ce récit, maintenant que j'y pense : Quand vous êtes mort, vous êtes mort. Et voilà une autre morale qui me vient à l'esprit : Faites l'amour quand vous pouvez. C'est bon pour la santé. »).
Autant dire que le chroniqueur n'a pas grand-chose à ajouter à ces quelques phrases qui résument on ne peut mieux et l'esprit du livre et la philosophie de Vonnegut.
Quelques explications tout de même, sur l'histoire. Nuit mère est le récit autobiographique fictif de Howard C. Campbell « américain de naissance, nazi de réputation et apatride par inclination » que ce dernier aurait envoyé à Vonnegut depuis sa cellule à Jérusalem dans laquelle il attend son procès pour avoir activement pris part à la propagande nazie durant la guerre. Américain vivant en Allemagne, Campbell, dramaturge et écrivain, a mis beaucoup de zèle à fustiger juifs et communistes dans ses émissions radiophoniques. Il a aussi joué les agents doubles au service des États-Unis, ce qui explique qu'il a pu rentrer en Amérique sans encombre après la guerre. Sauf que, à l'aube des années 1960, son anonymat tout relatif fait que communistes et agents du Mossad comptent bien lui mettre la main dessus en se servant d'un groupuscule néonazi local.
Derrière les confessions de Campbell se dessine un formidable jeu de dupes dans lequel – et l'on retrouve là la morale de l'histoire – nul n'est ce qu'il paraît être mais tend à devenir le personnage dont il a endossé la peau pour les besoins de sa mission, plongeant Campbell et ceux qui gravitent autour de lui dans une fiction qui dépasse la réalité ou, à tout le moins, efface ses contours. Et l'on sera finalement bien en peine de savoir en fin de compte qui est Campbell. Quelles sont ses convictions réelles ? En a-t-il seulement ? Et même : existe-t-il vraiment u n'est-il lui-même que le produit de sa propre imagination ?
Ainsi ce roman de 1961, un des premiers de Kurt Vonnegut, prend-il la forme d'un drôle d'objet métalittéraire vertigineux, à la fois amusant – les conversation de Campbell avec Eichmann sur la nécessité d'avoir un agent littéraire ou encore l'évocation de tournois de pingpong organisés au ministère de la Propagande valent le détour – et angoissant. Fascinant.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Bazart
  23 septembre 2016
Auteur iconoclaste et révolté, satiriste virulent des années Vietnam, anti-BUSH déclaré, Kurt VONNEGUT a souvent été considéré comme un simple "écrivain de SF", alors qu'en fait, sa palette d'action était bien plus élargie.
Ce que ce Nuit Mère, écrit en 1961 mais réédité cette année Chez Galmmeister dans la collection Totem l'Amérique grandeur nature- illustre parfaitement, allant ici plutot du coté de la politique fiction ou du roman d'espionnage de guerre pour au final , aboutir à un objet littéraire assez curieux et vraiment passionnant.
Ce court roman se prétend être le récit autobiographique fictif de Howard C. Campbell « américain de naissance, nazi de réputation et apatride par inclination » que ce dernier aurait envoyé à Kurt Vonnegut depuis ses geoles à Jérusalem dans laquelle il attend son procès pour avoir activement pris part à la propagande nazie durant la guerre.

vonnegut-rosemary-carroll-2-5322f3b759d6b (1)
S'engage alors une réflexion sur les apparences et les faux semblants qui plonge le lecteur dans le doute et le questionnement. A l'exception près que si Howard W. Campbell Jr ne conteste nullement ses agissements, il assure avoir été, pendant toute la guerre, un espion au service du gouvernement américain, et avoir transmis via ses émissions des messages codés à destination des alliés.
« Nous sommes ce que nous feignons d'être, aussi devons-nous prendre garde à ce que nous feignons d'être. »
On revisite une partie de l'histoire d'un homme, auteur, et présentateur radio nazi et jusqu'au bout on s'interroge sur la véritable personnalité de cet être qu'on n'arrive pas déterminer si c'est une vraie ordure pret à tous les mensonges pour s'en sortir ou un taupe qui dit vrai est un roman captivant et particulièrement intense...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
belette2911
  09 décembre 2016
Voilà un roman qui sort des sentiers battus, aux antipodes de ce que je lis habituellement, et dont, au final, je suis sortie assez secouée.
Howard C. Campbell dit lui-même qu'il est un américain de naissance, un nazi de réputation et un apatride par inclination.
Cet homme que l'on devrait détester nous livre ce récit autobiographique, fictif, de sa vie durant la Seconde Guerre Mondiale en tant que grand propagandiste sur les ondes radios et du côté des nazis.
Récit autobiographie qu'il aurait envoyé à l'auteur, Kurt Vonnegut, depuis sa cellule à Jérusalem dans laquelle il attend son procès.
Ce qui frappe dans ce récit, c'est qu'au début, on devrait haïr Howard pour ce qu'il a fait, mais au fur et à mesure des pages, on ne sait plus trop quoi penser de lui et la balance penche irrémédiablement vers le mec sympa plutôt que vers le vrai salaud.
L'équilibre étant toujours sujet à caution puisque Howard pourrait nous raconter des carabistouilles… ou pas !
Parce que si cet homme fut un propagandiste, ce ne fut pas vraiment de son fait, mais en tant qu'espion pour les États-Unis !
Dans ses discours farcis à la haine des autres et à la sauce antisémite, ses soupirs, ses toussotements auraient été des codes pour les Américains à l'écoute de ses diatribes haineuses.
Vrai ou pas vrai ?? Sans doute vrai, mais peu de personnes peuvent le confirmer et tout le roman sera rempli de faux-semblants, de ces gens qui pensent être une chose et qui sont l'exact opposé, de ces gens qui se disent purs et qui ne valent pas mieux que les nazis nostalgiques ou les nazis de l'époque du moustachu à la mèche de cheveux noire.
Soyez sur vos gardes durant la lecture car nous sommes ce que nous feignons d'être, aussi devons-nous prendre garde à ce que nous feignons d'être.
La plume de l'auteur est facile à lire, le roman se termine en quelques heures, il n'est guère épais (guerre et paix), mais il y a dedans quelques réflexions profondes dont les plus étonnantes sont celles entre Howard Campbell et Eichmann, ce dernier lui demandant s'il devait avoir recours à un agent littéraire ou encore les tournois de pingpong organisés au ministère de la Propagande.
Ici, les salauds ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être et les gentils non plus, tout le monde cache des choses, tout le monde cache ce qu'il est vraiment, et les gens tendent à devenir les personnages dont ils ont endossé les habits pour les besoins de leurs missions.
Nuit mère est un roman étrange, une confession d'un homme seul, d'un homme qui soulève de l'admiration chez les amateurs de la race Blanche et le dégoût chez les autres, exacerbant chez ces derniers des envies de lui casser la gueule puisqu'il fait un parfait bouc émissaire en tant qu'Américain ayant frayé avec l'Ennemi (oubliant de ce côté là que les banques américaines soutinrent l'effort de guerre des deux cotés, aussi bien des yankee que des casques à pointes et des bottines à clous).
Un roman rempli de faux-semblants qui me laisse un peu groggy et perplexe sur la nature Humaine (mais je l'étais déjà).

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
alberthenrialberthenri   18 août 2017
Mon beau-père avait été placé sur un tabouret d'une dizaine de centimètres. La corde lui avait été passée autour du cou et tendue fermement autour d'une branche de pommier en bourgeons. Le tabouret lui avait été ensuite retiré d'un coup de pied. il avait pu danser sur la pointe des pieds pendant qu'il s'étranglait.
Bien fait ?
Il avait été ranimé huit fois et pendu neuf.
Ce n'est qu'après la huitième pendaison que c'était envolé ce qui lui restait de courage et de dignité. ce n'est qu'après la huitième pendaison qu'il s'était comporté comme un enfant martyrisé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   13 août 2017
Je n’arrive pas à penser dans une logique de frontières. Ces lignes imaginaires me sont aussi irréelles que les elfes et les lutins. Je n’arrive pas à croire qu’elles marquent la fin ou le début de quoi que ce soit d’importance réelle aux yeux de l’âme humaine. Les vertus et les vices, les plaisirs et les peines traversent les frontières à leur gré.
Commenter  J’apprécie          80
PostTenebrasLirePostTenebrasLire   16 août 2017
J’avais espéré, comme radiodiffuseur, me limiter au burlesque, mais nous vivons dans un monde où le burlesque est un art difficile, avec tant d’êtres humains si réticents à rire, si incapables de penser, si avides de croyance et de rogne et de haine.
Commenter  J’apprécie          60
BazartBazart   18 septembre 2016
« Nous sommes ce que nous feignons d’être, aussi devons-nous prendre garde à ce que nous feignons d’être. »
Commenter  J’apprécie          140
un_Riouun_Riou   30 octobre 2020
Le Dr Goebbels rêvait de présenter cette reconstitution tous les ans à Varsovie après la guerre, de laisser les ruines du ghetto se dresser à jamais pour lui servir de décor.

- Il y aurait des juifs dans cette reconstitution ? Lui demandai-je.
- Bien entendu..., dit-il, des milliers.
- Sans indiscrétion, monsieur, où espérez-vous trouver le moindre juif après la guerre ?

Il saisit l'humour de cette remarque.

- Très bonne question, répondit-il en pouffant. Il faudra que nous en discutions avec Hoess.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Kurt Vonnegut Jr (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kurt Vonnegut Jr
Le nouveau roman de l'écrivain américain, CHINATOWN, INTERIEUR (éditions Aux forges de Vulcain) est en librairie, traduit par Aurélie Thiria-Meulemans.
C'est l'histoire d'un Américain d'origine asiatique qui essaie de trouver sa place dans la société américaine. Et, comme on est dans la patrie d'Hollywood, Yu raconte cette épopée sous la forme d'une quête du rôle idéal. Car le rêve de toujours du héros c'est de devenir Mister Kung Ku : il a vu la série à la télé quand il était petit, et c'est son but dans la vie. Sauf que plus il monte les échelons, plus il comprend que Mister Kung Fu n'est qu'un autre rôle qu'on veut lui coller parce qu'il est asiatique. C'est un roman high-concept écrit sous la forme d'un scénario : le héros n'est ni « je » ni « il » mais il est désigné par un « tu ». Lé héros suit le script qui peint sa vie comm eune série télé en mélangeant les genres : la bonne vieille série policière, avec un flic noir et une flic blanche et une grande tension amoureuse entre les deux, des scènes de kung fu, et on finit sur une superbe scène de court drama où l'Amérique se retrouve jugée pour son traitement de la communauté asiatique. Un roman virtuose, drôle et attachant : un Lala Land sauce aigre-douce.
Avis de la presse américaine :
« Charles Yu, habite à Irvine près de Los Angeles, et a déjà écrit pour la série Westworld (HBO) ainsi que pour d'autres séries sur FX et AMC, raconte que l'histoire a été en partie inspirée de sa propre expérience de fils d'immigrés taïwanais ayant grandi en Californie. « J'avais en quelque sorte toujours l'impression que je ne savais pas vraiment où était ma place », nous confie-t-il en parlant de son enfance à Los Angeles. « Je n'ai jamais eu la sensation d'être au milieu de l'action. Et j'ai senti que c'était peut-être non seulement une façon de penser à ce que vivent les américains d'origine asiatique, mais que ça pourrait aussi être un prisme à travers lequel observer les dynamiques raciales dans un sens plus large. » (LA TIMES)
« Interior Chinatown […] m'a rappelé le mélange d'humour et de sincérité que l'on trouve dans les nouvelles de George Saunders, dans les jeux métafictifs de Mark Leyner ou dans des films comme The Truman Show. » (The New York Times)
« Ce roman examine la réalité quotidienne des Américains d'origine asiatique, cette impression d'être à jamais des étrangers dans ce pays, une minorité qui ne sera jamais actrice d'une nation blanche et noire. » (The New Yorker)
« Ce roman est génial. Non seulement l'intelligence de sa structure et de ses métaphores est impressionnante, mais le message implicite derrière l'histoire de Willis Wu témoigne avec précision de ce que signifie non pas uniquement être asiatique aux États-Unis, mais plus largement, ne pas être blanc aux États-Unis. Quiconque voulant tenir une conversation critique et engagée sur les races aux États-Unis se doit de lire Interior Chinatown, qu'il soit américain d'origine asiatique ou non. le message de Charles Yu sur notre propre emprisonnement dans des rôles raciaux spécifiques est un message radical qui mérite d'être entendu. » (The Crimson)
« Il y a quelque chose, chez Yu, un côté ludique et cérébral comme de Jonathan Lethem, un côté triste et résigné, comme chez Kurt Vonnegut, un côté très “dickien” dans son refus paranoïaque de la société de consommation. Mais il y a aussi chez lui une sensibilité unique, originale, notamment quand il parvient à mêler, sous l'apparence de la simplicité, et au travers de personnages apparemment passifs, l'humour au plus profond pathos. » (The San Francisco Chronicle)
+ Lire la suite
autres livres classés : nazisVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2719 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre