AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Achille Laurent (Autre)
EAN : 9782253004851
253 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/07/1975)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 897 notes)
Résumé :
C'est en hiver que l'étranger s'est installé à l'auberge du village d'Iping. Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, sauf le nez, d'un rouge vif, lui donnent un aspect étrange, assez terrifiant, et les langues vont bon train.

On l'aurait peut-être laissé en paix s'il n'avait pas retardé le paiement de sa note et s'il n'y avait pas eu un vol mystérieux au presbytère. Mandat est donné de l'arrêter, mais comment se saisir d'un personnage ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (94) Voir plus Ajouter une critique
qmike549
  10 février 2021
Qui n'a pas rêvé un jour d'être invisible….Personnellement, j'adorerai espionner à volonté certaines personnes en invisibilité afin d'entendre certaines conversations, jouir de certains secrets…Le désir d'invisibilité est présent chez nous tous…Ce désir est également présent dans la littérature et dans les films. Avons tous en mémoire les bienfaits de la cape d'invisibilité, la fameuse Invisibility Cloak de Harry Potter. Porter ce genre de cape permet à celui qui la porte de se rendre invisible aux yeux de tous….
L'auteur Herbert Georges Wells nous propose un sérum…oui, mais pas n'importer quel sérum…un sérum qui rend totalement invisible mais qui garde la possibilité de tout voir et de tout entendre….Une invisibilité qui permet d'échapper à toutes poursuites – huissiers, ou autre…voire échapper à tous châtiments…
Mais peut bien être cet homme étrange homme arrivé ce matin même à l'auberge Coach and Horses. Cet étranger est complètement emmitouflé dans des vêtements qu'il n'enlève pas même après que Mme Hall, qui dirige l'auberge, a allumé un feu pour lui…..
Mme Hall observa qu'il portait de grosses lunettes bleues, avec des verres sur le côté à angle droit, et que d'épais favoris, répandus sur le col de son vêtement, empêchaient de rien voir de ses joues ni de son visage.….
Mais ce n'était pas cela qui étonnait, le plus Mme Hall. En effet, tout le front du voyageur, au-dessus des lunettes bleues, était couvert d'un bandeau blanc, un autre bandeau, appliqué sur les oreilles, ne laissait pas apercevoir le moindre bout de visage, si ce n'est un nez rouge et pointu, toujours aussi rouge et luisant que tout à l'heure, à l'arrivée. …
Le pauvre homme a eu un accident, ou une opération, ou quelque chose, se dit Mme Hall. Mon Dieu, quelle peur il me fait, avec tous ses bandeaux…..
« L'homme invisible » est Iping, mais du un petit village comme celui-là, un personnage d'allure si originale et de moeurs si singulières est souvent le sujet des conversations.
Sur l'emploi de son temps, l'opinion est très divisée, Mme Hall est sur ce point, très susceptible. À toutes les questions, elle répondait que « c'était un faiseur d'expériences »…
Saviez-vous que le village de Iping est un village bien réel, Iping est situé dans le district de Chichester dans le West Sussex, en Angleterre..Le récit précise que ce village est doté des communautés qui prennent soin des uns et des autres…Belle solidarité…chacun connait la vie intime de son voisin…Les ragots et superstitions alimentent le quotidien….
« L'homme invisible » est source de rumeurs….Pour M. Gould, l'instituteur adjoint, cet est un anarchiste déguisé qui prépare des matières explosives….Pour M. Fearenside, le voyageur est pie, ou quelque chose dans ce goût-là….
« L'homme invisible » est le narrateur du récit…l'auteur ne précise pas son nom….il se présente comme « l'homme invisible »…et bien, ça promet….avec un tel nom…on peut espérer en faire des choses…
Apparemment, ce narrateur n'est pas n'importe qui…Il paraît intelligent, doué pour l' apprentissage des langues…doué pour faire des expériences…dont certaines lui ont joué des tour enfant … !...mais…le hic…et son absence d'identité…comme si ce narrateur a quelque chose à cacher…comme si il refuse d'exister….
« Lhomme invisible » est l'affirmation que l'invisibilité et la morale sont deux notions qui ne vont pas ensemble…
« L'homme invisible » est une date : 1897
« L'homme invisible » est la confirmation qu'un tel pouvoir magique a un prix…et cela peut être extrêmement douloureux pour qui le possède…En effet…chaque médaille à un revers….
« L'homme invisible » est aussi la confirmation que l'invisibilité est synonyme de liberté…ou….toutefois jusqu'à un certain point…Ici, l'invisibilité a des effets secondaires…du coup…la notion de liberté en prend un sacré coup….
L'auteur Heerbert George Wells met en garde le lecteur sur les conséquences les comportements humains et/ou expériences scientifiques qui ne sont pas toujours heureuses… ;
L'auteur Heerbert George Wells rappelle également aux lecteurs que l'avidité, les intérêts personnels…sont souvent synonymes d'immoralité Il suffit de regarder les informations (Autres que sur certaines chaines de l'information continue – médias où le téléspectateur est manipulé par des pseudo-journalistes militants politiques ) pour se rendre compte au quotidien des actes immoraux de certains…..…
Griffin, qui se rend invisible pour gagner en puissance et en gloire.. mais pas n'importe quelle gloire… Griffin de recherche pas à être connu/reconnu de ses confrères ceux de l'académie scientifique…mais il recherche à être connu/reconnu de tous…du monde entier……et que dire de l'aubergiste Mme Hall qui profite de cette aubaine pour remplir son portemonnaie….
L'auteur Heerbert Georges Wells demande aux lecteurs de réfléchir…Que ferions-nous, quels comportements aurions-nous si par miracle, nous pouvions être à volonté visibles…invisibles….
Et vous : quelle superpuissance voudriez-vous ?....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          781
Jeanfrancoislemoine
  03 mars 2019
Alors là, nostalgie , et qui dit "nostalgie "n'est pas objectif....
1963 , l'école, le samedi ( mais oui ... ) et ,dans la classe , un "responsable" de la distribution des livres...Et oui , là aussi , pas de livres pour tous à la maison mais un prêt régulier ( ben oui , l'école ,à ce moment - là, elle jouait déjà un super rôle social... ) . le "responsable" , ce samedi - là, c'était moi . Alors , pour lever la main en premier , c'était la meilleure place ... Pas normal ? Sans doute , mais chaque samedi , ça changeait et , chaque samedi , c'était le " responsable " qui l'emportait. Mais qui emportait quoi ? Ben , " L' homme invisible" , tiens....
.Vous imaginez le pouvoir ? Etre invisible ....A l'école, à la maison , dans la rue .... le rêve, le bonheur absolu ne pas être vu .....pas vu , pas pris ...Ce livre de la" bibliothèque verte" , sans doute modifié , simplifié , pour passionner un jeune public , pour donner " des pouvoirs magiques " à des enfants de 10 ans ,en 1963 !!! le héros , on l'apprend quand on perd un peu de son innocence, n'est pas aussi admirable que ça , mais....là , dix ans , en 1963 !!!
Etre invisible , dans la tête d'un gamin de cette époque , c'était aussi beau que de savoir voler , d'aller sur la Lune , et même , plus simple aujourd'hui , de survoler les pays en avion , juste incroyable , juste impossible ....Du fantastique , de l'inaccessible , un livre qui faisait rêver , un livre qui passait de mains en mains avec la complicité d'un maître , un vrai qui savait comment motiver les lecteurs ...
Pour moi , " L' homme invisible " , c'était ça . L' obsession jusqu'à l'extase , la déception de voir partir le livre dans d'autres mains avides , la convoitise , l'envie pour mieux apprécier le délicieux, le merveilleux moment de la possession et... de la lecture .
Quant au feuilleton , n'en parlons pas ... ouahh , une délicieuse friandise ...
Relire le livre ? Surtout pas . Il ne faut pas tuer les merveilleux instants magiques , les rêves insensés . Être invisible , rendez - vous compte , ce pouvoir , on l'a vécu, vraiment , alors à quoi bon ?....Des jaloux pourraient transformer notre rêve , le réduire en miettes , alors , pas question . le rêve...c'est dans les livres qu'on le trouve et il ne nous quitte jamais ...si personne ne s'en mêle.
" Atchoum " , je suis enrhumé...pas bon du tout ca , pour un petit " homme invisible ".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          686
ibon
  29 juillet 2019
Quand il arrive dans une auberge d'Iping, une localité rurale du Sussex, M. Griffin prétend avoir une maladie de peau qui l'oblige à dissimuler ses traits sous des bandages, un chapeau, des favoris, un nez trop rouge pour être vrai et des habits ridicules. Bien que certains pensent qu'il est "un nègre" ou un criminel en fuite, le propriétaire juif le tolère du moment qu'il paye sa chambre. En passant, HG Wells ne manque pas d'évoquer des pensées populaires de son époque teintées de racisme et d'antisémitisme.
Quand le défaut de paiement survient, un mystérieux vol d'argent est commis dans une maison voisine. Puis les événements s'enchaînent sans que l'on s'ennuie le moindre instant jusqu'à l'issue fatale.
L'un des intérêts du livre vient du dynamisme et du rythme des aventures mais il est aussi philosophique. H.G. Well a sûrement lu "La République" de Platon avec l'allégorie de "L'anneau de Gygès" qui évoque clairement la tentation de puisssance que confère l'invisibilité. L'âme humaine se trouve corrompue par ce pouvoir. L'invisibilité permet de voir sans être vu, d'espionner, de voler, de commettre bien des délits, voire des crimes en toute impunité. Il n'en ressort rien de bon pour ces deux auteurs.
L'autre intérêt vient de la naissance du méchant. Comment un simple chimiste devient l'incarnation du mal. Ses aventures constituent une grande réussite comme on en fait peu en littérature.
Griffin est présenté d'abord un scientifique victime de son invention qui a tout sacrifié pour parvenir à ses fins. Sans le sou, car il a tout dépensé dans sa quête. L'empathie que l'on pourrait éprouver pour le personnage acharné s'arrête quand on apprend, après trois ans de recherches si proche du but, qu'il a volé, ruiné et humilié ses parents jusque dans leur misérable tombeau. Il est devenu un misanthrope. Son invention le possède et l'avilie. du progrès et du bien pour son prochain, il s'en fiche éperdument. D'autres méfaits suivront.
Au début du vingtième siècle, H.G. Wells a investi un domaine littéraire qui s'appelait la littérature d'anticipation scientifique et deviendra la science fiction.
Plus de cent ans plus tard, peu d'oeuvres peuvent se targuer de continuer à susciter encore des émotions et de poursuivre la réflexion vers les portes de l'imaginaire. Pourquoi?
Peut-être parce qu'elles sont toujours actuelles. Notamment sur les questions fondamentales concernant les sciences, sur l'invention qui échappe à son inventeur, son orgueil, son désir de puissance et de destruction quand ses talents ne sont pas reconnus. La ruine de l'âme devient inévitable quand la science ne se pose pas de limites (morales).
Voilà un classique de la science fiction intemporel et enthousiasmant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
Gwen21
  15 mai 2019
Parmi les mythes de la science-fiction débutante - mais non moins fondatrice - "L'homme invisible" se trouve en bonne place parmi les monstres de foire, entre le redoutable yeti et les petits hommes verts.
Né de l'imagination féconde de H. G. Wells, le chimiste Griffin aurait aussi bien pu devenir un gentil de la littérature mais convenons qu'il tient parfaitement son rôle de méchant. Antipathique par son attitude égocentriste et sa propension à vouloir dominer le monde, il symbolise qui plus est tout ce qui terrifie le commun des mortels : l'inconnu, l'irrationnel, le voyeurisme, l'intrusion et la perte de contrôle. J'aimerais bien vous y voir si un beau jour débarquait dans votre vie un tel énergumène, si des objets se déplaçaient tout seuls devant vos yeux ébahis, et ceci ne serait que la moindre des conséquences fâcheuses.
H. G. Wells m'avait moyennement convaincue avec sa "Machine à explorer le temps" et sa "Guerre des mondes" mais je dois dire qu'ici j'ai été véritablement séduite par le roman dont le rythme sans répit est bien propre à faire croître l'attention et la tension.
Roman d'aventures plus que roman à suspense, "L'homme invisible" ouvre une porte originale sur l'imaginaire de la science-fiction. Sans déploiement pléthorique de moyens et de techniques, l'auteur rend son récit crédible et entraîne le lecteur à sa suite avec aisance.
Un bon moment de lecture tumultueuse.

Challenge XIXème siècle 2019
Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge NOTRE-DAME de Paris
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
Witchblade
  02 septembre 2019
J'ai acheté ce livre depuis 2 ans et demi avec le système d'occasion d'Amazon. J'avais découvert « La guerre des mondes » en cours de français au lycée, j'avais bien aimé ma lecture. J'ai voulu tenter ce roman car il me faisait penser au « Passe-Muraille » de Marcel Aymé, un classique que j'ai souvent lu jeune, ce livre était issu de la bibliothèque de mes parents. Flaubauski me l'a choisit pour ma pioche d'Août.
Dès le départ, j'ai bien accroché au style de l'auteur et à son personnage énigmatique. J'avais envie d'en apprendre plus sur celui-ci. le narrateur étant omniscient, l'histoire paraît un peu décousue, on suit différents personnages avant de revenir à l'homme invisible. Certes, le concept de l'invisibilité est extravagant mais tous les interlocuteurs de celui-ci semblent niais et stupides. Ils n'arrivent plus à réfléchir correctement en sa présence et lui devient très brutal devant tant de sottises, aussi bien dans ses paroles que dans ses gestes. Malgré lui, l'homme invisible a appris à ne plus faire confiance aux gens car ils ont toujours une mauvaise idée derrière la tête. le personnage est quand même devenu très arrogant du fait de ses recherches et de sa trouvaille. Même si son histoire est intéressante, bizarrement j'ai avancé beaucoup moins vite dans la deuxième partie du roman. Je le trouvais trop imbu de lui-même. Curieux roman que celui-ci, je n'imaginais pas une fin comme celle donnée par H. G. Wells. Finalement, je préfère la version des Gentlemen Extraordinaires pour l'homme invisible. H. G. Wells nous montre par ce roman la stupidité que peuvent avoir les hommes devant la nouveauté quelque soit leur rang social… Ayant une vieille édition d'Albin Michel (encore en francs), des petites coquilles ont été oubliées (erreur de lettres ou fautes de frappe).
Comme vous l'aurez compris, ce roman a été une bonne découverte pour cette pioche d'Août. J'ai préféré le début où l'histoire est plus légère malgré l'attitude égocentrique et violent de l'homme invisible. Je trouve par contre que le résumé de mon édition a dit dix fois trop sur l'histoire. Je vous conseille néanmoins de découvrir ce classique de la littérature fantastique, ne serait-ce que pour vous en faire votre propre idée. Pour ma part, je tenterai peut-être un autre livre de cet auteur, son univers est quand même assez particulier.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   19 juin 2012
"L'homme invisible" est à la fois un roman réaliste et une étude sur le danger de la toute-puissance donnée à un homme qui n'a pas de frein moral.
"L'homme invisible" marque un progrès très net dans la technique de Wells ; dans le docteur Moreau et dans "la machine à explorer le temps", les thèmes étaient originaux, mais les détails invraisemblables ; mais ici un effort a été fait pour nous montrer comment l'homme invisible serait au moins concevable....
(extrait de "Magiciens et logiciens" d'André Maurois paru chez "Grasset" en 1935)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Marc21Marc21   08 novembre 2014
C'est une loi naturelle trop négligée : la versatilité
intellectuelle est le revers de la disparition du danger et de
l'inquiétude. Un animal en harmonie parfaite avec son milieu est un
pur mécanisme. La nature ne fait jamais appel à l'intelligence que
si l'habitude et l'instinct sont insuffisants. Il n'y a pas
d'intelligence là où il n'y a ni changement, ni besoin de
changement. Seuls ont part à l'intelligence les animaux qui ont à
affronter une grande variété de besoins et de dangers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
badpxbadpx   15 septembre 2018
Il en tira des bouteilles, des bouteilles petites et ventrues contenant des poudres ; des bouteilles petites et longues contenant des liquides colorés ou incolores ; des bouteilles clissées, en verre bleu, étiquetées : poison ; des bouteilles à panse ronde et à col élancé ; d’énormes bouteilles en verre vert, d’énormes bouteilles en verre blanc ; des bouteilles avec des bouchons de cristal et des étiquettes, des bouteilles avec des bouchons de liège, des bouteilles avec des bondes, des bouteilles à chape de bois, des bouteilles à vin, des bouteilles à huile, etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   20 novembre 2017
Par le Ciel, Kemp, les hommes de votre caractère ne savent pas ce que c'est que la rage !… Avoir travaillé pendant des années, avoir fait des projets, des plans, et trouver alors quelque crétin, maladroit et aveugle, qui vient se jeter en travers de votre carrière !… Il n'existe pas d'imbécile qui n'ait été mis au monde pour me nuire…
Commenter  J’apprécie          110
aouatef79aouatef79   10 juin 2016
La ville est sous ma domination, à moi, et je suis la terreur. Ce jour est le premier de l' an 1 de la nouvelle ère de l' hom-
-me invisible. Je suis Invisible 1er .
Commenter  J’apprécie          170

Videos de H.G. Wells (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de H.G. Wells
Rencontre avec Laurent Galandon et Jean-Denis Pendanx “A Fake Story” (Futuropolis) Rencontre présentée par : Sonia Déchamps, journaliste
Le 30 octobre 1938, Orson Welles met en ondes, sur CBS, la Guerre des mondes de H. G. Wells, racontant l'attaque de la Terre par des extra-terrestres. C'est la panique ! "Une fausse guerre terrifie tout le pays", titrent les quotidiens du lendemain. Dans le récit de Laurent Galandon, afin "d'échapper au massacre des Martiens", un homme tue sa femme et tire sur son fils avant de se suicider. Un ancien journaliste vedette de CBS, Douglas Burroughs, va mener l'enquête. Il en fera un livre. A Fake Story pose la question du vrai et du faux avec un art consommé, dans une enquête policière réjouissante, mise en scène par Jean-Denis Pendanx, que l'on trouve ici dans un nouveau registre.
Retrouvez leur livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/
Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Pays des Aveugles de Wells

Où se déroule l'action de cette nouvelle?

Equateur
Pérou
Chili
Bolivie

25 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays des aveugles et autres récits d'anticipation de H.G. WellsCréer un quiz sur ce livre

.. ..