AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henry D. Davray (Autre)
ISBN : 2070375501
Éditeur : Gallimard (04/05/1984)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Déclaré insolvable et failli, le sieur Bedford se réfugie au bord de la mer pour écrire un drame dont il espère que le succès le sortira de sa présente impécuniosité. L'inspiration se montrant rebelle, il musarde à la fenêtre, remarque un promeneur au comportement bizarre, s'en irrite et l'aborde.
Ainsi lie-t-il connaissance avec le savant Cavor, que préoccupe la mise au point d'une matière nouvelle d'où il compte tirer un moyen de se déplacer dans l'espace t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
democratz
  26 octobre 2017
Suite à la masse critique "mauvais genre", je remercie Babelio pour ma sélection. Je remercie également les éditions de l'Aube de m'avoir adressé un exemplaire des "premiers hommes dans la lune" publié récemment dans la collection MIKROS (poche). Cette collection a pour but de mettre en avant des ouvrages classiques de valeur mais peut être oubliés ou peu connus.
Que vous aimiez ou non la Science Fiction, je pense que vous avez déjà dû croiser dans une librairie ou une bibliothèque un livre de H.G. Wells. Cet auteur britannique est l'une des grandes plumes SF du début du XXème siècle. Parmi ces romans les plus connus, on peut citer : "La Machine à explorer le temps", "L'Île du docteur Moreau", "L'Homme invisible" ou encore "La Guerre des mondes". L'un des points communs de ces 4 ouvrages, est qu'ils ont été adaptés au cinéma. Cela prouve donc que H.G. Wells a su écrire sur des thèmes (souvent scientifiques) qui intéressent des générations de lecteurs mais aussi de spectateurs depuis plus de 100 ans.
Un peu moins connu "Les premiers hommes dans la lune" est publié en 1901. Ce roman aura aussi droit à deux adaptations cinématographiques.
Nous suivons les aventure d'un scientifique nommé Cavor. Ce dernier étudie des travaux sensés révolutionner les perspectives de la sciences par le développement d'une substance solide unique et innovante : la cavorite.
Ce métal singulier a la faculté de contre carrer les lois de la gravité et donc de créer de l'apesanteur. Après avoir construit un aéronef, il va voyager vers la Lune en compagnie de Bedford, un aventurier rencontré par hasard qui s'avéra être un compagnon bien plus odieux qu'attachant. Les deux comparses vont vivre une expérience riche en apprentissage notamment auprès d'une civilisation souterraine, les Sélénites.
Ce livre est très poétique, ce qui facilite sa lecture. Il reste peut être moins accessible que "L'Île du docteur Moreau" pour des jeunes lecteurs voulant découvrir les écrits de H.G. Wells.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          615
CDemassieux
  18 novembre 2017
Quel lecteur, en ouvrant ce livre, ne songerait pas à Jules Verne ? D'ailleurs, très brièvement, le narrateur y fait allusion.
Dans ce récit, on n'a pas le temps de beaucoup contempler ce territoire vierge qu'est la Lune, on découvre tout dans l'urgence. Les deux personnages (Bedford, le narrateur, et Cavor, le scientifique quelque peu excentrique) subissent les événements à un rythme effréné.
Ainsi, passé la première surprise d'une Lune beaucoup moins stérile qu'il n'y paraît depuis la Terre, l'expédition devient, pour les deux protagonistes, une fuite et une lutte pour leur survie.
Les Sélénites – nom donné aux habitants de la Lune – sont d'emblée appréhendés comme des êtres dont il faut se défier, quitte à manifester les pires travers de l'espèce humaine, dont le combat à mort.
Nous sommes au XXIe siècle et nous avons depuis imaginé que la vie extraterrestre pouvait offrir mieux que de l'hostilité, notamment grâce aux films Rencontre du Troisième type, de Steven Spielberg, ou, plus récemment, Premier contact, de Denis Villeneuve. Aussi, il y a une certaine déception à assister à des luttes de terriens contre une société dont nous aurions voulu savoir plus. Un Jules Verne n'aurait pas manqué de nous satisfaire sur ce point. Mais son aventure lunaire à lui fut un échec cuisant !
Il faut dire que l'histoire nous est contée par un pragmatique entrepreneur, très éloigné de l'émerveillement de son acolyte, lequel est armé d'une curiosité scientifique qui le rend nettement moins matérialiste. Pour Bedford, qui se propose de revenir sur la Lune afin de la conquérir, le satellite de la Terre ne vaut que pour l'or, en grande quantité, qu'il recèle. Il envisage même une confrontation entre les deux mondes, ce qui traduit bien l'esprit de conquête anglais dont se défiera souvent Wells dans sa vie. Bedford est donc sur la défensive tandis que Cavor est curieux, ce qui place d'emblée l'expédition sous des vents contraires.
Seulement voilà – et je n'en dirai pas plus dans cette matière pour ne pas révéler des éléments cruciaux de l'intrigue –, H.G. Wells n'est pas un auteur à la petite semaine : il sait ménager des surprises.
Wells est un écrivain qui se préoccupe de son temps et de ses travers. Il faut ainsi voir dans La Guerre des mondes une allégorie de l'expansionnisme de son pays. Pour lui, une autre société est possible. Il ne pouvait donc se contenter de nous décrire les Sélénites comme de simples créatures à l'intelligence primitive – apparentées à des insectes – et, par une astucieuse pirouette narrative, il corrige notre première impression.
Wells était par ailleurs un utopiste certifié conforme, avec l'idée d'une humanité unie qu'il voulait voir se fondre dans un État-monde. C'est ce qui transparaît dans ce roman.
Toutefois, la société des Sélénites revêt quelque chose de terrible car elle conditionne chacun à une tâche précise sans lui laisser le choix du libre-arbitre. de loin en loin, cela fait penser à l'Utopie de Thomas More. Et qu'on me pardonne ma vision anachronique – l'époque de Wells n'est pas la mienne –, mais la phrase suivante a de quoi interpeller : « Droguer l'ouvrier dont on n'a pas besoin et le mettre en réserve vaut sûrement beaucoup mieux que de le chasser de son atelier pour qu'il aille mourir de faim par les rues. »
Maintenant, si l'histoire reste remarquablement inventive, elle manque de ce souffle, à mon sens, que l'on rencontre chez Jules Verne. En effet, si j'ai effectivement « voyagé » sur et dans la Lune aux côtés de Bedford et Cavor – géniale, au passage, l'idée de la Cavorite ! –, je n'ai pas rêvé comme j'ai pu le faire à bord du Nautilius ou au centre de la Terre. Je reprocherai même au roman de Wells d'être un peu trop froidement descriptif. L'imaginaire y est comme étouffé, ce qui est un comble pour un auteur britannique, quand on sait que cette nation nous a donné Mary Shelley, Lewis Carroll, Robert L. Stevenson, J.R.R. Tolkien, etc.
Ceci étant dit, Les premiers hommes dans la Lune est un roman fort intéressant en ce sens qu'il propose une intelligence extraterrestre complexe et diamétralement opposée à nos us et coutumes terriens. Rappelons que le livre est paru en 1901.
Enfin, s'il est une phrase philosophique à retenir de ce roman, c'est bien celle-ci, hélas : « L'humanité emmagasine sa science et les hommes restent des brutes équipées. »
(Merci à Babelio et aux éditions de l'aube pour le présent ouvrage)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Le_chien_critique
  30 décembre 2016
L'histoire mouvementée de deux anglais qui égarent leur fusée sur la lune. Ballot !
A l'inverse d'un Jules Verne empreint de vulgarisation scientifique, Wells donne le LA de suite :
Je ne suis nullement expert en matière scientifique, et s'il me fallait tenter d'exprimer, dans la langue éminemment savante de M. Cavor, le but auquel tendaient ses expériences, je craindrais d'embrouiller non seulement le lecteur mais moi-même, et je commettrais presque certainement quelque balourdise qui m'attirerait les railleries de tous ceux qui sont au courant des derniers développements de la physique mathématique. le mieux que je puisse faire est, je crois, de donner ici mes impressions dans mon langage inexact, sans essayer de me parer d'une culture scientifique qui m'est absolument étrangère.

Le livre peut se découper en deux parties assez inégales en taille et en qualité. La première nous relate les préparatifs et le voyage dans la lune de nos deux héros. Partie la plus longue qui nous est conté par Bedford, un jeune escroc en difficulté financière. Les événement s'enchainent de manière assez effrénée. Les relations entre Bedford et Cavor, le scientifique ne vivant que par et pour la science semblent de plus en plus disparates. La violence contre les lunaires devient de plus en plus grande et nous fait penser aux colons blancs face aux indigènes des colonies. Pas de happy end ici, ce qui doit arriver arrivera.
La seconde partie, la plus réussie à mon avis, nous est conté par le savant Cavor. La révélation de l'inimitié entre les deux hommes prend ici toute son ampleur. C'est aussi ici que le voyage dans la lune prend toutes ses aises. Wells nous brosse le portrait des lunaires (quel éclectisme!) vivant une sorte d'utopie toute relative. L'horreur d'une telle société nous révulse mais Wells n'oublie pas de nous mettre en face de notre soi-disante bienfaisance sociétale.
Je n'en dis pas plus au risque de vous en dévoiler trop.
Pluralité de points de vue, de pensées. Pas de didactisme sur la société idéale. Pas de prêt à penser.
Un roman au final assez sombre sur l'humain.
Une très belle réussite et découverte.
Ce cher Herbert m'avait déjà transporté avec sa machine à explorer le temps, mon choix entre lui et Prof Jules (Jules Verne) se précise.
Ayant désormais lu les deux romans qui ont inspiré Anti-glace de Stephen Baxter, il me reste à me plonger dans cet hommage à ces deux précurseurs du domaine de la SF.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gill
  23 avril 2012
Cet ouvrage est peut-être le moins connu des grandes oeuvres de science fiction de HG Wells. Pourtant tout aussi bien réussi il est un trésor pour les amateurs du genre et sa lecture en est passionnante.
Cet ouvrage marque par sa qualité et par le style du maître un jalon de l'excellente SF moderne. de plus quelques pages sont anthologiques.
Commenter  J’apprécie          120
paulmaugendre
  04 avril 2018
Le comportement étrange d'un individu attifé de façon disparate attire l'attention de Bedford, jeune homme retiré dans le Kent après avoir subi des revers financiers.
Installé à sa fenêtre, bien décidé à écrire une pièce de théâtre, qui pense-t-il devrait le remettre à flot, Bedford est un homme d'affaires qui a mal géré celles-ci, trop pressé d'engranger de l'argent sans véritablement se donner le temps de réfléchir. Les problèmes boursiers sont plus complexes qu'il le supposait, et après les mois de vaches grasses se sont imposés les mois de vaches maigres. Et il se rend que l'écriture, comme la bourse, ne se maîtrise pas si facilement que cela.
Donc intrigué par le comportement de cet homme, il décide un jour de l'aborder. le professeur Cavor est un homme d'habitudes, et cette interruption dans ses déambulations quotidiennes, dans ses pensées, le perturbent. Mais peu à peu, entre Bedford et Cavor, s'établit une relation, sinon amicale, du moins réconfortante pour les deux hommes. Et Cavor peut s'exprimer en toute quiétude sur ses aspirations, ses projets, même si Bedford ne comprend pas tout de ses élucubrations. Il est question d'éther, de tubes de force, de potentiel gravitationnel, d'énergie radiante, exemples à l'appui, ce qui est très confortable aussi bien pour Bedford que pour le lecteur.
Bedford est attiré par le projet de Cavor, et il va même l'aider. Dans son antre Cavor travaille, avec l'aide de trois compagnons aux métiers différents mais complémentaires. L'idée est de construire une sorte de capsule constituée de plaques de verre recouvertes de tôles à base d'hélium. L'hélium est un gaz qui a démontré sa capacité puisqu'il a été utilisé pour remplir les ballons et les dirigeables.
Bedford est attiré par l'appât du gain, car Cavor a dans l'idée de se propulser sur la Lune, à la recherche de matériaux rares. Et les préparatifs terminés, c'est le grand voyage organisé dans l'espace, avec à bord les deux hommes, le scientifique et le financier. le décollage s'effectue en douceur, le voyage n'est pas perturbé, et l'alunissage est réussi. Un bon point pour la Cavorite, la capsule qui a servi a transporté les deux touristes dans l'espace.
L'atmosphère n'est guère différente que sur Terre, mais il faut s'habituer à la gravitation et les deux hommes avancent parmi les cratères par sauts de puce. Il fait froid car le soleil est de l'autre côté de la Lune et lorsqu'il darde ses rayons à l'endroit où les deux hommes se trouvent, c'est la chaleur étouffante qui prédomine. Et alors, de minuscules plantes pointent le bout de leurs folioles puis prennent de l'extension. C'est le moment pour les Sélénites bergers de sortir pâturer des espèces d'animaux qui ressemblent à des veaux sans pattes, un peu comme les veaux marins.
Cavor et Bedford vont se trouver face à des Sélénites qui ont l'aspect de gros insectes, comme des fourmis géantes, et ils connaîtront quelques démêlés, étant entraînés dans les entrailles de la Lune.
La suite ci-dessous :
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
democratzdemocratz   26 octobre 2017
- Jaillissant dans l'espace ! Seigneur ! Mais cela aurait aspiré et lancé au diable toute l'atmosphère de la Terre !

Cela aurait dérobé tout l'air du monde. C'était la mort de l'humanité entière, ce petit morceau de votre mixture.
Commenter  J’apprécie          210
gillgill   09 mai 2012
Près de soixante-dix ans avant les missions "Apollo" et leurs héros, les Armstrong, Schmitt et compagnie, Cavor et Betford alunissaient dans un appareil qui avait déjà une vague ressemblance avec le module de la NASA : une boule d'acier revêtue de verre épais. Sa propulsion était assurée par une substance opaque à la gravitation.
Bedford témoigne seul. Il décrit ce premier voyage dans l'espace, l'émerveillement causé par l'apesanteur pour ces cosmonautes vêtus de flanelle et chaussés de pantoufles.
Contrairement aux héros de la mission "Apollo" , Cavor et Bedford auront le temps de connaître les Sélénites, qui résident à l'intérieur de notre satellite. Et si Cavor reste leur prisonnier, il pourra quand même transmettre quelques messages sur cette civilisation d'insectes géants. Peut-être peut-on avancer une hypothèse : les Sélénites pourraient appartenir à la race qui tenta l'invasion de la terre à partir de Mars. Mais ceci est une autre histoire.
(quatrième de couverture de l'édition parue chez "Folio" en 1984)















+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   30 décembre 2016
Le développement illimité des esprits de la classe intellectuelle est rendu possible par l’absence de tout crâne osseux dans l’anatomie lunaire, de cet étrange boîte qui jugule le développement du cerveau humain et signifie impérieusement « jusqu’ici et pas plus loin » à toutes ses possibilités.
Commenter  J’apprécie          62
gillgill   17 juillet 2012
Mais avant d'anticiper sur la marche de l'activité humaine, Wells avait envoyé dans la lune un toqué de génie et son disciple : "Les premiers hommes dans la lune" parviennent à destination ; ce qu'ils nous apprennent des "Sélénites" ressemble fort à une réduction à l'absurde de maintes tendances qu'offre la civilisation des habitants de la Terre.
(extrait de la préface de "Pages choisies de H.G. Wells" signée Henry D Davray et insérée dans l'édition parue chez "Albin Michel" en 1931)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   30 décembre 2016
C’est moi qui ai trouvé le moyen de venir ici, mais trouver un moyen ne signifie pas qu’on en soit toujours le maître. Si je remporte mon secret sur la terre, qu’arrivera-t-il ? Je ne vois pas comment je pourrais garder ce secret pendant toute une année, ni même pendant une partie d’année. Tôt ou tard il sera découvert. D’autres hommes peuvent faire la même invention. Et alors... Les gouvernements feront tous leurs efforts pour venir ici. Les nations se battront entre elles pour cette conquête et extermineront ces créatures lunaires. Cela ne fera qu’étendre et développer les industries guerrières et multiplier les conflits. Si je révèle mon secret, en peu de temps cette planète, jusqu’à ses galeries les plus profondes, sera jonchée de cadavres humains... On peut douter du reste, mais cela au moins est certain ! Ce n’est pas comme si les hommes avaient besoin de la lune. À quoi leur servirait-elle ? Qu’ont-ils fait même de leur propre planète ? Un champ de bataille et le théâtre de crimes et de folies innombrables. Si petit que soit son monde et si brève que soit son existence, l’homme a encore dans sa courte vie beaucoup plus qu’il ne peut faire. Non !... La science a travaillé trop longtemps à forger des armes dont se servent des fous. Il est temps qu’elle s’arrête. Que l’homme retrouve mon secret, lui-même !... Quand ce ne serait que dans mille ans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de H.G. Wells (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de H.G. Wells
Pierre Hillard (préfacier) et les éditions du Rubicon présentent la traduction française du Nouvel Ordre Mondial (1940)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Pays des Aveugles de Wells

Où se déroule l'action de cette nouvelle?

Equateur
Pérou
Chili
Bolivie

25 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Le Pays des aveugles et autres récits d'anticipation de H.G. WellsCréer un quiz sur ce livre