AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207045519X
Éditeur : Gallimard (27/03/2014)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Une semaine avant Noël, dans une maison abandonnée de la ville portuaire d’Arhus, un agent immobilier tombe sur le cadavre torturé d’un adolescent. A côté du corps, un amas de guêpes mortes. La nuit même, l’hôpital psychiatrique voisin signale la disparition d’un patient hanté par d’étranges réminiscences – une fillette aux traits flous, une maison blanche derrière un marronnier, et des guêpes…

Le commissaire Daniel Trokic s’enfonce petit à petit dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
mesrives
  07 janvier 2016
A quelques jours de Noël, la Brigade criminelle de Arhus (située sur la côte orientale du Jutland au Danemark) a hérité d'un sacré cadeau!
Le cadavre d'un adolescent au corps supplicié avec une scène de crime très étudiée: le corps est entouré de guêpes racornies...
Et surprise supplémentaire, la disparition d'un patient de l'hôpital psychiatrique obsédé par les guêpes est signalée dans la foulée.
Branle-bas de combat: Daniel Trokic, nommé récemment inspecteur, est amicalement sommé par son supérieur d'interrompre ses vacances à Zagreb dans sa famille.
Trokic et son équipe auront-ils droit au réveillon de Noël, comme tous en rêvent, pour savourer le « risalamande » en famille.
Le temps presse, plus que quelques jours. Mais, hélas, un second cadavre est découvert dans des conditions similaires, les guêpes « racornies » s'avèrent en fait laquées...
De plus les sévices similaires observés sur les deux corps sont plus que déroutants, ils témoignent d'une rare cruauté.
Le meurtrier est-il un sadique, un psychopathe, un tueur en série?
Se cache-il derrière une profession honorable? Est-ce un spécialiste fou, un docteur en éthologie, un chirurgien?
Inger Wolf nous convie à un véritable cauchemar et, nous sommes loin de partager le « hygge » danois et la magie de Noël. Le lecteur oscille entre stupeur et stress.
Ce premier opus présente les ingrédients habituels d'un polar nordique et, nécessaires pour qu'il soit goûteux et pousser le lecteur à se resservir (la parution des autres volets de cette série policière sont déjà attendus, "Noir Septembre" est déjà disponible). La multitude des personnages permet à l'auteur de dresser une galerie de portraits ayant comme point commun, dans leur profil psychologique, un passé mal digéré... avec ses traces et ses séquelles, que ce soit pour le cas de l'inspecteur et de ses coéquipiers, les victimes ou le meurtrier.
Ainsi le profil de Daniel Trokic a tout pour séduire le lecteur: Daniel Trokic, danois d'origine croate, est un homme blessé, assailli par les souvenirs du siège et de la chute de Vukovar en 1991.
Habitué à faire cavalier seul ( et on lui reproche régulièrement), il veut se préserver et s'est créé son univers à Arhus: Mette, sa voisine septuagénaire (qui lui offre des gourmandises), Pjuske, son chat et, de temps en temps les bras d'une femme... car il a laissé échapper celle qui semblait être faite pour lui, Christiane Back.
Au travail, il accorde sa confiance à Jacob Hviid, son bras droit, d'origine croate lui aussi, et frère d'armes durant le conflit serbo-croate, et à une jeune brigadière, Lisa Kornelius, une geek, qui n'est autre que la copine de Jacob.
Enfin dans ce "Nid de guêpes", savamment tissé, le lecteur va devoir déterminer, sur les pas de Daniel Trokic, et deviner qui est le prédateur et qui est la proie ultime car, encore une fois, tous les protagonistes sont les victimes des tourments et des démons de leur propre histoire.
Alors si vous n'êtes pas apiphobe, vous pouvez vous précipiter sur ce titre, vous en supporterez les bourdonnements. Et bienvenue à Arhus!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Sharon
  05 janvier 2016
Si ce livre avait été ma première rencontre avec l'auteur, je ne pense pas que j'aurai poursuivi l'aventure. Premier tome à être paru en France, mais pas le premier à avoir été écrit, Nid de guêpes me semble moins abouti que les autres volumes.
Il est question de meurtre, d'un tueur en série potentiel, d'un homme qui s'est échappé d'un asile psychiatrique mais que tout le monde décrit comme « gentil » et de la vie personnelle des enquêteurs. Certes, on ne peut empêcher les policiers d'avoir une vie personnelle – même si dans la vie réelle, tout est un peu plus compliqué – mais je trouve que Lisa a vraiment beaucoup de soucis en même temps, entre le décès de sa mère, ses disputes avec son compagnon et son désir d'avoir un enfant. Je parle de « vie réelle » parce que les enquêteurs revendiquent ce réalisme, se gaussent des experts, que tout le monde suit au Danemark, quand ils ne se moquent pas ouvertement des films policiers très peu réalistes. Alors pourquoi ai-je cette impression d'étrangeté, de ne pas être dans une enquête crédible ?
Peut-être parce que le lecteur passe plus de temps avec d'autres personnages qu'avec les enquêteurs ou les personnes interrogées – à vrai dire, assez peu, les interrogatoires, l'analyse des preuves ne sont pas le point fort de ce roman. Non, nous passons plus de temps avec Sander, qui souffre de troubles mentaux et de l'assassin : pour ce dernier, je me passerai volontiers des chapitres dont il est le centre. Sander enquête, lui aussi, sur l'origine de ses cauchemars, sur son passé, ce qui occupe une bonne partie du roman.
Il est question aussi d'enfants et de parents. On ne peut qu'être choqué par la maltraitance dont sont victimes certaines enfants, et du manque de suivi psychologique après les tourments qu'ils ont enduré. La maltraitance peut être plus insidieuse – et même si la police arrête certains « trafics », je suis assez d'accord avec ce que dit Daniel Trokic : Trokic avait parfois du mal à saisir exactement pourquoi les gens faisaient des enfants. Alors que c'était leur choix, leur responsabilité, ils passaient leur temps à se plaindre des soucis que leur apportait leur progéniture. Et ils continuaient à faire grossir la masse de cette nation d'enfants gâtés et surprotégés infoutus de glisser une pièce de monnaie dans un distributeur de tickets de bus et qui deviennent hystériques à la moindre contradiction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Ziliz
  15 mars 2013
Aarhus, ville portuaire du Danemark, entre aujourd'hui et les années 1980. Meurtres en série, guêpes, et lèvres arrachées. Ceci probablement en rapport avec un drame vécu par une petite fille. Au moins trois suspects : même si la voix du coupable se fait entendre, il reste à comprendre ce qui relie son modus operandi à Sander le phobique, et ses victimes à Schack le médecin.
Un roman policier comme j'aime, et qui me rappelle ceux de Karin Fossum. Riche en suspense, tout en restant calme et plausible. Rien de spectaculaire : pas de sirènes hurlantes, pas d'action ni de baston à outrance, pas de rebondissements rocambolesques en cascade. L'enquête avance tranquillement mais sûrement, pas de temps mort pour le lecteur. Enfin un polar différent des best-sellers du moment - qui se suivent et se ressemblent -, même si le sujet des traumatismes de l'enfance est récurrent dans ce type de littérature.
Le policier d'origine croate Daniel Trokic semble avoir des comptes à régler avec son passé, ce qui laisse présager une suite, voire une longue série. J'attends impatiemment !
Quoi qu'en dise la 4e de couv, je ne comparerais pas à Patricia Cornwell. Cet ouvrage est moins sanglant, moins médical, et tant mieux : je préfère largement ce genre d'atmosphère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
claraetlesmots
  21 avril 2013
A Århus, une ville danoise portuaire, quelques jours avant noël, le cadavre d'un adolescent est retrouvé. Mutilé, lèvres arrachés et des guêpes mortes à ses côtés recouvertes de laques. Un patient Sanders dont les rêves sont peuplées des guêpes et par l'image d'une fillette s'est échappé de l'hôpital psychiatrique. le commissaire Daniel Trokic interrompt ses vacances en Croatie et rentre à Århus.
Le premier meurtre est rapidement suivi par un second. Un adolescent également qui a subi les mêmes sévices. Où est le rapport entre ces deux garçons ? Quelle est la signification des guêpes? Sanders est-il le coupable ? Les chapitres alternent habilement l'enquête de Trovic et celle de ses équipiers, les souvenirs d'enfance très étranges de Sanders et la voix du meurtrier.
Le décor est planté, les personnages sont bien campés et on avance entre fausses pistes et révélations. Une construction somme toute assez classique, un puzzle avec suffisamment de zones d'ombre. Même si on devine peu à peu les fils qui relient certains personnages et que l'on connaît le prénom du meurtrier, ses motivations ne sont dévoilées qu'à la fin. L'auteure ne s'éternise pas sur les détails sanglants et nous évite des pages de descriptions baignées d'horreur ou d'hémoglobine ( ce que j'ai apprécié). Elle s'attarde sur la psychologie de ses personnages, sur le rôle de l'enfance et de ses traumatismes. le dénouement final est à la hauteur d'un meurtrier complètement tordu...
Mon seul petit bémol concerne la construction qui je trouve manque un peu d'originalité. Mais sinon ce polar est de bonne facture et remplit efficacement son rôle !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson
  13 novembre 2014
Attendez deux minutes, je pose mon sac à dos.
Voilà, je rentre d'un week end danois.
Je suis un peu congelée, il faisait plutôt froid et surtout il n'a pas arrêté de pleuvoir en cette veille de fête de Noël. Question tourisme, mon périple n'a pas été extraordinaire, que l'on se le dise je n'ai pas vu grand chose,
Je croyais partir pour Copenhague, mais je n'ai pas déambulé dans la ville libre de Christiania, ni dans la rue commerçante de Strøget, je ne suis même pas allée au café de l'oncle Danny, je ne vous embêterai pas avec mes photos de Christiansborg ou de la statue de la Petite Sirène. Je n'ai pas été invitée non plus au Noma, soit disant le meilleur restaurant au monde !
Je suis allée à Aarhus (la plus vieille des grandes villes de tout l'ensemble Norvège-Suède-Danemark), ville construite par les Vikings. Pas mal du tout me direz vous !
Mais voilà, je n'ai rien vu, j'ai été invitée par une drôle de dame Inger Wolf, blonde comme le laisserait imaginer notre imagination car elle est danoise !
J'ai passé mon temps à courir après ces nouvelles connaissances, le commissaire danois d'origine croate Daniel Trokic dont la famille a connu les horreurs de la guerre dans les Balkans des années 90, le couple de flics Lisa Kornelius et Jasper Taurus avec leurs soucis quotidiens, et bien sûr comme je suis arrivée au moment où un crime atroce à été commis, j'ai aussi rencontré l'assassin, mais je ne vous en dirais pas plus.
L'actualité brûlante ne m'a pas permis d'approfondir mes relations avec ces futurs amis, mais une chose est sûre, j'aurai un grand plaisir à retrouver prochainement Daniel, partager avec lui des discussions sur les massacres et la guerre en ex-Yougoslavie en essayant de comprendre comment le pays inventeur de l'autogestion a pu en arriver là, et Lisa qui affrontait un épisode douloureux de sa vie avec la disparition annoncée de sa mère.
Peut être pas très gai comme ambiance, mais je leur ai promis d'amener quelques bouteilles de France pour leur faire découvrir autre chose que le whisky et la bière !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Bibliobs   09 juillet 2013
Bien écrit, solidement mené, voici un récit classique avec ce qu'il faut de fausses pistes.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   14 mars 2013
On regardait trop 'Les Experts' dans les salons danois. Les flics ne pouvaient pratiquement plus faire le moindre geste sans que le pékin moyen ne commente leur travail ou ne marche sur leurs plates-bandes d'une façon ou d'une autre. Pire, certains écrivains avaient repris d'anciennes affaires et se permettaient de proposer des solutions, en faisant par la même occasion passer les policiers pour des incapables - sans avoir jamais vu tous les éléments du dossier. (p. 162)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ZilizZiliz   15 mars 2013
Les sept péchés capitaux ne viennent pas de la Bible (...). C'est une trouvaille conçue par un moine qui vivait au quatrième siècle. (p. 247)
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   15 mars 2013
Le christianisme tout entier a un gros problème quand il s'agit d'expliquer pourquoi le mal existe (...). C'est la faute de Satan, point final. Un peu facile, non ? Ce serait curieux que quelqu'un trouve une autre explication, tout à coup.
(p. 351)
Commenter  J’apprécie          40
SharonSharon   03 janvier 2016
Aussi loin qu'il [Trokic] se souvienne, son pays avait toujours été un endroit sûr par rapport au reste du monde. Quand il était petit, sa mère verrouillait rarement au moment de partir faire les courses, et pourtant ils habitaient dans un ghetto. La confiance entre les Danois était alors relativement bonne. Mais cette certitude s'était émoussée, chez lui comme chez les autres.
Commenter  J’apprécie          20
mesrivesmesrives   07 janvier 2016
Les rêves ne mentaient pas toujours. En ce qui concernait Trokic, ils étaient sortis de leur caisse à quelques occasions.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Inger Wolf (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Inger Wolf
Inger Wolf vertelt over haar thriller 'De Zangvogel'
autres livres classés : MutilationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1707 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre