AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Yun Ch'oe (Traducteur)Patrick Maurus (Traducteur)
EAN : 9782868694942
88 pages
Actes Sud (10/08/1993)
3.27/5   11 notes
Résumé :

Elevé par un maître rigoureux, Kochuk a tout quitté pour affirmer son talent, faire connaître ses calligraphies et regagner l'estime de celui qui, tant d'années durant, avait nié ses évidentes dispositions. Mais qu'est-ce que l'art ? se demande-t-il au moment de mourir. En moins de cent pages, Yi Munyol dépose cette énigme au coeur d'un récit émouvant, secret, mystérieux. Et la magie de ce petit li... >Voir plus
Que lire après L'oiseau aux ailes d'orVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
L'oiseau aux ailes d'orYi Munyol

C'est un court roman (88 pages).
Le vieux maître de calligraphie Kojuk sur son lit de mort se remémore sa vie. Il revoit tous les moments importants de sa vie et surtout son long apprentissage et les conflits qui l'ont opposés à son maître Sotkam.

C'est un texte à la fois mystérieux et magique, l'auteur explique ces conceptions de l'art ou celle de ces protagonistes. Il y a des références à l'art et à l'histoire coréen que je ne connais pas du tout mais cela ne gêne pas la lecture. On y découvre les rapports et les conflits entre maîtres et disciples et les efforts que fait le disciple pour essayer de comprendre son maître ou tout au moins essayer de suivre son enseignement tant spirituel que technique. Mais tout cela ne se fait pas toujours dans la sérénité.

Belle découverte de la littérature coréenne. J'essaierai de lire d'autres textes coréens aux éditions actes Sud il existe une collection nommée « Lettres coréennes »

Challenge ABC 2014/5015
Commenter  J’apprécie          100
On suit dans ce petit livre les derniers instants de Kochuk, calligraphe doué et renommé. Alors qu'il est sur le point de mourir il se remémore ce qu'a été sa vie : son abandon par sa mère, sa quasi adoption par maître Soktam, calligraphe lui aussi, qui ne semble pas reconnaitre ses dons pour la calligraphie, sa fuite pour essayer de montrer son talent, jusqu'à ses derniers instants. Mais ce livre raconte surtout sa quête pour découvrir ce qu'est l'Art et la calligraphie et par là-même il réfléchit sur la façon dont il a mené sa vie.

C'est un roman très court (88 pages exactement), mais il se suffit à lui même. On n'a même pas l'impression qu'il est si court, tant on est plongé immédiatement au coeur d'un récit dense où tout ce qui est écrit a sa raison d'être, sans partir dans d'interminables digressions.
J'ai bien aimé cette plongée dans les souvenirs de Kochuk ainsi que le style d'écriture (même si en traduction c'est toujours différent du texte original...) : il y a des passages vraiment magnifiques.
Une belle découverte !
Commenter  J’apprécie          30
Un roman très court et sympathique. le thème de la calligraphie en opposition/complément/soeur de la peinture touche moins un lecteur européen, mais le thème de l'art, de l'artiste examinant son oeuvre à la fin de sa vie, des relations maitre/disciple, tout cela est universel et fort bien rendu! Pour une première plongée dans la littérature coréenne, dont j'ignore tout, je suis ravie d'avoir choisi ce petit livre!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
A ce moment même où il se tenait devant cette peinture délabrée, cet oiseau avait commencé à prendre vie dans son imagination. L’espace d'un instant, il avait vu l'immense oiseau agitant ses ailes d'or, tournoyer dans le ciel d'azur profond de quatre-vingt-dix-mille li, fendant avec force la mer pour y saisir un dragon.
Commenter  J’apprécie          70
Quand son maitre, assis devant son bureau, avec un sourire imperceptible comme s'il sommeillait, était plongé dans un univers tranquille où son âme n'était plus que la lueur crépusculaire de sa gloire d'antan, ou bien qu'avec un regard brillant d'une lueur étrange il faisait danser son grand pinceau comme un typhon, ou encore quand il dessinait des iris ou caressait sa harpe komun'go dans l'ombre du rosier sauvage de l'arrière-cour, avec toute la noblesse d'un ermite, sa vie paraissait à Kojuk exemplaire et vénérable.
Commenter  J’apprécie          20
Calligraphier avec le mouvement de l'oiseau aux ailes d'or qui fend la mer d'azur pour soulever le dragon et la sûreté de l'éléphant qui embaume, ouvrant les eaux du fleuve qu'il traverse...
Commenter  J’apprécie          70
Ce qui le poussait dans la débauche et le gaspillage, c'était ce curieux cercle vicieux qui le menait de la prise de conscience au sentiment du vide. Le plaisir vulgaire entrainait l'impression de vide, puis ce vide provoquait une nouvelle recherche du plaisir.
Commenter  J’apprécie          30
La peinture est celle de l'âme. On peint son âme en empruntant l'objet. Il n'est pas nécessaire de s'attacher à la réalité formelle de cet objet.
Commenter  J’apprécie          30

Dans la catégorie : Littérature coréenneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature coréenne (62)
autres livres classés : littérature coréenneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (40) Voir plus



Quiz Voir plus

Le film mystère [7]

1. Quel comédien moustachu, plutôt amateur d’équitation que de nautisme, interprète l'abbé Dubois dans le film «Que la fête commence» réalisé par Bertrand Tavernier et sorti en 1975?

Gérard Jugnot
Jean Rochefort
Patrick Dewaere
Michel Serrault

7 questions
119 lecteurs ont répondu
Thèmes : déduction , cinema , mystèreCréer un quiz sur ce livre

{* *}