AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Armand Lanoux (Autre)
ISBN : 2253005622
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1971)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 1204 notes)
Résumé :
Pris sur les barricades, Florent a été condamné au bagne de Cayenne. Il s'en évade et retourne à Paris, aux Halles, où il espère se cacher et revoir son frère. Ce dernier, un gros charcutier, a épousé la belle Lisa. Le couple lui procure une place d'inspecteur aux Halles et essaie de l'engraisser. Mais Florent, au pied des montagnes de viande, de légumes et de beurre, reste maigre. Il n'a faim que de justice. Généreux, tendre, persuadé que l'homme est bon et honnête... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (106) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  06 juin 2016
Présenté comme une sorte de grande bataille du gras contre le maigre, le Ventre de Paris est, chronologiquement, le troisième roman des fameux Rougon-Macquart de Zola.
À plus d'un titre, il présente un caractère innovant dans la progression du cycle. Tout d'abord, c'est la première fois que le protagoniste principal n'est pas un membre direct de la famille Rougon-Macquart, puisqu'il s'agit de Florent, beau-frère de Lisa Macquart, devenue Lisa Quenu dans la charcuterie du même nom.
C'est aussi la première fois qu'Émile Zola ne traite que des classes ouvrières ou des petits patrons à leur compte.
C'est aussi dans ce volume qu'il commence à exploiter à fond la Symbolique, en tant que procédé littéraire, et qu'il donne à un lieu, en l'occurrence les halles centrales de Paris, un rôle de personnage à part entière.
La conviction politique de Zola est également beaucoup plus clairement exprimée à partir de cet ouvrage.
L'histoire est assez simple : Florent, utopiste républicain, envoyé au bagne suite au coup d'état de Napoléon III, a réussi à s'enfuir après plusieurs années passées au bagne de Guyane et autant à rentrer en France par des voies détournées.
D'une maigreur effrayante, il rejoint son frère qui, lui, est gras à éclater dans sa charcuterie triomphante.
Le contraste de toute cette nourriture déployée dans les halles et de la maigreur des humbles est l'un des piliers du roman ; peut être pas le meilleur car l'auteur gonfle tellement le trait que cela frise la caricature.
Ses descriptions pléthoriques de nourriture sont assez " gavantes " à la longue.
Néanmoins, les descriptions très précises des Halles, ancêtre de Rungis, construites selon les plan de Baltard (cf. le dernier vestige de ces halles qui s'appelle d'ailleurs le pavillon Baltard) en lieu et place de l'actuel quartier " des halles " à Paris revêtent désormais une valeur documentaire.
Le volet le plus intéressant du roman me semble être d'une part la vision prémonitoire sur l'émergence de la société de consommation (le livre est écrit en 1873, ne l'oublions pas, thème qu'il reprendra dix ans plus tard dans Au Bonheur Des Dames) au travers d'une lumineuse comparaison où il reprend presque mot pour mot la formule de Victor Hugo dans Notre-Dame de Paris et son fameux "ceci tuera cela" quand Hugo prétendait que le livre tuerait la pierre.
Ici Zola écrit : " C'est une curieuse rencontre, disait-il, ce bout d'église encadré sous cette avenue de fonte... Ceci tuera cela, le fer tuera la pierre, et les temps sont proches..."
Au travers de la bouche de Claude Lantier, le peintre pauvre, futur héros de L'Oeuvre, l'auteur nous offre une vision pénétrante de la mutation introduite par la révolution industrielle : " Depuis le commencement du siècle, on n'a bâti qu'un seul monument original, un monument qui ne soit copié nulle part, qui ait poussé naturellement dans le sol de l'époque; et ce sont les Halles centrales, entendez-vous Florent, une oeuvre crâne, et qui n'est encore qu'une révélation timide du XXè siècle..."
L'autre volet prophétique du livre est la description quasi millimétrique du comportement du français moyen de Paris durant la période d'occupation allemande sous le régime de Vichy.
Tout est dit : les collaborations diverses sous des allures parfaitement honnêtes, les conflits d'intérêts, les alliances de façade, etc. le tout concourra ici à faire tomber Florent, qui, bien naïvement, essaie de monter une insurrection pour faire triompher la justice et le droit des opprimés.
L'auteur nous livre aussi tous les écueils qui s'opposent naturellement à toute forme de socialisme et conclut son livre, toujours par la bouche de Claude Lantier avec un : " Quels gredins que les honnêtes gens ! " très lourd de sens.
Mon coup de coeur personnel va indubitablement à Mademoiselle Saget, vieille commère venimeuse quémandeuse imbuvable qui colporte les ragots qu'elle invente elle-même comme personne et qui laisse derrière elle une trainée de poudre apte à semer la zizanie à n'importe quel coin des Halles.
Zola devait affectionner tailler de beaux costumes pour l'hiver à ces femmes, car on en rencontre souvent disséminées çà et là dans les Rougon-Macquart, toutes aussi venimeuses et malfaisantes.
Personnellement, j'adore quand Émile Zola exhume les côtés les plus hideux et puants des humains, les met sur le grill pour empester les voisins et rajoute de grosses gousses d'ail pour roter d'une haleine féroce, mais bien sûr, ce n'est là que mon avis, une bien piètre victuaille oubliée sur l'étal, autant dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          908
lyoko
  11 décembre 2017
Sans doute le meilleurs Zola à lire pendant la période de Noel. En effet on y croise pâtés, boudins, côtelettes panées, et autres mets décrit de façon magistrale. L'auteur est arrivé a me donner l'eau à la bouche à certains moment. Je me suis surprise a aller chercher sur internet une recette (que je ne ferais pas au vu de la complexité). Après il faut avouer aussi que l'excès nous conduit vers une overdose de charcuterie.. un peu comme au lendemain d'un réveillon trop chargé
Mais si Zola est un conteur hors pair, il reste le maître en la matière en ce qui concerne les descriptions. J'ai adoré me pencher sur les adjectifs qu'il utilise. En effet, tout est décrit de façon positive et hop d'un coup un seul on passe du côté négatif à cause d'un seul petit mot qui inspire un immense dégoût.
Sans bien sûr oublier le côté social de l'oeuvre de Zola. Les Halles sont décrits en détails (mais est ce encore besoin de le préciser chez Zola), et où les prémices d'une société de consommation se dévoilent.
C'est aussi un roman ou l'on sent poindre la colère de Zola face a l'injustice sociale et juridique.. mais le sujet est pour l'instant juste survolé.
Que dire de plus sauf qu'une fois encore je me suis régalée en visitant l'univers de Rougon Macquart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          729
Eve-Yeshe
  06 août 2018
Comme dans les précédents, le roman commence sur un évènement : l'arrivée de Florent, échappé du bagne et son premier contact avec Paris, qui a beaucoup changé et sa rencontre avec sa famille et déjà, tous les personnages nous sont décrits. Ensuite, l'auteur revient sur la généalogie des protagonistes, leur histoire, ce qui sert de canevas au thème du roman.
Zola choisit de ce roman de s'intéresser au peuple avec d'un côté les commerçants nantis qui roulent sur l'or, exhibant leurs produits et leurs toilettes pour ces dames qui mangent beaucoup et sont tous « gras ». de l'autre, on a les petits, qui tirent le diable par la queue et sont bien-sûr maigres ce qui n'inspire pas confiance : ils ont forcément quelque chose à cacher.
On a donc la querelle des gras et des maigres comme on a eu la querelle des Anciens et des Modernes. En gros, il y d'un côté les « Maigres » qui ont conservé un idéal révolutionnaire et rêvent de renverser le régime, dont il faut se méfier et qui ne peuvent que disparaître et de l'autre les « Gras » qui ne pensent qu'à s'enrichir, se remplir au propre comme au figuré, profitant du système, c'est-à-dire l'Empire, les grands travaux, ici la construction des Halles.
Notre Florent est un idéaliste qui parle bien, avec des envolées presque lyriques, de la république, de l'égalité, de la révolution, mais il reste dans les idées, peu dans l'action.
Zola est sans pitié avec les commères du quartier, qui espionnent tout le monde, embellissant l'histoire chaque fois qu'elles la raconte à une autre personne, la Mère Saget, à elle seule est une horreur, une vraie caricature, toujours à l'affut, cachée derrière un mur ou observant de sa fenêtre, elle connaît tout sur tout le monde. Il fustige la calomnie, la délation et on ne peut s'empêcher de penser que ces femmes auraient fait un tabac pendant l'Occupation !
Le personnage central de roman, celui qui le fait vivre, ce sont les Halles, cette ville dans la ville, un monstre avec des tentacules, qui est le ventre de Paris, dont on entend le coeur qui pulse, ou les borborygmes de la digestion, aussi vivant donc que les protagonistes du roman. Monstre qui deviendra le pavillon Baltard.
On sent que Zola est fasciné par ce bâtiment, et ce qui se passe dans ses entrailles : on l'imagine, arpentant pendant des heures le monstre ! Ce qui se traduit par des descriptions grandioses : un florilège de couleurs, de senteurs, de sons, en égrenant toutes les variétés de légumes, de fromages, de charcuteries, de poissons et de fleurs : il est lyrique quand il nous parle de l'odeur de prune de la marchande de fruits, de son jupon qui sent la fraise, ou au contraire, l'odeur de marée de la poissonnière.
Il égratigne au passage, les dessous de cette surabondance, avec la puanteur des déchets, les caves où les animaux sont entassés, les pigeons qu'on gave. La société de consommation est déjà en place, les orgies se succèdent, de nourriture et aussi de sexe.
On croise un autre personnage, haut en couleurs, le peintre Claude Lantier que l'on retrouvera dans « L'oeuvre » et auquel on doit quelques propos très forts. C'est un ami de Florent, qui ne le suivre pas sans la politique, mais qui a bien cerné tous ces gens et leur méchanceté. Lantier qui tente de peindre le monstre et également un petit couple de tourtereaux, Cadine et Marjolin qui font partie du monstre, tant ils l'habitent, l'escaladent en tous sens.
Lantier dit fort joliment en parlant des Halles « c'est une curieuse rencontre, ce petit bout d'église encadré sous cette avenue de fonte… ». Ce qui fait penser, pour moi du moins, à une autre construction gigantesque : « Notre Dame de Paris » donc peut-être un clin d'oeil à Victor Hugo, d'autant plus qu'un des protagoniste, Marjolin fait penser à Quasimodo…
Au début ce roman m'a moins plu que les précédents par la surabondance de détails autant que de marchandises, mais je me suis accrochée et l'exercice a fini par me plaire.
Zola nous met l'eau à la bouche au début, avec cette luxuriance de descriptions mais très vite arrive l'écoeurement devant tant d'opulence. Les envolées lyriques finissent par lasser et on est bien content quand il se passe enfin quelque chose… j'ai fait une overdose de bouffe et j'ai une envie pressante de nourritures spirituelles.
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          519
Renod
  01 février 2017
Le « ventre » de Paris, ce sont ses Halles, un «géant de fonte», une «Babylone de métal», un «organe central battant furieusement» qui ingurgite une profusion de denrées pour les recracher mâchées à ses deux millions d'habitants. Zola les décrit dans leur globalité, des toits aux sous-sols, en s'attardant sur chaque commerce d'alimentation et de bouche. Après avoir étudié les affairistes et les spéculateurs dans la Curée, il choisit d'analyser les petits commerçants qui s'enrichissent paisiblement sous le Second Empire. La charcutière Lisa symbolise cette classe. Elle mène une existence rangée, soucieuse de son confort. Elle soutient l'Empire et l'Église qui confortent son égoïsme tranquille. L'arrivée de son beau-frère qui s'est échappé du bagne va bousculer la mollesse de ses habitudes et la vie du quartier. le gros système digestif se trouve indisposé, fiévreux.
La charpente des « Rougon-Macquart » transparait nettement dans ce volume mais j'avoue être peu sensible à la fresque sociale et politique du Second Empire et aux questions d'hérédité. Et puis il y a cette volonté de l'auteur de vouloir tout dire et tout montrer au risque de surcharger son récit.
Par contre, j'ai apprécié Zola le peintre qui parvient à décrire un amoncellement de légumes, un étalage de charcuterie, une vitrine de bijoutier, les mannes d'un poissonnier ou l'architecture d'un pavillon avec un sens pictural extraordinaire. Il utilise dans ses descriptions une palette de couleurs et il sait jouer avec les lumières. Il parvient à faire ressentir l'atmosphère épaisse et lourde d'un espace fermé, la tiédeur d'un souffle, la touffeur d'une cave. le lecteur suffoque dans les remugles de vieux fromages ou la puanteur des resserres où les volailles sont entassées. Zola se sert d'images délicates ou brutales. Les choux-fleurs figurent des bouquets de mariée, les poissons des bijoux barbares. Les charcutiers sont décrits tout en ventre ou en gorge et sont dotés des attributs des porcs : groin ou couenne. Les rues, les murs, les eaux transpirent de graisse. Outre les images, il y a les juxtapositions qui sont riches en significations : les pavillons Baltard tout en vitres et en zinc s'opposent à l'église Saint-Eustache sombre et grise, à l'architecture surannée ; les ramiers des Tuileries s'ébrouent dans le parc quand des pigeons sont égorgés par centaines dans les caves des Halles.
J'ai aimé la mise en scène de cette comédie sociale résumée par cette saillie célèbre de Claude Lantier : « Quels gredins que les honnêtes gens ! » Dans la petite société des Halles, tout n'est que médisances, commérages, jalousies, trahisons. C'est le règne de la cupidité drapée de vertu.
Enfin, le roman nous rappelle tout un monde perdu : les légumes sont cultivés à Nanterre, on se retire à Clamart pour sa retraite, on cherche la campagne à Romainville, et les rues de Paris sont encombrées de charrettes de marchande des quatre-saisons…
Le récit est gonflé par une ambition démesurée et les ficelles sont parfois un peu grosses. Mais Zola parvient à transfigurer la réalité grâce à ses descriptions pleines de poésie et à rendre parfaitement les caractères et les mœurs du peuple des Halles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Nastie92
  08 mars 2018
♬ J'ai bien mangé, j'ai bien bu. J'ai la peau du ventre bien tendue... ♬
Quel livre !
C'est un véritable menu gastronomique que nous offre Émile Zola, complet et copieux.
Après La Curée, les intérieurs luxueux et les toilettes recherchées, Zola plonge brutalement ses lecteurs au milieu des étals de poissons ou dans une charcuterie en pleine fabrication du boudin. Quel contraste !
On dirait presque que l'auteur s'est livré à un exercice de style, tant l'histoire est secondaire dans ce troisième volume des Rougon-Macquart.
Le ventre de Paris est le roman des descriptions.
Les descriptions, toutes les descriptions, rien que des descriptions. Enfin... presque.
Le ventre de Paris sollicite les cinq sens du lecteur.
L'idée m'a souvent traversé l'esprit de respirer certaines pages du livre pour essayer d'y sentir les odeurs que le texte faisait naître dans mon esprit. J'ai même été tentée d'en déchirer certaines pour les déguster...
Je vous rassure tout de suite sur mon état mental : je ne l'ai pas fait. Mais ce n'est pas faute d'en avoir eu envie !
Zola nous met littéralement l'eau à la bouche avec ce Ventre de Paris... qui a failli terminer dans le mien.
En premier, la vue, évidemment. Légumes, viandes, poissons, tout y passe et après avoir lu le roman, on ne regarde plus un étalage de la même façon.
L'odorat, bien sûr. Les fromages, entre autres, m'ont fascinée. En fermant les yeux, je les ai vus et sentis.
L'ouïe. Zola nous fait entendre toutes sortes de sons. du bruit effréné qui règne dans les Halles à la musique plus subtile d'un plat qui mijote.
Le toucher. Velouté, piquant, mou, dur, fondant et quantité d'adjectifs pour nous faire toucher des yeux les denrées exposées.
Et n'oublions pas le goût ! Certains passages m'ont mis l'eau à la bouche, littéralement.
Le ventre de Paris, c'est une incroyable richesse de langue au service de toutes ces descriptions.
Un régal littéraire.
C'est aussi une abondance, voire une surabondance de nourriture.
Florent qui débarque aux Halles se sent perdu, comme englouti par cette avalanche de denrées. En décalage complet avec l'ambiance des lieux. "À cette heure, il était seul, il pouvait crever, sur le pavé, comme un chien perdu." : le flot d'hommes et de marchandises dans lequel il est plongé accentue son sentiment de solitude.
Et comme si cela ne suffisait pas, Florent détonne dans cet environnement où il est de bon ton d'être bien en chair : "ils le regardaient avec l'étonnement de gens très gras pris d'une vague inquiétude en face d'un maigre." Parce que le ventre de Paris, c'est aussi la bataille du gras contre le maigre, et Florent le décharné est d'emblée suspect. Les gens riches mangent en quantité et s'offrent les meilleurs morceaux. Leur silhouette s'en ressent et ils se distinguent des pauvres.
Comme dans les autres volumes des Rougon-Macquart, Zola décrit la société du Second Empire. Ici, il s'intéresse plus particulièrement aux petits commerçants qui vivent une grande période de prospérité, et à leurs clients. L'appât du gain des premiers contre l'avidité d'achats des seconds, préfiguration de notre société de consommation.
Zola a créé une belle galerie de personnages vivant dans les Halles ou gravitant autour. La jalousie est à l'oeuvre, ragots et cancans vont bon train sous l'impulsion d'une belle bande de commères, l'inénarrable mademoiselle Saget en tête. Malfaisante à souhait, c'est le genre de personnage de fiction que l'on adore détester. Une grande réussite.
Le ventre de Paris me conforte dans mon amour de Zola et mon envie de poursuivre la lecture du cycle des Rougon-Macquart.
Je ne peux que vous encourager à plonger à votre tour dans ce Ventre saisissant, mais prenez une bonne inspiration avant de sauter, vous en aurez besoin !
Je termine avec une petite remarque, qui vaut ce qu'elle vaut.
Je lis toujours plusieurs livres en parallèle, parce que j'aime avancer sur différents genres de lectures. Cette façon de lire m'a été très bénéfique ici : lorsque l'indigestion menaçait, lorsque je sentais poindre le trop plein de victuailles, changer de livre m'a permis de prendre une petite pause salutaire qui a parfois fait office de trou normand !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3811
Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
Nastie92Nastie92   04 décembre 2018
Enfin, une armoire s’ouvrit, en face de la fenêtre, entre la cheminée et le lit. Les quatre femmes poussèrent un soupir. Sur la planche du milieu, il y avait une dizaine de mille francs en pièces d’or, méthodiquement rangées par petites piles. Gavard, dont la fortune était prudemment déposée chez un notaire, gardait cette somme en réserve pour « le coup de chien ». Comme il le disait avec solennité, il tenait prêt son apport dans la révolution. Il avait vendu quelques titres, goûtant une jouissance particulière à regarder les dix mille francs chaque soir, les couvant des yeux, en leur trouvant la mine gaillarde et insurrectionnelle. La nuit, il rêvait qu’on se battait dans son armoire ; il y entendait des coups de fusil, des pavés arrachés et roulant, des voix de vacarme et de triomphe : c’était son argent qui faisait de l’opposition. La Sarriette avait tendu les mains, avec un cri de joie. – Bas les griffes ! ma petite, dit madame Lecoeur d’une voix rauque. Elle était plus jaune encore, dans le reflet de l’or, la face marbrée par la bile, les yeux brûlés par la maladie de foie qui la minait sourdement. Derrière elle, mademoiselle Saget se haussait sur la pointe des pieds, en extase, regardant jusqu’au fond de l’armoire. Madame Léonce, elle aussi, s’était levée, mâchant des paroles sourdes. – Mon oncle m’a dit de tout prendre, reprit nettement la jeune femme. – Et moi qui l’ai soigné, cet homme, je n’aurai rien, alors, s’écria la portière. Madame Lecoeur étouffait ; elle les repoussa, se cramponna à l’armoire, en bégayant : – C’est mon bien, je suis sa plus proche parente, vous êtes des voleuses, entendez-vous… J’aimerais mieux tout jeter par la fenêtre. Il y eut un silence, pendant lequel elles se regardèrent toutes les quatre avec des regards louches. Le foulard de la Sarriette s’était tout à fait dénoué ; elle montrait la gorge, adorable de vie, la bouche humide, les narines roses. Madame Lecoeur s’assombrit encore en la voyant si belle de désir. – Écoute, lui dit-elle d’une voix plus sourde, ne nous battons pas… Tu es sa nièce, je veux bien partager… Nous allons prendre une pile, chacune à notre tour. Alors, elles écartèrent les deux autres. Ce fut la marchande de beurre qui commença. La pile disparut dans ses jupes. Puis, la Sarriette prit une pile également. Elles se surveillaient, prêtes à se donner des tapes sur les mains. Leurs doigts s’allongeaient régulièrement, des doigts horribles et noueux, des doigts blancs et d’une souplesse de soie. Elles s’emplirent les poches. Lorsqu’il ne resta plus qu’une pile, la jeune femme ne voulut pas que sa tante l’eût, puisque c’était elle qui avait commencé. Elle la partagea brusquement entre mademoiselle Saget et madame Léonce, qui les avaient regardées empocher l’or avec des piétinements de fièvre.– Merci, gronda la portière, cinquante francs, pour l’avoir dorloté avec de la tisane et du bouillon ! Il disait qu’il n’avait pas de famille, ce vieil enjôleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Nastie92Nastie92   08 mars 2018
Mais Claude était monté debout sur le banc, d’enthousiasme. Il força son compagnon à admirer le jour se levant sur les légumes. C’était une mer. Elle s’étendait de la pointe Saint-Eustache à la rue des Halles, entre les deux groupes de pavillons. Et, aux deux bouts, dans les deux carrefours, le flot grandissait encore, les légumes submergeaient les pavés. Le jour se levait lentement, d’un gris très doux, lavant toutes choses d’une teinte claire d’aquarelle. Ces tas moutonnants comme des flots pressés, ce fleuve de verdure qui semblait couler dans l’encaissement de la chaussée, pareil à la débâcle des pluies d’automne, prenaient des ombres délicates et perlées, des violets attendris, des roses teintés de lait, des verts noyés dans des jaunes, toutes les pâleurs qui font du ciel une soie changeante au lever du soleil ; et, à mesure que l’incendie du matin montait en jets de flammes au fond de la rue Rambuteau, les légumes s’éveillaient davantage, sortaient du grand bleuissement traînant à terre. Les salades, les laitues, les scaroles, les chicorées, ouvertes et grasses encore de terreau, montraient leurs cœurs éclatants ; les paquets d’épinards, les paquets d’oseille, les bouquets d’artichauts, les entassements de haricots et de pois, les empilements de romaines, liées d’un brin de paille, chantaient toute la gamme du vert, de la laque verte des cosses au gros vert des feuilles ; gamme soutenue qui allait en se mourant, jusqu’aux panachures des pieds de céleris et des bottes de poireaux. Mais les notes aiguës, ce qui chantait plus haut, c’étaient toujours les taches vives des carottes, les taches pures des navets, semées en quantité prodigieuse le long du marché, l’éclairant du bariolage de leurs deux couleurs. Au carrefour de la rue des Halles, les choux faisaient des montagnes ; les énormes choux blancs, serrés et durs comme des boulets de métal pâle ; les choux frisés, dont les grandes feuilles ressemblaient à des vasques de bronze ; les choux rouges, que l’aube changeait en des floraisons superbes, lie-de-vin, avec des meurtrissures de carmin et de pourpre sombre. À l’autre bout, au carrefour de la pointe Saint-Eustache, l’ouverture de la rue Rambuteau était barrée par une barricade de potirons orangés, sur deux rangs, s’étalant, élargissant leurs ventres. Et le vernis mordoré d’un panier d’oignons, le rouge saignant d’un tas de tomates, l’effacement jaunâtre d’un lot de concombres, le violet sombre d’une grappe d’aubergines, çà et là, s’allumaient ; pendant que de gros radis noirs, rangés en nappes de deuil, laissaient encore quelques trous de ténèbres au milieu des joies vibrantes du réveil. Claude battait des mains, à ce spectacle. Il trouvait « ces gredins de légumes » extravagants, fous, sublimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nastie92Nastie92   09 juin 2018
C’était un monde de bonnes choses, de choses fondantes, de choses grasses. D’abord, tout en bas, contre la glace, il y avait une rangée de pots de rillettes, entremêlés de pots de moutarde. Les jambonneaux désossés venaient au-dessus, avec leur bonne figure ronde, jaune de chapelure, leur manche terminé par un pompon vert. Ensuite arrivaient les grands plats : les langues fourrées de Strasbourg, rouges et vernies, saignantes à côté de la pâleur des saucisses et des pieds de cochon ; les boudins, noirs, roulés comme des couleuvres bonnes filles ; les andouilles, empilées deux à deux crevant de santé ; les saucissons, pareils à des échines de chantre, dans leurs chapes d’argent ; les pâtés, tout chauds, portant les petits drapeaux de leurs étiquettes ; les gros jambons, les grosses pièces de veau et de porc, glacées, et dont la gelée avait des limpidités de sucre candi. Il y avait encore de larges terrines au fond desquelles dormaient des viandes et des hachis, dans des lacs de graisse figée. Entre les assiettes, entre les plats, sur le lit de rognures bleues, se trouvaient jetés des bocaux d’achards, de coulis, de truffes conservées, des terrines de foies gras, des boîtes moirées de thon et de sardines. Une caisse de fromages laiteux, et une autre caisse, pleine d’escargots bourrés de beurre persillé, étaient posées aux deux coins, négligemment. Enfin, tout en haut, tombant d’une barre à dents de loup, des colliers de saucisses, de saucissons, de cervelas, pendaient, symétriques, semblables à des cordons et à des glands de tentures riches ; tandis que, derrière, des lambeaux de crépine mettaient leur dentelle, leur fond de guipure blanche et charnue. Et là, sur le dernier gradin de cette chapelle du ventre, au milieu des bouts de la crépine, entre deux bouquets de glaïeuls pourpres, le reposoir se couronnait d’un aquarium carré, garni de rocailles, où deux poissons rouges nageaient, continuellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Nastie92Nastie92   08 septembre 2018
Les affaires furent excellentes. Quenu, que les avances avaient épouvanté, éprouvait presque du respect pour sa femme, qui, selon lui, « était une forte tête ». Au bout de cinq ans, ils avaient près de quatre-vingt mille francs placés en bonnes rentes. Lisa expliquait qu’ils n’étaient pas ambitieux, qu’ils ne tenaient pas à entasser trop vite ; sans cela, elle aurait fait gagner à son mari « des mille et des cents », en le poussant dans le commerce en gros des cochons. Ils étaient jeunes encore, ils avaient du temps devant eux ; puis, ils n’aimaient pas le travail salopé, ils voulaient travailler à leur aise, sans se maigrir de soucis, en bonnes gens qui tiennent bien à vivre.
– Tenez, ajoutait Lisa, dans ses heures d’expansion, j’ai un cousin à Paris… Je ne le vois pas, les deux familles sont brouillées. Il a pris le nom de Saccard, pour faire oublier certaines choses… Eh bien, ce cousin, m’a-t-on dit, gagne des millions. Ça ne vit pas, ça se brûle le sang, c’est toujours par voies et par chemins, au milieu de trafics d’enfer. Il est impossible, n’est-ce pas ? que ça mange tranquillement son dîner, le soir. Nous autres, nous savons au moins ce que nous mangeons, nous n’avons pas ces tracasseries. On n’aime l’argent que parce qu’il en faut pour vivre. On tient au bien-être, c’est naturel. Quant à gagner pour gagner, à se donner plus de mal qu’on ne goûtera ensuite de plaisir, ma parole, j’aimerais mieux me croiser les bras… Et puis, je voudrais bien les voir ses millions, à mon cousin. Je ne crois pas aux millions comme ça. Je l’ai aperçu, l’autre jour, en voiture ; il était tout jaune, il avait l’air joliment sournois. Un homme qui gagne de l’argent n’a pas une mine de cette couleur-là. Enfin, ça le regarde… Nous préférons ne gagner que cent sous, et profiter des cent sous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Nastie92Nastie92   14 août 2018
Mais il s’interrompit brusquement, en voyant entrer mademoiselle Saget, qui avait poussé la porte de la boutique, après avoir aperçu de la chaussée la nombreuse société causant chez les Quenu-Gradelle. La petite vieille, en robe déteinte, accompagnée de l’éternel cabas noir qu’elle portait au bras, coiffée du chapeau de paille noire, sans rubans, qui mettait sa face blanche au fond d’une ombre sournoise, eut un léger salut pour les hommes et un sourire pointu pour Lisa. C’était une connaissance ; elle habitait encore la maison de la rue Pirouette, où elle vivait depuis quarante ans, sans doute d’une petite rente dont elle ne parlait pas. Un jour, pourtant, elle avait nommé Cherbourg, en ajoutant qu’elle y était née. On n’en sut jamais davantage. Elle ne causait que des autres, racontait leur vie jusqu’à dire le nombre de chemises qu’ils faisaient blanchir par mois, poussait le besoin de pénétrer dans l’existence des voisins, au point d’écouter aux portes et de décacheter les lettres. Sa langue était redoutée, de la rue Saint-Denis à la rue Jean-Jacques Rousseau, et de la rue Saint-Honoré à la rue Mauconseil. Tout le long du jour, elle s’en allait avec son cabas vide, sous le prétexte de faire des provisions, n’achetant rien, colportant des nouvelles, se tenant au courant des plus minces faits, arrivant ainsi à loger dans sa tête l’histoire complète des maisons, des étages, des gens du quartier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Videos de Émile Zola (105) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
A l'occasion de la sortie de son roman "Trois Baisers", Katherine Pancol s'est rendue à la Médiathèque Emile Zola pour une séance rencontre/dédicace inédite. Découvrez en quelques minutes comment l'auteur vous kidnappe à travers son dernier livre !
Site Web Sauramps : https://www.sauramps.com
Retrouvez nous sur :
Facebook : https://bit.ly/2lhDbcc Twitter : https://bit.ly/1UDrTNf Instagram : https://bit.ly/2MEVCE7 Pinterest : https://bit.ly/2K6kiUc
autres livres classés : halles de parisVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
421 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre
.. ..