AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.22 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Toronto , le 25/09/1932
Mort(e) à : Toronto , le 4/10/1982
Biographie :

Glenn Herbert Gould, plus connu sous le nom de Glenn Gould, était un pianiste, compositeur, écrivain, homme de radio et réalisateur canadien.
En 1940, alors âgé de 8 ans, il entre au Royal Conservatory of Music de Toronto. Il a 15 ans lorsqu'il se produit, avec l'Orchestre symphonique de Toronto, au Massey Hall. Dès lors, il s'installe peu à peu comme interprète (Beethoven, Scarlatti, Couperin, Mendelssohn,...) et compositeur; on l'entend à la radio, on le voit à la télévision.
Il est surtout connu pour ses interprétations remarquables au piano du répertoire classique, dont les deux fameux enregistrements des Variations Goldberg de Bach (1955 et 1981).
Célèbre pour son style analytique, sa technique immédiatement reconnaissable, une certaine excentricité mais aussi est surtout pour chanter tout en jouant (même lors des enregistrements).
Il multiplie les tournées à partir de 1956 (Canada, États-Unis, Union Soviétique, Berlin,...). A cette occasion, il joue sous la direction de Karajan, de Bernstein. Mais il abandonne sa carrière de concertiste en 1964, pour ne plus jamais se produire devant un public et ne se consacrer qu'aux enregistrements de disques et à la production d'émissions de radio pour Radio-Canada.
Il disait entretenir une relation bien plus étroite avec son audience à travers le studio plutôt qu’en concert. Sa conception artistique est ainsi pleinement satisfaite (avec la possibilité de montage).
Mort assez jeune tout de même (50 ans), il comptait arrêter le piano pour se tourner vers l’écriture notamment.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Glenn Gould


Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Glenn Gould
Oliphant   24 juin 2013
Glenn Gould
Je ne connais pas la proportion exacte mais j'ai toujours pensé que pour chaque heure passée en compagnie d'êtres humains, il fallait X heures passées tout seul. Ce qu'est X, je l'ignore, deux heures et sept huitièmes ou sept heures et deux huitièmes mais c'est une quantité considérable.
Commenter  J’apprécie          251
Glenn Gould
Walktapus   21 mai 2015
Glenn Gould
Je tenais pour acquis que tout le monde partageait ma passion pour les ciels nuageux. J'ai eu tout un choc en apprenant que certaines personnes préféraient le soleil.
Commenter  J’apprécie          252
Glenn Gould
glennherbertgould   25 février 2017
Glenn Gould
Un jour j'écrirai ma biographie, qui sera certainement fictive.
Commenter  J’apprécie          162
Glenn Gould
glennherbertgould   11 mars 2017
Glenn Gould
La réclusion monastique me convient.
Commenter  J’apprécie          120
Glenn Gould
glennherbertgould   18 février 2017
Glenn Gould
L'objectif de l'art n'est pas le déclenchement d'une sécrétion momentanée d'adrénaline, mais la construction, sur la durée d'une vie, d'un état d'émerveillement et de sérénité.
Commenter  J’apprécie          80
Glenn Gould
glennherbertgould   19 février 2017
Glenn Gould
Je crois que la compétition, plus que l'argent, est la source de tous les maux.
Commenter  J’apprécie          70
lanard   08 avril 2013
Glenn Gould par Glenn Gould sur Glenn Gould de Glenn Gould
Je crois simplement que l'on devrait accorder à l'artiste, pour son bien comme pour celui de son public - et permettez-moi de dire officiellement aujourd'hui que je n'aime pas du tout les termes comme "public" ou "artiste", et en particulier la hiérarchie qu'implique l'usage d'une telle terminologie-, je crois donc que l'on devrait accorder à l'artiste l'anonymat. Il devrait avoir le droit d'agir en secret, en quelque sorte, détaché - ou, mieux encore, insouciant - des supposées exigences du marché, exigences qui, si elles sont considérées avec suffisamment d'indifférence par un nombre suffisant d'artistes, disparaîtront tout simplement. Et puisqu'elles auront disparu, l'artiste abandonnera son faux sentiment de responsabilité vis-à-vis de son "public", et son "public" renoncera à son rôle de dépendance servile.
Commenter  J’apprécie          40
lanard   08 avril 2013
Glenn Gould par Glenn Gould sur Glenn Gould de Glenn Gould
C'est la tradition post-Renaissance qui a mené le monde occidental au bord de la destruction. Vous savez, cet attachement bizarre à la liberté de mouvement, à la liberté d'expression et tout le tremblement est un phénomène étrangement occidental. Tout cela fait partie de l'idée occidentale selon laquelle on peut aisément séparer les paroles des actes.

(...)

Seules les cultures qui, par hasard ou d'habile manière, ont contourné la Renaissance voient l'art comme la menace qu'il est en réalité.

g.g. : - Je présume que l'URSS en fait partie?

G.G. : - Absolument. Les Soviétiques sont un peu brut de décoffrage en ce qui concerne la méthode, je l'admet, mais leurs inquiétudes sont totalement justifiées.
Commenter  J’apprécie          30
Partemps   07 novembre 2020
Écrits de Glenn Gould
On trouve souvent dans le Clavier bien tempéré une réelle communion d'intérêt et d'esprit entre les fugues et les préludes qui les précèdent. Parfois certains préludes ne sont rien d'autre qu'un préliminaire prosaïque en forme d'étude; j'aurais tendance à faire entrer les Préludes en ut majeur et ut mineur du Premier Livre dans cette catégorie. En revanche, rien ne pourrait s'identifier plus complètement au caractère méditatif et mélancolique de la Fugue à cinq voix en ut dièse mineur du Premier Livre que son prélude langoureux et rêveur. A l'occasion, les Préludes eux-mêmes ont une orientation fuguée; c'est le cas de celui en mi bémol majeur du Premier Livre; en dépit de son absence d'égards pour les propriétés expositionnelles académiques, il présente une texture fuguée très enchevêtrée qui rejette dans l'ombre la fugue plutôt spécieuse et conventionnelle qu'il préface. Parfois encore, Bach utilise le prélude pour s'essayer aux raffinements bien formulés de structures binaires équilibrées offrant l'occasion d'une altercation thématique, et qui étaient devenus la préoccupation principale de la plupart de ses collègues. (Le Prélude en fa mineur du Deuxième Livre évoque certaines des créations les moins complaisamment tactiles du Signor Scarlatti.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Partemps   07 novembre 2020
Écrits de Glenn Gould
Bach y exploite les rapports harmoniques fondamentaux dans un dessein de continuité et de détente structurelle; certains segments d'importance majeure de l'une des fugues multithématiques s'achèvent même parfois sur une solide cadence à la dominante. Mais cette œuvre fluide et souvent modulante n'est que rarement empreinte du déterminisme harmonique résolu qui était la marque notoire de l'écriture fuguée de la maturité de Bach. Dans l'intervalle séparant l'époque tâtonnante de Weimar de celle du retranchement intensément concentré qui a donné naissance à l'Art de la Fugue, Bach a écrit des centaines de fugues, qu'elles soient ou non ainsi désignées. Il les a conçues pour toutes sortes de combinaisons instrumentales possibles, et elles révèlent une technique contrapuntique d'une aisance confondante qui se situe aux confins de la perfection. Les deux Livres du Clavier bien tempéré avec leurs quarante-huit Préludes et Fugues en constituent l'archétype. Cette œuvre prodigieusement bigarrée parvient à établir un rapport entre continuité linéaire et sécurité harmonique, qui échappait auparavant totalement au compositeur et qui ne joue qu'un rôle mineur dans l'Art de la Fugue, en raison de son parti pris anachronique. Le flair tonal dont Bach fait preuve dans ces œuvres semble épouser inexorablement le matériau traité et son dispositif modulatoire est si considérable qu'il lui permet de donner du relief à toutes les sinuosités thématiques de ses sujets et contre-sujets. Grâce à une telle perfection d'homogénéité conceptuelle, Bach perd non seulement toute inhibition stylistique, mais va jusqu'à se permettre de redéfinir son vocabulaire harmonique en fonction de chaque morceau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-53032

Née Audrey RUSTON en Belgique en 1929, celle qui choisit le nom de scène de HEPBURN repose depuis 1993 ..#.. .

au Père Lachaise (Paris)
au Arlington Cemetery (Washington DC)
au Hollywood Forever Cemetery (Los Angeles)
dans un petit cimetière suisse, non loin du lac Léman

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : star , cinema , théâtre , musique , télévisionCréer un quiz sur cet auteur

.. ..