AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070143007
Éditeur : Gallimard (05/05/2014)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Cette nuit-là, Robespierre frappe à la porte de Marie, une céroplasticienne à laquelle il va ordonner de modeler dans la cire le visage d?un vieillard arraché aux cachots de la Bastille. C?est en vérité un mort-vivant qu?il confie à une artiste dont les pouvoirs lui sont inconnus. Comment imaginerait-il qu?une aussi jeune femme sache capter l?essence physique, morale et psychologique des êtres auxquels, par son toucher, elle donne un "autre visage"? Stupéfait de voi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Delphine-Olympe
  25 mai 2014
Etonnant roman, qui brosse un portrait de Robespierre en ses dernières années.
Chacun connaît plus ou moins l'homme des manuels scolaires : l'implacable révolutionnaire qui envoya sans ciller les ennemis de la République se faire guillotiner à tour de bras; l'exact opposé de Danton, cet être paillard et débraillé qui mordait la vie à pleines dents, tandis que Robespierre, d'une inquiétante froideur, ne goûtait aucun des plaisirs terrestres et ne semblait s'animer d'une flamme humaine que lorsqu'il montait à la tribune pour déployer son éloquence...
C'est bien ce personnage que l'on retrouve sous la plume d Alain Absire : un être privé de toute forme de sentiment, gouverné par ses seules préoccupations politiques. Cependant, on y découvre un homme plus complexe qu'il n'y paraît, un homme qui, orphelin dès son plus jeune âge, ne sait reconnaître ni encore moins exprimer ce qui s'apparente à de l'émotion, de la tendresse, de l'attirance.
Tandis qu'il fait la connaissance de Marie, céroplasticienne de son état, à qui il amène le plus ancien prisonnier de la forteresse de la Bastille afin qu'elle en immortalise les traits en symbole de l'iniquité du régime en train de tomber, il perçoit un trouble qui le met profondément mal à l'aise. Bien qu'il s'en défende, il ne cessera dès lors de rechercher la compagnie de cette femme, allant jusqu'à la seconder lorsqu'elle modèlera toutes les personnalités, vivantes ou mortes, de cette Révolution en train de s'accomplir.
Incapable de tout contact physique, Robespierre répugne autant qu'il aspire à sentir les mains de cette femme se poser sur son propre visage pour en mouler les contours. Sa mort seule lui permettrait de connaître enfin la satisfaction de son inavouable désir.
Mais sa mort signifierait aussi l'échec du seul combat qui importe, l'avènement de la République, le triomphe du peuple et l'abolition de la tyrannie, combat qui justifie toutes les actions, y compris la condamnation à mort, contre laquelle il s'était pourtant vigoureusement élevé - ce que l'on a aujourd'hui oublié.
Car Robespierre se sent investi d'une mission suprême, qui le dépasse, comme elle dépasse toutes les passions humaines. Tel un prophète, il conduit le peuple vers son émancipation. le texte d'Absire, à cet égard, est d'une stupéfiante clarté : émaillé d'images et de références religieuses, il transforme peu à peu le glaçant Robespierre en un Christ acceptant le sacrifice suprême de sa propre vie pour la rédemption du peuple régicide.
Mais loin d'en faire un simple illuminé totalement étranger à toute forme d'attachement à la vie, Absire suggère la répulsion qu'il éprouve face à la mort. Jamais Robespierre n'assista à la moindre exécution, et ce n'est pas sans effroi qu'il envisage sa propre mise à mort, qu'il devine inéluctable et que Danton lui avait prédite lorsqu'il passa sous ses fenêtres, dans la charrette qui le menait à l'échafaud.
Sans doute Robespierre devait-il, pour accepter de faire cette ultime offrande, acquérir la certitude d'accéder enfin en mourant à l'inaccessible amour. Non pas celui intellectualisé de l'Humanité - par lequel il était sans doute d'une certaine manière habité, aussi paradoxal que cela puisse paraître -, mais par celui qui nous le rendrait plus humain: l'amour incarné par une femme.
Ainsi Alain Absire nous offre-t-il, dans une écriture absolument magnifique, une nouvelle lecture de cette figure fondatrice de notre République, dont la plupart d'entre nous ne retient plus que le rôle de grand ordonnateur de la Terreur. Mais auquel nous devons aussi les valeurs constitutives de notre identité nationale et qu'il nous appartient, encore et toujours, de défendre avec détermination : Liberté Egalité Fraternité. Existe-t-il en effet plus belle devise et plus noble programme ?

Lien : http://delphine-olympe.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
FritzLangueur
  24 juin 2014
« Mon sommeil sera paisible » est un roman éblouissant de perspicacité et affiche une grande originalité. Il égrène, heure par heure, les grandes étapes de la Révolution Française, évoquant cette mise en place d'une réaction en chaîne vers l'horreur absolue. L'auteur choisit le prisme d'une haute figure de cet évènement historique, et non des moindres : Robespierre. Ici, loin de toute imagerie d'Epinal, Alain Asbire nous place au coeur d'âme de ce révolutionnaire à la sinistre réputation. Il lui redonne vie en explorant ce qui est l'essence de son existence : la nation vertueuse. Cet idéal en étendard, Robespierre, homme de droit intransigeant, se veut le guide de tout un peuple. Fort de son raisonnement, sa vision de la société idéale s'imposera quelque soit le ou les sacrifices à faire. Victime de son idéologie, il s'inscrit dans le schéma classique du dirigeant totalitaire, aveuglé, paranoïaque et desséché de tous sentiments. Les scènes s'enchainent, du détail de la vie quotidienne, aux houles de l'assemblée, la Révolution Française apparaît comme une espèce de purgatoire d'idées plus contradictoires les unes que les autres, et on sait que le paradis escompté,(la stabilité politique) n'arrivera que quelques décennies après…. de cette nation opprimée, brimée jaillit une envie, un voeu pieu… la liberté du peuple, dont Marie la céroplasticienne, avec toute sa candeur et son pragmatisme, est une digne représentante. Elle veut le contre poids à cette machine infernale qui s'est mise en marche.
Mais Asbire ne se contente pas d'un récit biographique du politique Robespierre, il cerne surtout l'homme, au destin funeste comparable à celui de Jésus christ. Il avance cote que coute, prononçant la bonne parole et agissant pour son idéal. Sa fin est inéluctable et déjà programmée, il en a conscience. Ses failles, ses atouts, sa force de caractère et ses lâchetés sont autant de facteurs qui font de lui un humain faillible, qu'il se doit de cacher. Et le roman prend alors une dimension universelle dans la description de cette mise en abime d'un être humain. Bien plus que le sang, la violence et l'horreur décrits, le plus effrayant dans « Mon sommeil sera paisible » est cette folie morbide et consciente qui traverse cet homme. Il pourrait refreiner à tous instants mais qui dans ce cas elle est inéluctable, puisque le sacrifice est le but d'une vie, d'une cause...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LLUENGO
  21 mars 2015
Extraordinaire roman inclassable. Historique puisque le personnage central est Robespierre mais inclassable tant l'écriture est riche, furieuse, charnelle (pas dans le sens sensuel ). Les descriptions des corps pendant la Terreur qu'on récupère pour le charnier sont tout simplement hallucinante. Je me suis surprise à lire à voix haute certains passages pour entendre la musicalité des phrases.
Eté 1789, Robespierre se rend chez Marie , une céroplasticienne à qui il va demander de modeler le visage d'un vieillard mourant sorti du cachot de la Bastille. A travers la relation à la fois chaste, conflictuelle mais amoureuse qu'il entretient avec Marie, nous suivons l'ascension de Robespierre entre l'amour de la République et la folie meurtrière que sera la Terreur.
Parfois un peu ardu à lire , ce roman reste un grand moment de littérature. Amis des belles langues, vous pouvez vous précipiter sur cet opuscule!
Commenter  J’apprécie          30
cvd64
  28 avril 2019
Robespierre, tyran qui sème la mort par procuration car ne veut s'approcher des suppliciés, mais aussi terrorisé par son devenir; faire don de sa personne mais en retirer les lauriers se plaçant au sommet de la pyramide des décideurs, se nommant l'être suprême à l'égal de Dieu; sa fin choisie (se suicider mais se rater) mais aussi subie ( raccourci par la guillotine), il n'aspire plus qu'à la postérité entre les mains de Marie.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LLUENGOLLUENGO   08 avril 2015
Maximilien se redresse d'un coup. Péremptoire, le bras tendu et l'index braqué vers son visiteur, il lance: "Citoyen Guillotin! Tu vas recoller sur-le-champs la tête de ta figurine et, demain à midi, des sans-culottes viendront te chercher pour te conduire dans l'atelier de céroplastie à quelques pas d'ici; Là, tu demanderas à une certaine Marie de prendre l'empreinte de ta propre figure et tu lui laisseras toute ta mécanique, y compris ton condamné, pour qu'elle fasse ce que bon lui semble de ce nouvel Autel et de ceux dont la destinée est d'y être sacrifiés....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MellowMellow   02 mai 2015
- [...] Ne ferme pas ton cœur à une amitié qui ressent ta peine. Tôt ou tard, nous serons tous morts. Un an, six mois ou deux semaines ..., il nous reste peu de temps pour nous entraider. Et pourtant, notre victoire et notre bonheur sont dans l'avenir.
Commenter  J’apprécie          20
MellowMellow   02 mai 2015
- Je te parle du bonheur de rester vivante. Marie ! Ne préfères-tu pas, chaque matin, constater que ta tête est à sa place sur ces épaules qu'il m'est agréable de caresser?
Commenter  J’apprécie          30
cvd64cvd64   27 avril 2019
Nul ne peut penser ni décider à notre place, Maximilien. A nous de savoir si le but est de rester vivant ou de rester humain.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alain Absire (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Absire
Alain Absire, Président de la SOFIA (Société française des intérêts des auteurs de l'écrit).
autres livres classés : robespierreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre