AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811219579
Éditeur : Milady (20/01/2017)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 220 notes)
Résumé :
En pleine nuit, une femme attend face au Panthéon, seule, un petit sac dans ses bras frêles qu'elle serre comme un étau. Cette femme, c'est Anna-Marie Caravelle, l'abominable, l'Affreuse Rouquine, la marginale.
Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil décide de prendre en charge, en secret, à l'insu du reste du monde, l'éducation de la petite Anna-Marie, fille d'un suicidé et d'une folle à lier, elle n''imagine pas encore le monstre qu'elle abrite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (122) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  23 mars 2019
Non de non, ce livre n'était pas pour moi. Je me suis laissée tenter car de temps en temps, j'aime me distraire avec un bon thriller. Déjà ici, en est-ce bien un ? Difficile d'étiqueter ce roman. Roman noir? Horreur ? Voici le mot qui a hanté toute ma lecture : glauque. Ce roman est glauque à souhait. Sans intérêt selon moi car il n'apporte rien. J'ai traîné la patte pour tourner les pages, j'avais pas envie de savoir le fin fond de l'histoire et je me suis bien ennuyée.
Anna-Marie est une pauvre fille délaissée par tous, abandonnée, que tout le monde trouve laide et pas assez bien pour lui donner une once d'amour. Dans cette enfance meurtrie et ratée, Anna-Marie va nourrir sa haine et devenir une tueuse.
(Un peu facile ce portrait de tueuse alors qu'avec un peu de psychologie, le personnage aurait pu avoir bien plus d'intérêt je trouve). J'ai manqué de refermer ce livre si noir mais un peu de lumière est enfin arrivée quand Anna-Marie rencontre Camille, l'Ange blond. L'auteure a une très jolie plume quand elle se penche dans la douceur et la poésie. Les descriptions sur Paris sont très jolies. Mais bien insuffisantes pour combler toute ce tableau noir. Si l'auteure s'est consacrée un jour à un roman plus tendre, je serai curieuse de le lire...
En attendant, âmes sensibles vous voilà prévenues. Si vous voulez lire des animaux torturés, et nager dans la folie borderline, ce roman plaira. C'était pas mon trip aujourd'hui. Ni un jour d'ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8922
Ydamelc
  29 août 2017
Samedi - 11h20, deux heures que je ne tiens plus en place...
Deux heures que je jongle entre ma tablette et chacune des pièces de ma maison pour m'occuper les mains et l'esprit...
Deux heures que je viens de pleurer toutes les larmes de mon corps en découvrant les derniers mots du chapitre 29...
Je suis anéantie.
J'ai besoin d'en parler.
Mais à qui ???
Tout le monde autour de moi a l'air occupé.
Ahhhhhh ! Je vais exploser !
Je vais dans ma chambre.
J'y trouve mon onzans, qui comme son habitude, squatte mon lit pour jouer avec sa console de jeux vidéos...
Il sait qu'il ne devrait pas être là.
Il me regarde l'air fautif.
Et si j'en profitais...
- Mon chaaaaaaaapinnnnn !!!
(C'est son petit nom...Un mélange de chaton et de lapin)
- ?!
- ohhhh... mon chapin... Il faut AB-SO-LU-MENT que je te montre quelque chose !
Regarde bien ce livre...
Tu vois, là ?
C'est mon marque-pages !
Il est presque à la fin...
Il reste quoi ?! 2 tout minuscules chapitres de rien du tout et l'épilogue !
- ?!!!?
- Mais non... C'est trop dur ! Je veux pas savoir...
- !???!
- Enfin... Si... En fait, je sais, mais je veux pas savoir...
- Tu sais, mais tu veux pas savoir ?!
(avec l'air de dire, t'es complètement grave ma pauv' môman...)
- (les larmes me montent aux yeux...) Oui... Je sais, mais je ne veux pas...
Il faut que je me trompe... Dis moi que je me trompe ?
- Pffff... Tu lis, pis tu en achètes un autre et voilà ! C'est fini.
- ...........
Qu'est-ce que tu fais dans ma chambre d'abord ? File de là !
Pfff...Les enfants, ils comprennent vraiment rien du tout, c'est pô possible autrement. Bon, ça m'a quand même fait du bien de pouvoir évacuer un peu tout ça.
Donc, ce bouquin est d'une noirceur absolument terrifiante !
Comme Solène Bakowski est cruelle... Mais, ouah ! qu'est ce que c'est bon !
Parce que malgré le fait que tout soit si sombre, je n'ai pas pu m'empêcher de rechercher la moindre petite étincelle de lumière et d'y croire... D'y croire fort ! Même si les mots disaient tout le contraire...
J'ai tout aimé.
Le style, la narration.
Anna-Marie Caravelle nous raconte son histoire.
De ce qui l'a amenée sur cette terre, jusqu'au moment où elle se retrouve en face du Panthéon. Avec un sac. Ce fameux sac...
Alors, oui... J'ai enfin eu le courage d'affronter les dernières pages qu'il me restait.
Et non, je ne vous dirais pas si je me trompais...
Enorme coup de coeur !
Une bonne intention devrait se retrouver dans mes mains dans pas trop longtemps, je pense.
Ce qui est certain, c'est que je suivrai l'actualité de l'auteure avec assiduité.
Incontournable pour tous les coeurs avertis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5819
Antyryia
  24 août 2017

J'ai toujours eu une certaine méfiance pour les livres auto-édités.
Ils pullulent sur des sites comme Amazon, et dans la majorité des cas, le roman va être encensé par de nombreux commentaires élogieux. A croire que les éditeurs passent leur temps à refuser des manuscrits de chefs d'oeuvre...
Souvent usurpées, ces appréciations n'ont parfois pour seul but que de pousser à la consommation. Et on se retrouve ainsi facilement à télécharger un texte qui pullule de fautes, et au talent inversement proportionnel.
Ma récente découverte d'Amélie Antoine, notamment au travers de ses romans Fidèle au poste ( prix Amazon de l'auto-édition en 2015 ) ou Au nom de quoi m'ont cependant poussé à tenter la découverte d'autres auteurs reconnus dans ce milieu.
Mon avant-propos ne doit donc surtout pas être généralisé.
Solène Bakowski m'est venue naturellement. Il semblerait qu'elle partage une certaine amitié, un certain respect avec Amélie Antoine et également, elle aussi a finalement attiré un éditeur.
Ainsi, Michel Lafont a distribué en librairie Fidèle au poste en lui insufflant une seconde vie ... Et c'est Milady qui fait davantage connaître ce second roman de Solène Bakowski : Un sac. Qui a quant à lui obtenu le prix spécial du jury Amazon en 2015.
Peut-être que finalement, ce sont les auteurs qui doivent désormais faire leurs preuves par eux-mêmes avant qu'un éditeur ne daigne s'intéresser à eux.
Ces deux livres étant déjà de gros succès avant leur parution "papier", le risque pris était quasiment nul.
Qualifié le plus souvent de roman très noir, voire horrifique, j'ai davantage perçu Un sac comme un conte moderne, cruel, aux accents macabres.
"-Miroir, miroir, dis-moi qui est la plus belle.
- Pas toi Anna-Marie Caravelle. Pas toi."
Marie-Anna Caravelle, dont l'histoire nous est ici narrée, n'est effectivement pas d'une beauté à couper le souffle. Notamment en raison de la tâche lie-de-vin qui orne son visage, et qui semble s'agrandir à chacune de ses fautes. A la façon de la piqûre dans le roman éponyme de Marie-Christine Horn.
"Est-il besoin de préciser que ma tâche, à cette époque, grossit beaucoup, au point qu'elle envahissait plus de la moitié de mon visage et me donnait, ajoutée à la misère nouvelle de mon corps, un air de trépassée ?"
Cette anti-héroïne nous décrira les vingt-quatre premières années de sa tragique histoire. Elle l'écrira à la main, le temps de quelques heures, installée sur les marches du Panthéon, rue Soufflot à Paris ( du nom de son architecte ).
Paris qui sera d'ailleurs presque un personnage à part entière, puisque le roman se passe tout d'abord dans le onzième arrondissement, rue de Chanzy, et nous fera ensuite visiter les quais de Seine ( le fleuve sera comparé au sang de Paris ), les jardins du Luxembourg ou encore Notre-Dame.
Sans oublier ses multiples passants.
"La couleur humaine, c'est le gris, comme Paris, comme les rats, comme la pollution, comme la fiente des pigeons."
A ses côtés, un sac à dos vert au mystérieux contenu, qu'on pourra commencer à anticiper aux deux tiers du livre environ.
Qui constitue en quelque sorte la chute attendue de ce morceau de biographie, et sur lequel Solène Bakowski reviendra le temps de courts chapitres pour ne pas nous faire oublier son existence, comme un leitmotiv s'insérant entre les confidences de son personnage principal.
L'histoire d'Anna-Marie est présentée d'emblée comme ambiguë.
"Je vais vous paraître effrayante. Pourtant je ne suis pas monstrueuse."
"Mon histoire ne plaide ni en ma faveur, ni en ma défaveur."
Elle commence avant même sa naissance, et le moins qu'on puisse dire c'est qu' Anna-Marie n'est pas née avec tous les atouts en main. Son père se suicide alors que sa mère, Elise, est enceinte.
C'est Elise, la future maman, qui découvrira le corps, ce qui va provoquer une brusque catatonie dont elle ne sortira jamais.
"Elle ne lisait pas. Ne mangeait pas. Ne riait pas. Ne pleurait pas."
C'est un bien macabre spectacle que découvrira Monique Bonneuil, leur voisine âgée et solitaire. Qui va prendre les choses en main. Elle va prendre soin d'Elise, ravie de se sentir enfin utile. Et ne préviendra personne.
Elle qui aidera la mère, toujours amorphe, à accoucher. Et s'occupera en cachette de la petite Anna-Marie après avoir confié sa mère à un établissement psychiatrique.
Lui ôtant d'emblée toute existence légale.
"C'était son secret. A elle. Son enfant. le protéger. Envers et contre tout. Qu'on ne lui prenne jamais."
Pendant dix ans, Anna-Marie vivra totalement recluse dans un appartement, sans la moindre connaissance du monde extérieur. Avec pour seule compagnie cette mère de substitution, le yorkshire Poupoune et les chansons d'Edith Piaf.
"Telle la grenouille au fond de son puits, son monde se terminait aux murs du maigre appartement."
"Le monde autour n'existait pas : ni ciel, ni étoile, ni vue, ni maison, ni personne."
Pour sa première découverte du monde extérieur, Anna-Marie rendra visite à sa mère biologique, toujours internée. Une confrontation après laquelle plus rien ne sera comme avant. Comme si elle incarnait désormais le mal.
"Je ne marchais plus, je rampais dans la vie comme un serpent maléfique."
Quelle horreurs se sont alors produites ? Qu'est-ce qui va déclencher le départ de la désormais adolescente ?
Je n'en dirai pas davantage.
Simplement que la jeune femme qui va bientôt errer dans les rues de la capitale n'incarne plus la moindre forme d'innocence.
Mais que malgré sa cruauté, il est impossible de la juger étant donné les circonstances dans lesquelles elle est née puis a grandi.
Comment ne pas garder quelques séquelles ?
L'étrange initiation d'Anna-Marie ne fera alors que commencer.
Elle rencontrera d'autres personnes tout aussi étranges qu'elle.
"On est bizarres toi et moi on n'a rien en commun avec ceux qui nous entourent."
Cette seconde partie du parcours chaotique d'Anna-Marie lui fera découvrir ses premiers émois amoureux, le besoin de travailler pour pouvoir survivre ... mais en aucun cas sa vie ne retrouvera l'équilibre qui lui a toujours manqué depuis sa gestation.
Son sens moral, ses facultés relationnelles ... Elle n'en n'est pas dépourvue mais sa vision est totalement déformée. La pauvre n'a jamais eu de repères et encore moins de mode d'emploi. Elle apprend par elle-même ce qui est bien ou mal, mais elle a grandi dans des circonstances tellement décalées par  rapport à la norme sociale que ses réactions ne sont jamais adaptées.
Solène Bakowski aime, je la cite, "créer des personnage alambiqués animés d'une "folie douce" à la limite de la normalité".
"Tes pulsions, tes démons, tes problèmes, y en a marre. Fais-toi soigner, merde !"
Même si définir la normalité serait beaucoup trop risqué, la frontière vers cette folie douce a largement été franchie par la narratrice, et l'intégration d'Anna-Marie au monde parisien, même le plus obscur, ne pouvait de toute façon se faire sans souffrances.
Qu'elles soient causées ou subies.
Comment exister ? Quelle place, quelle présence occuper dans un monde dont on ne maîtrise pas les codes ou les règles les plus élémentaires ?
"Il m'avait abolie. Il m'avait effacée. Il m'avait niée."
Amateur de récits dérangeants ou amoraux, j'ai été ici copieusement servi. Même si je n'ai jamais pu croire tout à fait à cette histoire ( et c'est la raison pour laquelle j'ai choisi de l'aborder davantage comme une fable tant le postulat de départ était improbable ), cet étrange apprentissage de la vie comme façonné au travers d'un miroir déformant m'a glacé à plus d'une reprise, jusqu'à la conclusion tellement inhumaine, poignante et après tout logique de ce long parcours fait de monstruosités et de rédemption.
Et que ressentir pour Anna-Marie ? de l'empathie pour sa malchance ou de la colère quand elle réitère des actes impardonnables ? Mes sentiments pour ce personnage ambiguë à souhait ont changé régulièrement. Comment ne pas s'apitoyer sur un sort aussi profondément injuste, quand les auspices sont aussi funestes depuis sa conception ? Comment ne pas comprendre qu'elle fasse de grosses bêtises quand toutes ses chances d'équilibre lui ont été ôtées ? Et pourtant, à l'heure d'apprendre enfin par elle-même, elle n'en sera plus capable et ses actes inspireront donc tour à tour chagrin et dégoût.
En tout cas difficile de rester insensible à cette jeune femme en perdition.
J'ai également aimé l'écriture. Le style est très personnel, présente de belles tournures de phrases, et demeure toutefois accessible.
Concernant le rythme, je lui ai trouvé quelques faiblesses. J'ai aimé toute la partie consacrée à l'enfance et à la naissance des troubles chez la fillette. Je suis en outre entré dans l'histoire dès les premières lignes, happé par la plume et par les débuts de ce conte si éprouvant, à l'ambiance dérangeante et inhabituelle.
En revanche, quand Anna-Marie accède à la liberté et aux rues de la capitale, j'ai parfois moins adhéré. Le roman perd un peu en intensité ( même s'il réserve encore quelques moments horribles ou avilissants ) et a moins réussi à me passionner.
J'ai ressenti quelques longueurs dans un schéma redondant, trouvant que l'auteure restait parfois trop en surface, et certains revirements de situation arrivent à l'inverse trop rapidement pour que j'y adhère totalement.
Enfin, j'ai trouvé le roman un peu trop linéaire, peut-être par son déroulé trop chronologique ou pas l'existence d'un seul point de vue : Celui de l'unique narratrice que j'ai parfois eu du mal à croire sur parole.
Malgré mes quelques réserves, Un sac me laissera un bon souvenir. Surprenant, original, il aurait pu à peu de choses près correspondre parfaitement à mes attentes. Et s'il peut paraître parfois faire dans la démesure, tout ce qui s'y passe jusqu'à la magistrale conclusion relève d'une imparable et torturée logique, qui demande parfois à reprendre son souffle.
Quant à moi, je vais devoir commencer à réviser mon avis trop tranché sur le monde de l'auto-édition, dans lequel se cachent probablement quelques perles qui n'ont rien de formatées, tout en présentant toutes les qualités requises d'un bon roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          377
Ziliz
  15 avril 2017
Ce n'est pas à la naissance d'Anna-Marie que les mauvaises fées sont arrivées en masse, c'est beaucoup plus tôt ! Le cafouillage a dû commencer dès Cupidon.
Elise aimait son mari, ce n'était pas réciproque, et comme il n'était pas plus attaché à la vie qu'à sa jeune épouse, il a tiré sa révérence quelques mois avant la naissance de leur premier bébé. Un aller simple vers l'armoire à pharmacie trop bien garnie, et bim, Fred est devenu le bel au bois dormant, sans résurrection le 3e jour ni 100 ans plus tard...
Cet abandon a anéanti Elise, et c'est une sorte de sorcière qui a pris la petite Anna-Marie en charge. Douze ans plus tard, 'Gretel' a rencontré son 'Hansel', et ils ont erré ensemble dans la vie, dans Paris...
Ce roman m'a fait penser à plusieurs contes, et c'est bon signe. Il réveille des peurs ancestrales, des angoisses d'enfant (abandon, folie, séquestration, prédation, rivalité et jalousie, meurtre...).
J'y ai trouvé aussi un petit côté 'Ensemble c'est tout' (Anna Gavalda), qui rassure de temps en temps : le bonheur, c'est simple comme un bon copain et un gros toutou fidèle. L'auteur a la bonté et l'habileté de nous ménager quelques pauses de douceur... pour repartir à fond de train dans le sordide et nous remettre mal à l'aise de plus belle. J'aime beaucoup la douche écossaise dans ce genre de thriller psychologique.
Cet ouvrage, aussi subtil que cruel et dérangeant, est la preuve qu'il existe des pépites dans l'auto-édition. Merci aux lecteurs qui l'ont plébiscité, permettant ainsi une publication plus visible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
diablotin0
  30 avril 2018
Je suis conquise et je vais emporter, c'est sûr, Anna et Camille avec moi pour un long moment. Il y a quelque chose dans cette histoire qui me fait penser au roman de Chloé Mehdi « Monstres en cavale» que j'avais également beaucoup apprécié.
"Un sac" est un roman que je qualifierais beaucoup plus de roman noir, même très noir plutôt que de thriller. Il est sans doute d'ailleurs dommage que ce livre soit classé dans les thrillers car cela peut freiner certains lecteurs qui n'apprécient pas ce genre et qui pourtant se délecteraient avec ce roman.
Bien que faisant froid dans le dos, ce livre est touchant et nous amène à suivre Anna et Camille , deux jeunes gens , perdus, fragilisés par la vie ; nous les accompagnons et nous les aimons, nous les suivons et avons envie de leur donner un petit coup de pouce, mais nous arrivons à la dernière page et nous sommes contraints de les abandonner … Fin, je précise que peu d'entre sommes capable d'imaginer une seule seconde, en tout cas, moi, j'ai vraiment été frappée par la surprise.
Solène Bakowski porte un regard cynique sur notre société mais aussi un regard qui interpelle et nous rappelle, s'il le fallait que « la vie en rose » reste indubitablement une chanson ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   15 avril 2017
Certaines filles avaient choisi le métier. D'autres s'y pliaient par nécessité. Certaines le faisaient avec désinvolture, d'autres avec un zèle à rendre jaloux un contrôleur des impôts. Certaines le vivaient très mal, d'autres très bien. C'était un boulot comme un autre. Je l'exerçais correctement, honnêtement, avec une placidité de marbre. Je faisais mes horaires et ce pour quoi j'étais payée - rien de plus, rien de moins. Certaines collègues y allaient de leur petite touche personnelle, parfums, huiles, aphrodisiaques. Elles prétendaient donner du rêve. Moi, j'étais payée pour faire ce que l'épouse refusait, pour résoudre les conflits identitaires par l'acte, pour rigoler entre copains, pour essayer une nouvelle monture. [...] Je ne me détestais pas dans cette vie, je ne m'adorais pas non plus, n'en déplaise à certains psychologues de comptoir. Les clients glissaient sur moi comme autant de petites brises et je n'en sortais ni défaite ni grandie, un peu courbaturée parfois et pressée toujours de terminer ma journée pour retrouver le calme et la solitude [...].
(p. 239-240)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LadybirdyLadybirdy   23 mars 2019
Celui qui n’a jamais vu le soleil se lever à Paris a assurément raté quelque chose. Il y a, dans ces heures, du beau et du mystère. Il y a des espoirs, des histoires, des trésors et des diamants dans cette ville quand le soleil lui fait l’honneur de sa présence. Paris, tu es un être à part, doté de toutes les grâces. Tu n’appartiens à personne, mais tu tiens le monde entier dans ta main.
Commenter  J’apprécie          290
ZilizZiliz   11 avril 2017
Elle avait gardé de son enfance des souvenirs épars qui ressurgissaient de temps à autre, au gré de ses rêves ou de ses envies. De là où, toute jeune, Monique se tenait habituellement, elle ne voyait rien d'autre que les cheveux des femmes allongées sur la table de la cuisine, cuisses grandes ouvertes. Sa mère ['faiseuse d'anges' (sic)] lui interdisait de regarder lorsqu'elle travaillait et la houspillait lorsqu'elle la surprenait à jeter un oeil au travers d'une porte mal fermée. Mais la petite Monique, curieuse, voulait voir et comprendre pourquoi on chuchotait sur son passage et pour quelle raison étrange sa mère était considérée comme une pestiférée alors que toutes les dames du village défilaient à la maison. Alors elle regardait, jour après jour, intriguée, sentant comme de la magie là-dessous, se demandant même si sa maman n'était pas un peu sorcière.
(p. 29-30)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
diablotin0diablotin0   29 avril 2018
Etre parisien, c'est aller vite.Or, moi, à ce moment précis, je n'allais pas vite; j'étais debout, immobile, ce qui me valut coups et rebuffades. Est-il besoin de préciser que, parmi tous ceux qui m'avaient heurtée, pas un ne se retourna pour en savoir un peu plus ? aux yeux de ceux qui passaient à côté, je n'étais qu'un obstacle à contourner, une perte de temps à éviter.
Commenter  J’apprécie          220
ZilizZiliz   13 avril 2017
Le malheur a une temporalité qui lui est propre et la souffrance dure toujours une éternité. Mon éternité à moi, c'était ce vide qui s'était installé dans ce deux-pièces, cette angoisse qui transpirait par tous les pores de ma peau et cette affreuse bonne femme qui m'avait élevée, que j'aimais encore et qui, pourtant, n'était plus capable d'amour envers moi. Le genre de boule qui vous tue si vous ne la tuez pas avant.
(p. 73)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Solène Bakowski (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Solène Bakowski
CHOUQUETTE D'OR N°36 - Miracle - Solène Bakowski
autres livres classés : sdfVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..