AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : . (15/06/2017)

Note moyenne : 4.53/5 (sur 15 notes)
Résumé :
« Tous passeront à côté du sacrifice de l’un, de la confiance aveugle de l’autre, tourneront
le dos à cet amour dingue, car c’est de ça qu’il s’agit, cet amour inconditionnel d’un
jeune homme pour une fillette qui écrivait des lettres, cet amour d’une petite fille pour le
jeune homme qui savait lui inventer des histoires. »


Mati a neuf ans. Elle a perdu sa maman. Son père s’enlise dans le deuil et sa grand-mère
s’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
llamy89
16 juin 2017
Je remercie l'auteure de m'avoir permis de découvrir son roman en avant-première.
J'ai été happée par l'atmosphère angoissante qu'elle a créée autour d'une famille somme toute ordinaire. Ses secrets, ses lâchetés, ses non-dits pour la bonne cause bien sûr : "L'enfer est pavé de bonnes intentions"
Un couple, un enfant, des grands-parents : le bonheur. L'amour si puissant, d'une femme pour son mari, qu'il va engendrer un vide sidéral dans le coeur de Nicolas, lorsque Karine les quitte pour le Pays Blanc...
"Il n'est pas de hasard
Il est des rendez-vous
Pas de coïncidence
(Extrait de Ouverture chantée par Etienne Daho)"
Mathilde, neuf ans, doit faire face à l'absence de sa Maman, comprendre le chagrin et la colère de son Papa, laisser Éliane, sa grand-mère, s'occuper d'elle. Mais personne ne lui prête réellement d'attention, sauf Magali, la Maîtresse si gentille.
Magali lui "raconte qu'écrire, ça fait fuir la douleur. Que la douleur, elle n'aime pas trop les mots, qu'ils lui font peur à cause du pouvoir qu'ils ont sur les gens et sur les sentiments. Magali, ma maîtresse, elle ajoute que la peine est moins lourde à porter, qu'elle est même toute rabougrie quand on la raconte. C'est comme de la magie."
Alors Mati se dit que quitte à écrire, elle va confier son chagrin, ses peurs à sa Maman, partie au Pays Blanc. Elle trouvera sur son chemin, ce drôle d'ange, capable de lui apporter les réponses à ses lettres. Tout irrémédiablement en sera changé.
Chaque pièce du puzzle prend place dans ce thriller psychologique où l'on découvre les secrets connus du plus grand nombre, cachés à ceux qui pourraient en souffrir.
Solène Bakowski vous prendra en otage, vous ballotera au gré des événements et ne vous laissera pas indemne... impuissants que vous serez devant tant d'injustices et d'amours gâchés.
Belle découverte que ce roman intense, à l'intrigue angoissante, bien menée mais CHUT... l'issue est émouvante. LE livre à mettre dans votre liseuse cet été !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
sonfiljuliesuit
14 juin 2017
Solène Bakowski m'a retourné et encore une fois elle m'a entraîné dans le sillage d'une écriture de talent ! Une conteuse de la vie...

Avec un sac elle m'avait subjugué par son talent et avec cet opus elle démontre un talent de conteuse de la vie... la vie inexorablement meurtrie...

Ici point de meurtres.... Mais des coeurs brisés. ... des vies brisées. ... par la seule manipulation. ..
Comment pousser une famille vers la destruction. ... comment s'imaginer un moment que l'amour peut vous détruire. .. pourtant un amour qu'on s'imagine inconditionnel peut nous détruire ou nous pousser vers le haut...

Encore une fois Solène Bakowski se sert de l'amour filiale comme terreau de sa trame, décortique les sentiments avec talent, finesse et en fin psychologue elle démontre que la vérité arrive toujours à trouver la porte de sortie !

On ne ressort pas indemne après avoir lu Solène ! C'est en même temps une claque et une thérapie ! Oui j'ose le dire ! Vous vous poserez maintes fois la question : dois-je en fin de compte cacher certaines choses pour protéger ? Cacher un tel secret protège vraiment ceux que j'aime ?

Un secret, un non dit ronge son détenteur mais aussi ceux que l'on croit protéger en ne divulguant rien !

Avec ce livre, vous prendrez en pleine face vos secrets et leurs conséquences et toutes vos certitudes s'écrouleront !

Merci Solène, pour ce livre, merci pour cette écriture, merci pour cette thérapie !

Bizarrement, cette lecture a fait quelques parallèle à ma vie et je dois dire que tout du long je me suis sentie fière des choix que j'ai pu faire... fière d'avoir rompu avec les traditionnels secrets bien gardés qui te bouffent de l'intérieur !

Avec talent, empathie l'auteur te prouve par A+B que parler délie les noeuds et engendre compréhension. ...

Parler, ne pas cacher permet de comprendre et mieux appréhender l'autre mais surtout de le comprendre....

Il est intéressant de noter que j'ai lu ce livre le lendemain d'une grande discussion entre 3 générations de femmes, générations qui ont chacune à leur manière décider de briser le cercle de répétitions inconscientes dues à l'absence de parole...

La génération de ma mère 64 ans ne parlait pas et pensait protéger ses êtres aimés en cachant ses propres blessures, ma génération de 20 ans plus jeune a décidé de rompre ces secrets et de parler à la 3ème génération, ma fille 20 ans... en ne cachant rien ! Et j'ai vu les bienfaits....

Alors oui ! Un grand merci Solène pour cette lecture en SP, un grand merci pour cette confiance, un grand merci pour cette thérapie, un grand merci de démontrer avec talent que l'être humain se croit fort mais est bien faible sans remise en question...

L'amour peut-être une destruction, l'amour peut aussi élever celui qui le reçoit sans concessions sans tabous, sans secrets....

Aimer l'autre, c'est l'aimer assez fort pour faire confiance en son jugement ! Aimer l'autre c'est être sincère ! Aimer l'autre c'est lui faire confiance.

Être une mère ne donne pas un droit de diriger la vie de son enfant ! Aimer son enfant c'est lui faire confiance, l'aider à se construire et surtout le laisser voler de ses propres ailes...
On ne sort pas indemne d'une lecture comme celle-ci ! La plume de l'auteur te marque au fer rouge et laisse son emprunte indélébile....

Merci Solène....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Fabie13600
21 juin 2017
Comment parler de ce livre sans être retournée ?
Comment vous expliquer vous faire partager mes ressentis suite à cette lecture, qui a été un tourbillon de sentiments et d'émotions ?
Dans cette nouvelle histoire, Solène touche un sujet très sensible mais le présente avec une intelligence extraordinaire, tout en douceur malgré la gravité des évènements.
Dès le prologue j'ai su, qu'elle allait une nouvelle fois, m'amener, me porter loin dans les sensations et me retourner le cerveau, le coeur, le corps, toute entière.
Puis elle pose les bases, les fondations, en nous décrivant les obsèques de Karine. Elle nous fait vivre le mal être de son époux, Nicolas. Avec ses mots nous ressentons complètement la peine, le désespoir qui l'habite.
Ensuite elle construit les remparts en deux parties toute aussi intenses et désarçonnantes l'une que l'autre.
Dans cette première partie la phrase d'accroche m'a percutée et faite réfléchir. Au fil de ma lecture et du développement de l'histoire, je l'ai assimilée et comprise.
J'ai adoré rencontrer Mathilde, Mati pour ses proches, car oui ça a été une rencontre, un coup de coeur pour cette petite fille.
Donc Mati, a neuf ans et elle a perdu sa maman Karine depuis un an. Par le biais des lettres qu'elle lui adresse pour essayer d'extérioriser son chagrin nous allons partager avec elle toute sa peine, ses questionnements, ses craintes et projets.
Elle s'inquiète plus pour son père que pour elle car elle constate son changement, sa descente aux enfers !!!
Solène lève le voile sur les réactions de chacun face à cette dure réalité et nous sommes témoins de leurs difficultés et détresses.
Mais là arrive la disparition de Mati. Que s'est-il passé ? Ou est-elle ?
Dans la seconde partie nous allons voir que le hasard de la vie va faire se croiser des chemins qui n'auraient pourtant pas dû l'être. Faire interagir un personnage qui va bouleverser encore plus l'histoire !!! Donc imaginez le niveau de tension !!!
Elle nous amène très loin dans les émotions et nous montre comment la perte d'un être cher peut nous amener au bord du gouffre.
J'ai énormément adoré deux personnages pour différentes raisons.
Tout d'abord Mati, qui par sa détresse, sa maturité et sa combativité m'a émue. Elle m'a touchée au plus profond de mon être et grâce à la plume brillante de Solène j'avais eu envie de lui tendre les bras et de la serrer près de moi.
Ensuite Rémi. Là les réactions ont été contradictoires mais je n'en dirai pas plus…
Je peux juste dire qu'il est différent pourtant il a une sensibilité hors norme et va, par amour, faire des choses incroyables et donner de l'espoir. Même si il est dans son monde, pour une fois il s'ouvre et là on s'aperçoit qu'il déborde de tendresse, d'écoute et d'empathie mais rien de malsain c'est ce qui fait la force du personnage.
Ce livre m'a beaucoup perturbée au point de prendre du recul avant de pouvoir mettre des mots sur ma lecture.
Elle aborde un thème, des thèmes très difficiles et on s'aperçoit que le mal n'est pas toujours là où on le croit et peut revêtir différentes formes.
Elle dévoile aussi que par amour nos réactions peuvent être totalement différentes et diamétralement opposées.
Encore une fois après ma lecture il y a eu comme un torrent des sensations, des émotions, du ressenti.
J'ai donc éprouvé beaucoup d'empathie pour eux car nous sommes tous tellement différents dans les moments difficiles et surtout face aux autres et comme on dit : il ne faut pas juger un livre à sa couverture. Là c'est en effet le cas.
Solène est indéniablement une auteure a un talent énorme grâce notamment au fait qu'elle arrive à nous toucher au plus profond de notre être.
Elle joue habilement avec nos sentiments par une plume très bien maitrisée et nous amène très, très loin.
Je vais me répéter mais je suis fan oui le mot convient de Solène et j'adore sincèrement ses livres tout simplement et j'aimerais avoir l'opportunité d'un jour la rencontrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gaiange
15 juin 2017
J'aime savoir que je vais avoir un coup de coeur avec un roman dès les premières pages.... Quand je ne peux plus le lâcher, que les pages défilent à une vitesse phénoménale...
Une bonne intention c'est simple ! Il te prend en otage, il te met les émotions en mode super cocktail et il te secoue dans tout les sens.
Ce roman est construit d'une telle façon, que le spoile est trop simple. Comment parler de ce que j'ai ressenti sans vous raconter telle ou telle chose ?! Solène, merci merci, de me mettre dans une telle situation ;-)
Quand j'ai lu ce roman, je me suis sentie Mati puis Rémi. J'étais là, à travers leurs yeux, leurs sentiments, à travers chacun de leurs pores.
Les deux personnages principaux m'ont tellement ému, que j'ai terminé ce roman dans un état de tristesse, parce-que je ne voulais pas les quitter ! J'ai eu l'impression de les abandonner dans leur triste réalité.

Je me suis sentie impuissante à la détresse de Mati cette petite fille qui perd sa maman. Elle essaie de vivre son deuil en lui écrivant des lettres tellement touchantes, tellement pures, d'un amour inconditionnel d'un enfant pour un parent. Mais les choses sont pas si faciles quand on a 9 ans, que son papa perd la raison quand il a perdu l'amour de sa vie et que notre grand-mère a des réactions incompréhensibles quand on aborde le sujet.
J'ai eu de l'amour pour Rémi, ce jeune homme pas comme les autres. Ce jeune homme plein de bonnes intentions, mais on se joue de lui sans cesse car il est autiste. Personne ne comprend que pour lui les émotions et les choses complètement banales pour nous sont un raz de marée dans ses tripes.
Je ne peux pas dire plus sur les événements, sur les personnages car ça vous gâcherai totalement le plaisir de lire ce roman.
Sachez seulement que vous ne pourrez pas en ressortir entier. Si vous avez un coeur, si vous êtes humain, les personnages de Solène prendront votre âme, votre coeur, vos sentiments, vous tout entier en otage !
Une belle leçon de vie au travers des sujets poignants, le deuil chez un enfant, l'autisme, la maladie, le jugement par les apparences.
C'est le genre de roman qu'une fois en main, nous sommes obligés de le terminer. Nous ne pouvons pas le lâcher, il entre dans notre vie et laisse des traces à jamais.
Lien : http://les-mots-de-gaiange.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
celinedr
15 juin 2017
Que pouvait bien écrire Solène Bakowski après avoir écrit Un sac, un thriller d'une noirceur comme j'en avais encore rarement vue. Un livre qui m'a pris aux tripes comme…je réfléchis…comme jamais je pense !
L'opus suivant s'intitule Une bonne intention. La réflexion que je ne peux m'empêcher de me faire lorsque j'ouvre un livre de cette auteure, avant même d'être plongée dans l'histoire, ce qui me frappe de plein fouet, c'est : mais qu'est-ce qu'elle écrit bien ! Les éditions Bragelonne / Milady thriller, regorgent décidemment de pépites.
J'ai mis un certain temps à lire ce livre. Enfin, tout est relatif mais, disons que je ne l'ai pas lu comme un page- turner. Parce-que pour moi, ce n'est pas un page- turner. L'écriture de Solène Bakowski se savoure comme un bon met dont on ne saurait se goinfrer de crainte de ne pas en apprécier toute la saveur. L'écriture est bien trop délicate, les mots scrupuleusement choisis pour être engloutis de la sorte sans être apprécier à leur juste valeur. Ce serait du gâchis. Je dois dire qu'à l'inverse, il m'est arrivé de relire certaines phrases à plusieurs reprises tant je trouvais les mots justes et le rythme qu'ils donnaient à la phrase quasi poétique.
Poésie et… émotion. Cet opus en est un concentré. Avec le personnage de Mati tout d'abord. Ah, si chaque adulte pouvait mesurer à quel point certains de ses actes sont lourds, très lourds de conséquences chez les enfants. Puis, le personnage de Rémi. Il m'a fait fondre. Il m'a chamboulée. Littéralement. Innocence. Gentillesse. Altruisme. Tant de mots qui se perdent dans notre société. Mais ce n'est rien (vous rendez-vous compte ?!) comparé aux émotions véhiculées par sa mère. Moi-même maman, l'impossibilité pour cette femme de faire en sorte que ne se répandent toutes ces méchancetés (et mensonges) proférées en l'encontre de son fils m'a fait mal coeur. Au sens propre du terme. Une fois de plus, la différence est jugée comme néfaste dans cette société qui n'accorde aucune place aux personnes « à part ». Il y a un moment particulièrement, je n'en dirais pas plus car je veux vous laisser le soin et le privilège de le découvrir vous-même, où j'ai eu du mal à retenir mes larmes. La détresse de la mère est si forte et l'auteure sait si remarquablement lui donner vie que j'ai dû lever les yeux au ciel pour pouvoir continuer ma lecture.
Puis, une fois les émotions passablement digérées, l'heure de la réflexion ou plutôt devrais-je dire des réflexions est arrivée. Ce livre a suscité énormément d'interrogations chez moi. Des questions qui resteront sans réponse. Mais qu'importe. Chaque question a-t-elle sa réponse ?
Qu'y -a-t-il de plus fort que l'amour d'une mère pour son enfant ?  Jusqu'où serait-elle prête à aller par amour pour lui ? Qu'est-on amené à faire à cause du chagrin ? Jusqu'à quelles profondeurs abyssales la tristesse nous entraîne-t-elle ? Pourquoi l'adulte perd-il son innocence et voit-il toujours le pire une fois son enfance achevée ?
J'ai donc été, comme vous l'aurez aisément compris, submergée d'émotions. A l'issue de ma lecture, je ne saurais trop vous conseiller de faire cette belle découverte qu'est Une bonne intention. A coup sûr, vous en ressortirez bouleversé(e)s. Merveilleusement chamboulé(e)s. Il vous faudra peut-être un peu de temps pour reprendre vos esprits, tout comme il m'en a fallu puis, vous saluerez tout comme je le fais, le talent de Solène Bakowski.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
llamy89llamy8916 juin 2017
"Que la douleur, elle n’aime pas trop les mots, qu’ils lui font peur à cause du pouvoir qu’ils ont sur les gens et sur les sentiments. Magali, ma maîtresse, elle ajoute que la peine est moins lourde à porter, qu’elle est même toute rabougrie quand on la raconte. C’est comme de la magie."
Commenter  J’apprécie          140
ValettesangpagesValettesangpages15 juin 2017
Le prêtre prononce le prénom de la morte. Il le martèle. A plusieurs reprises. S'en délecte, on dirait. Karine. Karine. Karine. Dans la nef du petit édifice mal rénové, ça résonne, ça rebondit sur les faces vertes et jaunes de l'assistance, ça se catapulte sur les vitraux et ça s'écrase sur les dalles. Karine, Karine, répète le curé. Et le regard de Nicolas subitement se cerne et s'affole, il cherche, hagard, à confisquer dans la foule un haussement d'épaule, l'assurance qu'il se trompe, qu'il a mal entendu, que Karine, sa Karine, va surgir d'une minute à l'autre au milieu de l'allée, en sueur, gênée d'arriver comme un cheveu sur la soupe, confuse, merdeuse même, n'ayons pas peur des mots. Les joues roses d'avoir trop couru, elle s'installera dans une travée éloignée, aussi discrètement que possible, et lui adressera un petit signe, un hochement de tête, un clignement de paupière, on se retrouve à la sortie, hein, dès que c'est fini. Mais il ne récolte que des sourires compatissants, des lèvres pincées, des têtes baissées, Désolé mon vieux, c'est dur ce qui t'arrive, mais ça va aller
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LadoryquilitLadoryquilit14 juin 2017
On croit qu'on a oublié, on croit qu'on n'a pas fait attention, et puis il suffit d'un objet, d'une parole, d'une musique et tout remonte à la surface, y compris des détails qu'on ne pensait pas avoir relevés sur le moment.
Commenter  J’apprécie          30
LadoryquilitLadoryquilit14 juin 2017
Si le destin nous précède, l'existence n'est qu'un puzzle : aucune pièce n'est laissée au hasard, rien ne manque à l'illustration finale.
Commenter  J’apprécie          30
LadoryquilitLadoryquilit14 juin 2017
Je te redonne ta vie, la voilà ta seconde chance Mathilde, prends-en soi. Et vole, vole petite fille, sans te retourner, sans jamais rien regretter. Promets-moi d'être enfin heureuse.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Solène Bakowski (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Solène Bakowski
Les lecteurs prennent la parole sur Glose ! Glose et MargaudLiseuse ont animé un atelier Booktube au Salon du Livre 2017, dans lequel les lecteurs se sont lancés pour leur toute première chronique de livre en vidéo ! Ici, c?est Mélissandre qui nous présente Chaînes de Solène Bakowski, auto-édité. Merci à elle !!
Son blog : https://basbleus.tumblr.com/
Sur Glose, vous trouverez plus de 800 000 livres en français et en anglais, dans tous les genres : fiction, essais, éducatif, grands classiques, sciences humaines, thrillers, young adult, philo etc... Nous avons toutes les nouvelles sorties, des promos tous les jours et des dizaines de livres gratuits. Aussi, vous pouvez commencer tous les livres GRATUITEMENT sur Glose, jusqu'à 10% de leur contenu, avant de vous décider à acheter. On vous attend !
? Si vous voulez nous suivre, on est sur Facebook : https://www.facebook.com/GloseFrance/ ? On est aussi sur Twitter : https://twitter.com/Glose_France ? Si vous voulez nous aider : mettez-nous une bonne note sur Google Play ou l'appstore d'Apple https://itunes.apple.com/ch/app/glose/id896681871?l=fr&mt=8 ? Et si vous voulez échanger avec nous: hello@glose.com
Si vous avez lu la description jusqu'ici, sachez qu'on vous aime ! A bientôt dans un livre.
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .