AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782869307063
162 pages
Payot et Rivages (01/11/1993)
3.47/5   92 notes
Résumé :
Il suffit de prononcer le mot "colt" et l'on a changé de bord. Errer dans les rues avec un revolver en état de marche, c'est saisir la chance d'être un autre. Immédiatement, dès le tout premier contact, des idées me sont venues à l'esprit, des choses auxquelles je n'avais jamais pensé. Jamais. Une foire au crime, un chasseur de pizza, un balcon meurtrier, un violoncelle qu'on assassine et un Van Gogh gravé dans la peau sont autant de pièces d'un engrenage cynique et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 92 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

HORUSFONCK
  23 février 2020
Voilà un bouquin qui n'aura pas séjourné longtemps dans mon conteneur à lire, avant que je ne le déguste!
Après Tout à l'ego, c'est encore des nouvelles de Benacquista, dont j'ai gouté l'humour et les singularités de situations.... Quinze histoires d'amour, de mort, de vengeance et de vie: Des tranches de vie en moments choisis. Ces instants où tout bascule et semble parfois s'éterniser:
Les personnages de ces récits, sont souvent à bout ou au bout. Benacquista est tour à tour et en même temps tendre, impitoyable et drôle avec ses héros et leurs démons, leurs peurs et leurs failles.
Je vais continuer de lire Tonino Benacquista et je le recommande à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu.
Commenter  J’apprécie          520
marina53
  16 août 2013
Tonino Benacquista nous offre ici quinze petites nouvelles qui se dégustent à l'envi.
Quinze nouvelles sur des thèmes aussi variés que l'amour, l'humour, noir parfois, les intrigues, les joies, les peines, le burlesque ou le grotesque.
Quinze nouvelles dont la chute ou le dénouement est totalement imprévisible et c'est bien là qu'est la force de l'auteur: nous faire croire à une chose et nous démontrer le contraire. La surprise est toujours là.
Quinze nouvelles où Benacquista joue avec les mots, les ambiances parfois loufoques parfois plus tragiques et les personnages au comportement singulier.
De la foire au crime où l'on peut acheter les services d'un tueur à un balcon meurtrier d'où s'épanche l'homme avant de mourir, d'un Van Gogh gravé sur la peau à un serial killer qui ne tue que les livreurs de pizzas...
Quinze nouvelles à l'imagination débordante, à l'écriture directe et des plus agréables, à l'humour noir et aux ambiances sombres.
La machine à broyer les petites filles... Ouf, j'ai passé l'âge!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
daniel_dz
  03 novembre 2019
Quinze nouvelles imaginatives et décalées. Des petites histoires amusantes qui se terminent par des morts souvent inattendues. Je vous recommande chaleureusement ce recueil (et le reste de la production variée de son auteur).
Tonino Benacquista apporte de la gaité, même quand il est cynique. On rit en lisant des histoires telles que «  Suite logique » comme on rit de quelqu'un qui glisse sur une peau de banane, même s'il s'est fait mal.
On rit d'être étonné après un rebondissement inattendu, comme dans «  Père courage » ou «  Toujours de l'audace ».
Ou on sourit de tendresse, comme dans «  Toute sourire est défendue », dans laquelle un homme maintenant proche de la mort revient, comme tous les dix ans, s'asseoir à la même place d'un cinéma où il espère retrouver son amoureuse, ou dans les improbables caresses qui terminent « Deux héros et l'infini ».
Presque toutes ces nouvelles sont des petits bijoux, des tours de force pour parvenir en quelques pages à installer un cadre, des personnages et une intrigue qui parvienne à surprendre.
Et si vous ne deviez lire qu'un texte de ce recueil, je vous recommanderais le dernier, «  Requiem contre un plafond », où un homme qui s'apprête à se suicider suspend son geste parce qu'il est exaspéré par son voisin du dessus qui massacre un morceau de musique au violoncelle. Pour le réduire au silence, il entame un étonnant duel musical que je vous laisse découvrir.
Bref, je continue à vous recommander avec enthousiasme la lecture de Tonino Benzcquista, dont j'ai déjà commenté ici les recueils de nouvelles «  Nos gloires secrètes » et « La boîte noire et autres nouvelles », tout en rappelant que cet auteur varié à également connu le succès avec des romans tels que « Malavita ». Je suis loin d'en avoir fait le tour !
Et enfin, pour l'anecdote, le titre de ce recueil-ci n'est pas le titre d'un des textes. On en trouve une explication, que je ne suis pas certain d'avoir complètement comprise, sur la quatrième de couverture : «  Une foire au crime, un chasseur de pizza, un balcon meurtrier, un violoncelle qu'on assassine et un Van Gogh gravé dans la peau sont autant de pièces d'un engrenage cynique et burlesque. Un laminoir de l'innocence. Une machine à broyer les petites filles. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
gloubik
  04 novembre 2021
J'ai eu l'occasion de découvrir Tonino Benacquista en 2013 quand, par le plus grand des hasards j'ai acheté un petit volume hors collection ne contenant que deux nouvelles : La boite noire, suivi de Deux héros et l'infini. J'avais beaucoup aimé. Alors quand j'ai découvert ce petit recueil de nouvelles, j'ai fait une deuxième tentative avec l'oeuvre cette écrivain.
Je ne vais pas faire un point pour chaque nouvelle. elles sont toutes très bonnes. Certaines bourrées d'humour. D'autres très glauques. Certaines sont de vrais petits Thrillers, quand d'autres sont simplement très noires.
La première est très sombre et me fait penser par certains côtés à la nouvelle de Pierre Siniac : Sinistrose. le seul tatoueur au monde se rapprocherait, elle, des nouvelles de Jean Ray. Et en cherchant bien, je pourrais sans doute, comme ça, trouver une similitude avec l'oeuvre de l'un ou l'autre de mes auteurs préférés. Mais ce ne serait pas honnête envers l'auteur. Son oeuvre est bonne et je ne peux qu'avoir envie d'en lire d'autres portions. Je dois d'ailleurs avoir Saga dans un coin.
En bref : Un auteur de polar à ne pas rater. Je vais bien trouver le moyen... et le temps, d'en lire d'autres tires. Et je vous invite à en faire autant.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Annaelle
  08 avril 2011
15 nouvelles, une moyenne de 10 pages à peine pour chaque (et encore, en petit format poche), ça fait court !!
Je suis déjà pas trop adepte des nouvelles, ça me fruste peut-être un peu, je ne sais pas vraiment pourquoi, j'ai du mal à accrocher. Je n'ai pas le temps de m'investir dans l'histoire, de m'attacher aux personnages, de me passionner. C'est souvent sympa, je peux même passer un bon moment, mais je ne prends pas autant de plaisir qu'avec les romans… J'ai toujours l'impression que l'histoire s'achève juste au moment où je commençais à m'y sentir bien !!
A moins que je n'ai pas lu les bonnes… je verrais bientôt si Stephen King arrive à me réconcilier avec les nouvelles en lisant les sienne !!!
Bref, je suis tombée sur ce recueil par hasard parce que je voulais lire autre chose de Tonino Bénacquista dont j'avais adoré « Malavita » et « Malavita encore » et le titre de celui-ci m'a tout de suite attirée, j'avais pas fais attention que c'était des nouvelles.
Je ne le regrette pas, c'était quand même sympa à lire, mais rien d'extra ordinaire, j'ai quand même hâte de lire un autre de ses romans en espérant y retrouver le plaisir que j'avais eu avec "Malavita".

J'ai trouvé excellente l'idée de « le balcon de Roméo », ce couple de comédiens qui durant leurs 20 années de vie commune se font réciproquement tous les coups tordus imaginable afin de mieux travailler leur prochain rôle !!!
J'adore « La foire au crime », c'est la même chose que celle du livre ou de la voiture, sauf qu'on y trouve tout ce qui se fait de mieux dans le domaine du crime : ça va du cambriolage clef en main au faux billets, en passant par un bon alibi, tout y est !!
« Toute sortie est définitive » est très touchante je trouve, l'histoire de cet homme terriblement seul qui, s'approchant de la fin de sa vie, revient une fois de plus, comme tous les ans, s'asseoir sur le même siège, dans le même cinéma, à la même date, pour célébrer ce jour où il avait ici même rencontré celle qui devint son épouse et qui ce jour-là c'était assise sur le fauteuil d'à côté.
A travers ses souvenirs de chaque anniversaire, on voit défiler sa vie, mais on savoure aussi tout ce qu'est le cinéma : le lieu, la pellicule, l'ambiance, les histoires qui défilent sur l'écran…
Ça m'a rappelé ce petit ciné de village où j'allais quand j'étais môme et ados. Un cinéma dont prenaient grand soin des gens passionnés. Seulement quelques séances chaque week-end, l'entracte à la buvette avec ses sucreries et ses potins à savourer. Et le plaisir d'y retrouver quoi qu'il arrive, chaque week-end, au moins la moitié de la salle occupée par des personnes que l'on connaît, voisins ou amis avec qui on passera le fin de soirée sur le parking à discuter du film qu'on vient de voir !
Ce cinéma m'a vu grandir, dommage que ce genre lieu n'existe presque plus…
Lien : http://l-imaginarium.forumac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
chartelchartel   13 octobre 2007
Je hais les tests d'intelligence.

Et quand je dis je hais, je n'encourage personne à me forcer à le prouver. Test et intelligence, je ne supporte pas la collision de ces deux mots. S'il y a quelque chose que j'exècre plus encore, c'est l'individu qui vous en fait passer un avec le sadisme bienveillant de celui qui connaît la réponse. Ca crée chez moi un besoin de lui faire exploser la gueule à coups de talon, histoire de dérégler un peu une tête qui pense si bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
daniel_dzdaniel_dz   03 novembre 2019
[Description du purgatoire]
En gros, il y a cinq cercles. Ça va du plus léger au plus lourd. Le premier est réservé à des gens comme vous, y a e de tout, des incroyants, des mous. C’est surtout un cercle d’apprentissage et de rééducation. Ensuite il y a les fainéants, ceux qui séchaient les de cellule, ceux qui se levaient tard le dimanche, ceux qui ne payaient pas même cotisation, ceux-là sont chargés d’encadrer les damnés du premier cercle. [...] Le trois derniers sont réservés aux renégats. Les maos travaillent le pistolet à peinture, ça leur laisse pas beaucoup de temps pour l’autocritique. Les trotskistes sont condamnés à écouter les discours des autres sans pouvoir en placer une (ils disent qu’il préfèreraient le pistolet à peinture). Et pour finir, les anars. Eux, c’est le problème... On n’a pas encore trouvé quoi leur faire faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gaemaegaemae   03 octobre 2019
- T'as lu les dépliants ou quoi ? De toute façon, t'as la trouille de l'avion.
- Oui j'ai la trouille de l'avion.
- Et ben c'est là que les statistiques nous prouvent que t'es vraiment con, parce que tu as qu'une chance sur plusieurs milliards de t'écraser en avion. Donc on peut dire que t'as aussi peu de chance de gagner au loto que de crever en zinc. Et pourtant tu joues encore et tu prends toujours pas le zinc. C'est pas logique t'avoueras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
daniel_dzdaniel_dz   03 novembre 2019
J’avais presque oublié le nom de la rue : rue de l’Arbre-Sec, mais j’avais gardé en mémoire la petite buvette tenue par une dame dont on bravait la mauvaise humeur, José et moi, rien que pour lui voler de boules de coco qu’elle venait dans son coin épicerie. [...] À une table j’ai vu deux vieux, le vitrier retraité et le marchand de couleurs. À croire que les gens qu’on a connus vieux ne meurent jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LachloLachlo   15 décembre 2012
Il suffit de prononcer le mot "Colt" et l'on a changé de bord. Errer dans les rues avec un revolver en état de marche, c'est saisir la chance d'être un autre. Immédiatement, dès le tout premier contact, des idées me sont venues à l'esprit, des choses auxquelles je n'avais jamais pensé. Jamais.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Tonino Benacquista (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tonino Benacquista
Il y a un an, déjà, nous, la librairie Dialogues à Brest, lancions ce nouveau podcast avec l'idée de faire entendre la voix d'auteurs et d'autrices qui posent un regard neuf sur le monde qui nous entoure. 29 épisodes plus tard, nous espérons avoir tenu parole. Et nous sommes bien décidés à ne pas nous arrêter en si bon chemin ! En attendant de nouvelles découvertes, c'est un épisode anniversaire un peu spécial que nous vous proposons aujourd'hui. Voici quelques morceaux choisis, des extraits qui nous ont marqués, et que nous avons sélectionnés rien que pour vous.
Bibliographie: - Soleil amer, de Lilia Hassaine (éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18955847-soleil-amer-lilia-hassaine-gallimard - Être à sa place, de Claire Marin (éd. de l'Observatoire) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20086231-etre-a-sa-place-habiter-sa-vie-habiter-son-corps-claire-marin-editions-de-l-observatoire - La Voyageuse de nuit, de Laure Adler (éd. le Livre de poche) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17909272-la-voyageuse-de-nuit-laure-adler-le-livre-de-poche - La Carte postale, d'Anne Berest (éd. Grasset) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19134288-la-carte-postale-anne-berest-grasset - L'Amant, de Marguerite Duras (éd. de Minuit) https://www.librairiedialogues.fr/livre/10713-l-amant-marguerite-duras-les-editions-de-minuit - Cornebidouille, de Pierre Bertrand (éd. École des Loisirs) https://www.librairiedialogues.fr/livre/10983245-cornebidouille-pierre-bertrand-ecole-des-loisirs - Porca Miseria, de Tonino Benacquista (éd. Gallimard) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19926528-porca-miseria-tonino-benacquista-gallimard - le Grand Monde, de Pierre Lemaitre (éd. Calmann-Lévy) https://www.librairiedialogues.fr/livre/20145088-les-annees-glorieuses-le-grand-monde-roman-pierre-lemaitre-calmann-levy - Sale Gosse, de Mathieu Palain (éd. J'ai Lu) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18867763-sale-gosse-roman-mathieu-palain-j-ai-lu - le Droit du sol, d'Étienne Davodeau (éd. Futuropolis) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19099529-le-droit-du-sol-journal-d-un-vertige-etienne-davodeau-futuropolis - Toucher le vertige, d'Arthur Lochmann (éd. Flammarion) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18980776-toucher-le-vertige-arthur-lochmann-flammarion - L'Art de la joie, de Goliarda Sapienza (éd. le Tripode) https://www.librairiedialogues.fr/livre/9964608-l-art-de-la-joie-goliarda-sapienza-le-tripode
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les titres des oeuvres de Tonino Benacquista

Quel est le titre correct ?

Les Morsures de l'ambre
Les Morsures de l'ombre
Les Morsures de l'aube
Les Morsures de l'ange

14 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Tonino BenacquistaCréer un quiz sur ce livre