AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782360135783
164 pages
Éditeur : Riveneuve éditions (30/01/2020)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Récits, poèmes, histoires et lettres du philosophe allemand Walter Benjamin dans l'île sauvage d'Ibiza où il a sans doute vécu ses derniers bons moments dans un lieu déjà de vacances où l'on croise Camus ou Leiris, avant de fuir le nazisme et de se suicider à la frontière espagnole.

- Un recueil original de récits, histoires, poèmes et lettres du fameux philosophe allemand Walter Benjamin tous rédigés à Ibiza où sur le chemin de l'ile sauvage
-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
steka
  27 février 2020
Il est difficile d'imaginer ce que put être l'île d'Ibiza en ces années 30 du siècle précédent . Avant que le tourisme, la gentrification, la spéculation immobilière, anéantissent ce qu'était alors ce petit havre de pureté et de simplicité méditerranéen où il faisait si bon vivre et se ressourcer. Fort heureusement, nous disposons d'assez remarquables témoignages sur ce temps là. Outre ces « récits » de Walter Benjamin, on s'intéressera prioritairement au passage en ces lieux, pratiquement à la même époque, de son compatriote Raoul Hausmann qui en a laissé un ensemble de très belles photos ainsi qu'un roman ( Hylé – État de rêve en Espagne ) où l'on trouve de nombreuses descriptions de ses paysages, de son architecture d'origine et de ses habitants.
Peu d'auteurs ont su concilier aussi étroitement intellectualité et sensibilité que Walter Benjamin qui put ainsi être tout à la fois philosophe, conteur, ainsi qu'un remarquable critique pour ceux qui ont lu ses ouvrages sur Baudelaire ou Proust, pour ne citer que ceux-là. Sa curiosité du monde qui l'entourait, et il voyait loin, était sans limite et l'on ne peut être qu'étonné, en parcourant son oeuvre, par la diversité de ses approches, alliée à la profondeur de ses réflexions.
Benjamin disposait également d'une admirable capacité d'émerveillement dont l'on retrouvera une illustration dans les textes éparts qui composent ce petit livre. C'est comme s'il avait cherché, ici comme en de nombreux autres textes, à élaborer une sorte de catalogue de ses pensées et intuitions diverses dans un but ultérieur. Et l'on ne peut que s'affliger de sa tragique disparition en 1940, il n'avait que 48 ans, alors qu'il tentait de fuir les nazis. L'éclectisme de Benjamin n'avait rien de superficiel et correspondait à un désir de se saisir du champ de compréhension le plus large possible en relation avec sa grande humanité. On ne peut donc qu'imaginer, rêver peut-être, l'oeuvre ultérieure qui aurait été la sienne s'il avait vécu. Et se consoler en se plongeant dans les nombreuses éditions de ses multiples écrits qui tentent, chacune à leur manière, de restituer le portrait de cet homme capable, à lui tout seul, de nous redonner confiance en cette humanité qui est la nôtre à travers toutes ses tragédies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Francinemv
  10 mars 2020
Hannah Arendt disait de lui «Cet homme n'avait appris à nager ni avec le courant ni contre le courant. »
Traducteur de Proust, Baudelaire, Saint-John Perse …, le but qu'il s'était proposé était d'être considéré comme le premier critique de la littérature allemande.
Ni poète, ni philosophe, iI "pensait poétiquement".
Une figure centrale  de sa pensée : le flâneur.
"Au flaneur qui erre sans but au milieu des foules des grandes villes dans une attitude fortement opposée à leur affairement utilitaire, les choses se révèlent dans leur signification secrète. L'image vraie du passé est fugitive et le flâneur seul reçoit le message dans son errance nonchalante."
Il se définissait comme un pêcheur de perles qui n'avait de cesse de collectionner les citations.
Récits d'Ibiza comprend 4 grandes parties :
- Histoires du capitaine V. et textes voisins
- Ibiza, Terre de rencontres
- Autour du haschich
- Chroniques et réflexions
Derniers moments de bonheur à Ibiza.
Walter Benjamin nous livrera les récits des différents personnages qu'il a croisés à Ibiza ou sur le bateau qui l'y a mené.
Et c'est un formidable conteur !
Poèmes, extraits de lettres, de journal intime viendront compléter ces récits.
Il nous parlera de ses rencontres, de son coup de foudre pour Toet, livrera ses pensées sur les mots et le langage, la distorsion du temps et de l'espace (Autour du haschich), tout au long de ses longues promenades, de ses flâneries sans oublier de très justes descriptions d'Ibiza ou de Marseille.
Une belle invitation au voyage ...
En annexe les souvenirs de Jean Selz, son voisin sur l'ile ainsi que les propos de Pierre Bayart quant au concept du narrateur chez Walter Benjamin nous apportent des éclaircissements sur sa pensée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Adrienne
  08 mars 2020
Comme elle devait être belle, l'île d'Ibiza vers 1930, dans toute son authenticité, et comme ils devaient être d'étranges étrangers, les uns pour les autres, les autochtones et le petit nombre de résidents venus d'ailleurs pour des raisons diverses... Une formidable source d'histoires aussi, et dans ce petit livre il s'agit surtout de cela, de l'art de conter des histoires, glanées ici et là, sans jamais avoir pour l'autre ce regard condescendant du touriste...
Lien : https://adrienne414873722.wo..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   25 février 2020
Lui revient en mémoire ce jour où il s'était senti partager les sentiments d'un arbre. En ce temps-là, seule importait celle qu'il aimait, sa tristesse, et sa fatigue... Elle était assise dans l'herbe et ne se préoccupait guère de lui. Alors il s'était adossé au tronc, et l'arbre l'initia à sa manière de sentir.
Commenter  J’apprécie          50
stekasteka   22 février 2020
Quand je naquis, il vint à l'idée de mes parents que peut-être je pourrais devenir écrivain. Qu'il en soit ainsi, se dirent-ils, mais de telle sorte que tout le monde ne remarque pas tout de suite que je suis juif. C'est pourquoi, en plus de mon prénom usuel, ils m'en donnèrent deux autres, assez rares, qui ne laissaient pas voir que c'était un juif qui les portait et non plus que c'étaient ses prénoms. Des parents, il y a quarante ans, ne pouvaient se montrer plus prévoyants. (1933)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FrancinemvFrancinemv   10 mars 2020
On atteint les docks, les darses, les bordels, les quartiers pauvres, les refuges dispersés de la misère : la banlieue. Les banlieues sont l'état d'urgence de la ville, le terrain sur lequel sans cesse fait rage la bataille décisive entre la ville et la campagne. Elle n'est nulle part plus acharnée qu'entre Marseille et la campagne provençale. C'est le combat au corps à corps du poteau télégraphique contre l'agave, du fer barbelé contre le palmier épineux, des miasmes de corridors puants contre l'obscurité fraiche des platanes sur les places rêveuses, des perrons au bord de l'étouffement contre les fières collines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AdrienneAdrienne   08 mars 2020
J'allais partir, tout seul, pour une promenade au clair de lune vers le point le plus haut de l'île, la Talaia de Sant Josep, quand tout à coup survint un ami de la maison, un jeune scandinave qui ne se montre que rarement dans les lieux fréquentés par les étrangers et habite dans un village perdu dans la montagne. Il s'agit du petit-fils de Paul Gauguin. Il s'appelle exactement comme son grand-père. Le jour suivant, j'ai eu l'occasion de connaître mieux ce personnage assez fascinant ainsi que son village de montagne où il est le seul étranger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FrancinemvFrancinemv   10 mars 2020
C'est l'une de ces histoires que l'on entend raconter en mer et pour lesquelles la propre coque du navire offre la meilleure caisse de résonnance et la trépidation des machines le plus bel accompagnement, de ces histoires dont il vaut mieux ne pas demander l'origine.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Walter Benjamin (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Walter Benjamin
Le chemin de Walter Benjamin de Banyuls-sur-mer à Portbou.
autres livres classés : baléaresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2017 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre