AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782864325680
56 pages
Verdier (12/02/2009)
3.57/5   21 notes
Résumé :
L'acte de naissance du sujet de la connaissance a été dressé par un Français. C'est le Discours de la méthode. Mais c'est en Allemagne que Descartes l'a conçu, en rêve, et aux Pays-Bas qu'il l'a rédigé. Si le monde se ramène depuis lors, à deux substances, l'étendue et la pensée, leurs rapports ne vont pas sans complications ni sautes. La vie même de Descartes en est l'illustration.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
PetiteBalabolka
  05 juin 2019
56 pages assez époustouflantes, il faut bien le dire !
Dans un style à la maîtrise impeccable, Pierre Bergounioux entreprend de nous expliquer pourquoi René Descartes, tourangeau d'origine, s'est attelé à la rédaction de son fameux Discours de la méthode depuis les Provinces-Unies, Pays-Bas de son époque. Ce faisant, l'auteur balaie plusieurs siècles d'Histoire en remontant depuis les temps gallo-romains jusqu'au XVIIème siècle donc, avec une virtuosité, une érudition et une hauteur de vue remarquables.
Il retrace le parcours de Descartes et ses errements à travers une Europe belliqueuse (dans laquelle il prit sa part) avant de se fixer en Hollande (qui apparaît alors comme une terre de désolation... empêchant tout distraction de l'esprit) pour se consacrer exclusivement à l'étude (mathématiques, philosophie...) et y apporter le fruit de son génie polyvalent.
Tout ceci est expliqué avec beaucoup d'intelligence et éclairé par les apports de ses prédécesseurs et successeurs (notamment Francis Bacon et Baruch Spinoza). Les références, nombreuses, ne se limitent pas au champ de la philosophie, on fera au passage un petit tour par la littérature (citons, entre autres, Montaigne et Cervantès) et L Histoire (Braudel, of course...). Une fresque talentueuse de la pensée condensée en moins de 100 pages, un petit livre magistral !
Lien : https://leschroniquesdepetit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
ivredelivres
  19 février 2009
Biographie restreinte mais biographie du philosophe Descartes, limitée à une période courte, celle où René Descartes souhaite faire imprimer ses écrits et pour cela choisit la Hollande.
L'auteur prend le lecteur par la main et brosse à grands traits fulgurants l'histoire de l'Europe, des cohortes De César à nos jours. C'est érudit, savant, et formidablement écrit. Comme devant les écrits brillants, sitôt lu l'envie vous assaille de reprendre du début, cette ahurissante contraction des faits m'a laissée abasourdie et admirative.
Quelque part dans cette épopée apparaît René Descartes, Pierre Bergounioux nous le peint se promenant, son Discours de la méthode sous le bras, il convoque Bacon, Montaigne et Shakespeare. Il imagine René croisant Spinoza enfant dans les rues de Leyde.
Pourquoi Descartes homme d'épée qui a traîné ses guêtres dans toute l'Europe au service des princes et rois du moment, se retire ainsi du monde et pourquoi en Hollande.
Peu à peu se dessine Descartes, ses exigences philosophiques, ses errances géographiques jusqu'à cette chambre où il écrit une nuit la Première Méditation.
La situation politique de la France d'alors interdisant au philosophe d'écrire en toute quiétude, en toute liberté dans son pays, il a fait le choix de la Hollande de sa tolérance religieuse et de l'accalmie des batailles.
Cet exil, ce retrait, vont permettre à la pensée de Descartes de s'épanouir et de donner des textes parmi les plus importants de la philosophie.
Lire Pierre Bergounioux est un plaisir exigeant et ce dernier livre ne déroge pas à la règle.

Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
brigetoun
  14 avril 2009
de la nécessité d'une chambre sans trop de sollicitation extérieure pour qu'accouche la découverte de la puissance de la pensée, de sa nécessité pour qui s'y révèle apte, et donc parler de tout ce qui entoure cette chambre (ou ces, l'allemande amenant à la ou les chambres en Hollande).
Fulgurance de la dizaine de pages qui vont de la Gaulle à la fin de la renaissance, en phrases denses, incisives et harmonieuses, à la simplicité apparente, traçant le jeu des forces (la France carrefour et lieu de rencontre), des climats, des régimes - contestant et reprenant l'idée de l'influence du milieu extérieur sur le fonctionnement de l'intelligence et sa manifestation. Avec une clarté séduisante qui emporte mes timides réticences, parfois, d'inculte méditerranéenne (me justifiant un peu d'être inapte à la philosophie), avec quelques malices.
Et, en bas de la page 29 on en arrive à "Au seuil du dix-septième siècle, ils sont quelques-uns en Europe, donc dans le monde, à porter sur toute chose un regard différent, dessillé. Et ces hommes inévitablement, sont les ressortissants des trois puissances majeures de ce temps, la France, l'Angleterre et l'Espagne de Philippe II, laquelle inclut, pour le coup, les provinces hollandaises..." : Bacon encore trop prisonnier de son rôle officiel, Baruch Spinoza et, entre eux, René Descartes. Qui a eu besoin de s'éloigner de la trop grande douceur de vivre de la France (jolies lignes où fait irruption le grand Meaulnes) et de l'absolutisme qui asservit les esprits, de ne pas se tourner vers la splendeur italienne pour se rencogner dans l'hiver des campagnes allemandes ou hollandaises.
Et le texte se focalisant un peu sur lui, le rapide récit le roman qui fut sa vie (me fascine toujours un peu), la vie avec les reîtres mêlée au commerce avec les savants, (et je réalise : commerce comme on disait alors et non négoce - il eut toujours l'aisance suffisante pour que ne compte pas le besoin d'assurer sa survie, et ça fait partie, la naissance, à cette époque, de cette classe, de ce qui a été nécessaire à cette arrivée de la philosophie) avant qu'il se range à son amour de l'étude obstinée, et à la nécessité des chambres - chambres pour s'isoler - et les pages sont pleines de cette étude; son ouverture, l'épanouissement tranquillement consciente de cette pensée. Et puis, dans les dernières pages, Bergounioux élargit de nouveau le champ à ce qui les entoure, ces chambres en Hollande et leur occupant.
Cinquante sept pages prodigieuses et une envie de lire les Méditations et de relire les quelques pages lues en belle découverte il y a tant et tant d'années que je ne saurais plus les chiffrer

Lien : http://brigetoun.blogspot.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CalibanCaliban   28 décembre 2016
L'important, ce n'est pas ce qu'on raconte . C'est ce qu'on fait .Les expérimentateurs téméraires de ce temps ne se sont pas souciés de savoir quels ils étaient, de démêler le tour d'esprit, l'attitude existentielle qu'ils partageaient et qui, par-delà les frontières, les langues, les tempéraments nationaux, les conflits de puissance, les rassemblaient dans une même famille dont ils ne se surent même pas les membres dispersés , unis par les liens de l'esprit, et non plus de la chair . Ce qui nous meut n'a pas besoin d'être énoncé, pour commander nos décisions,diriger nos vies . mais lorsqu'une résolution collective tend à donner la préférence au "jugement calme", au "calcul des conséquences", en toute circonstance, celui qui applique pareil procédé à toute chose ne saurait s'y soustraire lui-même . La lumière dont il est le foyer, il lui faut y entrer . En l'absence de l'Allemand auquel incombe , traditionnellement, en Europe, l'activité métaphysique, un Français, que son goût portait naturellement vers la poésie, se pose la question de savoir quel il est . Elle conditionne la valeur logique de ce qu'il sait . Mais la France, outre qu'elle ne brille pas plus alors qu'à aucun autre moment de son histoire dans le domaine philosophique, lui est hostile à plusieurs égards . Ses institutions, sa religion sont ennemies du libre examen sans lequel bien des choses , importantes, resteront hors d'atteinte de l'esprit .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
brigetounbrigetoun   14 novembre 2009
Au seuil du dix-septième siècle, ils sont quelques-uns en Europe, donc dans le monde, à porter sur toute chose un regard différent, dessillé. Et ces hommes inévitablement, sont les ressortissants des trois puissances majeures de ce temps, la France, l'Angleterre et l'Espagne de Philippe II, laquelle inclut, pour le coup, les provinces hollandaises
Commenter  J’apprécie          20
ivredelivresivredelivres   19 février 2009
« On s'explique assez mal qu'un Français confie un manuscrit à un imprimeur hollandais, encore moins qu'il se soit établi aux Pays‑Bas depuis huit ans quand sa seule occupation ne consiste qu'à penser. Parce que rien n'est plus indifférent à celle-ci que l'endroit où l'on s'y adonne. »
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   22 novembre 2014
Le français, c'est-à-dire la langue de l'Ile-de-France, n'est guère parlé au-delà que dans les villes. La campagne est encore patoisante. Des voyageurs rapportent que, juqu'au début du vingtième siècle, il était impossible de se faire comprendre dans certaines vallées du Massif central et d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Pierre Bergounioux (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bergounioux
Lecture de Arlette Farge : une création originale inspirée d'un livre sur les châtiments donnés aux enfants dans les collèges de Jésuites*.
Une série de créations littéraires originales inspirées par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé par la Maison des écrivains et de la littérature (Mel) en partenariat avec la BIS. Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé.
Saison 1 : Pierre Bergounioux (21 février 2017), Marianne Alphant (14 mars 2017), Arlette Farge (25 avril 2017), Eugène Durif (9 mai 2017).
Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne": * saison 1 : Pierre Bergounioux, Marianne Alphant, Arlette Farge et Eugène Durif paru en septembre 2018. * saison 2 : Jacques Rebotier, Marie Cosnay, Claudine Galea et Fanny Taillandier, paru en septembre 2019. * saison 3 : Hubert Haddad, Line Amselem, Christian Prigent, Mona Ozouf, Laure Murat, publication prévue en septembre 2020
* Mémoires historiques sur l'orbilianisme et les correcteurs des Jésuites, avec la relation d'un meurtre tout à fait singulier, commis depuis peu dans un des collèges de Paris et quelques autres anecdotes etc.
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre