AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Elizabeth Martineau des Chesnez (Traducteur)Hélène Hinfray (Éditeur scientifique)Corinne Verdet (Préfacier, etc.)
EAN : 9782228898218
286 pages
Éditeur : Payot et Rivages (14/01/2004)
3.91/5   11 notes
Résumé :
Rien ne prédisposait Isabella L. Bird (1831-1904) à voyager. Cette fille de pasteur anglais était de santé fragile et traînait sa neurasthénie de fauteuil en sofa, jusqu'à ce qu'un médecin perspicace lui prescrive le voyage pour remède. Ce fut une révélation : elle découvrit en solitaire Australie, Nouvelle-Zélande, États-Unis, Maroc, Tibet, Chine, Corée et Japon. Ses séjours en Asie lui valurent en 1892 d'être la première femme à entrer à la Royal Geographical Soci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
cascasimir
  05 mars 2020
"Il était une fois dans l'Ouest" une anglaise qui explora les Rocheuses du Colorado...

Le ciel bleu, l'or du soleil, le blanc immaculé de la neige, des bois rouges, des sapins argentés, et le vert émeraude du lac Tahoe...

C'est " La Chevauchée fantastique", par des nuits glaciales et enneigées, avec sur vos talons, des hurlements de loups!

Pour Isabella, cette fille de pasteur d'une intelligence brillante ( comme beaucoup d'Isabelle/ Etymologiquement "Dieu est serment) mais de constitution fragile, le voyage avait été un remède souverain.

Ce ne fut pas une "Calamity Jane" (qui vécut à la même époque) avec colt Peacemaker et Winchester, mais une simple voyageuse...

Elle pressentit, en 1873, que la ville d'Estes Park sera un site touristique ( le paradis décrit par Isabella reçoit plus de 3 millions de visiteurs/ an)

Sellez votre cheval, et emportez votre lampe à huile, votre moustiquaire, sans oublier votre colt 45 !

Nous allons bivouaquer, sous la lune, avec les coyotes ( dont un méchant tueur d'Indiens: Comanche Bill). Mais, Isabella tombera amoureuse d'un autre desperado, Rocky Mountain Jim...

Nous allons croiser des squaws " à la chevelure enduite d'une poix épaisse. le chef avait pour carquois, une peau de lynx." , des pionniers et un ours...mal léché!

Et des marmottes! "...Assises comme des chiens qui mendient, toutes tournées vers le soleil, est tout ce qu'il y a de plus drôle !"
Quelques années plus tard, 2 autres femmes "Thelma et Louise" immortaliseront la beauté du paysage des Rocheuses, sur la pellicule...

"Lumières violettes dans les canyons
C'est là que j'ai envie d'être
Mon fusil, mon cheval et moi."
Juste my rifle, my poney and me.
Dean Martin, Rio Bravo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          751
nathalie_MarketMarcel
  17 juin 2020
Besoin d'air et de galopades dans la neige ? C'est parti.
Isabella L. Bird est une Anglaise à la santé délicate, à qui les voyages ont redonné goût à la vie (un exemple à suivre). Mais pas de petits voyages pépères. La voici à cheval, parmi les montagnes du Colorado, seule, arpentant la neige, la glace, les forêts, se logeant chez les colons, aidant à regrouper le bétail s'il le faut, complètement fascinée (et un peu amoureuse) d'un hors-la-loi. Et à la fin, elle rentre, comme une dame respectable.
Voilà qui est tout à fait surprenant. le début est bien tranquille, puisque nous quittons San Francisco en train. Progressivement, l'altitude s'élève et les voyages à cheval s'allongent. Sa première balade à cheval est interrompue par l'irruption d'un ours et tout continue ainsi. Il n'y a pas alors de route, ni de chemin, ni même vraiment de sentiers (à part ceux que se créent les chasseurs et les ours) et on se demande vraiment comment elle parvient à ne pas se perdre quand tous les points de repères (arbres et rochers) sont engloutis par la neige.
On a beaucoup de descriptions enthousiastes des paysages, avec des couleurs toutes plus folles les unes que les autres, des considérations sur les personnalités des colons, la religion et les dégâts de l'alcool (mais notre autrice fait attention à ne monter à cheval comme un homme que dans les étendues sauvages et pas en ville, elle tient à sa respectabilité). Je découvre que le Colorado est un endroit bon pour la santé, en raison de la pureté de son air (mais il faut aimer camper dans des cabanes).
Une dame qui fait preuve de beaucoup d'enthousiasme et de détermination !
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fanou87
  25 juin 2021
La constitution fragile d'Isabella L. Bird ne lui aurait pas permis d'entreprendre le moindre voyage : opérée de la colonne vertébrale à 18 ans, elle a une vie plutôt sédentaire. Sur les conseils du médecin de famille qui lui recommande de bouger, celle-ci entreprend alors des voyages. Un début qui ne s'arretera pas. Elle devient photographe, exploratrice et écrivaine. Lors de ses voyages, la maladie disparait. Elle a trouvé son remède.
Dans le récit qui nous occupe, il est question d'exploration du grand Ouest américain en plein hiver. Seule, avec un cheval pour seule compagnie, Isabella nous fait vivre ses découvertes avec des métaphores poétiques qui nous immergent totalement. Elle y rencontrera aussi celui dont elle tombera follement amoureux, Mountain Jim, un hors-la-loi. Elle partage avec enchantement tout ce qu'elle découvre. Ses rêves de montagnes Rocheuses deviennent les nôtres et quand elle y arrive enfin on ne peut que profiter de la vue avec elle et du sentiment de liberté que cela procure.
« Une anglaise au far west » est composé de lettres envoyées sa soeur chérie, elle lui fait part de ses journées avec une précision sans faille en n'omettant aucun détail et en prenant le temps de décrire les paysages merveilleux qu'elle a sous les yeux. Fatigues, joie, énervement, peur.. Isabella joue la carte de la sincérité.
Ignorant tout de cette femme, je l'ai découverte grâce au podcast « Les femmes voyageuses » de Girls Power,(celui qui dézinguait Jack Kerouac…). Je me suis alors rendu compte que quand je pensais aux récits de voyage, je n'avais en tête que des noms d'hommes. Quand je pensais aux voyageurs /explorateurs, de nouveau, je n'avais que des noms d'hommes. Les femmes exploratrices existent, il faut juste un peu fouiller pour les découvrir.
Petit point biographique : Isabella L. Bird est née en octobre 1831 à Boroughbridge et est morte le 7 octobre 1904 à Édimbourg.
Pour ceux et celles qui lisent les mangas : Isabella Bird, femme exploratrice (série en cours)
Lien : https://pagesversicolores.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeChameauBleu
  01 janvier 2020
Il s'agit du récit de voyage d'Isabella Bird qui en 1873 explora à cheval les Rocheuses, accompagnée d'une sorte de desperado. Cette jeune femme parcourut les océans et les continents jusqu'à la fin de de sa vie. Il était étonnant de la découvrir alors qu'elle avait accompli des périples insensés toute sa vie, notamment en Asie, à une époque plus périlleuse pour une femme. Une vraie pionnière!
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   17 juin 2020
Je ne puis décrire ce que je ressentis pendant ce voyage : la solitude était absolue, tout était silencieux, il n’y avait pas de vent, et la neige tombait doucement ; les montagnes étaient effacées, il faisait sombre, le froid était extrême et la nature avait un aspect effrayant et inaccoutumé. Toute vie était ensevelie sous un linceul : tout travail, tout voyage suspendus. Ni vestiges de pas, ni traces de routes. Rien qui pût effrayer cependant, et quoique je ne puisse dire précisément que cette course fût de mon goût, j’avais cependant l’agréable sensation de me porter de mieux en mieux à mesure que j’avançais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AmagAmag   19 août 2020
C'était étrange aussi de voir le célèbre desperado, l'homme aux mains rouges de sang, dormir du sommeil de l'innocence. Et par dessus tout, n'était-ce pas excitant d'être étendue sur une montagne de plus de 3000 mètres, au coeur des montagnes Rocheuses, sans autre abri qu'un berceau de pins et avec un froid de -7°C; d'entendre hurler les loups, de contempler les étoiles à travers un dais odorant, d'avoir pour colonnes de lit des pins aigus et pour lampe de nuit la flamme rouge d'un feu de camps?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   17 juin 2020
Le paysage est splendide ; le sublime s’unit à la beauté, et, dans cet air élastique, je ne sens plus la fatigue. Ce n’est point un pays pour les touristes et les femmes – seuls quelques chasseurs d’élans et d’ours y viennent parfois – et sa fraîcheur non encore profanée me donne une vie nouvelle. Je ne puis par des mots vous donner une idée d’un paysage si différent de tout ce que vous et moi avons jamais vu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fanou87Fanou87   25 juin 2021
C’était étrange aussi de voir le célèbre desperado, l’homme aux mains rouges de sang, dormir du sommeil de l’innocence. Et par dessus tout, n’était-ce pas excitant d’être étendue sur une montagne de plus de 3000 mètres, au coeur des montagnes Rocheuses, sans autre abri qu’un berceau de pins et avec un froid de -7°C; d’entendre hurler les loups, de contempler les étoiles à travers un dais odorant, d’avoir pour colonnes de lit des pins aigus et pour lampe de nuit la flamme rouge d’un feu de camps?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fanou87Fanou87   25 juin 2021
J’ai découvert un rêve de beauté que l’on pourrait contempler toute sa vie en soupirant. Ce n’est point charmant comme les îles Sandwich, mais beau d’une manière particulière; une vraie beauté américaine : des montagnes tachées de neige, des pins énormes, des bois rouges, des pins à sucre, des sapins argentés, une atmosphère de cristal, des ondulations d’une couleur admirable ; et, au pied des pins suspendus, un lac qui reflète toute cette splendeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

>Géographie générale>Géographie de l'Amérique du Nord>Géographie : Ouest des USA (17)
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
515 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre