AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234084407
Éditeur : Stock (02/01/2019)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Le jour de la naissance de mon fils, j'ai décidé d'aller bien, pour lui, pour nous, pour ne pas encombrer le monde avec un pessimisme de plus. Quelques mois plus tard, des attentats ont endeuillé notre pays. J'en étais à la moitié de ma vie, je venais d'en créer une et la mort rôdait. L'Enfant articulait ses premières syllabes avec le mot guerre en fond sonore. Je n'allais pas laisser l'air du temps polluer mon bonheur. »
Roman d'une vie qui commence, manu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
alexb27
  07 janvier 2019
Cet écrit est une chronique /un journal tenu par Julien Blanc-Gras de 2015 à 2018 après l'attentat de Charlie Hebdo. Il s'agit d'une réflexion sur le monde actuel, sur la guerre contre le terrorisme, sur la paternité (lui qui est jeune papa) et sur l'identité. Il se plonge en effet et décripte les écrits de ses grands pères pendant la seconde guerre mondiale pour mieux se définir. C'est parfois drôle (surtout dans les interactions avec l'enfant), parfois brillant, toujours très intéressant. Un livre à découvrir. Merci à Netgalley et à l’éditeur pour cet envoi. #CommeàlaGuerre #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          130
jmb33320
  07 janvier 2019
Ce nouveau livre de Julien Blanc-Gras est essentiellement bâti autour des questions liées à la paternité, à la transmission entre générations, le tout dans un contexte de guerre. On ne retrouvera donc que tout à fait à la marge ses récits de voyages si savoureux.
Mais par contre tout son talent d'écrivain est bien là, avec son mélange unique d'humour et de gravité. le récit des trois années suivant la naissance de son fils nous vaut des pages drôlissimes sur son petit chenapan, même s'il s'inscrit dans le contexte des attentats terroristes qui n'incite pas à l'optimisme béat.
Le coeur de ce récit, c'est bien la guerre. A l'approche de ses quarante ans l'auteur veut comparer sa vie avec celle de ses deux grands-pères, qui ont beaucoup souffert pendant la seconde guerre mondiale. L'un d'entre eux, Marcel, confie à son petit-fils alors adolescent une sorte de journal de ses combats, qu'il n'a jamais montré à personne. Julien Blanc-Gras l'insère en grande partie dans son livre, qui se fait alors plus grave.
J'ai été tour à tour amusé, ému par cet ouvrage. Je pense que de nombreux parents peuvent se retrouver dans bien des constats et des questions qu'il pose. Pour ma part, je préfère tout de même Julien Blanc-Gras quand il se fait écrivain-voyageur. Mais ce "Comme à la guerre” vaut tout à fait d'être lu !
Je remercie les éditions Stock et NetGalley de m'avoir donné accès à son édition numérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
aliasdam
  12 janvier 2019
Julien Blanc-Gras nous a habitué à nous trimballer à travers le monde. Cette fois, il pose ses valises sur Paris et remonte le temps en pleine seconde guerre mondiale. Comment être positif dans un monde en guerre avec un regard paternel.
Cette fois encore, l'auteur frappe fort. Avec son recul habituel sur sa vie et sa manière d'agir, Julien Blanc-Gras dévoile un peu de sa famille alors qu'il est en train de construire la sienne. L'occasion pour lui d'évoquer ces deux grand-pères, qui ont vécu la guerre, aux fronts, les mines, les baïonnettes : en clair, la guerre que l'on pensait derrière nous. Et puis les attentats de 2015 sur Paris sont survenus. Merde alors, la guerre peut aussi nous arriver et pas seulement à nos grand-parents?
On ne va pas se mentir, le texte est fort, aussi drôle qu'inquiétant. Aussi pertinent que défaitiste. Mais l'auteur excelle dans ses punchlines, pour son amour inconditionnel envers son fils avec un recul amusé sur chaque situation. le charme opère moins lors des extraits des journaux sur la guerre. Pourquoi? Parce que ces extraits sont vus & revus.
On comprend cette démarche d'honorer ce grand-père écrivain débutant & héros de guerre, mais ils sont si nombreux à s'être exprimer là-dessus que ces passages n'apportent pas grand chose en supplément.
Une manière pour Julien Blanc-Gras de comparer les deux situations à 70 ans d'écart, alors que des bombes explosent en France. Un bémol mineur quand on lit ce roman d'une traite, les larmes aux yeux, le sourire constant aux lèvres. Comme à la guerre est une ode à l'amour, au dépassement paternel et aux différences culturels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pilyen
  20 janvier 2019
Julien Blanc-Gras à l'aube de la quarantaine, âge où l'on bascule vers une autre portion de la vie, que certains, plus prosaïques, appellent passer au stade vieux con, se reproduit. Un petit garçon naît et avec lui, en plus des chamboulements inévitables dans une vie de couple, son regard, jusqu'à présent exercé à voir le monde ( c'est un écrivain-voyageur), s'ouvre sur sa vie. Quelques questions politico/philosophiques viennent le questionner. Les attentats de Paris en 2015 et le sentiment de guerre larvée résonnent dans sa tête. Est-ce bien raisonnable de faire naître un enfant dans un monde où potentiellement il devrait moins bien vivre que ses parents ? Et que lui transmet-on alors que des réflexes inconscients de peur affleurent dans le quotidien ? Et puis la vie continue, avec d'autres attentats, qui maintenant ébranlent toujours les êtres mais sans les étonner et un petit garçon qui grandit et qui suscite un émerveillement paternel de tous les instants.
"Comme à la guerre" se présente un peu comme le journal de bord d'un père. On y trouve un humour décalé qui démontre de façon sous-jacente que le mâle contemporain, plus proche de sa progéniture que les générations précédentes, plus attentionné, pétri de principes éducatifs ( Montessori, nouvelle papesse de l'éducation branchée) garde toutefois un certain recul. Tout ce qui concerne ce cheminement parental de l'élevage du garçon dans un 21 ème siècle urbain et traversé par une myriade de courants ou d'événements, s'avère très bien vu et superbement écrit. On pourra le relire dans 20 ou 30 ans , et on aura un magnifique portrait de ce que sont ces néo-bourgeois parisiens des années 2010 qui roulent en scooter, courent le monde et lorgnent vers un véganisme total.
Cependant, et en voulant, à juste titre, faire un lien avec sa famille et notamment ses grands parents, il a inclus quelques chapitres comportant des extraits d'un journal tenu par un des ses grand-pères durant la guerre de 40 et les récits d'engagement de son autre aïeul durant la même période. Ici, l'humour contemporain fait place à un devoir de mémoire personnel et plus émouvant pour l'auteur que pour le lecteur. Les récits exhumés, assez factuels, même s'ils retracent des événements historiques, ont du mal à s'intégrer dans l'ensemble. Si Julien Blanc-Gras arrive à justifier ces passages en les reliant avec son journal, trace de sa vie pour son ( ses) descendant(s), le roman souffre un peu de ces tonalités un peu différentes. ( " Pour rendre hommage à celle de mes aïeux, je ne peux qu'offrir ce petit mausolée de papier, qui sera remis à la génération suivante.")
" Comme à la guerre", bien que très marqué parisien branché, reste agréable à lire, et décrit parfaitement son époque de l'intérieur. Julien Gras-Blanc a donc gagné son pari : offrir un journal que son enfant aura plaisir à relire dans des décennies... et sans doute d'autres lecteurs qui retrouveront l'esprit si particulier de ces années du début du 21ème siècle.
Lien : https://sansconnivence.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
stephalivres
  14 janvier 2019
On pourrait résumer ce livre en quelques mots : « avoir un gosse c'est cool, la guerre c'est nul et les terroristes sont des cons ».
Et donc voilà pourquoi moi j'écris pas de livres…
Plus sérieusement, j'ai beaucoup apprécié ce témoignage, plein d'humour et c'est pas facile de faire de l'humour avec plein de morts. Et pas morbide, juste une façon de continuer à prendre de la distance. Je m'y suis beaucoup retrouvée. Bien sûr dans les moments où il parle de son fils, mais aussi comment il affronte, comment la France affronte cette nouvelle donnée dans sa vie.
Alors oui c'est un témoignage, ça pourrait être un billet de blog géant, si on retire les passages sur ses grands pères. Mais d'un autre côté, si les réseaux sociaux fonctionnent si bien, c'est aussi parce qu'on est content de lire ce qu'on vit un peu, écrit par d'autres non? Et quand l'autre est talentueux, autant se faire plaisir!
Je ne connaissais pas cet auteur, mais maintenant que c'est le cas, j'ai noté quelques autres écrits qu'il a produit à feuilleter!
Lien : https://stephalivres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   02 janvier 2019
Je n'allais pas laisser l'air du temps polluer mon bonheur.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Julien Blanc-Gras (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Blanc-Gras
Il nous avait habitués à ses récits de voyages, Julien Blanc-Gras nous livre ici une chronique de la paternité au temps du terrorisme avec "Comme à la guerre" (Stock). Avec beaucoup d'humour et de sensibilité, son narrateur évolue dans un Paris bouleversé puis résilient, de la naissance aux trois ans de son fils et fouille les archives familiales pour chercher ce qui lui est transmis des générations précédentes et mieux appréhender ce qu'il doit lui-même léguer. Un récit humble, drôle et plein d'optimisme.
En savoir plus sur "Comme à la guerre" : https://www.hachette.fr/livre/comme-la-guerre-9782234084407
+ Lire la suite
autres livres classés : paternitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature et politique

"Famille, je vous aime : Politique et vie privée à l'âge de la mondialisation". Qui est l'auteur de ce livre?

Michel Onfray
Bernard-Henri Lévy
Luc Ferry
Franz-Olivier Giesbert

10 questions
199 lecteurs ont répondu
Thèmes : politique , écrits politiquesCréer un quiz sur ce livre