AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070128365
224 pages
Éditeur : Gallimard (13/05/2014)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Paris, fin du XIXe siècle. Samson Vaillant est un brillant acrobate, très populaire sur les champs de foire. Alors qu’il prend de l'âge et que sa carrière est sur le déclin, il va connaître un regain de célébrité inespéré lorsqu’un imprésario, Tiburce Lefranc, lui propose de monter une attraction inédite et spectaculaire.

Il s’agit de profiter de la vogue des montgolfières pour exécuter des numéros de trapèze et d’anneaux en voltige, suspendu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Shenandoah
  17 juin 2014
Vers la fin du XIXème siècle, Samson Vaillant est un brillant acrobate sur le déclin, qui souffre d'un rhumatisme à l'épaule. À court d'argent, il accepte la proposition d'un imprésario, consistant à effectuer son numéro de trapèze suspendu à une montgolfière.
La première chose qui frappe dans ce roman, c'est son ambiance très particulière. le résumé de l'éditeur parle d'une prose nostalgique, et je ne trouve pas de meilleur terme pour décrire ce style. Suranné, peut-être ? Quoi qu'il en soit, on a presque l'impression de se retrouver devant une photo aux couleurs sépia, nous laissant deviner les splendeurs d'une époque révolue.
Cependant, cela ne signifie aucunement que l'histoire est lente ou ennuyeuse. L'écriture est au contraire assez dynamique pour que les pages se tournent toutes seules, et l'histoire que nous raconte Olivier Bleys est fascinante. On se laisse totalement emporter dans la vie de Samson, et les passages de voltige sont superbement écrits.
On pourrait peut-être reprocher à ce roman un manque de profondeur de la plupart des personnages, mais ça ne m'a pas vraiment dérangé dans la mesure où l'écriture est suffisamment poétique pour donner un aspect "conte" au récit. de même, alors que la fin est assez évidente, la manière dont elle est amenée et mise en scène la rend néanmoins surprenante et intense.
Bref, un roman envoûtant que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir, et je remercie beaucoup Babelio et les éditions Gallimard pour m'en avoir offert l'opportunité. Je n'avais jamais entendu parler de cet auteur, mais je pense qu'il est vraiment à découvrir, et je lirai bien volontiers ses autres romans.

PS : Avant de lire ce livre, j'ignorais totalement que le trapèze sous montgolfière existait réellement, et était encore pratiqué de nos jours… J'aime les livres qui nous font découvrir des choses étonnantes, donc merci Olivier Bleys !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Tostaky61
  02 mai 2018
Je ne me souviens plus où je suis allé quérir l'idée de cette lecture, mais une chose est certaine, je ne le regrette pas.
Même si, au moment de refermer le livre d'Olivier Bleys, un sentiment mitigé m'anime, non pas que Haut vol m'ait déçu,  oh ça non, mais, le spectacle terminé,  une certaine tristesse s'est emparé du lecteur que je suis.
Il faut dire que l'auteur m'avait gâté tout au long des 200 pages de son roman.
Comme ces gens du cirque dont il parle, il jongle avec les mots, il cabriole avec les phrases, il amuse, il épate,  il effraie,  il émeut.
C'est beau.
Bleys est un conteur.
Asseyez-vous un instant au pied de sa roulotte, là,  juste à côté du feu. Regardez les étoiles,  humez le parfum de la braise, sentez sur votre nuque le vent léger et...écoutez.
En cette fin du XIXème siècle,  Samson l'acrobate, n'a de Vaillant plus que le patronyme. Dans cette période de disette, accentuée par une météo exécrable, le cirque ne fait plus recette. Une dernière patate est vite partagée et engloutie par l'artiste, sa femme Pėlagie et leurs deux enfants. Les voici donc sans ressources et le garde-manger vide.
Mais voici que l'on frappe à la porte de la roulotte.
Tiburse Lefranc (dont la réputation contredit le nom) vient proposer à l'acrobate un projet hors du commun.
Défier les lois de l'apesanteur et se livrer à ses acrobaties en plein ciel.
La faim justifie-t-elle les moyens ?
Samson mettra-t-il sa vie en péril,  le jeu en vaut-il la chandelle ?
Olivier Bleys décrit le monde des forains de cette époque avec talent.
Une lecture que je vous recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
trust_me
  22 juin 2014
Dans sa roulotte tirée par un cheval famélique, l'acrobate Samson Vaillant broie du noir. En cette fin de 19ème siècle, son numéro n'attire plus les foules et l'homme a bien du mal à nourrir sa famille. Samson est un colosse à l'épaule fragile, un hercule qui a grandi en apprenant à briser des chaînes et tordre des barres de fer. Venu à l'acrobatie sur le tard, il se rend compte, à 49 ans, que son corps n'a plus l'agilité d'antan. En dernier recours, il s'adresse à Tiburce Lefranc, imprésario à la réputation sulfureuse et âpre en affaires. Tiburce lui propose un numéro inédit de voltige aérienne à l'aide d'une montgolfière. L'affaire est tentante, la rémunération alléchante, mais l'exercice particulièrement périlleux...

Un roman qui sort des sentiers battus. Point d'autofiction, point de réflexion sur des couples en perdition, la maladie où les maux de notre époque. Un roman hors du temps et des modes. de la littérature populaire dans le sens noble du terme. Olivier Bleys décrit avec beaucoup de tendresse le monde du cirque traditionnel, celui des forains à roulotte, nomades dans l'âme. Son écriture, classique sans être ampoulée, est d'une grande sensibilité. C'est un régal de retrouver ici l'atmosphère des champs de foire d'autrefois, de se laisser emporter par les descriptions pleines de poésie du vent et de la pluie, de l'avancée brinquebalante de la roulotte sur les pavés et dans la boue.

Un roman d'ambiance, délicieusement suranné, hommage sincère aux saltimbanques, à leur mode de vie et à leur code d'honneur si particulier qui poussera Samson et les siens à constater avec amertume que l'on n'échappe pas à son destin. J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture et je constate, après Concerto pour la main morte, qu'Olivier Bleys est décidément un auteur de talent aux registres multiples et à l'univers totalement insaisissable.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Cacha
  08 septembre 2017
Ce roman relativement court m'a fait entrer dans l'univers impitoyable des forains, à la fin du XIXème siècle.
Nous suivons les aventures d'une famille pauvre dont le père, acrobate herculéen vieillissant, pour permettre aux siens de survivre, doit accepter un dangereux contrat, à savoir s'élever dans les airs à l'aide d'une montgolfière pour faire ses acrobaties.
L'auteur m'a fait vibrer et souffrir avec eux, j'ai partagé la vie rude des forains, j'ai apprécié la description du Paris de l'époque et de cette nouvelle invention, le "ballon volant".
. Les personnages sont bien marqués.
Je recommande ce livre, mais pas pour un moment de détente, plutôt pour l'émotion qui en émane.
Commenter  J’apprécie          180
blandine5674
  05 décembre 2017
Ce roman m'a fait penser à Jimi Hendrix. Pourquoi ? Parce qu'il s'agit d'artistes qui veulent changer de registre et que leur imprésario, manager, ne supporte pas que leur ‘poule aux oeufs d'or' devient un humain qui veut décider de sa propre vie. Parce que certains ‘produits' valent plus cher mort que vivant et que leurs corps et leurs arts ne leur appartiennent plus. L'histoire peut paraître banale avec cet acrobate de cirque qui devient un acrobate pour un engin à la mode de l'époque, une montgolfière (activité toujours en vigueur). L'écriture de cet auteur est toujours un régal. J'ai donc aimé ce roman surtout pour les questionnements et les prises de conscience qui restent après avoir tourné la dernière page.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Tostaky61Tostaky61   01 mai 2018
- J'ai cueilli une étoile dans les plis de l'orage. J'ai enfilé des gouttes à un fil d'araignée et t'offre, mon amour, ce bracelet léger comme une haleine...
Commenter  J’apprécie          120
ShenandoahShenandoah   16 juin 2014
La gloire et la fortune n'entraient pas dans ses plans, aussi les reçut-il d'assez mauvaise grâce, comme on accueille à minuit des visiteurs importuns qui ne se sont pas annoncés.
Commenter  J’apprécie          70
SepoSepo   22 mai 2014
L'artiste enfin s'avança vers son public, mais personne n'osait encore venir à lui. L’œil clair, le teint vivifié, et dans ses cheveux d'amples remous comme s'ils avaient piégé le vent des hauteurs, Vaillant ne semblait plus appartenir à ce monde Ce n'était pas un homme monté en l'air le temps d'une courte évolution, mais une créature céleste descendue sur terre et qu'un seul bond, sans doute, rendrait à son milieu altier, propulserait delà les nuages ! Tiburce fut le premier à lui serrer la main.p.118/119
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
blandine5674blandine5674   04 décembre 2017
- La faim est aussi naturelle aux forains qu'aux banquiers, les embarras de la digestion.
Commenter  J’apprécie          100
blandine5674blandine5674   05 décembre 2017
Mais à ce moment, il sentit une pluie lourde pianoter sur sa nuque. Des gouttes s’écoulaient, intruses, dans la liqueur. Vite, Tiburce offrit au cognac l’abri de son gosier.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Olivier Bleys (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Bleys
Dorothée Cunéo, directrice des éditions Denoël, ainsi que les trois auteurs de notre rentrée littéraire ont le plaisir de vous présenter les titres qui paraîtront le 19 août prochain : À trop aimer d'Alissa Wenz, Mon nom était écrit sur l'eau d'Olivier Bleys et Fin de combat de Karl Ove Knausgaard.
Les extraits de Karl Ove Knausgaard proviennent des interviews suivantes sur la BBC : https://www.youtube.com/watch?v=w0xXuGbaXRc et sur Louisiana Channel : https://www.youtube.com/watch?v=4qsfSeuT-4w
autres livres classés : cirqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2421 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre