AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266153986
Éditeur : Pocket (07/09/2006)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 59 notes)
Résumé :
J'ai encore rêvé d'elle, La Bombe humaine, Week- End à Rome... Comme ces couples qui parlent de " leur chanson ", Yoann pourrait dire de tous ces tubes qu'ils sont les siens. Ce ne sont pas forcément ses préférés, mais à quarante ans ces airs émergent de sa vie accidentée comme autant de notes échouées. L'enfance, les tourments de l'adolescence, les premières amours, et puis le deuil, imprévu, violent, tragique. Une existence à reconstruire avant même d'avoir commen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
carre
22 avril 2012
Ami(e)s nostalgiques, préparez vous à karaoker, avec aussi un mouchoir à portée de main car Jean-Philippe Blondel sait nous amuser et nous émouvoir.
A travers un chapitre pour une chanson (que l'on connait tous), Blondel nous raconte la vie d'un homme, dans des moments précis de sa vie tristes ou gais, et une nouvelle fois ça marche, parce que Blondel a ce talent de mettre les mots justes sur des instantanés de vie. Entre rire et sourire, il sait nous cueillir, l'émotion affleure sans pathos bien au contraire, l'auteur continue d'explorer nos sentiments avec pudeur et sensibilité et au final on irait bien remettre une petite pièce dans son juke-box.
Commenter  J’apprécie          150
Loucy
23 avril 2014
Avec Juke-Box, nous replongeons dans la musique avec Jean-Philippe Blondel. le livre est découpé en plusieurs parties qui décomposent les actions pour mettre en route un juke-box (« Select Title » ; « Volume HI/LO » ; « Play » et « Juke-Box »). Chaque chapitre est le titre d'une chanson du top 50, nous devinons d'ailleurs les années grâce à ces célèbres musiques, entendant – malgré nous – les mélodies connues de tous comme « le Lundi au soleil », « Voyage voyage » (et oui là vous l'avez en tête pour une semaine, ne me remerciez pas !), ou encore « Belle » de la comédie musicale Notre dame de Paris. Nous revivons donc plusieurs époques, de la fin des années 1960 aux années 2000. Quarante de la vie de notre personnage principal : Yoann.
On découvre d'abord un petit garçon plein de vie, qui aime la musique, et qui obtient son premier disque, puis un adolescent plus sombre, plus complexe. On apprend sa vie familiale : un père très absent, violent, une mère qui rêve d'un ailleurs, et un grand frère parti étudier ailleurs. Jusqu'au drame, le héros perd ses parents et son frère dans un accident de voiture, le voici désormais seul, sans famille.
Le choc, le lecteur le ressent aussi, au point que j'ai relu ce passage, pour être sûre de bien comprendre, de ne pas avoir raté une information. C'en suit une envie de vivre, une envie d'être.
« Alors, pour éviter les questions et détourner la vague d'émotion, je dresse des listes négatives. C'est mon passe-temps favori. Des listes de ce que je ne veux pas, plus tard.
Je ne veux pas de pavillon Phénix.
Je ne veux pas de Tupperware ni de gâteaux faits dans les Tupperware.
Je ne veux pas de tapis achetés en solde chez Mondial Moquette avec cette ristourne pour le personnel hospitalier que l'on n'accorde jamais.
Je ne veux pas me marier et marcher dans l'Amour sur la voie des Cieux.
Je ne veux pas me coucher à huit heures du soir juste après « Des chiffres et des lettres ».
Je ne veux pas passer mes soirées devant la télévision à regarder les autres vivre.
Je ne veux pas d'enfants, ou alors seulement adoptés lorsque j'aurai soixante ans et que j'aurai à coeur de rendre heureux les plus démunis, ce qui veut dire : pas tout de suite.
Je ne veux pas passer ma vie au boulot et ne rentrer que le week-end dans une maison où tout le monde me déteste cordialement et se dit « ah – dommage » quand je tourne la clé dans la serrure. »
De ce livre, on retient que chaque évènement, chaque époque peut être marqué par une chanson. Et à la lecture de chaque chapitre, je fredonnais la chanson du titre. On sort de ce livre un peu sonné, et pourtant pas complètement plombé. Car au cours de la lecture on sourit, on rit du sarcasme dont Yoann fait preuve, on est ému de la lucidité, du regard qu'il a autour de lui. Ses voyages m'ont touchée et montre une nouvelle part de lui, un passage à l'âge adulte.
On est vite pris dans ce roman, on le lit d'une traite, voulant partager cette vie avec lui, voulant l'épauler, l'aider, l'aimer. Quand soudain, nous sommes en 2004, Yoann nous laisse pour vivre sa vie sans nous la dévoiler.
J'ai été bouleversée par ma lecture, je l'ai lu en aller-retour à l'autre bout de la région, et je suis restée un peu ailleurs une fois la dernière page avalée.
Il n'y a pas à dire, Jean-Philippe Blondel sait nous émouvoir et nous transmettre ses émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Accalia
12 juillet 2015
Mon amour pour les romans de Jean-Philippe Blondel n'est un secret pour personne si vous suivez mon blog depuis un moment. J'aime beaucoup ce que cet auteur écrit, surtout son style, que je trouve splendide (ça, c'est fait!).
Mes trois romans préférés de cet auteur sont Accès direct à la plage (qui reste mon préféré, étant celui avec qui j'ai découvert l'auteur), Un hiver à Paris et 06h41. Je suis obligée d'exclure Et rester vivant de ce top 3, mais je l'adore aussi.
Je ne rate aucune de ses nouvelles parutions pour les adultes (j'aime un peu moins ses romans pour les adolescents) et quand je tombe sur un de ses anciens romans, je saute dessus. Ce fut le cas pour Juke Box, que j'ai trouvé à la bibliothèque.
Ce fut une lecture plutôt agréable, mais il ne s'approche pas du tout de mon top 3.
Mon problème principal vient du fait qu'il tourne encore autour du même évènement que « Et rester vivant » et qui se trouve dans d'autres de ses romans. Cela devient un peu lassant à force. Je suis contente que dans ses derniers romans, il n'y revienne pas.
Sinon on tourne toujours autour de la nostalgie, des souvenirs, de l'adolescence et des choix qu'on fait à ce moment-là. Des thèmes qui me plaisent.
L'idée d'utiliser des musiques et des chansons pour « rythmer » ses souvenirs et pour donner aux lecteurs des morceaux de sa vie est une très bonne idée. Petit à petit, on arrive à reconstituer le tableau de la vie de Yoann.
L'écriture de Blondel est toujours aussi agréable. Il arrive à nous parler d'une expérience absolument abominable, d'événements déchirants de la vie des hommes sans pathos, sans en faire trop. Cela sonne très juste, c'est même beau.
Même si on est pas d'accord avec les gestes et faits de Yoann, on ne peut pas s'empêcher de le comprendre et surtout de compatir. Cette manière de décrire fait tellement réel, on a l'impression d'y être de de vivre tous ses événement avec lui. Moi, j'appelle ça écrire très bien.
————————————–
Un roman donc sympathique, mais il est loin d'être mon préféré de cet auteur. Jean-Philippe Blondel s'améliore vraiment de romans en romans je trouve et celui-ci datant un peu, il lui manque quelque chose. Mais une lecture agréable quand même que je suis contente d'avoir faite.
Lien : https://writeifyouplease.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincent
02 mai 2014
Un homme, un quarantenaire, Yoann, raconte sa vie au travers de ses souvenirs, chacun d'entre eux étant liés à une chanson.
L'idée de départ du bouquin me semblait bonne. En outre, les chansons choisies pour illustrer chaque souvenir me parlent (mention speciale pour "week end a Rome"...) car j'ai sensiblement le même âge que le personnage central.
Mais ce personnage central justement, ce Yoann, m'a très rapidement horripilé, par ses tergiversations, ses attitudes, son côté un peu paumé (plus ou moins sincère). Une vraie tête a claques. Pire, il m'est devenu carrément antipathique au fil des chapitres. Autant dire que j'ai accueilli avec une certaine indifférence les événements de sa vie, ses confidences et états d'âmes...
Commenter  J’apprécie          40
canel
04 juin 2011
Construit comme "Un minuscule inventaire", ce roman associe cette fois des chansons (et non plus des objets) à des souvenirs. Si vous êtes de la génération de l'auteur (né dans les années 60), sa nostalgie sera la vôtre !
Adolescence revisitée avec émotion et humour (cours d'anglais, boum dans la salle du curé...).
D'excellents moments dans ce roman à dévorer d'une traite.
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
nuitet0ileenuitet0ilee12 mai 2014
Des vies entières, qui s’ouvrent et se referment.

En une minute à peine, j’aperçois tous les chemins qui s’ouvrent à moi et toutes les vies possibles qui se profilent, désormais. Elles forment des lignes parallèles au trottoir, elles empruntent des boulevards ou des chemins de travers, elles enjambent des ponts ou foncent dans des tunnels, elles s’envolent au-dessus de l’Atlantique ou s’incrustent dans le sol et s’enracinent au plus profond. Elles sont toutes belles à en pleurer – peuplées de ces visages masculins et féminins qui sourient ou qui serrent les dents, de ces gestes de tendresse inappropriés ou de ces colères indomptables. (p.90)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
luocineluocine27 mai 2017
Il est quatre heures du matin, je tourne dans la cuisine avec le porte-​bébé en marquant bien le tempo avec mes pieds ; Grégoire s’est réveillé envi­ron trois fois dans la nuit -la dernière fois, c’était il y a une heure et il n’est pas parvenu à se rendor­mir. Alors, j’ai fait ce qui marche à chaque fois. Porte-​bébé, veilleuse dans la cuisine, et la seule chan­son qui le calme -un chan­teur à peine sorti de l’adolescence, avec une capu­che sur la tête, qui bouge dans tous les sens et déchaîne l’hystérie des quatorze quinze ans. « Keep on trackin’me ». J’ai trente sept ans, je suis fati­gué, je voudrais dormir, mais si je m’arrête de chan­ter et de danser, Grégoire se réveillera et se mettra à hurler -j’en ai déjà fait l’expérience.
Alors, je bouge dans la cuisine.
Allez, bouge -tourne- et chante.
Et n’oublie pas que dans quatre heures, il faudra aller au boulot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
carrecarre22 avril 2012
Je ne veux pas passer mes soirées devant la télévision à regarder les autres vivre.
Commenter  J’apprécie          140
0107th0107th10 décembre 2013
Je sais qu'il faudra passer une vie entière à contrôler, à planifier, à éviter de baisser la garde. Une vie à bâtir, à monter des murs qui s'écrouleront et que je tenterai quand même de reconstruire. Une vie où seuls les corps vivants et chauds, les afflux sanguins et la vibration des organes compteront.
Commenter  J’apprécie          20
flottieflottie25 juin 2017
Tous les soirs, sur le rebord de la fenêtre de ma chambre, je détaille - et je trouve que les choses sont en train de changer. En moi aussi. Cette intime vibration le long des bras, cette sensation d'ivresse dans les narines et cette impression de respirer un air plus vif, qui ferait tourner la tête. Quelque chose me dit que tout est possible, maintenant - qu'il faut sortir de la chrysalide et que le monde est devant moi, plein comme une orange dans laquelle je devrais mordre.
Simplement, j'attends.
J'attends le moment opportun pour sauter par la fenêtre, retomber en douceur, plier les genoux, me redresser et prendre enfin toute ma stature. Choisir une route et ne plus me retourner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-Philippe Blondel (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Blondel
Jean-Philippe Blondel P2
autres livres classés : chansonVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

Année de naissance ?

1964
1970
1976
1982

12 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre