AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020920921
Éditeur : Seuil (01/01/2007)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 104 notes)
Résumé :
La Misère du monde, ouvrage collectif rédigé sous la direction de Pierre Bourdieu, tente de mettre en lumière les causes de la misère sociale sous ses formes modernes. Le succès mérité rencontré par ce texte lors de sa parution vient de ce que, pour la première fois, le sociologue appréhende la misère en donnant la parole à ceux qui la vivent. Il rend publique une souffrance privée au cours de nom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
  22 avril 2014
Quand on achète ce bouquin, on ne sait pas trop si on a été attiré par le format (presque 1500 pages dans a collection « Point »), ou par nécessité professionnelle ou universitaire, ou par envie de découvrir un monde, un travail, voire notre société.
Et on se retrouve avec une masse d'informations, facile à lire, agréable qui présente des histoires de vie simples, quotidiennes, et souvent passionnantes.
Le travail réalisé par Pierre Bourdieu et son équipe d'enquêteurs, de sociologues, consiste à livrer un grand nombre d'interviews réalisées dans les cités dont on parle aux infos, ou dans des milieux plutôt défavorisés et toutes susceptibles de nous faire réfléchir, de nous conduire à voir différemment le monde qui nous entoure.
On y rencontre des gens qui vivent des situations souvent sans-issues.
Certains qui ont baissé les bras, d'autres qui se battent, ou qui n'ont pas conscience de leur situation.
Et puis, il y a aussi de nombreux acteurs sociaux, tour à tour enthousiastes, découragés, utopistes puis réalistes.
Cette étude réalisée au début des années 90 est finalement toujours très actuelle. Nous en avons pourtant entendu des discours magnifiques, et exploré des plans sur le sujet. Et on s'aperçoit qu'à part quelques emplâtres posés sur une jambe de bois, les choses n'ont pas vraiment évolué. Pour ne pas dire que rien n'a changé. Ce bouquin est donc encore très actuel.
Un seul défaut à cet ouvrage : Son côté un peu politiquement partisan, dû au choix des interviewés, au sujet lui-même, etc.
Mais comment faire autrement ? On peut toujours lire avec un peu de recul.
Pour finir avec une sorte de sourire, j'ai failli inscrire ce livre dans ma liste pour une île déserte, tant il est passionnant à lire, feuilleter, reprendre… Et j'ai fini par me dire que la sociologie des banlieues ou de la pauvreté sur une île déserte, ça n'avait pas beaucoup de sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
MarianneDesroziers
  14 juillet 2010
Si je ne devais garder qu'un seul livre de mes études de sociologie, ce serait celui-là, parce qu'il contient une mine d'informations sur l'exclusion et parce qu'il est facile à lire (ce qui n'est pas toujours le cas avec Bourdieu) et donc acessible à tous les publics pourvu qu'ils soient un peu curieux de la société dans laquelle ils vivent.
La « misère du monde » cesse ici d'être un concept abstrait : elle s'incarne dans des visages, des noms, des parcours de vie. C'est un des grands mérites de cette enquête : on y lit en filigrane des parcours de vie et des événements-pivots qui font basculer des vies (décès, séparation des couples, chômage, maladies graves, accidents du travail, échecs scolaires et professionnels à des moments où on ne peut plus se le permettre). On y ressent surtout la complexité de l'être humain, les contradictions qui le traversent (quand les idéaux politiques anti-racistes se heurtent par exemple aux difficultés de la cohabitation avec des populations ayant une culture très différentes) et la volonté de s'en sortir malgré tout, de ne pas baisser les bras, même quand le sort semble s'acharner. On comprend aussi que l'exclusion c'est souvent le résultat à un moment donné de la conjonction de plusieurs facteurs et qu'une personne exclue doit être prise en compte dans toutes ses dimensions (situation familiale, santé - les jeunes aidés par le JAP quand il était éducateur de rue sont tous porteurs du HIV - etc.).
Comme en contre-point aux témoignages des exclus, des interviews ont été réalisé avec ceux qui sont a priori du bon côté de la barrière, comme des travailleurs sociaux ou un juge d'application des peines : on voit les difficultés de ceux qui ont pour mission d'aider les plus démunis tout en incarnant l'ordre social. Il y a notamment un très beau portrait d'une jeune femme inspecteur de police, que sa famille aurait préféré voir en infirmière ou assistante sociale, très idéaliste et investie dans son métier et qui compatit souvent plus avec l'ancien taulard paumé ou la fille qui est à deux doigts de se prostituer qu'avec les commissaires qu'elle juge corrompus ou englués dans leurs vieilles habitudes et peu concernés par ce qui se passe dans leur commissariat.
En le relisant aujourd'hui, je me rends compte que ce livre est un des chef d'oeuvre de la sociologie française par ce qu'il apporte comme connaissance sur la société et sur ceux auxquels on ne s'intéresse pas en général et sur l'attitude scientifique et déontologique du chercheur en sciences sociales. On peut aussi faire le constat que les problèmes n'ont pas été résolus (on y parlait déjà de « malaise judiciaire » et on pouvait y deviner les émeutes de 2006) et que ce sentiment de fatalité et ce poids de l'échec d'autant plus lourd qu'on s'en attribue la responsabilité est encore présent et peut-être même qu'il s'est diffusé dans les strates de la société jadis épargnées, comme les fonctionnaires. Ce qui a peut-être changé par rapport au début des années 90 où Bourdieu a enquêté c'est qu'il y a de moins en moins de place pour l'utopie alors que beaucoup de gens interviewés dans le livre étaient des militants communistes ou d'anciens maoïstes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
frandj
  06 septembre 2016
Ce gros ouvrage paru en 1993 est passionnant et, je pense, unique dans le domaine de la sociologie. C'est le résultat d'une grande enquête au sein des classes populaires, menée sous la direction de Pierre Bourdieu. C'est avant tout un recueil d'interviews de personnes engluées dans de multiples difficultés, matérielles, professionnelles, financières et/ou personnelles. Elles nous livrent quelques clés de leur vie, souvent médiocre, parfois misérable. Avec leurs mots bien à elles, elles nous donnent leur point de vue sur notre société. Pour n'importe quel lecteur ayant trouvé toute sa place dans la "ruche sociale", c'est une plongée dans un milieu méconnu et presque effrayant. Chacun des interviewés, personnellement, suscite notre intérêt, notre esprit de solidarité et notre compassion. Mais il y en a tant qui sont dans la m… et qui y resteront jusqu'à la fin de leur pauvre vie ! On se sent vite attristé, éprouvé, voire écoeuré. Il faut souligner que cette "misère" ne procède pas uniquement des inégalités socio-économiques, mais ces facteurs pèsent souvent très lourd sur les individus. A moins d'avoir une vision plus large et d'être engagé politiquement, le lecteur achève ce livre avec un sentiment d'impuissance qui est difficile à supporter. Pour ma part, je me suis senti obligé de le lire par petits morceaux, pour éviter la saturation.
Bien entendu, les conditions de vie des classes défavorisées ne se sont pas arrangées en vingt ans, et même ça s'est probablement aggravé…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fx1
  18 avril 2014
Cet ouvrage est important à plus d'un titre . En premier lieu , point de démagogie àla Pernaut ici , c'est le réalisme du monde que Bourdieu fait ressortir . Sa volonté de donnez la parole aux gens directement , sans passer par un quelconque montage s'avére trés pertinente . Il était temps qu'ils soient au coeur du débat et en cela déja Bourdieu à gagner son pari . En second lieu , il faut voir le volume colossal d'enquéte qu'il à produit pour aboutir a cet ouvrage . Il y a un travail de véritable expert ici ,pas un truc baclé a la Pernaut . Tout cela conjugué à la profondeur de la réflexion présente ici , fait de cet ouvrage n inestimable "outil " pour comprendre de maniére plus précise le monde et ces difficultés .
Commenter  J’apprécie          42
LIBERTITUDE
  16 août 2013
Toute la misère du monde. Dans les interstices, dans les failles, dans notre corps et nos coeurs, la misère , toutes les misères, s'immiscent pour former un gros amas compact et massif dont se régale le néo capitalisme.
Nous sommes né par hasard dans un monde qui se fout de nous.
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
alzaiaalzaia   30 janvier 2013
Post-scriptum

Le monde politique s'est fermé peu à peu sur soi, sur ses rivalités internes, ses problèmes et ses enjeux propres. Comme les grands tribuns, les hommes politiques capables de comprendre et d'exprimer les attentes et les revendications de leurs électeurs se font de plus en plus rares, et ils sont loin d'être au premier plan dans leurs formations. Les futurs dirigeants se désignent dans les débats de télévision ou les conclaves d'appareil. Les gouvernants sont prisonniers d'un entourage rassurant de jeunes technocrates qui souvent ignorent à peu près tout de la vie quotidienne de leurs concitoyens et à qui rie ne vient rappeler leur ignorance. Les journalistes, soumis aux contraintes que font peser sur eux les pressions ou les censures des pouvoirs internes et externes, et surtout la concurrence, donc l'urgence, qui n'a jamais favorisé la réflexion, proposent souvent, sur les sujets , des descriptions et des analyses hâtives, et souvent imprudentes; et l'effet qu'ils produisent, dans l'univers intellectuel autant que dans l'univers politique, est d'autant plus pernicieux, parfois, qu'ils sont en mesure de se faire valoir mutuellement et de contrôler la circulation des discours concurrents comme ceux de la science sociale. Reste les intellectuels dont on déplore le silence.(...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WriterWriter   08 septembre 2017
Et que ce système d'enseignement largement ouvert à tous et pourtant strictement réservé à quelques-uns réussit le tour de force de réunir les apparences de la "démocratisation" et la réalité de la reproduction, qui s'accomplit à un degré supérieur de dissimulation, donc avec un effet accru de légitimation sociale.
Commenter  J’apprécie          40
WriterWriter   17 mai 2017
Ainsi, transcrire, c'est nécessairement écrire, au sens de ré-écrire : comme le passage de l'écrit à l'oral qu'opère le théâtre, le passage de l'oral à l'écrit impose, avec le changement de support,des infidélités qui sont sans doute la condition d'une vraie fidélité.
Commenter  J’apprécie          10
DouzeRichardDouzeRichard   19 février 2012
FNAC belgique ne suis plus
mais
FNAC.com va me l'envoyer (contre paiement DHL de 9,81 euros ! ! !)
cher pour un livre de 10,00 €...
Commenter  J’apprécie          20
WriterWriter   17 mai 2017
Le rêve positiviste d'une parfaite innocence épistémologique masque en effet que la différence n'est pas entre la science qui opère une construction et celle qui ne le fait pas, mais entre celle qui le fait sans le savoir et celle qui, s'efforce de connaître et de maîtriser aussi complètement que possible ses actes, inévitables, de construction et les effets qu'ils produisent tout aussi inévitablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pierre Bourdieu (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bourdieu
Pierre Bourdieu nous parle de BHL
Dans la catégorie : Classes défavoriséesVoir plus
>Groupes sociaux>Classes sociales>Classes défavorisées (51)
autres livres classés : sociologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelques questions sur Pierre Bourdieu

En quelle année était-il né ?

1920
1930
1940
1950

7 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre BourdieuCréer un quiz sur ce livre