AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253005614
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1972)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 298 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture
Pivoine, la petite esclave chinoise, est au centre de ce roman qui évoque avec un talent admirable la vie quotidienne d'une famille dans la Chine d'avant Mao. Pivoine possède toutes les qualités des grands livres de Pearl Buck et surtout cette chaleur humaine, cet amour de la vie, ce désir d'un monde meilleur, qui ont fait l'immense succès de la grande romancière américaine.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  13 février 2019
"Pivoine" est un très beau roman de l'auteure américaine Pearl Buck dont les écrits romanesques sur la Chine, ainsi que sa profonde connaissance de l'Extrême-Orient où elle vécut la plus longue partie de sa vie, lui ont valu le Prix Nobel de Littérature.
Pour les lecteurs séduits par son premier "roman chinois", "Vent d'Est, Vent d'Ouest", "Pivoine" paraîtra d'un abord plus difficile. Même s'il y est également question de la vie traditionnelle chinoise, la dimension de "Pivoine" se fait beaucoup plus vaste en explorant en profondeur le champ spirituel.
Chine du Nord, cité marchande de K'Aifeng, à la toute fin du XIXème siècle. Dans la maison d'Ezra, marchand Juif de mère chinoise qui compte parmi les notables les plus respectés, vivent à ses côtés son épouse, pieuse Juive orthodoxe, leur fils unique David, leurs nombreux serviteurs et Pivoine, une jeune esclave à la forte personnalité. Éprise du Jeune Maître David avec qui elle a grandi, Pivoine lui consacre son existence, orientant ses choix de vie avec doigté et discrétion et s'abîmant dans une abnégation toute d'amour et de soumission.
A travers "Pivoine", Pearl Buck aborde énormément de sujets structurant l'Homme et sa destinée. Il ne s'agit pas seulement de l'évocation des traditions domestiques - bien que les descriptions de la vie intime et de ses cérémonials soient sublimes - mais surtout du sens profond de la vie, de la puissance des atavismes, de l'importance de la descendance, etc.
Parfaitement écrit, le roman ne se laisse pénétrer qu'au bout de deux cent pages pendant lesquelles le lecteur peut avoir l'impression de tourner en rond dans une simple querelle idéologique et religieuse entre la grande tolérance chinoise et la rigueur judaïque, mais la persévérance du lecteur est largement récompensée par la profondeur que prend le récit dans sa seconde partie, plus riche en action, au rythme plus soutenu et aux enjeux plus passionnés. Le jeu en vaut vraiment la chandelle.
Pearl Buck, elle-même fille de presbytériens, connaît bien la question religieuse et en publiant en 1948 ce roman chinois traitant du peuple juif, elle attire notre attention sur l'intégration éphémère du peuple apatride en Chine puis sur sa désagrégation, analysant avec justesse les motifs qui gouvernent l'éternelle errance des Juifs, et mettant en exergue avec beaucoup de respect et de lucidité leurs talents comme leurs incapacités.
"Pivoine" est un grand roman social et sociétal qui exalte l'amour et la fidélité, et qui rend hommage une fois de plus à l'impressionnante force d'évocation de son auteure.

Club de lecture Babelio février 2019
Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge PLUMES FÉMININES 2019
Challenge des 50 Objets 2018 / 2019
Challenge Nobel
Challenge XXème siècle - Edition 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          583
KATE92
  18 mai 2012
Une jeune esclave chinoise est l'héroïne de ce livre centré sur la vie d'une famille juive dans la Chine d'avant Mao. Elle combattit sa vie durant contre l'amour qu'elle ressent à l'égard de son jeune maître.
Magnifique, intelligente et instruite, elle a attiré l'attention d'un puissant eunuque, l'intendant en chef à la cour impériale.
Elle est contrainte de "s'exiler " chez les nonnes, malgré le tendre sentiment que lui portait le fils de la maison.
Une lecture très agréable qui nous en apprend beaucoup sur les coutumes chinoises et sur la communauté juive installée en Chine.
Incontestablement très enrichissant.
Commenter  J’apprécie          530
Bruidelo
  24 février 2019
Transportés dans la Chine du début du XXème siècle, on s'attache à Pivoine, si belle et douce, intelligente, esclave dans une famille juive, éprise évidemment du jeune maître dont enfant elle a partagé les jeux, les lectures, les confidences. Un amour contrarié pas tant par les usages sociaux, qui à K'Aifeng ne trouveraient rien de mal à ce que David prenne la si jolie chinoise comme concubine, que par la culture juive de David qui interdit ce genre de pratique. Un thème important du roman est le dilemme qui se pose à lui entre son désir d'intégration, d'assimilation - il aime cette société chinoise décrite comme ouverte et accueillante - et la peur de voir se perdre l'identité juive.
Les personnages sont attachants, l'histoire est prenante. Il y a quelque chose de très humaniste dans l'écriture de Pearl Buck.
Une lecture bien agréable donc, dépaysante et instructive.
Commenter  J’apprécie          360
Neneve
  09 décembre 2017
C'est avec beaucoup d'émotions que j'ai retrouvé la plume de Buck... après plus de 15 ans. J'ai lu Vent d'est, Vent d'ouest à l'adolescence et j'en garde encore un souvenir impérissable. Cette rencontre contemporaine avec Buck a encore fonctionné ! Une lecture sensible, sans grandes actions, mais juste une photographie d'une époque... L'histoire d'une famille juive dans une Chine avant Mao. Ce quotidien, nous le vivons principalement à-travers les yeux de Pivoine, une petite esclave chinoise achetée dès son plus jeune âge pour tenir compagnie au garçon de la famille. Ils grandiront ensemble... et Pivoine vivra en secret tout l'amour qu'elle porte, un amour interdit de par sa condition. Une histoire régit par les us et coutumes, par les règles et les habitudes, par l'amour du Dieu Jéhovah... Buck dépeint à merveille ce monde figé dans le temps, avec sa plume délicate et pleine de poésie. Une très belle lecture...
Commenter  J’apprécie          310
Gaphanie
  07 février 2019
Pivoine est heureuse chez les Ezra. On pourrait même croire qu'elle est la fille de la famille, tant elle est bien traitée et tant elle s'implique dans les tâches domestiques. Et puis, il y a David, le fils de la famille, avec qui elle a grandi... Pivoine aime David, mais elle sait qu'il ne pourra jamais l'épouser, elle, petite esclave. Alors son seul espoir pour rester à ses côtés, c'est de s'arranger pour qu'il contracte un mariage qui lui convienne, à elle. La petite Kueilan, la troisième fille de l'associé de son père, fera bien mieux l'affaire que Leah, la fille du rabbin que Mme Ezra semble bien décidée à prendre comme bru...
Au-delà de l'histoire d'un amour impossible ou platonique, selon le point de vue, on entre avec ce roman dans la vie quotidienne en Chine au milieu du XIXe siècle. Et aussi dans une sorte de quête d'identité, dans un dilemme entre intégration et assimilation : les Ezra sont juifs. Leur communauté se délite et périclite, car les Chinois sont très accueillants, et les peuples se sont rapidement mêlés. Mme Ezra, toute à son devoir, ne pense qu'à préserver les traditions héritées de ses ancêtres quand son mari, lui-même métis, ne les suit que pour faire plaisir à son épouse. C'est David, le fils unique de la famille, qui se trouve pris au piège : va-t-il prendre au sérieux les devoirs de son peuple, et épouser la belle Leah, ou suivre son coeur et son sens des affaires en convolant avec la jolie Kueilan ? Et quelles conséquences aura son choix ?
Les rebondissements de l'intrigue sont assez spectaculaires et totalement inattendus, et viennent à point nommé secouer l'atmosphère quand elle devient un peu trop gnan-gnan. Par contre, les personnages sont assez caricaturaux et je ne leur ai pas trouvé beaucoup de profondeur.
Autre bémol, pour ma part, les considérations de Pearl Buck sur les Juifs et les Chinois semblent lui être assez personnelles, et, surtout, sa vision des raisons de la persécution des Juifs dans le monde m'a paru à la fois très simpliste et... furieusement problématique !
J'en garderai le souvenir d'une lecture plaisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
KATE92KATE92   18 avril 2012
Extrait :
C'était le début du printemps dans la cité de K'Aifeng. Printemps tardif pour cette province de Honan, au nord de la Chine. Derrière les hautes murailles, à l'intérieur des cours, les pêchers fleurissaient plus tôt que ceux des fermes éparpillées sur les plaines unies qui s'étendent autour des fossés de la ville. Mais, malgré cet abri, les pêchers ne montraient encore à la pâque que leurs boutons rosés.
Dans les cours de la maison d'Ezra ben Israël, des branches avaient été coupées plusieurs jours à l'avance, ce qui permettait aux boutons de fleurir pour la fête. Chaque printemps, Pivoine, la petite esclave chinoise, tapissait de ces rameaux fleuris les murs du grand hall. Et, chaque année, Ezra, son maître, et Mme Ezra, sa maîtresse, ne manquaient pas de prêter attention à ce qu'elle avait fait. Ce jour-là, songeant au printemps si froid et aux vents poussiéreux du nord qui avaient soufflé sur la ville, ils félicitèrent tout spécialement la jeune fille.
« Voyez quel miracle a accompli notre petite Pivoine », dit Ezra, en montrant les fleurs d'un geste de sa main dodue.
Mme Ezra s'arrêta pour admirer ; son expression tendue s'adoucit.
« Très joli, mon enfant », fit-elle.
Pivoine gardait le silence, comme il se doit, ses petites mains jointes au-dessus de ses manches flottantes. Elle rencontra le regard de David et détourna le sien, mais elle répondit avec un léger frémissement des lèvres au sourire chaleureux de Leah. Le vieux rabbin restait immobile car il était complètement aveugle ; quant à son fils Aaron, Pivoine ne le regarda même pas.
Ils prirent place autour de la vaste table ronde, au centre du hall, et Pivoine dirigea le service, à sa manière, silencieuse et pleine de grâce. Quatre serviteurs étaient sous ses ordres, et Wang Ma, la plus âgée des servantes, versait le thé.
Aussi loin que remontaient ses souvenirs, Pivoine avait toujours assisté à ce festin d'un soir, dans la demeure d'Ezra. C'est elle qui surveillait la disposition du couvert, et les domestiques lui obéissaient car elle connaissait la place de chaque objet comme si elle était la fille de la maison. On gardait, soigneusement rangés, toute l'année, les plats qui ne servaient qu'à ce repas donné tous les ans la veille de la pâque. Les cuillers d'argent et les baguettes, les grands chandeliers à sept branches brillaient à la lueur des lanternes suspendues aux hautes solives rouges. Sur un large plateau d'argent, Pivoine avait posé, comme chaque année, les symboles dont elle ignorait le sens : un œuf dur, des herbes amères, des pommes, des noix et du vin. Curieux symboles d'une religion étrangère !
Au milieu de l'indifférence de la ville chinoise, toute cette journée-là semblait bizarre. Et quoique familiarisée avec les rites, Pivoine s'en étonnait à chaque printemps. Tout d'abord, la recherche, dans la maison, des morceaux de pain pétri avec la levure ! Ce matin-là, Ezra, le maître, avait fouillé dans tous les coins, en riant, comme d'habitude, étourdiment. Autrefois, Mme Ezra cachait les restes de pain, mais depuis plusieurs années, elle avait confié ce soin à Pivoine, et Ezra demandait à la petite servante de compter les morceaux pour savoir quand il en aurait fini. Il tournait cela un peu en plaisanterie, assez gêné devant les domestiques. Lorsqu'ils étaient enfants, David et Pivoine riaient de tout leur cœur et se joignaient gaiement aux recherches, montrant du doigt chaque miette du pain défendu. Mais Pivoine ignorait alors qu'elle n'était qu'une esclave.
À présent, elle savait. Elle se tenait tranquille, attentive, pendant que le festin se déroulait. Elle connaissait plus ou moins chaque convive. Surtout David ! C'était à cause de lui qu'on l'avait achetée, une année de famine, lorsque le fleuve Jaune avait rompu ses digues et inondé les terres basses. Elle était si jeune alors ! Et malgré ses efforts pour retrouver le passé, elle ne se rappelait aucun visage avant celui de David. C'était son premier souvenir : le visage d'un garçon, de deux ans son aîné, toujours plus grand, plus fort qu'elle, si bien qu'instinctivement elle se tournait vers lui et se mettait sous sa protection. Autrefois, elle lui confiait ses pensées, ses chagrins et il avait été dur de rompre cette habitude. Mais elle savait que c'était nécessaire. L'intimité entre deux enfants ne doit pas continuer au-delà de l'enfance, lorsque l'un est le maître et l'autre l'esclave.
Pivoine ne se plaignait pas ; elle se sentait heureuse dans cette bonne maison juive. Ezra ben Israël, le chef de famille, était un commerçant corpulent et enjoué. Sans sa barbe touffue, se disait Pivoine, il eût ressemblé à un Chinois, car sa mère était chinoise. Personne n'y faisait jamais allusion et Mme Ezra en souffrait, mais elle se consolait en voyant que David, son fils, lui ressemblait, à elle, plus qu'à son père, et encore davantage au grand-père maternel dont il portait le nom. Chacun craignait Mme Ezra tout en lui devant quelque bienfait personnel, car sa bonté risquait à tout instant de disparaître dans ses sautes d'humeur. Elle approchait de la cinquantaine ; c'était une femme grande, forte, et belle pour celui qui ne dédaigne pas un nez busqué et un teint coloré. Sa foi rigide, ses habitudes immuables se mêlaient bizarrement à la générosité de son cœur. Chaque année, elle invitait le rabbin et ses deux enfants, Leah et Aaron, à la fête de la pâque. Aaron, pâle et dissimulé, avait dix-sept ans ; Pivoine le méprisait à cause de son visage blême et barbouillé, et de sa corruption. Elle se demandait si le rabbin ou la famille d'Ezra connaissait les méfaits de ce garçon, mais il ne lui appartenait pas de questionner les autres à ce sujet. Peut-être que les Sept Surnoms et les Huit Familles, comme on appelait les Juifs à K'Aifeng, ignoraient les agissements du fils du rabbin, et les Chinois étaient trop délicats pour le leur apprendre.
Leah ne ressemblait pas à son frère. Elle était bonne : c'était une de ces créatures exceptionnelles, nées à la fois bonnes et belles. De sa place de servante, près de la table, Pivoine la regardait avec un plaisir mêlé d'une tristesse qui ne deviendrait pourtant jamais de la jalousie. Ce soir-là dans sa robe rouge couleur de vin et avec sa ceinture d'or, Leah était parfaitement belle malgré sa haute taille. Les Chinois n'aimaient pas les femmes grandes, mais la peau laiteuse, les yeux sombres qui luisaient entre les cils compensaient ce défaut. Quant au nez, moins fort cependant que celui de Mme Ezra, il était, lui aussi, trop busqué pour le goût chinois.
Leah était plus que belle. Il y avait en elle une spiritualité, une élévation que Pivoine admirait sans comprendre. Les Chinois disaient de la jeune Juive : « Elle possède la bonté du Ciel. » Et cela signifiait que cette bonté lui était naturelle, et jaillissait d'une source intérieure. Assise à côté de son père, prompte à lui venir en aide au moindre signe, elle éclairait le festin de sa joie, bien qu'elle parlât rarement.
Peut-être avait-elle hérité cela de son père ; long et maigre, le rabbin était revêtu de sainteté comme d'une robe de lumière. Des années auparavant, il avait contracté une maladie des yeux dont souffrent beaucoup de Chinois. À ce mal il n'existait aucun remède connu, et le rabbin devint aveugle, d'autant plus rapidement qu'étant étranger il n'était pas immunisé. Sa femme, qu'il devait perdre plus tard, avait trente ans lorsqu'il la vit pour la dernière fois et ses enfants étaient encore tout petits. Il semblait n'être qu'esprit dépouillé de la chair. Peut-être l'impossibilité de voir des visages humains l'obligeait-il à ne contempler que la face de Dieu, ou n'était-ce qu'un effet de sa bonté naturelle ? Ses cheveux, qui avaient blanchi peu après sa cécité, encadraient son noble visage ; ses yeux enfoncés, au-dessus de sa barbe blanche, lui donnaient un air calme et altier.
Pivoine ne perdait aucun geste, aucun sourire de ces convives autour de la table du festin. Elle vit David regarder Leah en face de lui, puis détourner les yeux, et elle dut réprimer le choc qu'elle en ressentit. Par la taille, David était l'égal de Leah, et plus beau aux yeux de Pivoine. À dix-neuf ans, David ben Ezra approchait de la plénitude de sa jeunesse d'homme. Ses vêtements juifs, qui ne plaisaient pas à Pivoine car ils mettaient entre eux une note étrangère, étaient très seyants. En général, il portait les robes chinoises, plus confortables ; mais, ce soir-là, il avait revêtu une tunique bleu et or, et le bonnet de soie bleue des Juifs s'enfonçait sur ses courtes boucles noires. Pivoine ne pouvait s'empêcher de garder les yeux fixés sur lui ; il rencontra ce regard et sourit à la jeune servante. Aussitôt elle courba la tête et se retourna pour demander à Vieux Wang, le plus âgé des serviteurs, d'apporter le pichet qui contenait le vin de la pâque.
« Donnez-le au maître, fit-elle.
— Je sais bien, cria le domestique d'une voix sifflante. Inutile de me le répéter après toutes ces années ! Vous êtes aussi terrible que ma vieille. »
Au même instant, Wang Ma, sa femme, entra suivie de plusieurs serviteurs chargés de coupes, de cruches d'eau et de serviettes pour la cérémonie de l'ablution des mains. Ezra avait quitté son siège garni de coussins mais, au lieu de bénir le vin, il emplit le verre du rabbin.
« Bénissez le vin pour nous, père », dit-il.
Le rabbin, debout, leva son verre, bénit le vin, puis tous se levèrent et burent. Dès qu'ils furent de nouveau assis, Wang Ma fit entrer les serviteurs qui versèrent l'eau dans les coupes, et chaque convive se lava et s'essuya les mains puis, prenant une herbe amère, la trempa dans le sel et la mangea.
Ces rites, familiers aux domestiques chinois, leur semblaient cependant toujours étranges. Ils se tenaient dans la salle, silencieux, leurs yeux noirs fascinés, pleins d'étonnement et de respect. Sous leurs regards, Ezra ne se sentait pas très à l'aise, tout en procédant au cérémonial.
« David, mon fils, dit-il, Leah est plus jeune que to
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Gwen21Gwen21   15 février 2019
- Tous les hommes ne sont-ils pas frères, sous le ciel ? répondit Pivoine, en empruntant la parole des sages.
David secoua la tête.
- Ces bonnes paroles s'entendent partout, mais on ne voit pas partout de bonnes actions.
Commenter  J’apprécie          180
MimekoMimeko   03 juillet 2016
- Le mariage ne représente pas un fardeau aussi lourd chez les Chinois. Quand on aime pas son mari, on lui cherche une concubine et on garde sa place dans la famille. Mais être la femme d'un homme pour lequel on a de l'aversion, c'est trop dégoutant.
Commenter  J’apprécie          140
BibliorozBiblioroz   10 avril 2018
— Les affaires mises à part, dit patiemment Kung Chen, je ne crois pas qu'il soit bon de séparer les peuples en deux genres différents. Tous les humains ont des nez, des yeux, des bras, des jambes, des cœurs et des estomacs et, autant que j'ai pu le savoir, tous se reproduisent de la même façon.
Commenter  J’apprécie          100
KATE92KATE92   18 mai 2012
"Lorsque Pivoine eut quitté Leah dans le jardin, elle aperçut David qui venait de la cour d'entrée et elle le suivit chez lui pour savoir s'il avait mangé et s'il avait besoin de quelque chose. C'était son devoir et elle n'irait pas au-delà".
Commenter  J’apprécie          120
Video de Pearl Buck (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pearl Buck
La Terre Chinoise de Pearl Buck.
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1229 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre