AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Vittoz (Traducteur)Mario Fusco (Préfacier, etc.)
ISBN : 2253109118
Éditeur : Le Livre de Poche (12/01/2005)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Voici l'histoire de Michele Zosimo, un jeune paysan sicilien dont les archives nous disent qu'au début du XVIIIe siècle il devint roi éphémère de Girgenti, l'ancienne Agrigente, après avoir désarmé la garnison piémontaise. Avec verve et verdeur, Andrea Camilleri brosse le portrait, tantôt désopilant, tantôt dramatique, d'un personnage d'exception - des circonstances rocambolesques qui ont suscité sa naissance jusqu'à son engagement pour défendre le peuple contre les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ClaireG
  17 avril 2016
En fouinant dans sa librairie habituelle, Andrea Camilleri tombe en arrêt devant un entrefilet consacré à un élément mineur de l'histoire d'Agrigente où il a fait ses études : un paysan a été nommé roi au début du XVIIIe s. Elément mineur pour l'Histoire mais majeur pour l'auteur qui connaît sa Sicile natale comme le fond de sa poche et qui ignorait ce détail.
Pas moyen de moyenner, il faut absolument qu'il connaisse les tenants et aboutissants d'une existence hors du commun… mais dont rien d'autre n'existe que ce « fait divers » paru dans les « Mémoires historiques d'Agrigente » en 1866.
Et voilà notre auteur, tout sensipoté, prit à scrutiner l'époque peu enviable de la succession d'Espagne dont la Sicile est un enjeu important. Tous les éléments historiques qui entourent les personnages du roman sont rigoureusement exacts. La biographie du paysan devenu roi est rigoureusement inventée. Avec quelle verve !
Or donc, l'enfantelet Michele Zosimo naquit de parents pauvres de génération en génération. Précoce et coquin, le petit Zosimo refuse le lait maternel au profit d'une sardine et de quelques miettes de pain, se met à parler dès sept mois et est enseigné par un ermite extravagant qui en fait un amoureux des livres et un « pagan savant » qui mettra son érudition et son bon sens au service de ses semblables.
Alors que le roi d'Espagne cède la Sicile à la Maison de Savoie non sans échauffourées continuelles, alors que les armées s'étripent, que les grands propriétaires terriens s'écharpent et que l'évêque manipule ses ouailles à la venvole, seule la vie misérable des paysans connaît la stabilité. S'y ajoutent de temps à autre sécheresse, famine, épidémies et inversement.
Dans ce climat tendu et terriblement injuste pour les populations, naissent nombre de jacqueries, de troubles et de tohu-bohus où des ordres contradictoires d'un régent ou l'autre viennent souvent affaiblir le pouvoir des roitelets locaux. C'est ainsi qu'un jour, Zosimo devint roi. Ephémère, mais roi quand même.
A son habitude des plus originales et des plus inventives, Camilleri mélange l'italien moderne et les dialectes siciliens à la verve espagnole pour colorer les dialogues et les scènes de la vie quotidienne. Cela confère au texte un rythme musical très savoureux, métissé d'un langage suranné sans doute, mais tellement vivant. Il faut épingler le talent de la traductrice, Dominique Vittoz, qui a fait un travail de recherche considérable en adaptant la langue de Camilleri en français ancien et en français régional de Lyon. Un glossaire très étoffé en fin d'ouvrage mérite le détour même si la compréhension de cette fourchelangue intervient d'elle-même après quelques pages.
Pour l'instant, je n'ai pas encore trouvé l'inspecteur Montalbano qui pourrait me faire apprécier les enquêtes policières d'Andrea Camilleri mais en ce qui concerne ses romans historiques, je leur suis acquise à 100%.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          526
urbanbike
  04 janvier 2009
Avec La couleur du soleil récemment, j'ai découvert qu'Andrea Camilleri n'était pas uniquement l'auteur d'excellents romans policiers… du coup, en passant en librairie, je suis tombé sur cet ouvrage, le Roi Zosimo, en livre de poche. Près de 475 pages dont un glossaire à la fin pour mieux comprendre la traduction faite en vieux français et le lyonnais, ce qui confère au texte un relief incroyable…
L'histoire est basé sur un fait historique réel qui fut relaté dans peu d'ouvrages. En Sicile, à Agrigente, une sorte de jacquerie conduite par un paysan, Zosimo, prit le pouvoir quelques temps en édictant quelques lois plus favorables au peuple… Mais comme trop souvent dans toutes ces tentatives d'un monde meilleur, l'absence de programme et l'inorganisation ne firent pas long feu dans un rapport de force inégal. Très vite les nobles reprirent le contrôle et Zosimo, qui avait élu Roi par les habitants révoltés, fut capturé et pendu.
Lien : http://www.urbanbike.com/ind..
Commenter  J’apprécie          10
miriam
  27 février 2011
Et en plus c'est drôle!
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ClaireGClaireG   17 avril 2016
L'agua del sueño avait ceci de particulier : elle vous laissait dépontelé et emburelucoqué un sapré bout de temps. C'est ainsi qu'errant par la maison certains se poquaient aux gens ou aux meubles comme des phalènes empégées dans la lumière, d'autres avaient les oreilles étoupées ou bien les jambes molles comme des tripes, à ne pas tenir droit plus de deux pas.

p. 101
Commenter  J’apprécie          300
rkhettaouirkhettaoui   01 septembre 2013
L’enfant est l’exacte image de l’homme quand le monde était dans l’enfance de l’humanité. Il faut que le duc redevienne comme un petit enfant. Faites-le jouer. Avec des balles de couleur, un cerf-volant. Chantez-lui des comptines et des berceuses. Il doit, j’insiste sur il doit, redevenir comme un enfant de quatre ans. Tenez-moi au courant et dès qu’il dit papa ou toute autre chose, faites-moi appeler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   01 septembre 2013
On ne goguenardait pas avec don Girlando, c’était un particulier qu’était ni noble ni riche, un simple artisan cordonnier, mais un mot de lui et c’était le caquehan chez les menus gens. Il valait mieux ne pas lui faire monter la colère.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 septembre 2013
La sensation qu’il éprouva sur la chaude fut si violente (Ô sirupeuse malvoisie ! ô miel de Grèce ! ô douce liqueur de cumin !) qu’il n’y put tenir et peta la guille, panchant sur la paille sa force d’homme.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 septembre 2013
L’homme était sot comme un panier percé, disposé par imbécillité et servilité tout à la fois à avaler la première falibourde venue, du moment que c’était un apparent, un notable qui la lui servait.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre