AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Postif (Autre)
EAN : 9782253010210
216 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (07/11/2001)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.1/5 (sur 4845 notes)
Résumé :
Par le plus grand des hasards, Hercule Poirot se trouve dans la voiture de l’Orient-Express – ce train de luxe qui traverse l’Europe – où un crime féroce a été commis.
Une des plus difficiles et des plus délicates enquêtes commence pour le fameux détective belge.
Autour de ce cadavre, trop de suspects, trop d’alibis.

Un train de luxe bloqué par la neige, un cadavre fardé de plusieurs coups de poignards. A Hercule Poirot de démasquer le c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (447) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  08 avril 2018
Après une mission résolue, Hercule Poirot doit retourner au plus vite à Londres. Grâce à l'aide de Mr Bouc, administrateur de la compagnie du train, notre détective trouve aisément une place dans une voiture de l'Orient Express qui est étrangement complet. Dans la voiture Stamboul-Calais, Hercule ne peut s'empêcher d'observer les passagers qui viennent tous de pays et de classes différentes. L'un d'eux, Mr Ratchett lui est d'ailleurs parfaitement odieux.
Lors du voyage, ce Mr Ratchett est assassiné de douze coups de couteau. le train étant bloqué par la neige, personne n'ayant pu entrer ou sortir, il est rapidement établi que l'assassin se trouve parmi les passagers de la voiture.... Hercule Poirot mène l'enquête.🚂

Lorsque vous demandez à une personne lambda de vous citer un titre d'Agatha Christie, vous avez de grandes chances que le Crime de l'Orient-Express soit cité. Cela est dû en grande partie aux différentes adaptations pour le cinéma et la télévision, mais également à son intrigue basée sur deux faits réels : l'enlèvement de la petite Armstrong rappelle à l'époque l'affaire Lindberg et un train d'une compagnie anglais fut bloqué par la neige. Agatha Christie ne fit que fusionner les deux faits et d'y ajouter sa touche personnelle.
Le Crime de l'Orient-Express connut un grand succès dans l'oeuvre d'Agatha en raison du sujet abordé (meurtre d'un enfant), mais également de la situation conflictuelle où se trouve son héros face à cet assassinat de Mr Ratchett. Ici, il n'est pas question uniquement de traquer un criminel, mais de décider si le ou les coupables ont outrepassé les règles de vie en société.

Les grands plus de cet ouvrage sont la variété des personnages, les mobiles possibles et ce huis clos au milieu de nulle part. Ici, Hercule Poirot comme le lecteur se retrouve face à son jugement moral sans pouvoir s'appuyer sur la moindre autorité. le résultat narratif et émotionnel n'en est que plus fort.

Pour conclure : A lire si ce n'est pas déjà fait. Et pour ceux qui l'ont déjà lu, une nouvelle lecture ne fera pas de mal.😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1233
LePamplemousse
  06 février 2015
Les romans d'Agatha Christie ne sont pas de simples petits romans policiers, ce sont en fait de vrais casse-tête qui permettent aux lecteurs de se triturer les méninges.
Que ce soit Hercule Poirot qui soit chargé d'élucider le crime ou Miss Marple, l'un comme l'autre ont un don d'observation extraordinaire et ils savent percevoir le moindre petit signe de duperie ou carrément les plus incroyables mensonges émanant de personnes hautement recommandables.
Le crime de l'Orient-Express est une enquête à huis clos, un homme est assassiné une nuit dans un compartiment de train bloqué par la neige, dont personne n'a pu entrer ni sortir.
Hercule Poirot se trouve justement à bord et il va devoir faire preuve de beaucoup de flair pour découvrir le fin mot de cette étrange affaire.
Bien entendu, il nous fait part de ses découvertes au fur et à mesure de l'enquête, et surtout, les maigres éléments qu'il sème comme des miettes de fromage font des lecteurs des petites souris avides de trouver le gros morceau de Cheddar à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          912
palamede
  22 août 2016
Quand Agatha Christie nous emmène en train, il faut s'attendre à ce que le voyage ne soit pas de tout repos.
Hercule Poirot rentre à Londres via Calais avec l'Orient-express. A bord, lors de la deuxième nuit, un Américain est assassiné de douze coups de couteau. Douze, c'est aussi le nombre de voyageurs et de… suspects puisque le wagon était verrouillé. Au fil de l'enquête du célèbre inspecteur belge, nous découvrons, avec curiosité et délice, les personnalités ambiguës des coupables potentiels, les mobiles du crime et ses conditions assez singulières.
Un huis-clos remarquable, dont la grande Agatha Christie est une spécialiste, qui nous montre tout le talent de l'auteure pour construire des intrigues complexes sans jamais lasser le lecteur par des digressions inutiles. Chaque mot compte et nous conduit à la résolution du mystère, une fin pas toujours évidente mais logique. Cela relève du très grand art policier.
Commenter  J’apprécie          832
Gwen21
  05 janvier 2018
Il n'est pas rare que ce que j'apprécie le plus dans un Agatha Christie soit moins le dénouement que l'ambiance que crée la romancière. C'est encore le cas ici avec son célèbre "Crime de l'Orient-Express".
Comme pour "Dix petits nègres", j'ai été saisie par l'atmosphère oppressante de huis-clos qui se dégage des décors - ici un luxueux wagon-lit dont tous les passagers sont suspectés de l'assassinat nocturne d'un voyageur au passé trouble. La situation inextricable dans laquelle se trouvent ainsi plongés tous les protagonistes n'arrêtera cependant pas Hercule Poirot, l'illustrissime détective qui a maintes et maintes fois fourni les preuves de ses capacités de déduction hors du commun.
Si j'ai donc beaucoup aimé l'ambiance ferroviaire, le cocon neigeux qui emprisonne le train mythique et les différents types de personnages mêlés au drame, j'ai beaucoup moins apprécié les évolutions de l'enquête, déjà parce qu'en présence d'un trop grand nombre de suspects (on en compte 13 ici !) je suis un peu paumée, mais j'ai aussi été quelque peu lassée par son aspect improbable qui me pousse à faire chorus avec l'un des auxiliaires de Poirot déclarant : "Eh bien, ça, c'est encore plus invraisemblable que n'importe quel roman policier que j'ai pu lire !...". Je suis bien d'accord.
***ALERT SPOIL***
Enfin, ce qui m'a le plus chagrinée, c'est l'issue du roman car au final, bien que le meurtrier ait été découvert avec brio, la justice ne sera pas rendue, ce que, pour ma part, je trouve discutable et interprète comme un manque de professionnalisme de la part d'Hercule Poirot et... de la Reine du Crime !

Challenge MULTI-DÉFIS 2018
Challenge 1914 / 1989 - Edition 2018
Challenge ABC 2017 / 2018
Challenge PLUMES FÉMININES 2018
Challenge AGATHA CHRISTIE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          724
jeunejane
  10 décembre 2017
Hercule Poirot, venu résoudre une affaire à Alep, pense bien faire un peu de tourisme à Istanbul à son retour.
A l'hôtel, il reçoit un télégramme qui le rappelle à Londres.
Il réserve un billet de train, il voyagera à bord de l'Orient-Express.
Au restaurant, il rencontre son ami Mr Bouc qui, lui aussi sera de retour avec lui.
Dans le train, pendant la nuit, Mr Ratchett, un riche Américain est tué de douze coups de couteau.
Le célèbre détective enquêtera avec l'aide du docteur Constantine et de Mr Bouc, directeur de la compagnie des chemins de fer.
Ils découvrent que Ratchett est en réalité Cassetti, affreux bonhomme qui avait enlevé la petite Daisy Armstrong contre une rançon importante. L'affaire s'était terminée sur un drame horrible.
Très vite, une ambiance lourde s'installe car Poirot soupçonne un des voyageurs d'avoir commis le meurtre.
L'intrigue va être habilement menée avec des détails minutieux qui ressortent mieux à la deuxième lecture, la première datant de la fin des années 70, avec une adaptation cinématographique des années après.
Je n'irai pas voir le film qui passe actuellement car "trop", c'est "trop" mais je ne regrette pas ma lecture.
Quand je l'ai lu la première fois, mes Anciens m'avaient affirmé qu'Agatha Christie s'était inspirée du drame de l'enlèvement de l'enfant de Charles Lindbergh.
Ce qui est aussi remarquable, ce sont les détails que l'auteure donne sur le train et ses installations pour mener à ses conclusions.
Un livre très bien construit, très bien écrit, sans détails inutiles et qui me donne envie de relire des oeuvres de cette grande dame du polar.
Je relis d'ailleurs en ce moment "Dix petits nègres".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          680

Citations et extraits (152) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   07 avril 2018
— [...] Voici réunis des gens de toutes classes, de toutes nationalités et de tous âges. Pendant trois jours, ces personnes, étrangères les unes aux autres, vont dormir et manger sous le même toit. Elles mèneront une vie commune, et au bout de ces trois jours, elles se sépareront pour ne se revoir peut-être jamais.
— A moins qu’une catastrophe…
— Ah ! non, mon ami…
— Évidemment, de votre point de vue, ce serait regrettable. Mais supposons un instant qu’un accident se produise. En ce cas, tout ce monde se trouvera uni… dans la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
genougenou   12 septembre 2013
À cinq heures du matin, en gare d’Alep, stationnait le train désigné sous le nom pompeux de «Taurus-Express». Il comprenait un wagon-restaurant, un sleeping-car et deux autres voitures.
Devant le marchepied du sleeping-car, un jeune lieutenant français, en uniforme élégant, couvert d’un épais manteau, conversait avec un petit homme emmitouflé jusqu’aux oreilles et dont on n’apercevait que le bout du nez rouge et deux fortes moustaches relevées en croc.
Par ce froid glacial, accompagner au train un étranger d’importance n’offrait rien d’enviable, mais le lieutenant Dubosc s’acquittait de cette corvée avec une bonne grâce parfaite et prodiguait au voyageur des amabilités en un langage des plus châtiés. Le jeune officier ne savait pas au juste de quoi il s’agissait. De vagues rumeurs avaient circulé dans la garnison. Le général – son général – s’était montré pendant quelques jours d’humeur massacrante, jusqu’à l’arrivée de ce Belge qui, paraît-il, avait fait tout exprès pour cette occasion – quelle occasion !… – le voyage d’Angleterre en Syrie. Après une semaine écoulée dans une atmosphère des plus tendues, les événements s’étaient précipités : un officier avait démissionné, un personnage occupant des fonctions civiles avait été rappelé par son gouvernement. Puis les visages anxieux s’étaient rassérénés et certains règlements rigoureux s’étaient peu à peu relâchés ; enfin, le général – le général du lieutenant Dubosc – avait retrouvé sa bonne humeur. Dubosc avait surpris quelques bribes de conversation entre son chef et l’étranger.
— Mon cher, disait le vieux général d’une voix émue, vous avez éclairci une affaire pénible et évité de graves complications ! Comment vous remercier de votre empressement à répondre à mon appel ?
À quoi l’étranger (M. Hercule Poirot, pour l’appeler par son nom) avait fait une réponse adéquate où entrait cette phrase :
— Je ne saurais oublier, mon général, qu’un jour vous m’avez sauvé la vie.
Le général, ne voulant pas être en reste de cordialité avec son interlocuteur, avait désavoué le mérite de ce lointain service. Après de nouvelles phrases imprécises où revenaient à tour de rôle les mots « France, Belgique, gloire, honneur » et autres vocables de la même famille, ils s’étaient donné l’accolade et s’étaient séparés.
En ce qui concernait le fond...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SpilettSpilett   23 décembre 2009
- La porte était fermée et la chaînette mise à l'intérieur, répéta Poirot. Ne s'agirait-il point d'un suicide ?
Le docteur grec fit entendre un rire sarcastique.
- Un homme se suicide-t-il en se donnant des coups de couteau en dix ou douze endroits ?
Commenter  J’apprécie          1110
YukoYuko   13 novembre 2015
Ah mon cher ! s’écria M. Bouc avec des inflexions qui devenaient charmeuses, je connais votre réputation. Et je connais vos méthodes. Pour vous, c’est vraiment l’affaire idéale. Vérifier les antécédents de tous ces gens, établir leur bonne foi, cela nous prendrait un temps fou et ce serait une source de problèmes sans fin. Mais ne vous ai-je pas entendu dire bien souvent que pour résoudre une énigme, il suffit de s’allonger dans son fauteuil et de réfléchir ? Faites-le. Interrogez les passagers du train, allez voir le corps, étudiez les indices que vous pourrez trouver, et alors… Eh bien, je crois en vous ! Je sais que vous ne vous vantez pas bêtement. Allongez-vous et réfléchissez. Utilisez, comme je vous l’ai si souvent entendu dire, les petites cellules grises de votre intelligence. Et vous trouverez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Gwen21Gwen21   05 janvier 2018
- [...] J'aimerais bien aller en Amérique.
- Là-bas, vous découvririez des méthodes sacrément rapides. Il faut réveiller l'Europe. Elle roupille, affirma Hardman.
- C'est vrai, convint Poirot. L'Amérique est la patrie du progrès. Et il y a bien des choses que j'admire chez les Américains, mais - vous allez peut-être me juger un peu vieux jeu - je trouve les Américaines moins séduisantes que mes compatriotes. Une midinette française - ou belge -, coquette, mutine... pas une femme au monde ne lui arrivera jamais à la cheville...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Agatha Christie (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
L'émission complète : https://www.web-tv-culture.com/emission/joel-dicker-l-enigme-de-la-chambre-622-51768.html
Début d'été 2018, un écrivain à succès, Joël se remet difficilement de la disparition de son éditeur Bernard de Fallois. Pour se remettre d'un échec sentimental, il décide de s'octroyer quelques jours dans un palace des montagnes suisses. Là, s'il occupe la chambre 623, à côté de la chambre 621 bis. Dans ce palace, pas de chambre 622… Dès lors, accompagnée de la flamboyante Scarlett rencontrée dans ce palace de rêve, notre écrivain va mener l'enquête. Que s'est-il passé dans cet hôtel pour qu'on choisisse de supprimer un n° de chambre. Crimes, services secrets, corruptions bancaires, diplomatie, secrets de famille, affaires de coeur, tout y passe et chaque personnage ayant à son tour le premier rôle de dévoiler ses failles et ses zones d'ombre. Comme dans un jeu de poupées russes, chaque rebondissement en entraine un autre et tout cela est habilement mené.
Mais au-delà de l'intrigue, qui est finalement un prétexte, Joël Dicker nous offre une véritable leçon d'écriture, rendant hommage dans une histoire parallèle à son éditeur emblématique Bernard de Fallois, celui qui l'a repéré, l'a fait grandir en a fait l'auteur à succès qu'il est devenu. Rappelons qu'avec « La vérité sur l'affaire Harry Québert », « le journal des Baltimore » ou « La disparition de Stéphanie Mailer », Joël Dicker est devenu un incontournable de l'édition internationale. Au fil des pages, entre deux pirouettes pour amuser la galerie et reprendre le fil de l'intrigue, l'auteur rappelle le pouvoir de la littérature et rend un hommage appuyé à celui à qui il doit sa carrière d'écrivain.
Gardant de sel de ses précédents titres avec une écriture addictive, des personnages à la psychologie complexe, des univers oppressants, Joël Dicker a effectivement choisi cette fois-ci une écriture surfant sur l'humour et la dérision, se moquant de lui-même et de ses personnages, un exercice de style savoureux et réjouissant qui ne nuit en rien à l'intrigue de base, à savoir qui est mort et qui a tué dans la chambre 622.
Si l'éditeur Bernard de Fallois est le père spirituel de Joël Dicker, nul doute qu'Alfred Hitchcock et Agatha Christie auraient pu être ses grands-parents, et Woody Allen un lointain cousin.
Une intrigue menée tambour battant, des personnages iconoclastes, des situations cocasses, des dialogues ciselés, un humour habilement saupoudré, tout cela dans les paysages d'une Suisse de carte postale, voilà un roman brillant qui prouve, une fois encore, le talent de Joël Dicker et sa capacité à se renouveler et à surprendre. Une lecture jubilatoire donc !
« L'énigme de la chambre 622 » de Joël Dicker est publié aux éditions de Fallois.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le crime de l'Orient-Express

Dans quel genre peut-on classer ce roman ?

La science fiction
La fiction historique
La propagande
Le roman policier

10 questions
562 lecteurs ont répondu
Thème : Le Crime de l'Orient-Express de Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..