AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070355259
320 pages
Éditeur : Gallimard (15/05/2008)
3.76/5   37 notes
Résumé :

Cuisinière au savoir-faire inoubliable, Victoire Élodie Quidal travaille au service d'Anne-Marie et Boniface Walberg, à La Pointe. Sa virtuosité et son excellence sont recherchées par la bonne société guadeloupéenne qui la réclame dans ses cuisines... Victoire, qui n'a pas été épargnée par le destin, connaîtra-t-elle enfin son heure de gloire ? C'est avec une affection toute particuli&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
jfponge
  15 mai 2020
Victoire, cette grand-mère maternelle à la peau blanche et aux yeux clairs, que l'auteure n'a pas connue, qui était-elle vraiment ? Sa mère lui en a peu parlé, mais les légendes sur son compte courent vite dans cette Guadeloupe métissée où les différences de couleur de peau ont longtemps servi de référence aux haines sociales. Comme dans une enquête policière, Maryse Condé va recouper les témoignages, consulter les archives locales, et combler les vides avec son imagination pour nos livrer ce magnifique portrait de femme, loin, très loin des légendes qui ont circulé sur son compte. Certains la prenaient pour un démon maléfique à cause de sa beauté si étrange, d'autres lui tressaient des lauriers en raison de ses talents extraordinaires de cuisinière. Mais qui était-elle réellement lorsqu'on se débarrasse des on-dit et des a priori ? Et au-delà de cette quête de la vérité sur une femme qui a vécu en silence le passage du dix-neuvième au vingtième siècle, l'auteure dresse un réquisitoire sans faille d'un racisme ordinaire qui est loin d'être l'apanage des seuls blancs de peau…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Biscotte_Biscotti
  11 décembre 2015
Bien que ce soit l'histoire de Victoire, je l'ai toujours trouvé en second plan dans le récit, ne vivant qu'à travers les personnages secondaires. Victoire a toujours gardé ses sentiments, même envers Boniface, son amant pendant plus de 20 ans au su et au vu de tous, éperdument amoureux d'elle, il mourra d'ailleurs de chagrin. Cette relation amoureuse aurait mérité un peu plus de profondeur.
C'est un récit que j'ai trouvé assez fouillis, avec des longueurs qui n'étaient pas nécessaires, beaucoup de personnages, qu'on confond car ils ont les prénoms qui se ressemblent (Auguste, Auguste jr, Anne-Marie, Valérie-Anne…) J'aurai aimé en revanche que le personnage excentrique Jeanne Repentir qui tient une boutique de couture et qui a des affinités avec Victoire soit plus détaillé, et qu'il reste plus longtemps dans le livre. Les recettes bien que nombreuses ne sont pas du tout détaillées, et c'est dommage… Je m'attendais à saliver en lisant ce livre, ça n'a pas été le cas. Lecture moyenne, je n'ai pas spécialement été emballée par l'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
majolo
  05 février 2020
De sa belle langue, Maryse Condé nous raconte l'histoire de sa grand-mère, Victoire. Née très pauvre en Guadeloupe d'une très mère morte en couches très jeune, elle-même fille-mère, elle deviendra cuisinière pour un couple de notables à La Pointe, Anne-Marie et Boniface Walberg. Les Walberg l'aimeront et la protègeront toute leur vie, ainsi que sa fille qui deviendra institutrice. Un destin hors du commun qui nous décrit également les dessous de la société guadeloupéenne du 20ème siècle.
Très poétique et savoureux, à l'image du titre.
Commenter  J’apprécie          51
Brownie97
  15 mai 2019
L'écriture de Maryse Condé rappelle des souvenirs d'enfance, des vérités et témoigne de la réalité de la vie aux Antilles. Ce livre exprime avec brio les Antilles d'an tan lontan, les traditions qui perdurent parfois.
De manière générale, j'ai apprécié Victoire. L'idée d'un personnage pour lequel on se fascine, qu'on critique pour son repli. Un personnage en retrait qui laisse exprimer le caractère des autres.
J'admire sa tolérance, son côté femme forte dont elle n'a même pas connaissance, c'est un personnage que j'ai eu envie de soutenir du premier au dernier chapitre.
J'apprécie également les références de l'auteure aux différentes villes de Guadeloupe, et des Antilles en général. On arrive aisément à se projeter dans les rues, dans les maisons de l'époque lorsque l'on connaît un peu les îles. de même pour ce qui est de l'introduction de la politique et des conflits.
J'aime le vocabulaire typiquement antillais dans ce livre et les références culinaires qui m'ont permis d'esquisser quelques sourires.
Un livre à lire, relire et partager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ana59
  16 septembre 2020
Biographie imaginaire et rêvée de Victoire, la grand-mère de l'auteur, décédée bien avant sa naissance et dont parlait peu sa mère. A la retraite, Maryse Condé de mener une véritable enquête sur cette femme, analphabète, ne parlant que le créole et cuisinière hors pair. Portait également de la société guadeloupéenne post esclavagisme, au tournant du 20ème siècle, avec l'émergence de la bourgeoisie noire ("les grands noirs") qui rejettent les blancs ("les blancs pays") mais aussi les mulâtres ou les plus pauvres ("Maleles"). Les relations mère/ fille sont également primordiales dans ce livre qui est une ode à la femme. Victoire a toujours été incapable de montrer son amour à sa fille et vice-versa "des écorchées vives que l'amour effrayait".
Très bien écrit, très fort, intéressant, mélange de créole et de français. Les légendes et les croyances s'entremêlent à l'histoire familiale. Un hommage à cette grand-mère mais aussi à la femme antillaise.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Brownie97Brownie97   15 mai 2019
Ce pourrait être le sujet d'un tableau dont le personnage central serait Victoire, entourée des êtres qui lui avaient été chers tout au long de sa vie. Pourtant ce jour-là, elle ne réunit pas simplement ceux auxquels elle tenait avant que la mort ne l'emporte. A sa manière, elle rédigeait son testament. Un jour, la Guadeloupe ne serait plus torturée par les questions de classe. Les blancs pays apprendraient l'humilité et la tolérance. Plus besoin de se dresser Grands Nègres face à eux. Les uns et les autres pourraient s'entendre, se fréquenter librement, qui sait ? s'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
missmolko1missmolko1   16 février 2016
Son image est malaisée, difficile à cerner. Pour les uns, elle fut belle. Pour les autres, blafarde et laide. Pour certains, ce fut une créature soumise, illettrée, sans intérêt. Pour d’autres, un véritable Machiavel en jupons. (.. .) Tel qu’il est, je livre le portrait que je suis parvenue à tracer, dont je ne garantis certainement pas l’impartialité, ni même l’exactitude.
Commenter  J’apprécie          20
Ana59Ana59   16 septembre 2020
Dans nos sociétés, de nos jours encore, être mère est la seule vraie vocation de la femme. La stérilité revient à traîner un corps inutile, privé de sa vertu essentielle - papaye sans papayes - manguier qui ne donnent pas de mangues - concombre sans graines.
Commenter  J’apprécie          00
Ana59Ana59   16 septembre 2020
C'était une potomitan, une matador. Assurément pas ! Elle ne fut pas une potomitan. Cependant, elle parvint à forcer les portes de la petite bourgeoisie noire montante.
Commenter  J’apprécie          00
Ana59Ana59   16 septembre 2020
La mère de ma mère avait une peau d'une blancheur australienne. Ses yeux pâles à la Rimbaud, enfoncés dans leurs orbites étaient réduits à deux fentes asiatiques
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Maryse Condé (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Condé
En 2021, Buchet Chastel propose une rentrée résolument féminine. Des voies de femmes qui explorent nos intimités. Des voix littéraires qui interrogent notre rapport au monde.
La géante des lettres caribéennes Maryse Condé sonde le coeur des hommes et la fraternité dans notre monde en rupture.
Natacha Sadoun, dans un premier roman énigmatique, se libère de l'emprise du couple et part à la découverte d'elle-même.
Fabienne Jacob explore de sa plume délicate, l'amitié féminine, celle qui nous subjugue et nous construit.
L'italienne Claudia Durastanti dessine un atlas géographique et sentimental de sa famille.
Karolina Ramqvist narre deux destins de femmes, séparées par près de cinq siècles, à un moment décisif de leur vie.
Autant de voix passionnées et nécessaires pour appréhender le monde. Nous sommes heureux de vous les faire découvrir
+ Lire la suite
autres livres classés : guadeloupeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1192 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre