AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070179699
Éditeur : Gallimard (18/08/2016)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 167 notes)
Résumé :
Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l'histoire d'une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l'omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d'une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d'une violence ancestrale. Seuls territoires d'enchantement, l'enfance – celle d'Éléonore, la matriarche, celle de Jérôme, le dernier d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
latina
  18 août 2016
J'ai au fond de moi une grosse boule noirâtre et pleine de pus.
C'est la lecture du « Règne animal » qui l'a placée là...et j'espère que l'écriture de mon ressenti l'en expulsera à tout jamais.
A tout jamais, oui.
Si vous saviez !
Si vous saviez l'immonde, l'impur, la maltraitance, la violence.
Si vous saviez la mort, la pourriture, la liquéfaction, la putréfaction.
Si vous saviez la copulation, la saillie, la castration, les vulves offertes et dégoulinantes, les foetus – humains et animaux - expulsés et dévorés.
Si vous saviez la promiscuité malsaine avec les animaux.
Si vous saviez la folie.
Folie d'une écriture qui s'emballe, qui se jette dans les fossés, qui s'offre impudique parmi les racines grouillantes d'insectes, qui se tord dans les boyaux de la guerre, dans les couloirs immondes d'une porcherie, dans les pièces puantes d'une ferme.
Je n'en peux plus d'avoir lu le désamour. Je n'en peux plus d'être restée accrochée à ces pans abjects où rien ne m'a été épargné. Rien.
Les 2 parties du roman se rejoignent, s'étreignent dans le cauchemar.
1898-1917 : Vie miséreuse dans une porcherie à la campagne. On se tue au travail. Guerre. Gueules cassées. Folie.
1981 : La ferme a prospéré ; l'élevage des porcs s'est planifié, européanisé. Mais la violence est toujours là, plus que jamais. L'immonde aussi. Et la folie.
Suffit !
Je dis stop à tout cela. Je dis merci à la vie autour de moi, la vie réelle. Merci au soleil et au vent, aux enfants et à l'amour. Par un effort surhumain, je réussis à m'extirper de ce roman nauséabond, à l'écriture hallucinante, offert par Gallimard lors de la rentrée littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8037
lecassin
  18 août 2016
Tout d'abord, une question me taraude : peut-on obtenir le Prix Goncourt quand on a déjà obtenu celui du premier roman comme ce fut le cas pour Jean-Baptiste del Amo en 2009 pour « Education libertine » ?
Car si la chose est possible, je ne serais pas surpris qu'elle advienne…
Les thèmes : principaux comme l'horreur de la guerre de 14, l'aversion des élevages industriels ; ou secondaires comme la difficulté de vivre l'homosexualité… Nous sommes bien dans l'air du temps et du fameux prix…
Le style : puissant, nerveux, violent… même s'il se fait bucolique quand il s'agit d'évoquer le petit jour sur une pièce de maïs. Le vocabulaire est précis, encyclopédique, même parfois ; le mot est juste jusqu'à donner dans le cru, voire dans le scatologique aussi, mais bon…
Style et thèmes qui semblent régulièrement remarqués du jury Goncourt, pour ne pas dire récompensés…
Trois grands chapitres jalonnent la vie d'une famille du Sud-Ouest, de l'ancêtre, « gueule cassée » au retour de la guerre de 14, créateur de l'activité porcine, à l'exploitation industrielle dans les années 1980. Sa chute… Trois grands chapitres ayant en commun le savant mélange de terre de merde et de sang...
Oui. Pas vraiment gai comme roman… Et pourtant, malgré ça, un de mes coups de coeur 2016 : c'est violent, cru même, parfois descriptif à l'excès ; mais c'est finement documenté. Un nom me vient, si l'on veut comparer, toutes proportions gardées : il y a du Zola là-dedans !
Jean-Baptiste del Amo est militant ; et il a écrit un bouquin militant, à charge... qui malgré tout conforte ma a décision déjà ancienne de ne rien manger d'industriel ; ce qui ne m'empêche pas de consommer raisonnablement de la viande, contrairement à l'auteur qui si j'en crois sa biographie est végétalien… Proche de l'association L 214 en lutte contre les pratiques parfois douteuses de certains abattoirs ; un engagement qui date de mars 2016 qui nous met face à la question de la poule et de l’œuf : un engagement qui génère le livre ou un livre qui génère l'engagement ? Mais tout ça n'est que technique promotionnelle au service d'un excellent bouquin qui ne manquera pas de susciter la controverse à la rentrée qui déjà s'annonce. Ça pue !
Un grand merci aux éditions Gallimard et à Babélio de m'avoir permis cette découverte dans le cadre de masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
Killing79
  08 octobre 2016
Dès les premières lignes de ce roman, le lecteur est plongé au fin fond de la campagne profonde, les deux pieds dans la merde. Si le mot « merde » vous paraît choquant en début de chronique, vous n'êtes pas au bout de vos peines si vous décidez de vous lancer dans ce livre. Car le moins que l'on puisse dire, c'est que Jean-Baptiste del Amo ne met pas de gants quand il s'agit de décrire cet univers paysan.
Sous les coups de sa plume exigeante et magnifiquement juste, il entraîne le lecteur dans l'ambiance de ce lieu isolé. La description du quotidien est chirurgicale et froide. Les Hommes agissent mécaniquement, comme des animaux. le travail doit être fait, les relations humaines n'existent que pour la descendance et les sentiments n'ont pas leur place. La violence est omniprésente dans tous les échanges entre les protagonistes humains et devient systématique dans le rapport avec les animaux. Ces animaux qui sont d'ailleurs les principales victimes de cette culture insensible.
Au fil des pages, tous les sens sont mis à contribution dans la lecture. On voit ce monde se déliter, on donne les coups, on ressent les douleurs, on entend les grognements, on respire l'odeur de la sueur et des excréments, on découvre le goût du sang… plus qu'un récit rural, c'est un roman de sensations !
Même si l'histoire de cette famille n'est pas d'un grand romanesque, l'écriture lyrique de Jean-Baptiste del Amo confère une lenteur qui nous intègre au tableau. Il nous abreuve de détails pour nous faire vivre en immersion le quotidien de ce monde reclus. Sur le moment, les scènes m'ont semblé traîner en longueur mais quelques jours après avoir refermé le livre, je me sens encore poisseux, imprégné de l'atmosphère. Ne serait-ce pas là, l'attestation d'un grand roman !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
tynn
  12 novembre 2016
Lecteur en quête de fiction poétique, passe ton chemin...
Ici se donnent à lire une ferme croulante, le hurlement des porcs et la barbarie des hommes.
C'est le prosaïquement organique qui structure cet incroyable roman. Il y a une forme de fascination à s'immerger dans le brutal quotidien de fermiers du sud-ouest, dans l'existence taiseuse d'hommes et de femmes aussi frustres que les bêtes de leurs étables. L'animalité du vivant. Apre, tragique, violent jusqu'à la nausée.
Tout est décrit avec un réalisme confondant: la terre, la guerre, la maladie, les pulsions, les odeurs, les fluides et la mort. S'échappent bien rarement des fulgurances de sentiments humains. J'ai eu l'impression de vivre dans un décor muet, d'où la parole est absente. L'acuité descriptive est sans pareille pour peindre la nature, une salle de ferme, le travail des champs, l'industrialisation de l'élevage. C'est si réaliste que pour un peu, on sentirait l'odeur.
On a beau être sonné par la lecture, le thème de la transmission familiale est magistralement posé, engluant une famille dans un engrenage infernal de survie sur plusieurs générations, à l'image d'une grande boucherie pour bêtes et éleveurs.
Roman réquisitoire dévastateur.
Pour un peu, je finirais avec une crise de foie. Et l'idée tentante de devenir végétarienne face au martyre des animaux.
Que l'on ne me parle plus de recettes de porc!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
cardabelle
  06 juin 2017
Une lecture que j'ai terminée il y a quelques semaines.
J'en suis sortie secouée, concassée, éprouvée par la violence inouïe de ce roman provocateur, d'un hyper-réalisme forcené !
Il s'agit d'une saga.
On va suivre l'évolution d'une exploitation familiale du début du XX ième siècle aux années 80 .Un milieu paysan où la vie des gens et celle des bêtes se trouvent étroitement mêlées.
Chaque période va apporter son lot d'horreurs :la guerre de 14 et ses gueules cassées ( je passe sur les descriptions ...) et plus on avance dans le temps ,plus l'abject est de mise jusqu'à atteindre un paroxysme .
A chaque occasion, l'auteur impose la pire description, la plus insupportable possible, provoquant l'effroi par le simple fait que fiction et informations bien réelles se confondent .
Je pense surtout à l'élevage industriel de porcs et aux descriptions par le menu du martyre de ces pauvres bêtes.
Sinon, de subtiles parallèles entre homme et bêtes servent une fresque "animale", le titre est vraiment bien choisi, où se mêlent odeurs, fluides, sécrétions, maladie ,sans oublier la folie . Y repenser me force à édulcorer mes propos en oubliant volontairement tout qualificatif !
Mais, j'ai conscience qu'il m'est très difficile d'exprimer à sa juste mesure l'aspect traumatisant de cette lecture.
Alors, bien sûr, on pense à Zola mais, en comparaison "La Terre " est un roman presque tendre, pour jeunes filles en fleurs !
L'impression générale qui perdure est mitigée .
Un roman servi par une très belle plume, bien construit, subtile, humain malgré tout car le but premier est sans doute de dénoncer .
Mais c'est aussi un récit dérangeant, émaillé de violence extrême ,crue ,qui revient à tous propos et qui quand même évoque une appétence malsaine pour le sordide , une forme de perversité à laquelle on adhère ou pas.
Pas de demi-mesure !
Je ne parviens pas à noter ce livre ,désolée.
C''est une oeuvre forte ,pas d'une lecture facile et l'auteur à tout fait pour nous l'imprimer en mémoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354

critiques presse (6)
Actualitte   27 mars 2017
Avec ce roman particulièrement âpre, dérangeant et porté par des portraits sans concessions, l’auteur nous fait voyager dans le siècle et rappelle les grandes heures de la littérature naturaliste.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaLibreBelgique   08 novembre 2016
Formidable mais dérangeante allégorie de notre monde vu à travers l’histoire d’une porcherie. Jean-Baptiste Del Amo décrit la turpitude avec une langue superbe. Aussi réaliste qu’hallucinant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Bibliobs   12 octobre 2016
Le sujet, terriblement actuel, est incontestablement passionnant. Seulement, l'acharnement avec lequel Del Amo tient à nous présenter (...) des paysans forcément bestiaux, taiseux, consanguins (...) l'est un peu moins.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Culturebox   21 septembre 2016
Un roman réquisitoire servi par une langue somptueuse.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Telerama   07 septembre 2016
Une fresque puissante, où le sort d'une famille d'éleveurs reflète la violence qui imprègne nos vies.
Lire la critique sur le site : Telerama
LePoint   22 août 2016
En ces temps très "vegan", le troisième roman du jeune Jean-Baptiste Del Amo, va faire parler. Un livre surprenant, signé par une plume enragée.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
latinalatina   13 août 2016
Au soir, comme elles se déshabillent pour revêtir leurs chemises de nuit, la veuve voit la trace brune sur les dessous de sa fille. Elle s’en saisit aussitôt, la porte à son nez et renifle, avalant l’air par petites goulées, goûtant l’odeur du premier cycle, la preuve irréfutable de sa nubilité. Elle baisse lentement les bras. Ses lèvres tremblent et elle pose son regard sur Eléonore.
«Tu es impure, dit-elle d’une voix blanche. Tu es sale, désormais. Et tu vas pécher.
- Non, dit Eléonore, non, je...
- Tais-toi. Tu auras beau dire, tu pécheras. Oh, oui. Souviens-toi comment Eve a laissé le serpent la séduire. Il te séduira à ton tour. Et le Seigneur lui a dit : « J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras dans la douleur, et tes désirs te porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195
MerikMerik   27 décembre 2016
Ils ont modelé les porcs selon leur bon vouloir, ils ont usiné des bêtes débiles, à la croissance extraordinaire, aux carcasses monstrueuses, ne produisant presque plus de graisse mais du muscle. Ils ont fabriqué des êtres énormes et fragiles à la fois, et qui n'ont même pas de vie sinon les cent-quatre-vingt-deux jours passés à végéter dans la pénombre de la porcherie, un cœur et des poumons dans le seul but de battre et d'oxygéner leur sang afin de produire toujours plus de viande maigre propre à la consommation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
latinalatina   15 août 2016
Il pense à Elise, il pense aux fils. Il se souvient de tout ou presque, des instants passés, des jours d’avant. Tous se télescopent, s’amalgament, ne sont plus dissociables. C’est donc ça, la vie ? songe-t-il avec dépit. Si peu et tellement à la fois. Mais si peu tout de même. Et qu’en reste-t-il à la fin ? N’est-on pas supposé avoir acquis quelque sagesse, quelque compréhension, même partielle et fragmentaire des choses ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
latinalatina   14 août 2016
« T’as remarqué que leur pupille reflète toujours notre visage ? dit Henry. Si tu fais bien attention. C’est un détail, mais parfois, je vois plus que ça. Ca me saute à la gueule. C’est comme regarder dans un miroir sans tain ou au fond d’un puits. Tu te vois, mais tu vois autre chose, autre chose qui s’agite en dessous, comme...Comme si tu voyais aussi de la manière dont eux te voient, avec leurs yeux de bête. (...)
L’œil était dans la tombe et regardait Caïn ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2010
BibaliceBibalice   28 juin 2016
Ce corps lui est étranger, tout comme l’être qui l’incarne, ce père taiseux et souffreteux avec lequel elle n’a pas échangé plus de cent mots depuis sa venue en ce monde, ce paysan minable qui se tue à la tâche ou y hâte sa fin, comme pressé d’en finir, mais après la moisson, après les semailles, après les labours, après… La génitrice hausse les épaules, soupire. Elle dit : « nous verrons bien », « si Dieu le veut », « que le Seigneur t’entende et qu’Il prenne pitié de nous ». Elle redoute qu’il ne tienne pas une énième échéance car que fera-t‑elle, orpheline de père et de mère qu’elle est, avec un enfant à nourrir ? Elle dit aussi la peine qu’elle a eue à enfanter et le malheur d’y être parvenue trop tard, déjà vieille à vingt-huit ans. Et pas même d’un fils qui, dès l’adolescence, aurait prêté main-forte au père, cet homme vaillant et opiniâtre mais sans ambition aucune et qui ne laissera derrière lui qu’une terre revêche, l’une de ces fermes familiales aux rendements médiocres. Autrefois, la famille de l’époux possédait de la vigne, mais les ravages du phylloxéra sur le vignoble n’ont pas épargné leurs quelques arpents de terre morcelés et caillouteux, et l’ancêtre, le père du père, s’est alors éteint, du jour au lendemain et sans dire un mot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jean-Baptiste Del Amo (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Baptiste Del Amo
Dans la tourmente du monde - 38ème édition du Livre sur la place Perte des valeurs et de repères, violence et confrontation ; nous vivons une époque où la destruction tend à devenir le visage de la normalité. L’écrivain, meilleur indicateur de l’air du temps, dévoile les arcanes d’une société dans le déni. Karine Tuil L’insouciance (Gallimard), Philippe Vasset La légende (Fayard), Fouad Laroui Ce vain combat que tu livres au monde (Julliard), Jean-Baptiste Del Amo Règne animal (Gallimard) Animé par Baptiste Liger
autres livres classés : Élevage intensifVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1084 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .