AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070344762
Éditeur : Gallimard (07/06/2007)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Toute une foule, vue de dos ou de profil, assistant à un spectacle invisible.
Au loin, la mer. Une facture surprenante. Des personnages saisis dans des attitudes familières au cours d'une scène publique. Mais le vrai secret, c'était le personnage grimpé sur un tabouret et qui tient à la main une longue badine, ou une espèce de perche, dont l'extrémité atteint le centre de la scène. Quel sens donner à son geste ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
  15 août 2015
N°953– Août 2015
LA BULLE DE TIEPOLOPhilippe Delerm – Gallimard.
Au départ, il y a une visite d'Antoine Stalin, critique d'art, chez un brocanteur parisien et un tableau d'un peintre inconnu qui lui évoque le style d'Edouard Vuillard qu'il est en train d'étudier. L'oeuvre lui échappe cependant au profit d'Ornella Malese, une jeune romancière italienne promise au succès pour un petit roman « Granité café » dont l'action(ou l'inaction) se passe à Venise et qui chante les plaisirs simples de la vie. La romancière a acheté ce tableau parce qu'il est signé par son grand-père, Sandro Rossini, un homme environné de mystères et de tabous. Dans sa famille puritaine on ne parle pas à de lui à cause d'une improbable aventure féminine de ce dernier dont cependant l'histoire personnelle s'est mêlée à celle de la dictature de Mussolini. Ces deux personnages que tout oppose et qui ne se connaissaient pas auparavant vont cependant faire un bout de chemin ensemble. Lui vient de perdre sa femme et sa fille et elle va connaître, un peu malgré elle, le succès grâce à son livre. Ils se rencontrent autour de ce premier tableau. Pour autant, ils vont se retrouver ensemble à Venise où Antoine doit étudier une fresque de Giadomenico Tiepolo, moins connu que son père Giambattista, « Il mondo Nuovo » (Le nouveau monde), conservée dans une villa palladienne. Ce tableau s'avère un mystère puisqu'il représente des personnages de dos, en train de regarder une scène que nous ne voyons pas mais dont un homme désigne quelque chose au moyen d'une longue baguette qui se termine par une sorte de bulle (là non plus on n'est sûr de rien d'autant que Delerm se demande s'il ne s'agit pas là d'une imperfection, une altération de l'enduis, une tache ou une éraflure). L'auteur décrit ce tableau en s'interrogeant sur le sens du geste du personnage à la baguette. Or ce tableau en évoque deux autres à peu près semblables, conservés dans un musée parisien et dans une villa italienne, mais aucun des deux ne présente cette fameuse bulle. Y a-t-il une symbolique forte de cette bulle qui isole Antoine et Ornella de cette vie faite de deuils pour lui et de succès pour elle ? Ces deux situations sont fragilisantes puisqu'elles affectent leurs deux solitudes nées d'un vide. Ce sont là deux formes d'événements extraordinaires qui interviennent dans leur vie et qui l'affaiblissent, soit dans le malheur pour lui soit dans une forme de bonheur née de la consécration longtemps attendue pour elle. Antoine se coupe du monde à cause de son deuil que son travail exorcise et Ornella se recroqueville sur ses livres qui évoquent son enfance, deux façons de se couper du monde extérieur, de s'abstraire du temps qui passe... Ornella se considère comme l'héritière d'une volonté de « vivre dans la création... vivre pour la création ». Sous son couvert, Delerm évoque l'écriture mais aussi le monde impitoyable de l'édition qui rejette d'emblée un auteur inconnu, ce même monde qui, la notoriété venue, lui fera la cour. C'est sans doute une réflexion sur l'écriture, sur le succès, sur la notoriété, sur le silence des médias à la sortie d'un livre, période difficile à vivre pour un auteur qui a mis beaucoup de lui même dans son livre qui est avant tout un univers douloureux. Il n'oublie pas non plus de placer la jeune femme dans son milieu professionnel (elle est enseignante dans un collège à Ferrare) où la notoriété soudaine lui fait prendre une importance que ses collègues de travail ne lui accordaient auparavant.
Certes, il y a cette déambulation dans Venise à laquelle nous convie l'auteur et c'est toujours un plaisir de visiter la Sérénissime d'autant plus qu'il évoque des lieux labyrinthiques désertés par les touristes. Il y a ces instants de farniente, ces visions de la cité des Doges au quotidien, « vaporetti », « traghetti », ces conversations chantantes et insaisissables des Vénitiens, ces couleurs et ces bruits d'eau sur les canaux, cette lumière sur les églises et les palais... Ce court roman se déroule en Italie et à Venise, écrin de l'enfance d'Ornella. Il y a une histoire d'amour, incontournable dans ce contexte, entre Antoine et Ornella mais cette passade, qui n'est pas vraiment passionnée, est présentée comme un échec au temps avec une évocation de Marcel Proust, forcément (« C'est le temps qui nous tue et quand on fait l'amour on arrive à le tuer à son tour ».  « Le personnage principal des romans, c'est toujours le temps, et le temps de l'amour physique n'existe pas ») ). C'est un peu un passage obligé dans ces deux vies déboussolées, quelque chose qui ressemble à une sorte d'amitié naissante, libre et complice à la fois, un lien fragile en tout cas. Dans cette bulle, les souvenirs vénitiens se conserveront mais chacun vivra sa vie sans l'autre. C'est une réflexion sur la peinture, quelque chose de culturel ou peut-être du sens de la vie, sur la fuite du temps qui nous affecte tous mais qui pèse surtout sur la notoriété des artistes, les consacrant ou les oubliant. En fait tout est lié dans cette rencontre hasardeuse entre Antoine et Ornella, depuis l'univers de Vuillard jusqu'à la lecture de « Granité Café » , en n'oubliant pas le destin de Sandro Rossini et cette étrange histoire de bulle dans le tableau de Tiepolo. Delerm s'interroge sur les motivations de la création « l'équilibre entre le pouvoir et une insuffisance » et cette volonté de fixer l'instant est peut-être pour le créateur la marque d'une impossibilité à le vivre.
.
Tout cela m'a paru un peu confus et je ne suis même pas sûr d'avoir compris la véritable motivation de l'auteur tant les thèmes sont nombreux, a moins bien sûr qu'il ne s'agisse d'une énième forme de solipsisme toujours un peu énervante chez les écrivains à succès (il y a sans doute des connotations précises et nombreuses entre le personnage d'Ornella et l'auteur lui-même. Il prête d'ailleurs à la jeune femme la volonté de dire le monde selon elle, un peu sans doute comme l'auteur lui-même). Il y a peut-être une volonté chez lui de régler des comptes personnels sur la manière dont a pu être reçue son écriture dans le passé, au début de sa carrière d'écrivain ou sur la nécessaire promotion de ses livres par l'auteur lui-même, d'émettre des craintes sur la pérennité de son oeuvre mais l'ensemble reste quand même fort bien écrit, poétique et c'est un plaisir de le lire.
Hervé GAUTIER – Août 2015 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jamiK
  20 février 2017
Un critique d'art, une jeune romancière, un tableau déniché dans une brocante, Paris, Venise, Vuillard, une fresque de Giandomenico Tiepolo, Ettorre Scola, Marcel Proust, du soleil, deux personnages qui ont du mal à communiquer, du silence, de la torpeur, une belle écriture tout en souplesse, et un lourd secret... pour un beau moment de lecture, reposante, sereine et mélancolique...
Commenter  J’apprécie          180
raynald66
  22 décembre 2013
Ce n'est pas le meilleur livre de Philippe Delerm : l'histoire est un peu confuse mais il se laisse lire sans ennui jusqu'au bout (le passage sur le livre dans le bouillon pages 21 et 22 est excellent !!!). J'ai toujours aimé son écriture. Néanmoins, J'ai préféré "petites georgées de bière" et "il avait plu tout le dimanche
Commenter  J’apprécie          90
patricefontaine
  18 décembre 2011
Bien sur que Delerm se dédouble et ouvre large la porte à sa propre conception de l'écriture. Mais en même temps, il relève le défi qu'il met dans la bouche d'Ornella, son personnage féminin "Le personnage principal des romans, c'est toujours le temps" ; dans ce roman, le temps est omniprésent, temps ancien des souvenirs, temps de l'action, temps savouré, temps du passé et du mauvais oubli, temps enfui avec ses secrets.
Il faut prendre ce roman comme une ouverture sur Venise et la Vénétie, Vuillard et Tiepolo avec même une référence littéraire à Régis Debray.
Commenter  J’apprécie          70
miriam
  25 janvier 2011
Un si joli petit livre l'expression pourrait qualifier La Bulle de Tiepolo ou plutôt la Première Gorgée ; c'est le livre (à succès) Granité Café, allusion transparente à cet ouvrage de Delerm? Dédoublement de l'écrivain ? L'auteur est la jeune femme qui a emporté le tableau. Antoine Stalin travaille à une biographie de Vuillard.
Un autre tableau est prétexte à l'enquête à Venise : le Nouveau Monde de Tiepolo. le critique part-il dans l'espoir d'y retrouver l'écrivaine ?
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Herve-LionelHerve-Lionel   15 août 2015
Elle ne pouvait s'empêcher de penser que c'était l'accumulation de ces tensions, de ces réticences, de ces drames sous-entendus qui l'avaient conduite vers l'écriture d'abord, puis vers l'écriture de "Granité café", la création d'un monde encerclé dans le présent. Cette intensité des sensations qu'on reconnaissait à son livre était moins celle de son enfance que d'un pouvoir d'enfance recréé, libéré sous l'étreinte du passé. Le besoin sourd venait de loin. La paix conquise avait son poids de nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   22 décembre 2013
Personne n'évoquait le contenu du livre, mais chacun y allait de son couplet sur le raffinement de sa présentation. Ulcérée, elle revenait à la cuisine pour surveiller la cuisson du pot au feu, et une idée perverse la traversait : ces pages jaunes délicatement vergées par lesquelles on avait imprimé sa prose, oui, c'était bien la couleur de son bouillon. Avec une jubilatoire férocité, elle en glissait un exemplaire dans la marmite en disant à peu près : Ah un si joli petit livre ! Eh bien, ils vont en bouffer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
jamiKjamiK   20 février 2017
Celui qui veut garder les instants n’est-il pas toujours aussi celui qui ne sait pas les vivre ?
Commenter  J’apprécie          160
raynald66raynald66   22 décembre 2013
Mais le vrai secret, c'était le personnage grimpé sur un tabouret et qui tient à la main une longue badine, ou une espèce de perche, dont l'extrémité atteint le centre de la scène. Quel sens donner à son geste ? ...
Pourquoi Gaindomenico Tiepolo en exprimait il la dramaturgie sur un mur de la maison de campagne familiale ?
Commenter  J’apprécie          40
vllcvllc   03 avril 2011
...le principe même de la promotion d'un livre. Aller vendre sa soupe. ... Ne plus écrire, mais devenir une espèce de commis voyageur de son écriture. Justifier un texte déjà ancien, au lieu de s'immerger dans un nouveau projet.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Philippe Delerm (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delerm
« Pierre Arditi lit ce qu'il aime ». C?est le titre du spectacle que cet amoureux des mots donne actuellement au Théâtre du Rond-Point et jusqu?au 28 avril 2018. Une pièce dans laquelle le comédien aborde trois grands cycles de lectures consacrés à Jean-Michel Ribes, Yasmina Reza, Philippe Delerm et Michel Onfray, justement, à ses côtés.
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Delerm - La Première Gorgée de bière …

Complétez le titre : Les loukoums chez ….

L'Arabe
Madame Rosières

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe DelermCréer un quiz sur ce livre