AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918767719
Éditeur : Asphalte (31/08/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Erwan est ouvrier dans un abattoir près d’Angers. Il travaille aux frigos de ressuage, dans un froid mordant, au rythme des carcasses qui s’entrechoquent sur les rails. Une vie à la chaîne parmi tant d’autres, vouées à alimenter la grande distribution en barquettes et brochettes. Répétition des tâches, des gestes et des discussions, cadence qui ne cesse d’accélérer… Pour échapper à son quotidien, Erwan songe à sa jeunesse, passée dans un lotissement en périphérie de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  21 octobre 2017
5412.5413.5414.....clac,clac,clac, les carcasses qui défilent..... « Me perdre dans le boulot. Dans le bruit. S'abrutir de bruit. S'abrutir de sang. S'abrutir de froid. Se glisser entre les vaches mortes. Se faufiler parmi les cadavres...... », un boulot, une ambiance glauque à subir quinze ans, une parenthèse « Laëtitia », «  l'événement », et la chute dans un treize mètres carrés......Erwan, ex-ouvrier dans un abattoir près d'Angers est en taule, condamné à dix-huit ans, dont il en a purgés deux. Des pensées fixées sur son passé, des cauchemars sans fin, le temps qui semble immobile.
Encore en toile de fond, un père tyran, une mère soumise et deux garçons qui essaient d'y survivre par tous les moyens. Pas d'amour, beaucoup de solitude et zéro communication. de l'enfer de la famille à celui de l'abattoir, du travail à la chaîne froid et métallique, il n'y a qu'un pas, « emportés par le désespoir, par l'alcool,par la cigarette...Emportés par le vide. Par l'absurdité de nos existences. Par nos gestes machinaux et répétés. Par l'impression de n'être personne. de ne servir rien. ». Humiliation, frustration, un travail vampire qui colle comme une seconde peau ......mais tout a une fin, une fin qui va malheureusement lui faire perdre même cette vie qui ne servait à rien......
Vous avez compris, c'est noir, même s'il y a ici et là quelques étincelles de semblant de bonheur. L'abattoir, l'auteur le connaît. Sa mère y travaillant, le temps d'un été de sa vie d'étudiant, il en a aussi fait l'expérience. Avec une prose simple et aérée de brefs digressions, de courtes phrases cinglantes comme des claques, il nous raconte l'histoire poignante d'un homme pris dans l'engrenage de la vie, du mauvais côté. Il dénonce l'extrême souffrance humaine générée par la déshumanisation du travail au profit du Profit pur, à tout prix. Un roman engagé, fort qui ne peut laisser indifférent.
Ce livre est en lice pour le prix littéraire « Hors concours », je lui souhaite beaucoup
de chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          703
Sebthocal
  26 octobre 2017
« Comme une bête »
D'abord, il y a le bruit. Celui de la chaîne de production. Les « clacs » qui claquent au mouvement des bovins dans leur danse macabre sur les rails qui les transportent le long des différentes étapes de leur transformation.
Et puis, il y a la chair. Que l'on transperce, que l'on coupe, que l'on incise au moyen des lames que tiennent les ouvriers.
Enfin, il y le sang. Qui coule. Partout. Sur tout.
C'est un rythme. C'est celui de la machine. Celui qui transforme les bêtes en viande prête à consommer.
Suivre la cadence, qui augmente sans cesse pour plus de productivité, plus de profit. Une cadence qui augmente sur la décision de quelques hommes, « les patrons ». Ceux qui ont le pouvoir. Ceux qui ont les moyens de choisir. Une cadence que l'on fait subir aux hommes qui produisent, « les ouvriers ». Ceux qui n'ont pas le pouvoir et pas les moyens de choisir. Toujours plus. Peu importe les conséquences.
C'est un rythme qui transforme les corps en viande.
Le bruit. La chair. le sang. La mort au bout du couteau. Pour les bêtes. Pour les hommes ?
Timothée Demeillers, dans son deuxième roman, « Jusqu'à la bête », découpe la vie d'Erwan, jeune employé d'un abattoir près d'Angers pour nous plonger dans les tréfonds de son âme et de sa condition d'ouvrier, en France, aujourd'hui.
Son écriture est comme une lame. Elle incise sans pitié, ni pathos. À travers une atmosphère, que j'ai tenté simplement de restituer dans cette chronique, elle montre une condition humaine que l'on voudrait ne pas connaître.
Car plus des bêtes, il s'agit des hommes dans ce livre. de leur condition sociale. Et de leur transformation au rythme de l'usine, au rythme des « clacs » de la machine qui tombent comme des couperets.
« Jusqu'à la bête » ?
Lu en octobre 2017.
Mon article sur Fnac.com/Le conseil des libraires
Lien : https://www.fnac.com/Jusqu-a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
belette2911
  20 janvier 2019
De tous les personnages que j'ai croisé dans mes lectures, j'ai rarement eu droit à un qui bosse dans un abattoir aux environs d'Angers. On peut même dire que c'est assez rare dans la littérature.
Erwan bosse à la chaîne, baigne dans le sang des bovins qui arrivent dans son frigo et son boulot est répétitif, sans embellie aucune pour cet jeune homme qui a quitté l'école trop tôt que pour lui donner accès à d'autres professions plus lucratives et moins abrutissantes.
Bosser dans un abattoir, au milieu de toutes ces carcasses de viande, de leurs tripailles, de leur sang, fait que lorsque vous rentrez chez vous, malgré la douche, malgré le savon, vous ne sentez pas la rose printanière. Cette odeur est engoncée dans vos narines et elle vous poursuit partout.
Erwan va nous conter sa vie, une partie de son enfance, son boulot abrutissant, ses chefs narquois, sa recherche de l'amour et sa déchéance car dès le départ, nous savons qu'il est en prison, mais sans savoir le délit ou le crime qu'il a commis.
Non, ce roman noir n'est pas un manifeste vegan ou végétarien, loin de là, ce serait réducteur de l'accuser de cela. Il est un fait que durant sa lecture, on grincera des dents en découvrant le travail dans les abattoirs et on ne regardera plus la barquette de viande dans un hypermarché de la même manière et sans avoir une pensée pour tous les Erwan qui ont trimé pour que nous l'ayons au rayon froid.
Lors de ma lecture,j'ai repensé à une de mes connaissances qui est devenue végétarienne et qui avait un jour, fait une charge assez virulente sur les employés d'un abattoir, les accusant d'être des assassins.
Lorsque je lui avais souligné que s'ils faisaient ce métier, c'était plus de manière alimentaire, parce qu'ils n'avaient sans doute pas le choix d'un autre métier et que les cadences devaient être infernales, elle n'avait rien voulu entendre. Trop jeune elle était, avec une vision du Monde en noir et blanc, sans nuances aucune.
Si ce roman ne fera pas de moi une végétarienne, il pousse tout de même à la réflexion de savoir qui est responsable de toute cette merde dans les abattoirs.
Est-ce de la faute des ouvriers qui sont sans coeur, ou est-ce la faute des directions qui veulent toujours pousser plus fort la chaine pour arriver à des rendements de malade, quitte a pousser ses travailleurs jusqu'à ce qu'ils tombent ?
Ou tout simplement est-ce la faute à la société de con-sommation qui consomme toujours plus, qui consomme mal, qui ne vit que par la consommation de masse, voulant toujours plus alors qu'elle n'en a pas un besoin vital ?
Un peu de tout ça, bien que je classe les ouvriers des abattoirs en fin de liste car j'ai l'impression qu'ils ne sont que les symptômes résultant de notre société malade et de cette course au profit puisque la réserve de bras est inépuisable. L'un tombe ? Il y en a d'autres qui attendent sa place.
Ce roman noir est sanglant, non pas à cause d'un crime, mais à cause de cette société qui consomme trop et qui se fiche de savoir si d'autres trinquent derrière pour arriver à produire cette masse ou si les éleveurs vendent à un bon prix leurs bêtes vivantes (et là, je vous assure que non, ils ne gagnent pas assez, les intermédiaires s'en foutent plein les poches, mais pas les agriculteurs).
Un roman social dérangeant, qui gratte là où ça fait mal, qui pique, nous offrant un personnage principal dont le portrait tourmenté est plus que réussi, qui suscite l'empathie et on le plaint car sa déscolarisation a fait qu'il n'a pas eu de nombreuses possibilités d'embauches, la crise n'ayant pas arrangé le reste non plus.
Un roman social noir troublant… Horrible… Beau et puissant. Une écriture qui n'a pas puisée son encre dans les bas morceaux de la bête, mais dans son arrière-train, là où se trouvent les plus nobles quartiers de barbaque.
Un roman social qui laisse un goût amer en bouche, un goût de sang.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
umezzu
  24 janvier 2018
Ce récit à la première personne de la vie d'Erwan, un employé d'abattoir angevin, est marqué par la répétitivité. Répétitivité des gestes, des relations superficielles avec les collègues les plus proches dans la chaîne d'abattage, des week-end seul ou partageant un barbecue avec d'autres collègues. Après une enfance sans affection parentale, peu d'avenir et l'impression d'être complètement absorbé par chacune des tâches précises de l'abattage. Erwan a cependant vécu une éclaircie lors d'une aventure estivale avec une étudiante en emploi d'été. le reste, c'est cette impression d'absurdité et d'incompréhension.
Le thème aurait pu susciter l'intérêt, d'autant que l'auteur s'est manifestement renseigné. Mais sa prose est à mon goût imbuvable. Au prétexte de partager les pensées intimes d'Erwan, le lecteur enchaîne des phrases sans fin, les idées (noires) se succédant à coup de virgules.
Dans cette histoire triste, j'avoue avoir eu deux éclats de rire. Le premier en comptant soigneusement la longueur d'une phrase vers le milieu du livre : vingt et une lignes d'affilée. Le deuxième, deux pages plus loin, la phrase s'étire, s'étale, se traîne, sur au total deux pages et demi. La forme tue le fond, l'abat, le découpe, le trucide...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
JIEMDE
  27 janvier 2018
Clac, clac, clac...
Le bruit sec, froid et sans émotion de la lame qui coupe, tranche, sépare et dépèce les bovins dans les abattoirs rythme ce livre atypique. Comme il rythme sans aucun répit la vie des femmes et des hommes qui y travaillent.
Comme Erwann, entré à l'abattoir pour un job d'été, puis de CDD en CDI, qui n'en est jamais ressorti. Mais qui est aujourd'hui en prison, la vie désormais rythmée par d'autres clac, clac, clac. Que s'est-il passé ?
Timothee Demeillers nous offre une plongée très noire et réaliste dans le monde ouvrier contemporain, celui du travail déshumanisé, de la cadence qui rend fou, du travail qui n'offre plus de sens aux vies qu'il absorbe.
Chapitre après chapitre, on découvre par bribes des morceaux de la vie d'Erwann qui constituent autant de pièces du puzzle de son inexorable descente aux enfers : l'enfance sans amour, l'amour sans lendemain, le futur sans avenir, le travail qui rend fou...
Jusqu'à la bête m'a toutefois laissé un sentiment ambigu, avec une toile de fond noire et réaliste que j'ai particulièrement appréciée, mais une structure de narration hachée et nerveuse (alternance du court et du - très - long) qui a fini par me lasser avec, parfois, un sentiment de répétition de certains thèmes.
Mais l'ensemble reste original et l'auteur prometteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          185

critiques presse (1)
LeFigaro   11 septembre 2017
Ce second roman coup de poing, qui nous plonge au cœur d'un abattoir d'Angers, est tout en gris, en rouge et en noir.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   24 octobre 2017
15h37, encore trois heures à trimer,

15h46, putain ça fait que neuf minutes,

16h05, mais merde la montre est bloquée aujourd’hui ou quoi,

18h07, allez plus qu’une vingtaine de minutes, plus qu’une vingtaine de minutes les mecs,

mais vingt minutes, est-ce-qu’on se rend compte ce que ça signifie au fond des abattoirs, au cœur de la paralysie du temps, c’est tellement long qu’on l’échangerait volontiers contre une année de retraite parfois, si elles pouvaient filer comme ça ces vingt minutes, qu’elles deviennent volatiles et légères, sauf que rien n’est léger là-bas, que ce ne sont pas les quelques verres de vin rouge à midi qui y changent quoi que ce soit, d’ailleur, à part peut-être nous alléger momentanément de 14h à 15h, pendant une heure, la tête ailleurs, on peut se laisser divaguer, penser à autre chose, et le temps passe alors presque normalement, tic tic tic, rime avec clac, clac, clac, mais bientôt la légère ivresse s’évapore et comme s’il fallait compenser cette brusque accélération du temps, les secondes se font soudain bien plus lentes, bien plus fatiguées, bien plus pénibles, le temps s’étire, s’étiole, les cerveaux se ralentissent, la lente descente de l’alcool, et alors les clacs, clacs, clacs [chaîne de l’usine] se feront plus forts, plus réguliers, plus bruyants, viendront davantage marteler mon crâne et le crâne de tous ceux autour de moi.

Alors, si tout devient trop bruyant, il y a toujours moyen d’alle fumer un joint, se planquer quelques minutes avec Paul, un petit jeune qu bosse aussi sur la chaîne d’abattage. Pour échapper à cet endroit. Aux gestes répétés à l’infini. Paul et moi juste à côté de la guérite des fumeurs, adossés au hangar, un peu en retrait, un peu planqués, un joint fumé en silence, en aspirant de grosses bouffées pour faire monter l’effet plus vite. L’odeur qui se répand jusqu’à la guérite. Personne n’est dupe. Mais on n’irait pas dénoncer. Chacun sa technique pour rendre l’environnement supportable. Tout le monde a sa solution.

Pages 60-61, Asphalte, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
SebthocalSebthocal   24 octobre 2017
On commente les élections sans trop y croire. T’as vu la Marine ? T’as vu l’autre, le nabot, le Sarko ? T’as vu Hollande ? Personne n’est dupe. On ne vote plus. Ou alors Marine. Mais c’est la même chose. C’est le vote de la dernière chance pour ceux qui prennent encore la peine de se déplacer. Le seul parti qu’on ait pas essayé. Alors on se dit qu’ils ne peuvent pas être pires. Et puis que les solutions sont concrètes au moins. Des communistes, il n’en reste qu’une poignée à l’usine. Ils se font chambrer. "Alors les cocos. Alors les rouges. On partage son paquet de clopes, les soviétiques." Ils essaient de nous dire que Marine, ce n’est pas là solution. On n’en sait rien, de toute façon, ce que c’est la solution. Ce qui est sûr, c’est qu’aucun des autres n’est la solution. Surtout pas les communistes et leurs 1,5%. Marine, on n’y croit pas plus que ça, mais on se dit "on sait jamais". On sait jamais. Tous des pourris. Tous des pourris. C’est ça qu’on commente le plus quand la discussion parvient à décoller. Les affaires. Les scandales. Enfin ce qui nous sert de prétexte pour ne pas voter. Ou voter Marine. Tous des pourris.

Page 65, Asphalte, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
SebthocalSebthocal   26 octobre 2017
Deux mondes hermétiques côte à côte. L’administration et la production. L’administration avec leurs belles affiches d’ouvriers heureux, qui ouvrent de belles bouches remplies de belles dents bien blanches. Qui rient de bon cœur. Personne n’a des dents comme ça, sur la chaîne. Tous ont la dentition amochée. Les dents noircies par des années de tabac. Les dents jaunies par les abus d’alcool. Les trous béants dans le sourire. On remplace jusqu’aux prémolaires, et après tant pis. C’est pour ça qu’on ne rie jamais à gorge déployée, à l’usine. On serre les lèvres. Qui cachent les trous. Qui cachent la misère. Mais c’est l’image que les patrons se font de leurs travailleur. Des ouvriers heureux. Des ouvriers joviaux. Des ouvriers blagueurs. Mais ici, dans cette petite salle, pas d’ouvriers radieux.

Pages 128-129, Asphalte, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
SebthocalSebthocal   24 octobre 2017
Au moins deux ou trois ans de retraite. Je ne demande pas vraiment plus. Deux ou trois ans. Et être suffisamment en forme pour en profiter. Pour oublier tout ça. Après, je peux crever. Mais qu’on me donne au moins ça. Au moins ces quelques années de retraite. C’est ce qui se dit, à l’abattoir. Pour les rares qui réussissent à l’atteindre intacts. Ceux que les mêmes gestes répétés à l’infini sur quarante ans n’ont pas trop amochés. Les mêmes gestes. Les mêmes mouvements du corps. Les mêmes muscles qui travaillent. Les mêmes tendon, les mêmes os. Les mêmes os, qui au fil du temps se déforment, se calcifient. On devient des sortes de mutants, à travailler à la chaîne. On devrait étudier ça en anatomie. Le corps d’un ouvrier à la chaîne. Les transformations du corps d’un ouvrier à la chaîne. Les douleurs. Les maux. La journée, ça va encore. Parce que les muscles sont chauds. Parce que les tendons sont chauds. Mais une fois au repos. La nuit. Les douleurs apparaissent. Les sales douleurs de trop répéter les mêmes mouvements mécaniques. Avec l’angoisse croissante de se dire que demain ça n’ira que plus mal. Parce qu’il faudra y retourner. Il faudra recommencer. Il faudra altérer son corps un peu plus encore. Et ne rien dire. Et se taire. Jusqu’à ce qu’on craque. Jusqu’à ce que le corps dise stop. Jusqu’à ce que la tête dise non. Les mêmes gestes heure après heure. Jour après jour. On demandera peut-être un changement de poste. Un changement de poste qui veut juste dire un changement de geste. Aller abîmer un peu l’épaule après avoir bousillé le poignet. Quand le muscle, le tendon, l’os devient trop irrécupérable. Alors terminer sans encombre jusqu’à la pleine retraite, c’est l’aspiration de tous.
Tout comme quelques années de paix après l’usine.
Juste quelques années de retraite.

Pages 49-50, Asphalte, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SebthocalSebthocal   23 octobre 2017
Je programme les vaches à venir. Seul. Personne pour me tenir compagnie dans les frigos. Pascal qui passe et s’en va. Qui fait des allers-retours avec les bureaux. Les vétérinaires. "Re-bonjour. Comment allez-vous". Avec leur "comment allez-vous" qui sonne si différent. Pas désagréable, non, mais différent. Le "comment allez-vous" de ceux qui ont fait des études. Et qui te plaignent de te retrouver à bosser là où tu bosses, le "comment allez-vous" de pitié pour toi, mais aussi parfois qui sonne un "comment allez-vous" de mépris, le "comment allez-vous" de "c’est quand même sa faute s’il se retrouve à faire ce boulot à la con", le "comment allez-vous" qui te regarde comme un sauvage, comme un animal que tu es à force de bosser dans toutes ces déguelasseries, dans ce sang poisseux qui te colle aux basques, qui te colle aux crâne, qui te colle à la peau, le "comment allez-vous" qui te dit que toi aussi tu finiras sûrement bientôt suspendu à un de ces crochets, la tête en bas, à te vider de ta sève, estampillé, une petite fiche agraphée indiquant ton âge, ton poids, ta catégorie, ta race, ta provenance, ta qualité de muscle, ta quantité de graisse et la destination où l’on se régalera de ta chair, le "comment allez-vous" des autres, de ceux qui ne voient l’enfer que par la lorgnette des quelques heures hebdomadaires avec nous et qui peuvent ensuite aller se réconforter entre eux dans leurs bureaux ou laboratoires chauffés, avec leur paye confortable à la fin du mois. Le "comment allez-vous" de eux d’en-haut, des autres.

Pages 30-31, Asphalte, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Timothée Demeillers (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Timothée Demeillers
Timothée Demeillers - Jusqu'à la bête
autres livres classés : abattoirsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Timothée Demeillers (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre