AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072726891
Éditeur : Gallimard (24/08/2017)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 7 notes)
Résumé :
«De la masse qu'on formait autour de lui, "avec lui" pour ainsi dire, une main aurait pu s'extraire sans que personne, ensuite, ne soit en mesure de dire qui était au bout, quel bras et quel visage, et elle l'aurait frappé, lui, et ç'aurait été le déclencheur d'autres coups de poing, la curée, le truc pour se vider sur une victime, le bouc émissaire – que nos blessures et nos misères elles changent de camp.»

Des châteaux qui brûlent raconte la séquest... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
EcureuilBibliophile
  12 octobre 2017
Peut-on être secrétaire d'état et militant ?
Quand une usine est bloquée, que se passe-t-il ?
Nous, qui vivons ces moments de révolte, qui parle de nous ?
Un peu de bonheur, ça vous dit ?
Je suis sortie de cette lecture avec une joie forte, un sourire entendu de la connivence. Malgré la fin « ouverte ». J'aime profondément ce livre. C'est mon premier de l'auteur, je ne savais pas trop à quoi m'attendre, alors j'ai plongé de point de vue en point de vue, dans la mosaïque de cette grève. Tentant de comprendre chacun et de reconstituer le tableau de cette Générale Armoricaine (promis je ne fais pas exprès de lire des bouquins qui se passent en Bretagne, promis) avec ces milliers de poulets morts. 
Pour une végétarienne ce n'est pas simple, soutenir des gens qui massacrent des animaux et broient des poussins. 
Pourtant on voit dans leur propre souffrance l'impossibilité de cette vie : l'homme dont la fille affiche des posters de poussins et qui ne peut pas le tolérer m'a profondément touchée. Ils sont humains, profondément.
Alors, bien sûr, ce politicien « de gauche » pose de nombreuses questions : il est tout de même presque volontaire pour être leur détenu et les aide, sincèrement je crois. Dans ses yeux j'ai perçu la peur et l'espoir, la foi profonde dans la révolte et la fête. J'aime cet homme !
L'assistante de ce Pascal est aussi incroyable avec sa vie bancale de parisienne classique : entre les hommes et l'absence d'amour, l'engagement et l'appel du fric, le désir de pouvoir et la fatigue. Elle est saisie avec humour, elle me plaît bien cette minette !
La réflexion qu'elle est amenée à poursuivre sur Don Quichotte appuie à merveille l'aventure de son chef, tout en nous permettant de souffler en dehors de cette usine-hangar.

Le saut d'un personnage, d'un narrateur à l'autre, est très bien géré : on parvient sans problème à situer chacun et à percevoir leur liens et leurs évolutions personnelles, jusqu'à leurs déraillements. Ils sont vivants, ils déconnent, jouent et se révoltent. Chacun a son ton, sa parole, son langage plus ou moins autonome, qui fonctionnent : le contraste est bien rendu entre ces fonctionnaires de haut niveau et ces ouvriers dont la majorité n'ont pas le brevet.
Ce roman est une impro de Jazz, musique qui s'immisce dans le quotidien de l'occupation. 
Elle monte comme gronde la fête (foraine ?) imminente d'un ras-le-bol total.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Claire45
  18 janvier 2018
Les salariés d'un abattoir breton prennent en otage un secrétaire d'Etat, de gauche, venu négocier des licenciements. Pour ce sujet d'actualité , l'auteur fait parler chaque protagoniste, ( le secrétaire, son assistante, différents salariés hommes et femme, le représentant syndical, un homme du GIGN...) les points de vue diffèrent sur l'action à mener et l'analyse de la situation mais tous sonnent juste et reflètent la complexité de cet univers mondialisé. Fatalité ?
Commenter  J’apprécie          00
SPQR
  06 septembre 2017
Arno Bertina est décidément un fin observateur de l'actualité politique et sociale française, en même temps qu'un écrivain très porté sur les aspects les plus poétiques de la vie. Sous sa plume, une grève prend donc des airs de fête générale, ou du moins de laboratoire des idées, où la tristesse n'a pas sa place.
Exit les syndica(listes), vive le collectif libre de toute pression et l'initiative individuelle. Des châteaux qui brûlent se fait ainsi porteur d'un optimisme trop rare, conviant un secrétaire d'Etat pris en otage et bientôt inspirateur de la lutte, Don Quichotte de Cervantès, le jazz d'Albert Ayler et Pierrick Pédron, dans un roman polyphonique captivant.
Le lecteur a alors droit à un véritable feu d'artifice narratif, où les personnages se suivent pour raconter ces journées de lutte dans un abattoir.
Assurément l'un des bons romans de la rentrée, et un auteur plus que jamais à suivre.
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  23 septembre 2017
Donner à entendre, en improvisation jazz et en voix multiples, la porte étroite des alternatives possibles aux logiques pseudo-économiques écrasantes.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2017/09/23/note-de-lecture-des-chateaux-qui-brulent-arno-bertina/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
LeMonde   10 novembre 2017
Un ministre est pris en otage par les salariés grévistes d’un abattoir. L’écrivain se glisse dans leur tête, avec talent.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaCroix   15 septembre 2017
L’écriture polyphonique d’Arno Bertina transforme la séquestration d’un ministre dans un abattoir breton en opéra politique des gueux.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Claire45Claire45   18 janvier 2018
Ce que tout le monde verra, c'est l'évidence d'une guerre, entre des retraités de Floride gavés de langoustes et à ma gauche les employés des abattoirs bretons, trompés de bout en bout par la légalité de ce carnage, par ces obus à tête de lettres, en accusé de réception. P.83
Commenter  J’apprécie          00
Claire45Claire45   18 janvier 2018
D'un côté la colère, et de l'autre les cases où on la fera entrer, au chausse-pied si y a besoin, en s'amputant des orteils quand ils dépassent. Mais, quand elle est transformée, la colère, ça ne peut être que dans le sens d'une direction, c'est-à-dir canalisée ? P.323
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   23 septembre 2017
Au cours des trois heures qui suivirent (la fin de la matinée, le déjeuner) personne ne parla de ces articles devant Montville. Il n’eut pas d’explications, seulement le résultat : on était froids. Il s’est énervé, il a eu le sentiment que cette distance était une nouvelle étape dans le renoncement à cette révolution dont il s’était juré, la nuit précédente, qu’il ne ferait jamais le deuil. Ils s’étaient d’abord opposés à la fête, c’est-à-dire – à ses yeux – à une attitude souveraine ; ils renonçaient maintenant à la révolution elle-même, et à tout l’orgueil qu’ils pouvaient en tirer. Ils avaient d’abord abandonné la joie, ils renonçaient aussi à la fierté. Il est donc revenu à la charge et a mis encore plus d’acharnement à décrire ce qu’allait être, dans l’histoire de cette semaine, le concert, la fête, et l’effet d’un tel moment sur les consciences et sur les corps. Mais en insistant comme ça, il creusait sa tombe en quelque sorte, ou plutôt il achevait de détricoter le lien qu’il avait noué avec les salariés de La Générale au cours de la semaine ; il semblait insister sur la chose la plus futile et contestée, comme un stratège peut s’entêter à vouloir suivre un plan absurde. D’autres se montaient le bourrichon – mais comment évaluer le rôle de la fatigue accumulée dans la pertinence des avis qui s’opposaient ? – et ils n’hésitaient plus à le décrire comme un chauffeur qui nous mènerait vers le ravin. Alors quoi ?! Eh bien il faut le prendre de vitesse, ce chauffeur fou, pour qu’elle n’ait pas lieu. Quoi ?! Mais cette fête voyons ! Et plus personne ne se comprend. (Vanessa Perlotta, salariée)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   23 septembre 2017
Aujourd’hui, troisième réunion – le pas décidé de Pascal Montville, en sortant de la voiture, comment l’interpréter ? C’est la troisième AG avec « l’obsédé », comme Fatou l’appelle.
– Il marche contre nous, toujours bille en tête ?
Il s’arrête, sort son téléphone. Son flic et sa conseillère lui passent légèrement devant, avant de ralentir, et il leur emboîte le pas. Avec cette façon qu’il a eue d’être pressé, il y a cinq ou six mois, de débouler dans le dossier sans d’abord nous écouter, nous découvrir, il m’a fait penser à ces chauffeurs de bus qui veulent avancer plutôt que rendre service ; ils ont vu, dans le rétroviseur, quelqu’un qui court et leur fait signe, mais ils démarrent quand même. Tenir l’horaire, ou aller même un peu plus vite – comme s’ils étaient dans le privé avec des bonifications. Quand une seule personne veut descendre, ou monter, ils s’en agacent un peu. « Pour une seule personne… » On a tous la tête pourrie. Et lui là alors, pourquoi est-il pressé ? Pour nous (il aurait compris l’urgence) ou parce qu’on reste pas longtemps ministre ? Il ne veut pas marquer l’arrêt, entendre les coups qu’on donne sur la portière parce qu’il nous assimile, inconsciemment, à ceux qu’il combat depuis dix ans, aux grands patrons, aux fonds de pension dont il parle tout le temps, aux consommateurs indifférents, et ça nous gave ! Il ne fait pas de détail : il y a un monde à renverser, la malbouffe, la surconsommation. Et là il parle aux tenants de ce monde ancien à ne pas pleurer, d’après lui. Il a devant lui des « acteurs », il dit, de cette chaîne alimentaire tordue – c’est comme ça qu’il nous appelle. Il se plante évidemment. On n’est pas l’axe de direction du bolide qui fonce dans le mur, ni même les roues crantées. On n’est rien que les crans de ces roues, ou encore moins que ça : nous sommes la graisse noire qui les enduit. On est innocents, monsieur connard ! Vous ne parlez pas aux décideurs ou aux actionnaires capables d’inventer des allers-retours avec les pays en voie de développement, mais aux petites mains ; on est les doigts qui s’agitent, sans cerveau, juste des doigts, du squelette et des tendons. On est la graisse noire des engrenages qu’on ne peut pas accuser des directions prises par le chauffeur. Dans sa tête de ministre, les deux strates sont bien collées, il nous aura entendues – certaines – parler fièrement de l’abattoir parce qu’on vend nos poulets et nos plats cuisinés dans le monde entier, et il croit qu’on est solidaires des choix de la direction, à cause de ça. Il ne voit pas que c’est le visage de notre drame, cette fierté.
– C’est le visage de notre drame, cette fierté !
Mais non, il entend pas. Quelqu’un lui parle. Je vais pas répéter ma phrase à l’identique. Un coup de griffe ça peut pas être du réchauffé. (Vanessa Perlotta, salariée, unité de conditionnement)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   23 septembre 2017
– Pourquoi je fais le malin, Fatou ?
– Tu fais le malin car c’est à lui que tu parles, tu veux te le payer comme personne, le mec t’énerve, ça se sent. Qu’est-ce qui va se passer pour ta colère si tu finis par le trouver sympa ? Un mec sympa et hop c’est tout le système qu’est de nouveau sympa ? Il t’invite dans les bons restos et hop tu prends du bide ? On doit être forts ; on sait que c’est pas le plus coupable ce mec, et c’est ce qu’il représente qu’on va juger. Si on juge la personne on sera pas crédibles parce qu’il est innocent, on le sait. On va juger un innocent, ça va terrifier tout le monde et tout notre boulot ce sera de prouver qu’en fait il ne l’est pas, qu’en profondeur il ne l’est pas et qu’en le jugeant, nous, on sort de la culpabilité. Nous alors on bascule dans l’innocence. (Gérard Malescese, salarié, unité d’équarrissage)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Arno Bertina (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arno Bertina
Arno Bertina - Des Châteaux qui brûlent
autres livres classés : séquéstrationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre