AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354610998
Éditeur : La tengo (04/05/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Qui ira à l’Élysée en 2017 ? Un an avant le scrutin, tout est ouvert, rien n’est inenvisageable. Le pire ou le meilleur, l’absurde et le cocasse, le probable comme l’improbable. Notre système politique est si mal en point qu’on a le sentiment qu’un simple coup de dés pourrait l’abolir. C’est dans ce contexte que nous avons demandé à onze écrivains, tous plus ou moins proches de la revue Charles, d’imaginer l’élection.

Tous s’en sont donné à cœur joie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  17 février 2017
J'ai posté deux citations de ce recueil en en finissant la lecture le 25 novembre 2016, mais je n'en ai rédigé la chronique que ce 17 février. Et grand bien m'en a pris !
En donnant à ce recueil de récits de politique fiction, le titre « 2017 l'élection improbable », les éditions La Tengo ont fait mentir les tenants du complot et de la dénonciation d'un système politico-médiatique plus prompt à mettre le couvercle sur la marmite qu'à passer les plats à ceux qui ont réellement faim.
En effet, la réalité que nous vivons va au-delà de ces nouvelles qui, pourtant, au moment de leur parution, semblaient s'être placées sous l'égide de la plus haute improbabilité et de la plus grande iconoclastie.
Au fond, n'est-ce pas là, la preuve que ceux qui conspuent avec force la philosophie de mai 68 ont tort ? La campagne électorale que nous vivons actuellement montre non seulement que « l'imagination est au pouvoir » mais qu'il est aujourd'hui « interdit de s'interdire » toute hypothèse, même les plus farfelues.
D'ailleurs, la victoire du PSG sur le Barça, 4-0, n'est-elle pas à mettre à l'actif de cet air de liberté qui souffle et renvoie à dash les certitudes du passé ?
Ça vous en bouche un coin, non ? Ce retour de slogans que certains n'avaient pas hésité, tout à leur enthousiasme juvénile, à jeter aux orties.
Bref. La vie est vraiment formidable !
11 nouvelles. 11 auteurs. Comme dans une équipe de foot.
Pour moi, La palme revient à «Sarko Papillon», de Thomas Legrand qui imagine notre Nicolas, enfermé dans son propre corps après une collision avec la Porsche Cayenne de Didier Barbelivien, qui s'est suicidé au passage. Réveil du cycliste à l'hôpital. Seule Isabelle Balkany est autorisé par lui à lui rendre visite. On craint le pire. Un nouveau choc. Nicolas est resté dans le coma pendant toute la campagne des présidentielles et il faudra prendre des pincettes pour lui annoncer qui est l'heureux élu. Je ne dévoile rien. Il vous faut lire cette nouvelle.
J'ai bien aimé aussi, « En attendant Angela » de Marie Desplechin. Une famille d'immigrés qui donne à ses enfants pour prénom, le nom des Présidents de la République. Sarkozy et Hollande pourraient être frères…et leur soeur Angela… La famille se demande avec angoisse s'il faudra en arriver à baptiser Marine la petite dernière. Heureusement les évènements en décident autrement…
Jérome Leroy a, sans s'y attendre, anticipé la sortie de Juppé. Vainqueur des primaires, il se retrouve candidat face à Alfred Garcia le candidat de l'ESD (l'Eglise de la Sainte Déconne).
On ne peut passer sous silence la mise sur orbite de Rachida Dati par Frédéric Ciriez dans « le Théâtre Ovale », après une éclatante victoire à la primaire de la droite et du centre. Elle installe son QG de campagne dans les tours Les Mercuriales Porte de Bagnolet « Les Twin Towers » du pauvre précise l'auteur.
Que dire de cette soirée électorale dans «Les Quatre Mercenaires» de Jérémy Collado. Marine le Pen est élue au premier tour. Conseil de guerre à l'Élysée. Sarko, Méluche, Hollande et Bayrou continuent à se bouffer le nez, et à se lancer leur responsabilité réciproque au visage. Incapables de saisir la réalité de ce qu'ils sont en train de vivre.
Je ne vais pas passer en revue les 11 nouvelles, qui présentent toutes un intérêt, vues du 17 février 2017.
Au fond, et je ne fais ni de l'antiparlementarisme, ni du « tous pourris », un fil rouge commun à toutes ces histoires, les hommes et les femmes politiques qui prétendent à l'investiture suprême, ont-ils vissé au corps et à l'esprit le désir de servir la France ou simplement le désir de parachever une carrière politique par la plus haute distinction ? Je n'ai toujours pas la réponse, et cela ne m'empêche pourtant pas d'aller voter. C'est cela aussi la Démocratie. Croire en l'incroyable.

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
tilly
  25 novembre 2016
Ce que les sondeurs, oracles, et autres statisti-ciens-ciens du jeu politique n'avaient pas encore osé faire (ou faisaient sans nous dire), eux l'ont fait :
battre les cartes, les jeter en l'air, et piocher avec gourmandise et talent pour composer des attelages électoraux peut-être improbables, mais (presque) jamais impossibles.
Les onze auteurs : Marie Desplechin, Jérôme Leroy, Thomas Legrand, Frédéric Ciriez, Arnaud Viviant, Maël Renouard, Jérémy Collado, Basile Panurgias, Johann Zarca, Antoine Bello, Jean-Noël Orengo.
Leurs personnages : pour ne citer que les plus étonnants, Thomas Picketty et Alfred Garcia ; pour tous les autres voir les colonnes politiques de votre quotidien préféré, ou les plateaux des chaînes d'info continue d'ici à mai 2017.
Résultat : un malicieux recueil de onze politiques fictions qui fera un cadeau clin d'oeil bien sympa pour la fin d'année ; et pour vous-même bien sûr aussi : vous auriez tort de passer à côté de ce petit plaisir littéraire plein de jolies surprises !
Mention spéciale empathie féminine à Marie Desplechin pour le joli titre et la chute maligne de sa nouvelle : "En attendant Angela".
Dans une petite famille de sans papiers venus d'Europe de l'Est, on choisit les prénoms des enfants en hommage reconnaissant au pays d'accueil... C'est pour ça que le garçon né en 2007 a été baptisé Sarkozy :
“ Vouant un fils à la France, il estimait offrir une preuve convaincante de sa volonté d'intégration, et peut-être même appuyer son dossier de demande d'asile. Cinq années durant, il avait regretté sa précipitation. À sa décharge, rien ne laissait deviner que l'enthousiasme serait si bref, le mandat si court, le président si décrié, et le prénom finalement si embarrassant. Quant à la demande d'asile, on ignorait où elle avait peu se perdre. Sans doute un fonctionnaire sarkozyste zélé l'avait-il égaré dans une poubelle. ”
Une nouvelle naissance est prévue au printemps 2017 !
Pas de chance, elle pouvait pas savoir : Marie Desplechin a tiré une carte faible avec Rocard... La camarde a emporté pour de vrai, après la sortie du livre, celui que l'écrivain imaginait en unique survivant de la caravane politique décimée et sauveur de la république. Peu importe, à ce détail près, son histoire tient la route.
Mention spéciale franche rigolade à Thomas Legrand, éditorialiste politique, pour "Sarko Papillon" où l'on voit Nicolas enfermé dans le scaphandrier du locked-in syndrome harcelé par une Isabelle Balkany en nounou perverse.
Accessits découverte à Jean-Noël Orengo, Johann Zarka, Frédéric Ciriez, Jérémy Collado
Certificats confirmation à Basile Panurgias et Arnaud Viviant.
Une curiosité : l'outsider Maël Renouard qui a été plume chez François Fillon ; il fait "L'hypothèse de l'automne". Sachant que les élections qui ont lieu après l'été sont nettement plus favorables aux sortants que celles du printemps, que faut-il faire pour retarder l'échéance de six mois, se demande le cabinet de Hollande ?
Enfin, en tête et en ballotage très serré : Antoine Bello et Jérôme Leroy
Bello, pour le piège à double détente tendu au lecteur et l'ironie élégamment maîtrisée de son histoire : "Les Portes-Paroles" ; un jeune surdoué a développé une intelligence artificielle produisant des discours politiques à façon :
“ Devant le journaliste médusé, Saulnier se livra à une démonstration de son joujou. "D'abord, vous choisissez la longueur — disons 3000 mots — et le scrutin. Puis le thème dans un menu déroulant. Nous avons déjà 150 options possibles. Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ? Les subventions agricoles ? L'immigration ? le mariage gay ? Va pour l'immigration. Ici vous sélectionnez votre niveau d'applaudissement. Si vous tenez à développer un raisonnement, mieux vaut ne pas être interrompu trop souvent ; en revanche, si le but est d'être repris dans les médias, je recommande les phrases courtes et percutantes. Ah, cette option est importante : elle permet d'indiquer le niveau socioculturel du public. On ne s'adresse pas à des dockers CGT comme à des profs d'université, n'est-ce pas ? Disons "commerçants et artisans". Vous pouvez de la même façon choisir votre style : lyrique, fleuri, volontaire, empathique, compassionnel, et j'en passe. Compassionnel ? Si vous voulez. Ma foi, c'est presque fini. Comment ? le parti ? Ah oui, j'allais oublier ! Vous avez une préférence ? Non ? Alors disons "centre droit". ”
Leroy pour Dans la peau d'Alain Juppé ; AJ, défait, rentre à Bordeaux, de nuit, sous une pluie battante :
“ La pluie redouble, une pluie de cinéma. Je vais avoir le temps d'aller au cinéma, moi du coup. Ne sois pas amer. Il y a pire que d'aller voir un cycle Bergman avec Isabelle à l'Utopia de Bordeaux :
"Pensez, chers confidents d'un amour si fidèle,
Tenez-moi compagnie et parlons d'Isabelle"
Tristan L'Hermite... Je n'ai pas lu de poésie depuis un temps fou, moi. Tiens, écrire un roman et puis faire une anthologie de la poésie française aussi, comme Pompidou. Je me demande à qui ça a manqué, de ne pas pouvoir lire de poésie, parmi les candidats de cette élection pourrie. Sûrement pas à Alfred Garcia, ni à Philippot. Ni même à Dufflot. À Mélenchon peut-être. Il doit bien être emmerdé, lui, tiens, ce soir... Une aussi vilaine surprise que la mienne, dans le genre. ”


Lien : http://tillybayardrichard.ty..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Andau
  29 janvier 2017
Assez drôle comme livre. Les auteurs mettent en scène les acteurs politiques actuels en nous décrivant à certains moments des scènes rocambolesques. La politique n'est-elle pas ceci: un jeu improbable?
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Bibliobs   21 juin 2016
Vous avez tort. Entre les lignes de ce pamphlet collectif d'anticipation se cachent quelques vérités. A vous de les découvrir en vous faisant plaisir. Car ce livre en donne, ainsi que des frissons.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   25 novembre 2016
Carla a été parfaite et le président sait maintenant qu’il
est atteint du locked-in syndrome, qu’il est enfermé dans son
corps, inerte. Il sait aussi qu’il peut s’en sortir. Sa situation est
déjà exceptionnelle, sa résistance physique et sa force mentale
sont incroyables. Carla lui a donné des nouvelles de tous ses
proches et de sa famille. Mais il veut maintenant tout savoir sur
la vie politique française. Il connaît la date d’aujourd’hui, mais
il n’a visiblement pas fait le rapprochement avec la présidentielle.
Il ne va pas tarder à comprendre que nous sommes entre
les deux tours. Il semble qu’il veuille écouter la radio. Pour
l’instant, nous ne jugeons pas raisonnable de le plonger trop
brutalement dans le flot de l’actualité. Trop d’informations
politiques confrontées à son incapacité complète de bouger et
de parler créeraient un conflit sensoriel et émotionnel interne
qui pourrait s’avérer dommageable pour son état général.

De Thomas Legrand, Sarko papillon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
SZRAMOWOSZRAMOWO   25 novembre 2016
Mardi 9 mai 2017
From: ProfesseurKignansky13@gmail.com
To : I$aBalka92@yahoo.com
«Chère Isabelle,
Le président va mieux. Nous pensons qu’il a retrouvé
quasiment l’intégralité de ses esprits. Il communique depuis
hier grâce aux clignements de ses yeux : un clin d’œil, c’est oui,
deux clins, c’est non. Carla vient de passer plusieurs heures
à ses côtés. Elle lui a tout raconté… sa course à vélo avec
Michel Drucker au cap Nègre, puis l’accident, la collision avec
la Porsche Cayenne de Didier Barbelivien devant la proprié-
té des Bruni. Les deux ans de coma, l’émotion nationale, les
messages de soutien du monde entier, les paroles de réconfort
d’Angela Merkel, les grigris envoyés par Ali Bongo, les milliers
de lettres qui s’entassent rue de Miromesnil adressées par des
sympathisants ou de simples citoyens émus, l’étape du tour
de France 2016 que, sur l’insistance de François Hollande,
les organisateurs ont fait passer devant notre hôpital San
Salvadour de Hyères.
Nous lui avons passé sous silence le suicide de Didier
Barbelivien.
(Texte de Thomas Legrand - Sarko papillon)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Videos de Marie Desplechin (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Desplechin
Marie Desplechin - Mauve .À l'occasion du festival Lire sur la vague à Hossegor, rencontre avec Marie Desplechin qui nous présente son ouvrage "Mauve" aux éditions L' école des loisirs. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/desplechin-marie-mauve-9782211220682.html Note de musique : "Bensound " Jazzcomedy - Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jamais contente : le journal d’Aurore, de Marie Desplechin

Comment se nomme le personnage principal ?

Laurie
Aurore
Alice

10 questions
80 lecteurs ont répondu
Thème : Le journal d'Aurore, tome 1 : Jamais contente de Marie DesplechinCréer un quiz sur ce livre