AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226084576
Éditeur : Albin Michel (19/01/1996)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Convoquer les morts, ces " chers disparus ", et restituer leurs derniers instants, l'horreur de leur mort, la douleur de leurs proches, comme un cérémonial dans un pays en proie à la guerre, où l'écrivain est offert en victime propitiatoire, tel est le propos de ce récit qui répond autant à une exigence de mémoire immédiate qu'à un désir de lire autrement l'histoire de l'Algérie.

Qu'il s'agisse d'écrivains célèbres - Albert Camus, Jean Amrouche, Fran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
oran
  10 juillet 2017
Pour rédiger le commentaire sur « le testament français » d'Andreï Makine, je me suis intéressée d'un peu plus près à sa vie et à son accession à l'Académie française au fauteuil n° 5, occupé précédemment par Assia Djebar. J'y ai vu un signe, il fallait que j'évoque, aussi, cet écrivain lors de notre prochain club littéraire consacré au thème « ils ont choisi d'écrire en français ».
Relecture de cet ouvrage « le Blanc de l'Algérie » découvert y a une vingtaine d'années.
Décennie noire, engluée de haine, pétrie de violence, ensanglantée par les assassinats, celle des années 90, tristement évoquées par les vocables « de braise », de « plomb », guerre civile funeste au cours de laquelle plus de cent mille personnes furent massacrées par les terroristes islamistes en Algérie, dont bon nombre d' intellectuels.
C'est dans ce contexte poignant qu'Assia Djebar rédige « le blanc de l'Algérie », « une liturgie » consacrée , d'abord, à trois de ses amis intimes tragiquement disparus : Mahfouf Boucebbi (54 ans) psychiatre, assassiné le 15 juin 1993, M'Hamed Boukhoba,(55 ans), sociologue tué sauvagement le 27 juin 1993, Abdelkader -Kader- Alloula, auteur dramatique oranais, (55 ans) lui aussi assassiné.
Elle organise une cérémonie mémorielle où vont être invités à défiler, tour à tour , ses trois amis, d'autres inconnus , hommes femmes, abattus pendant ces années de terreur , mais aussi les écrivains, nés en terre algérienne , ceux offerts en victimes propitiatoires, ceux morts depuis plus longtemps et jamais oubliés et qui font partie intégrante de l'histoire de l'Algérie : Camus, Sénac , Mouloud Feraoun, Anna Greki, Kateb Yacine
Ils apparaissent , un à un, « dans une lumière de blanc diaphane » dans la "lumière délavée, épurée du jour d'autrefois" .
Car le blanc c'est la couleur de l'Algérie , le blanc glorieux qui claque au vent , celui de son drapeau, le blanc des asphodèles si chères à Camus qui illumine les champs au printemps , le blanc virginal des voiles qui habillent les femmes, le blanc moussu qui farde le sommet des vagues sur les plages algériennes, Alger la Blanche , le blanc du linceul, le blanc de « saignée à blanc », le « blanc de l'écriture », le blanc qui se pointe après une nuit envahie par les ténèbres , le blanc de l'aube promesse d' un jour nouveau, mais jamais « le blanc de l'oubli » …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          206
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   07 février 2015
Moins de quarante ans après, on tue des journalistes, des médecins,
des instituteurs, des femmes professeurs ou infirmières, on tue des
« diplômés » quand ils ne sont pas au pouvoir, qu’ils ne veulent pas se
protéger ou n’y songent pas, quand ils vivent dans les quartiers populaires,
quand…
[…] Viser celui qui parle, qui dit « je », qui émet un avis, qui croit
défendre la démocratie. Abattre celui qui se situe sur le passage : de la
pluralité de langues, de styles de vie, celui qui se tient en marge, celui qui
marche, insoucieux de lui-même ou inventant chaque jour sa personnelle
vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
oranoran   10 juillet 2017


Dernières paroles publiques, donc, d’Albert Camus venu en personne au centre même de l’arène :
« Mon appel sera plus que pressant. Si j’avais le pouvoir de donner une voix à la solitude et à l’angoisse de chacun d’entre nous, c’est avec cette voix que je m ‘adresserais à vous. En ce qui me concerne, j’ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j’y ai puisé tout ce que je suis et je n’ai jamais séparé de mon amitié aucun des hommes qui y vivent ; de quelque race qu’ils soient. Bien que j’aie connu et partagé les misères qui ne lui manquent pas , elle est restée pour moi la terre du bonheur et de la création. Et je ne puis me résigner à la voir devenir la terre du malheur et de la haine » C’était le 22 janvier 1956 à Alger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
oranoran   10 juillet 2017
Jean Sénac qui signait ses poèmes, ses missives, par un soleil à cinq rayons, vivait ses amours - de la terre natale, de la vie, des garçons – dans un éblouissement qui fit ombre soudain violente à une société où l ‘homosexualité si prégnante pourtant, évite de se dire haut.
Jean aimait parfois se nommer Yahia el-Ouah-rani : Jean l’Oranais, est mort de sa vérité dite, écrite, parfois criée.
Et le poète Salah Guermriche de s’exclamer :
Ecoutez-moi, gens des rues, écoutes-moi en vérité, je vous le dis,
Yahia n’est pas mort assassiné
Yahia est mort
Achevé !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
oranoran   27 août 2016
En épigraphe à ce livre Assia Djébar a choisi une phrase d'Albert Camus :

"Si j'avais le pouvoir de donner une voix à la solitude et à l'angoisse de chacun d'entre nous, c'est avec cette voix que je m'adresserais à vous ".
(Alger, Conférence le 22/01/1956)
Commenter  J’apprécie          40
oranoran   10 juillet 2017
(…)C’est justement Camus le premier qui a senti la fissure étrange, au cœur même d’une guerre pourtant coloniale, de vivre celle-ci comme une guerre civile, comme un déchirement dans la poitrine.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Assia Djebar (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Assia Djebar
Des écrivains rendent hommage à Assia Djebbar
>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littératures des langues romanes. Littérature française>Littérature française : 1900- (214)
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
265 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre