AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259181767
Éditeur : Omnibus (12/09/1999)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
La maison de petitchet

C’est l’amour qui l’a faite. La passion l’a défaite.
« Sorcière » à ses heures, manipulatrice à tout instant, Lolita à jamais, Léa traverse l’enfance avec la gravité d’une grande personne, l’adolescence avec la perversité naturelle des enfants, et se perd dans l’âge adulte en découvrant que son cynisme lui a caché la réalité de la vie.
Avec une indifférence scandaleuse aux yeux des autres, elle tisse sa toile aut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  24 août 2015
Parfois à la bibliothèque je prends un livre complètement au hasard, souvent dans le rayonnage du bas, là où personne ne va quasiment jamais. Lorsque j'ai sorti celui-ci, bien collé contre ses compagnons d'infortune, j'ai pensé en voyant sa couverture démodée : "encore un roman du terroir bien profond". En fait, c'est moi qui l'ai eu bien profond avec mes certitudes.
Un roman d'amour, n'ayons pas peur de mots. Mais pas à l'eau de rose, ça non !
Léa à dix ans. Tous les ans sa famille passe l'été dans le petit hameau de Pétichet, près de Vizille. Léa est secrètement amoureuse, de Jacques : un grand de dix-sept ans, fils d'un voisin. Mais Jacques ne la voit pas, Léa déploie des trésors d'imagination pour qu'il la remarque. Jours après jours, étés après étés, elle tisse sa toile autour de Jacques. Et quand elle croit l'avoir ferré, Jacques annonce son mariage avec la soeur de celle-ci : Julia. Léa vexée jettera son dévolue sur Pierre pour que Jacques soit jaloux.
Qu'est-ce-que vous voulez, je suis bon public, alors quand un petit garçon prend par la main ses parents divorcés, ou quand un papa sympa décède, ou quand deux soeurs se réconcilient après des années de brouilles, bah la fontaine se met en route et les frissons me parcourent l'échine. On se refait pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Livresque78
  18 septembre 2017
L'idée démarre d'un souvenir de vacances de l'auteure. os sommes tous très nostalgique de certains événements de notre enfance, ils nous construisent et font de nous ce que nous sommes. Les rencontres de notre jeunesse nous marquent également à jamais.
Evelyne Dress a donc utilisé un endroit qui lui était cher et y a imaginé une histoire.
De mon côté j'ai été intéressée par cette jeune Alma, dont on sent dès le début qu'elle est entière et que lorsqu'elle s'accroche, elle ne lâche pas.
Nous découvrons ici une famille à travers son lieu de vacances estivales, nous découvrons également et principalement l'histoire d'Alma, c'est d'ailleurs elle la narratrice. Alma aime Jacques et ce depuis le premier jour. Nous la voyons grandir chaque été au milieu de cette famille, qui il faut bien le dire a une vision de l'amour et du couple totalement hors norme. Aucune histoire de couple n'est simple, mais là…Mais Alma a une soeur, et même si elles s'aiment toutes les deux, une rivalité inévitable va se mettre en place.
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dominique_Lin
  06 octobre 2018
Une maison, c'est une histoire qui se prolonge et grandit au fil des générations. Celle de la Maison de Petichet commence pendant la Deuxième Guerre mondiale, quand la famille d'Évelyne Dress, d'origine hongroise, y avait trouvé refuge.
Tous les ans, la famille vient passer des vacances à Petichet, au sud de Grenoble, en pleine campagne.
Alma a dix ans, un âge où certaines hormones bousculent les pensées, surtout quand Jacques, le fils du voisin médecin, du haut de ses dix-sept ans fait chavirer ses rêves. Tout est prétexte pour le croiser, par hasard, sur le sentier, ici où là, pourvu qu'il la remarque, en vain !
Les étés se suivent et se ressemblent, jusqu'au jour où Jacques finit par s'intéresser à Alma, et même d'avoir un début de relation avec elle, furtive, mais marquante, elle n'a que quatorze ans. Alma croit que c'est enfin arrivé, que c'est le grand amour commencé quatre ans plus tôt. Sauf que Jacques lui annonce qu'il va épouser sa soeur Julia, son aînée, plus sage, plus lisse, avec qui le lien fraternel va être rompu durement.
Le temps passe encore et un été, c'est le mariage, Alma, pour rendre Jacques jaloux, tombe dans les bras de Pierre, un homme qu'elle n'aimera jamais comme celui qui la hante depuis toujours.
Mais Jacques a goûté à Alma, et dès qu'il le peut, il revient vers elle en cachette pour la prendre, et chaque fois, Alma ne résiste pas. Il a des enfants avec Julia, vit en couple d'une façon classique, et trouve auprès de la cadette le moyen d'assumer ses fantasmes. Cette relation secrète frôle souvent la perversité de la part des deux amants.
Cette histoire, c'est aussi l'histoire d'un clan, celui de Pétichet, des relations humaines, avec la grand-mère, entre les couples, les générations, les voisins, les strates de la société. Les parents de Jacques sont des notables qui ont du mal à accepter leur belle famille plus populaire.
C'est aussi l'histoire de cette maison, avec son évolution au fil du temps, ses aménagements, agrandissements, changements d'utilisation.
La Maison Petichet, c'est aussi un regard sur le désir d'abord enfantin d'Alma, puis charnel, immédiat, presque brutal de Jacques, le manipulateur. C'est l'histoire d'un rêve brisé qu'Alma, en se laissant prendre par son amant, tente de recoller, en se laissant bercer par l'illusion d'un amour impossible quitte à se détruire et emporter les autres avec elle.
Évelyne Dress nous brosse ici une palette d'amours, celui entre les deux soeurs, de la grand-mère envers ses petites filles, avec toujours une préférence pour la plus délurée, l'amour des couples plus ou moins jeunes proche de la famille. La complexité de préserver l'amour d'une soeur malgré la trahison, ou ce qui y ressemble aux yeux d'Alma, car Julia ne savait pas.
Autour de ce trio, les autres personnages sont aussi bien campés, chacun avec son histoire, plus ou moins belle, qui évolue plus ou moins bien, c'est aussi ce qui donne du corps à ce roman.
Un peu de nostalgie d'un temps de l'enfance toujours présent dans l'écriture de l'auteure qui donne au roman un sentiment un peu désuet, mais ne le sommes-nous pas tous un petit peu lorsqu'on revient à cette époque, qui s'éloigne, chaque jour un peu plus recouverte par un mode de vie aux antipodes de la Maison de Pétichet
Rendez-vous au Salon de Colmars-les-Alpes les 27 et 28 octobre 2018 où j'aurais le plaisir d'animer une table ronde intitulée "L'eau à la bouche, désir et gourmandise…" entre prose et poésie pour nous donner envie de lire
Évelyne Dress, La maison de Petichet
Myriam Saligari, La Pomme d'Ève
Monique Luchini, Je vois

Lien : http://dominiquelin.overblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sylvl
  18 mars 2019
Une maison nichée non loin de Grenoble et où chaque membre du clan se donne rendez-vous pour passer des vacances de concert. Un lieu qui respire au gré de mille souvenirs et qui, comme les vieilles photographies d'autrefois, serait capable d'exhumer des secrets enfouis. Au sein de la tribu, deux soeurs aussi inséparables que rivales ont jeté leur dévolu sur Jacques, prêtes à l'aimer avec ferveur autant qu'à se le partager, si nécessaire. Puis, il y a surtout les autres, avec leurs caractères emblématiques : les progressistes, les coincés, les sans humour, les bavards, les vétilleux. Evelyne Dress (bien connue comme comédienne) signe un roman aigre-doux qui traite du temps qui passe, des sujets qui enchantent ou fâchent, des anicroches de l'existence et parle surtout d'amour et de passion. Pour elle, rien ne semble plus important qu'un lieu pour réunir ceux du même sang, leur permettre d'échanger des opinions, de se caler dans les bras de ceux qu'on apprécie et d'entretenir cette flamme si forte qui fait que, quoi qu'il arrive, on peut toujours compter sur la solidarité des proches. Il ne s'agit évidemment pas d'une autobiographie, même si certains éléments ont été glanés dans le creux d'une enfance faite d'événements joyeux, rythmée de fêtes et auréolée de projets d'avenir. Un roman lucide, plein d'optimisme, qui jette un regard attachant sur la vie et qui possède les atouts d'une chronique estivale aux odeurs bien particulières, enivrantes et enchanteresses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
djihane
  30 novembre 2017
Sous cette jolie couverture est relatée l'histoire d'une famille qui passe ses étés dans la demeure familiale de Petichet, près de Grenoble. C'est durant la seconde guerre mondiale que cette famille d'émigrés hongrois est venue s'installer en France.
Ce sont les souvenirs d'Evelyne Dress qui vont nourrir le récit. Celui, entre autres, de deux soeurs: Alma et Jessica amoureuses du même homme: Jacques. Je ne l'ai pas aimé ce Jacques qui a 7 ans de plus d'Alma. Il n'était pas très honnête et il joue avec les sentiments des deux soeurs. Alma était très amoureuse de lui depuis ses 13 ans et il a osé profiter d'elle, de ce qu'elle ressentait pour lui. Caché sous une fausse sincérité. A 13 ans, on ne connait rien à l'amour et encore moins au sexe, j'ai été donc outrée par le comportement de ce présupposé adulte.
Je tiens à préciser que je n'ai rien contre la différences d'âge entre les amants mais ce qui m'a chiffonnée c'est juste le très jeune âge d'Alma quand cette histoire a commencé. Quand elle a grandi ce malaise a disparu. Mais cela rajoute un peu plus d'intensité à cette histoire d'amour.
Alma est une petite dévergondée et j'avoue que je l'ai préférée à sa prude de soeur. Elle est très dynamique et téméraire. J'ai aimé le fait qu'elle ait une forte personnalité. Mais elle reste une enfant et peut donc être facilement manipulée. Elle considère parfois sa soeur comme une rivale mais ces deux-là s'adorent quand même. Une belle relation fraternelle mais un secret va venir rendre fragile ce lien.
J'ai beaucoup ce texte car il déborde de sincérité et de réalisme. Les chapitres portent sur les étés successifs que la famille passe à Petichet, même si j'ai trouvé cela assez elliptique et que j'aurais préféré aussi savoir ce qui se passait entres les étés, j'ai bien aimé le fait que l'histoire se concentre sur l'essentiel: les vacances à Petichet et le lot d'événements qu'elle nous réservent.
Finalement, c'est grâce à l'amour passion qu'Alma porte à Jacques que j'ai pu un poil l'apprécier. J'étais indéniablement dans le camp d'Alma et j'avoue que son obsession pour cet homme m'a fait de la peine. Indécis et faisant les mauvais choix, il va blesser notre chère Alma. L'auteure décrit avec beaucoup de force le désir dévorant que ces deux-là ressentent l'un pour l'autre.
La maison de Petichet met en scène un amour plein de tabous et non conventionnel. A travers la plume nostalgique d'Evelyne Dress, le lecteur est transporté dans les premiers émois de l'amour. Un personnage fort, Alma qui s'abîme et se brise les ailes à cause d'une passion interdite.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
domisylzendomisylzen   14 août 2015
Il y a trois sortes de mariage : celui du juste, de l'homme moyen et du méchant. Le premier mariage, celui du juste, est d'emblée parfait, c'est celui des retrouvailles immédiates des deux moitiés de la forme de l'âme. Dans le cas de l'homme moyen, avant de se retrouver et de s'unir, les deux moitiés se marient à d'autres personnes qui ne leur sont pas appropriées. Le troisième type de mariage concerne le méchant impénitent. Celui-ci n'obtient jamais de retrouver sa partenaire préexistentielle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
domisylzendomisylzen   13 août 2015
Une vibration inconnue m'envahit de l'extrémité des doigts de pieds à la pointe des cheveux, puis un cri impétueux, venu du fond de moi, s'échappa de ma gorge. Je ne me connaissais pas cette voix rocailleuse et puissante. Une sensation d'épuisement, de détente intérieure, de sérénité, me laissa exténuer au bord du lit.
Commenter  J’apprécie          70
domisylzendomisylzen   12 août 2015
Pour nous Pétichet était un petit bout de Terre promise ; mes grands-parents maternels s'y étaient réfugiés pendant la dernière guerre. C'est ici qu'ils avaient ri, pleuré, aimé, tremblé, échafaudé des projets.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Evelyne Dress (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Evelyne Dress
Les chemins de Garwolin d?Evelyne Dress .Elle fut dans les années 70 et 80 une actrice incontournable du cinéma français. On se souvient d?elle dans notamment « Et la tendresse bordel » de Patrick Schulman avec Bernard Giraudeau mais aussi « Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas? mais elle cause » de Michel Audiard avec Annie Girardot ou encore « La nuit de Varennes » d?Ettore Scola avec Marcello Mastroiani. Elle-même réalisatrice, Evelyne Dress a aussi joué pour la télévision dans de nombreuses productions sans oublier quelques prestations sur les planches. Mais c?est désormais l?écriture qui constitue le quotidien de la comédienne avec plusieurs romans à son actif dont « Pas d?amour sans amour » adapté du film qu?elle mit en scène en 1993 avec Patrick Chesnais, Gérard Darmon et Jean-Luc Bideau. Suivront notamment « Les tournesols de Jérusalem » en 2001 ou « Les rendez-vous de Rangoon » en 2009. Entre deux peintures, puisqu?elle a aussi cette corde à son arc, Evelyne Dress poursuit son travail romanesque avec « Les chemins de Garwolin », belle histoire sur la quête identitaire dans laquelle Evelyne Dress se raconte en filigrane. Après le décès de son père, une jeune femme française, Sylvia, part à l?origine de ses racines, en Pologne. Une sorte de pèlerinage qu?elle fera à vélo, accompagnée de personnages parfois bien réels, parfois fantasmés. Mais est-il bon de vouloir raviver le passé quand il vous dévoile des pans entiers de votre histoire familiale? Un voyage intérieur, une quête initiatique, un récit picaresque qui mènera l?héroïne aux heures les plus sombres du XXème siècle quand l?enfer des camps brisa des familles entières. Avec « Les chemins de Garwolin », au lieu d?inventer une histoire à son héroïne, Evelyne Dress a choisi de lui donner la sienne et celle de ses ascendants. « Les chemins de Garwolin » d?Evelyne Dress est publié aux éditions Glyphe.
+ Lire la suite
autres livres classés : amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3474 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre