AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070365067
224 pages
Gallimard (19/12/1973)
3.61/5   22 notes
Résumé :
« La première vertu de ce livre brûlant, c'est l'éloquence. Elle s'exhale d'un cœur en deuil, elle jaillit d'une âme indignée. Je dis bien d'une âme. L'homme de Dutourd a une âme. Il paraît que l'homme aurait une âme. Pas une conscience intellectuelle. Une âme. Qu'il y en aurait de grandes et de petites. On voit que Dutourd ne recule devant nulle nouveauté. N'en doutons plus : Les taxis de la Marne datent un tournant de la sensibilité française. »
Alexandre V... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique

Contrairement à ce que laisse penser le titre, le sujet ici n'est pas la première guerre mondiale mais la seconde et plus particulièrement l'année 1940, l'année de la débâcle et du désastre pour l'armée française. Dutourd passe au vitriol cette période et les années qui suivent jusqu'en 1956 avec un humour féroce mais appréciable.

Un livre que nos politiques devraient lire.

Commenter  J’apprécie          60

Bel essais que nous fournis Jean Dutourd, au sujet de la France, et de comment elle se voit et se comporte en temps de guerre.

Jean Dutourd, que j'ai connu grâce aux Grosses Têtes, m'a toujours intéressé. Lorsque je suis tombé sur ce livre par pur hasard, je me suis dis "Tiens, pourquoi pas !"

J'ai trouvé le livre intéressant, M. Dutourd nous pond un essais sur la France en temps de guerre, vis à vis du vécu (réel) de l'auteur durant la seconde guerre mondiale.

Le livre, malgré son titre, parle surtout de la seconde.

L'auteur dresse aussi un portrait sur les soldats Français, sur les généraux, vis-à-vis de leur comportement entre eux et avec l'ennemi.

L'écriture est agréable à suivre, on passe un bon moment.

J'ai trouvé cependant que c'était un peu long.

Je vous recommande de le lire si vous en avez le temps :)

Commenter  J’apprécie          10

Un livre que j'ai lu mais qui ne me laissera pas un grand souvenir.

Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
BDGest
04 décembre 2014
L'auteur s'intéresse avec Les taxis de la Marne à l’univers feutré des états-majors. À l’évidence, les généraux de l’époque n’en sortent pas grandis. Valant plus pour sa dimension didactique que graphique, cet album est - en cette période de centenaire - une bonne manière de relativiser certains hauts faits de la Grande Guerre...
Lire la critique sur le site : BDGest
BDGest
03 décembre 2014
Privilégiant la véracité historique aux effets dramatiques et de style, l’historien donne une vision de la fameuse bataille de la Marne moins glorieuse que celle retenue par l’Histoire.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario
17 novembre 2014
Un album complet réussi qui a le mérite de décliner de manière rigoureuse et très didactique une page guerrière qui tient du miracle.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation

Quand j'étais petit, dans mes disputes avec mes camarades, une grande personne survenait immanquablement, qui me disait : "C'est toi le plus intelligent : cède !" En d'autres termes, la marque de l'intelligence, c'est de faciliter les capitulations. Avec ce raisonnement-là, la bêtise a toujours le dessus. (...) Aujourd'hui que je suis un homme, j'en ai assez de considérer l'intelligence comme un prétexte à abandons. C'est l'attitude contraire qu'il faut prendre. En toute occasion. Toujours. Par respect de la vérité. Je suis le plus intelligent, DONC j'ai raison ; et ce serait rabaisser la raison que de ne pas la faire triompher, fût-ce par la force.

Commenter  J’apprécie          20

Le mot réalisme est la plupart du temps une traduction polie du mot lâcheté. (...) Dans le meilleur des cas, le réalisme conduit à la médiocrité ; dans le pire (c'est le plus fréquent), il mène à la tombe. Il est des circonstances où la prudence constitue la pire des folies. A peu près rien de ce qu'ont fait les grands hommes n'est réaliste. C'est par réalisme - par manque d'imagination - que les hommes acceptent l'esclavage. En vertu de la maxime : "Mieux vaut être un chien vivant qu'un lion mort", fondement philosophique du réalisme politique, on descend au rang des chiens (...) ; et l'on se console en songeant que si les chiens portent un collier et reçoivent des coups de pied dans les côtes, ils sont du moins nourris, et parfois caressés. Mais c'est une duperie, car les lions ne meurent pas tous.

Commenter  J’apprécie          00

Il existe toujours, entre le gouvernement et la nation, une sorte de complicité, qui se situe au-delà des programmes politiques et des conflits d'idées. C'est une complicité d'ordre sentimental. Sans qu'on se le dise, on se connaît bien, et les ministres, avec un tact merveilleux, "sentent" l'âme du pays qui les a portés au pouvoir. Dans les démocraties en décadence, il se produit de pays à gouvernement des échanges subtils et déterminants : on renchérit de médiocrité.

Commenter  J’apprécie          00

Dans le doute, on doit toujours choisir le plus difficile. Il est plus difficile de se battre que de capituler, de refuser une défaite que de l'accepter.

Commenter  J’apprécie          20

Le point de vue de la défaite n'est pas un point de vue philosophique. Seul le point de vue de la victoire laisse à l'homme un peu noble la liberté de choisir. La France est-elle une cause perdue ? Si elle l'est, l'esprit de contradiction qui marque le réveil de l'honneur, commande de s'y dévouer. Une cause perdue, c'est sacré. Quand on l'abandonne, on est le dernier des lâches. On est le dernier des hommes. On est un chien.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean Dutourd (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Dutourd
Balzac aujourd'hui ? - Maurice Bardèche, Jean Dutourd. Emission "En toutes lettres", 29 octobre 1968.
autres livres classés : pamphletsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus






Quiz Voir plus

Jean Dutourd

Dans quelle ville Jean Dutourd a-t-il vu le jour?

Lille
Saint-Etienne
Paris
Bayonne

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Jean DutourdCréer un quiz sur ce livre