AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782080643155
283 pages
Flammarion (08/01/1992)
3.67/5   21 notes
Résumé :
"A vingt-sept ans, une demoiselle de compagnie, de surcroît orpheline et sans dot, est une vieille fille qui n'a plus rien à attendre de la vie!" Ainsi en a décidé Mary Morstan, la jolie lectrice de Mrs Forrester.
Nous sommes à Londres, il est vrai, sous Victoria...
Il n'empêche que Mary a tort... Pour résoudre l'énigme d'un vol de lettres – très tendres et très compromettantes -, Mrs Forrester fait appel à un certain Sherlock Holmes. C'est dire que le... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Le Signe des quatre vu du coté de Mary Morstan, la future femme de Watson.

Bon, je me faisais une joie de commencer ce livre, mais j'avoue que les nonante premières pages furent soporifiques à souhait ! Pour vous les résumer, nous retrouvons, dans ces pages, Mary Morstan dès la fin de sa jeunesse, elle a vingt-sept ans. Nous faisons la connaissance de son père du temps de sa splendeur, nous visitons aussi une pension pour jeunes filles dans l'Ecosse profonde, nous rencontrons sa patronne, madame Forrester, ayant approché Napoléon III (rien que ça !)… sans oublier notre détective, son médecin préféré et l'horrible Moriarty…

Le seul inconvénient du roman réside donc uniquement dans ces nonante premières pages... J'avoue les avoir lu en diagonale. le détective n'apparaissant pas avant la nonante-deuxième. Et encore, par le truchement de madame Forrester (une sacrée bonne femme, celle là !) qui raconte à Mary comment elle a fait la connaissance du détective lors du vol de son oeuf de Fabergé contenant des lettres d'un dignitaire français (le fameux Napoléon III). Jusque là, ce fut long et dur... Je parle de ma lecture, bien entendu !

Ouf, à la page cent, Mary arrive chez Holmes et croise le regard de Watson. Chabadabada, chabadabada... Une femme amoureuse, tout simplement !

Pour le reste, les détails de l'enquête que l'on a pu lire dans le canon n'ont aucune importance. L'intérêt du livre réside dans la manière de combler les vides laissés par Sir Arthur Conan Doyle et Dieu sait qu'il y en a, des vides. Ne cherchez pas d'histoire policière, il n'y en a pas. Quoique, l'intrigue existe bien et nous la connaissons. Mais puisque Mary nous fait partager ses états d'âmes amoureux envers le bon docteur, toute la partie enquête, à proprement dite, est passée sous silence.

Par contre, nous apprendrons que Watson donna son premier manuscrit à Oscar Wilde lui-même qui sera dithyrambique à son sujet, que le premier prénom que Holmes avait donné à la comtesse était « Jeremy » et que c'est Watson qui l'a rebaptisé « Sherlock » en écrivant son roman. Holmes devait donc la vie à son père, Watson ! Wilde nous expliquera que au fur et à mesure, Holmes se mettra à ressembler à son personnage, au point que s'il voulait se marier, il ne le pourrait pas, ligoté à son caractère, enfermé dans son destin, enchaîné par son personnage que Watson vient de créer, devenant la caricature de lui-même. J'avoue que ce passage De Wilde m'a fait sourire.

Vous aurez droit aussi à la biographie complète de Moriarty, faite par Holmes, juste après qu'ils aient fait leur entrée, côte à côte, dans le salon de madame Forrester. Oui, vous avez bien lu... Ensuite, Holmes leur expliquera comment Moriarty a rencontré le colonel Moran et comment ces deux âmes damnées se sont retrouvées impliquées dans la récupération du trésor d'Agra qui gisait dans le grenier de Bartholomew Sholto. Un petit arrangement par rapport à l'original.

Au final, Holmes repart seul, Watson restant avec Mary Morstan.

Même si le livre est un peu barbant au départ, il vaut la peine d'être lu, ne fut-ce que les bons moments que j'ai passé en sa compagnie ensuite...


Lien : http://the-cannibal-lecteur...
Commenter  J’apprécie          40

Jean Dutourd s'était un peu amusé en faisant de Mary Morstan et de John Watson, personnages imaginaires créés par Conan Doyle, un couple bien réel. Et Conan Doyle serait...John Watson.

Mary est une jeune fille délicieuse, ayant bénéficié de la meilleure éducation anglaise. Elle se méfie des hommes, jusqu'au jour où elle sera face au médecin John Watson. Et là, ce sera le coup de foudre.

Watson étant, bien entendu, en compagnie de Sherlock Holmes, ces deux-là vont chercher à dénouer une énigme, dont le centre a un rapport avec la vie familiale de Mary. Les choses vont alors se compliquer, et le lecteur va un peu se perdre: Dutourd sait écrire un français vif, spirituel, mais il n'a pas, pour ce qui concerne la façon de planter une enquête, le talent de Doyle/Watson.

Ce livre fut une fantaisie légère: prenons-le pour tel, seulement.

Commenter  J’apprécie          50

Mémoires de Mary Watson - Jean Dutourd

Outre l'écriture fluide et pourtant recherché de Jean Dutourd (ce n'est pas à moi de faire le panégyrique de cet immense auteur, je ne suis pas assez douée pour lui rendre hommage) qui fait de la lecture de cette oeuvre un réel plaisir,

on retrouve avec ravissement le duo Holmes-Watson.

Dutourd connais bien ses classiques et a su donner aux personnages de sir Conan Doyle la même épaisseur, le même charisme qu'aux originaux.

Si vous voulez un livre pour vous détendre tout en savourant la langue française ne chercher plus: "Mémoires de Mary Watson" vous enchantera

Commenter  J’apprécie          61

Le titre m'a attirée, "Mary Watson" ayant immédiatement évoqué pour moi Sherlock Holmes... C'est avec curiosité et plaisir que je me suis plongée dans un récit imaginaire, celui de la première rencontre entre le Dr Watson, fidèle acolyte du célèbre détective Sherlock Holmes, et sa future épouse, Mary, au cours d'une enquête concernant un homme disparu et un mystérieux trésor.

Ayant lu "Le signe des Quatre" de Conan Doyle (l'épisode de Sherlock Holmes où le Dr Watson rencontre sa future

Lire la suite ci-dessous


Lien : https://www.charlotteadamrom..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation

L'intelligence de la vie... Ce mélange si particulier de respect des convenances et de largeur d'esprit, cette faculté de comprendre avant de savoir.

Mémoires de Mary Watson (1980)

Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean Dutourd (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Dutourd
Balzac aujourd'hui ? - Maurice Bardèche, Jean Dutourd. Emission "En toutes lettres", 29 octobre 1968.
autres livres classés : pasticheVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Jean Dutourd

Dans quelle ville Jean Dutourd a-t-il vu le jour?

Lille
Saint-Etienne
Paris
Bayonne

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Jean DutourdCréer un quiz sur ce livre