AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842717783
Éditeur : La Musardine (16/03/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Pourquoi chuchote-t-on quand on demande un tampon à une collègue et, sur le trajet des toilettes, fait-on en sorte de bien cacher l'objet, comme si on transportait un sachet de coke ? Pourquoi, alors qu'on en a parfois très envie, on s'interdit de faire du sexe pendant nos règles ? Pourquoi en 2017 dans les pubs pour serviettes, le liquide est-il toujours bleu ? Pourquoi est ce qu'on entend encore au bureau : " oh la la, Machine elle est énervée, elle a ses règles o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
de
  21 mars 2017
Imaginez si les hommes étaient aussi dégoutés par le viol que par les règles
Camille Emmanuelle propose de « Ne plus jamais rougir de nos règles ». Avec beaucoup d'humour, elle analyse, entre autres, sa découverte d'un continent rouge, des traditions saugrenues ou farfelues, des mises à l'écart et des stigmatisations des femmes, le liquide bleu des publicités, l'endométriose, les corps féminins « vus comme faibles, impurs, sales, voire parfois même dangereux », les silences et les dénis, « TOUTES les femmes… TOUS LES MOIS ». A la pitié ou la compassion, elle oppose l'écoute, l'empathie.
« Je souhaite qu'on libère la parole sur les règles, mais cette parole sera d'autant plus forte si elle est libérée des images de l'éternel féminin, si elle est « sans fards », et si elle est drôle ».
Buvez, ceci est mon sang ; Je m'en tamponne ; On nous prend pour des bleues ; La coupe est pleine ; Aux chiottes les règles ; Bande de chochottes ; Larmes de sang ; Rouge Baiser ; Ayé, t'es une femme, bon courage ! Ayé, t'es plus une femme, désolée ! ; Mes règles, mon choix ; Tampons sur tapis rouge.
Camille Emmanuelle interroge la pérennité des croyances, cette femme impure des religions monothéistes, les tartufferies menstruelles. Elle parle, entre autres, du syndrome du choc toxique, des tampons et des taches, des messages publicitaires de l'industrie « de la protection intime », du « marketing de la honte », de l'absence d'indication de composition des tampons et de Monsanto, du sang menstruel et sa recoloration en bleu, des odeurs et des techniques publicitaires, « les règles ne puent pas : leur honte, si », des femmes sexualisées dans l'espace public et dont les réalités de leur corps doivent rester cachées, de l'absence de distributeurs de protections hygiéniques dans les lieux publics…
Je souligne les paragraphes sur Thérèse Clerc, les chiffons-tissus avant les serviettes jetables (1963 en France, la bande adhésive en 1973), le mythe de la défloration par tampon. L'auteure aborde aussi la coupe menstruelle, le nouveau business de serviettes lavables, « La Chatte Machine », la rhétorique naturaliste… Elle nous invite dans un petit tour du monde de l'enfer sur terre pendant les règles et nous rappelle qu'en 2015, 500 millions de femmes n'avaient pas accès à des protections hygiéniques.
Les règles sont considérées comme un flux corporel « dégueulasse », un sujet qu'il ne faudrait pas aborder en public, (sauf en publicité bleue) « le corps féminin est valorisé uniquement quand il est sexuellement disponible pour la gent masculine », un « truc de gonzesses » hors sujet pour les mecs, « Comment les hommes hétéros peuvent-ils partager la vie de leurs amantes, amoureuses, femmes, tout en ignorant complètement ou partiellement un phénomène physiologique qui impacte de façon plus ou moins forte, quatre jours par mois, le corps et la physiologie de celles-ci ? »…
Camille Emmanuelle discute d'un éventuel congé menstruel (et de l'expression d'absence par courriel : « sangtiments distingués », « amitiés menstruelles », « menstrucordialement », « en vous souhaitampax une bonne journée »), analyse les souffrances, les douleurs, l'endométriose et son invisibilisation, les actions de celles qui ne cachent pas les taches, les effets hormonaux, la hiérarchisation des émotions, les hommes « menstruhater »…
Elle poursuit sur le fameux « elle a ses règles » et la figure de la chieuse, la valorisation des hormones dites masculines, le sexe pendant les règles, les premières règles et la ménopause, l'asymétrie entre le traitement des femmes et des hommes, les liens construits entre féminité et maternité potentielle, la TVA et les députés, le sang dans l'art… « Saignons sans pertes et sans reproches ».
Un livre contre les tabous, comme celui d'Elise Thiébaut : Ceci est mon sang. Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
casscrouton
  12 avril 2017
Sang tabou est un essai particulièrement réussi sur les règles ! Représentation personnelle, vision dans la société, partage de points de vue, tout y est !
J'étais déjà intéressée par l'ouvrage avant de le commencer, mais on est de toute façon captivé dès l'introduction ! On apprend énormément de choses (que personnellement je ne savais pas) sur la manière dont sont perçues les règles dans notre société et celles d'autres pays. On constate également que les règles dans certaines cultures sont un phénomène considéré de manière si négative qu'il entraîne une multitude d'interdictions faites aux femmes.
On se rend compte avec cet essai que les règles et par conséquent les femmes menstruées provoquent, si ce n'est de l'indifférence, de l'effroi. Et c'est terrible.
Cet essai nous présente tout un tas de croyances et superstitions à propos des règles, de l'Antiquité à nos jours, en France et ailleurs. Et c'est incroyable (dans le mauvais sens du terme). Quand on lit tout ça, on se dit qu'il vaut mieux en rire que d'en pleurer (même si toute cette ignorance donne vraiment envie de verser quelques larmes…).
On nous présente également quelques pages avec un nombre assez impressionnant d'expressions servant à désignant les règles sans que l'on ait à prononcer ce fameux mot. Il y a des expressions très poétiques comme « perdre ses viandes » en Belgique par exemple (charmant, non ?) ou plus classique, comme en France avec « Les anglais ont débarqué ». Je vous invite à découvrir cette liste, je ne savais pas qu'il y avait autant d'expressions désignant les menstruations (à croire que le terme « règles » est abominable) !
Cet essai évoque également des sujets graves à propos de la santé, dont on entend de plus en plus parler mais encore trop peu à mon sens, comme le « choc toxique » dû à l'utilisation de tampons par exemple. Tout y est bien expliqué, de manière claire sans être alarmante, c'est plutôt efficace. Quelques pages suivent en montrant les solutions alternatives aux serviettes et tampons, comme la fameuse « cup ». Certaines femmes témoignent à propos de celle-ci et je dois dire qu'un des témoignages de la blogueuse Alex Logan m'a bien fait rire.
Car oui, Sang Tabou est un essai sérieux, qui dénonce l'ignorance à propos des règles mais qui est à 90% écrit sur le ton de l'humour et ça fait du bien ! Cet essai est un brin moralisateur envers la société (à juste titre) mais véritablement bienveillant à l'égard des femmes et c'est très appréciable.
Ce que j'ai le plus aimé je pense, ce sont toutes les interviews qui ponctuent l'essai et offrent ainsi différents points de vue sur les règles en fonction des individus. Par exemple, l'interview de Buck Angel, transexuel « f to m » est vraiment passionnante au même titre que celle d'AJ Dirtystein, une femme qui utilise son sang menstruel comme matière première à des fins artistiques.
Bref, en lisant cet essai, on perçoit bien qu'il reste beaucoup à faire pour « légitimer » les règles dans la société, ces dernières étant encore bien trop souvent associées à la peur mais surtout au dégoût. Cet essai est très intéressant et apprend tout un tas de choses trop peu connues de nos jours. J'espère qu'un grand nombre de femmes liront ce livre mais aussi beaucoup d'hommes !
Lien : http://www.casscrouton.fr/sa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sami33
  20 avril 2017
C'est un ouvrage qui est à mettre entre toutes les mains ou presque ! Les jeunes filles qui viennent d'avoir leurs règles et de débarquer dans la vie de "femme adulte", c'est encore trop tôt ! Les hommes hétéros et les femmes en revanche peuvent se jeter sur cet ouvrage les yeux fermés !

Camille Emmanuelle aborde le sujet des règles avec beaucoup d'humour et avec une belle analyse de ce sang rouge qui est encore tabou de nos jours ! La sang dans les films c'est du "propre" mais le sang qui coule de notre utérus, c'est "sale". Mais pourquoi tant de stigmatisation pour une chose aussi naturelle ?

J'aime beaucoup les titres que l'auteur a donné à ses chapitres, ils sont excellents et tellement vrais que vous ne pourrez qu'adhérer ! Ce livre peut se lire comme bon vous semble, pages après pages ou vous pouvez commencer avec le chapitre un pour aller au chapitre sept sans soucis.

Chaque thème est bien abordé, bien expliqué.

L'auteur a travers son livre s'interroge sur les croyances anciennes qui ont encore de beaux jours devant eux malheureusement ; elle nous parle de la première tâche dans les draps, des publicités mensongères qui font passer la couleur du sang rouge par du bleu ou encore des règles odorantes qui ne le sont pas mais qui sont dû à leur produit... Bref, les industriels se font du beurre sur le sang de la honte !

L'auteur fait un petit tour du monde où l'enfer est le même pour toutes pendant les règles et nous rappelle qu'en 2015, 500 millions de femmes n'avaient toujours pas accès à des protections hygiéniques ! Wtf ?

Les règles c'est sale. Les règles, c'est nul ! Les règles, il ne faut pas en parler en public sauf si tu utilises du sang "bleu" pour les pubs. Les règles, c'est un truc de filles pourquoi en parler avec les mecs ? Les règles, c'est tabou !

Nan mé allô ? Nous sommes en 2017 ! Les hommes ne savent toujours pas que les femmes ont des menstrues ? Ils ne savent pas que les femmes ont des pertes de sang une fois par mois pendant quelques jours ? Ils ne savent pas comment on fait les bébés ? Si ! Alors, pourquoi ne peut-on pas aborder ce sujet librement, comme un autre ?

Femmes, saignez sans craintes et sans reproches ! Vive les règles, n'ayez pas honte !
Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nepenthes
  06 mai 2017
2017 sera l'année des règles ! Depuis le début de l'année, plusieurs livres sont parus sur le sujet, dont le grand mystère des règles (à paraitre le 17 mai) par l'auteur du blog Passion Menstrues, Jack Parker.
J'ai entendu parler de Sang tabou via le magasine Neon auquel je suis abonnée et cela m'a rendu curieuse. Ce livre libère la parole sur un sujet encore tabou en 2017 mais pourtant si nécessaire à la perpétuation de l'espèce. le ton est tantôt drôle, tantôt plus sérieux. L'auteur réalise une analyse élargie du sujet : origines historiques, mythologies, sociales... elle décortique les raisons pour lesquelles les règles passent encore pour un symbole de honte, de saleté pour les femmes, et montre à quel point les industriels des produits d'hygiène féminine accentuent encore plus cette vision des choses. Elle aborde également des sujets plus sensibles, comme l'endométriose, maladie si répandue et encore si mal diagnostiquée de nos jours.
Je conseillerai ce livre à toutes et à tous : les femmes, qu'elles soient ménopausées ou qu'elles aient leurs premières règles et s'interrogent sur les quelques 40 années de menstruations à venir... mais aussi les hommes, qui font encore trop souvent preuve d'ignorance voire de dégoût face au sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Victorianne
  16 janvier 2018
Je suppose que ce livre enfonce quelques portes, et peut aider les femmes qui sont mal à l'aise avec leurs menstruations, à ne plus l'être, ou à moins l'être.
Personnellement, il me semble qu'il enfonce des portes ouvertes. Je n'ai pas de soucis avec cette partie de ma vie, ou du moins, je n'en ai pas honte et n'ai pas pour réflexe de faire de simagrées quand il faut l'évoquer, et encore moins à cacher mes protections dans mes propres toilettes pour éviter de heurter la sensibilité d'un invité, car je ne vois pas en quoi cela pourrait choquer (Ce n'est pas comme si j'avais de la barbe et faisait 1m80, avec la voix grave: on peut voir que je suis une femme et s'attendre à ce que j'aie besoin d'un tel produit). Bref, je n'ai pas besoin de ce livre...
Toutefois, je me pose depuis toujours la question de la pertinence de ce
liquide bleu dans les publicités, et je suis curieuse de nature. J'avais pensé que ce bouquin m'apprendrait des choses d'un point de vue socio et histo, et ce fut le cas... Enfin, pas autant que je l'aurai espéré.
Un ressenti post lecture mitigé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
dede   21 mars 2017
Comment les hommes hétéros peuvent-ils partager la vie de leurs amantes, amoureuses, femmes, tout en ignorant complètement ou partiellement un phénomène physiologique qui impacte de façon plus ou moins forte, quatre jours par mois, le corps et la physiologie de celles-ci ?
Commenter  J’apprécie          10
dede   21 mars 2017
Je souhaite qu’on libère la parole sur les règles, mais cette parole sera d’autant plus forte si elle est libérée des images de l’éternel féminin, si elle est « sans fards », et si elle est drôle
Commenter  J’apprécie          10
dede   21 mars 2017
Le corps féminin est valorisé uniquement quand il est sexuellement disponible pour la gent masculine
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : tabouVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox



Quiz Voir plus

A Silent Voice

comment s'appelle la jeune fille sourde?

shoki
shoko
shaki
shaka

5 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : A Silent Voice, tome 1 de Yoshitoki OimaCréer un quiz sur ce livre