AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Léon Mercadet (Traducteur)
ISBN : 2264026847
Éditeur : 10-18 (24/08/2005)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Titre original : 'Chump change'
Traduit en français sous le titre : ''Les anges n'ont rien dans les poches'', puis sous le titre ''Rien dans les poches''.

"Très honnêtement, j'ai craint le pire, pour au moins deux raisons. Primo, parce qu'un enfant qui chausse les bottes paternelles çà ne marche pas, çà s'écroule. Et secundo, parce que à tout prendre mieux vaut avoir pour géniteur Dumas le débonnaire que Fante le rageur. J'aurais eu tort de m'e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
10 mars 2012
Encore une lecture d'alcoolique, me direz-vous ! Une lecture sur un pauvre paumé, sur le déroulement d'une vie au bord d'un caniveau. Et vous avez raison ! Ce roman a été écrit par un pur alcoolique non anonyme, qui se décrit tel quel et qui ne se cache nullement de son addiction au rouge (et en particulier le Mogen David). Pourtant, dès les premières phrases de « Dante », je m'éprends de ce type, un peu lourdaud, un peu « vulgaire » mais aussi terriblement attachant. Je n'ai guère envie de m'identifier à ce « héros » anonyme des cuvettes de WC, des trottoirs et caniveaux, trop peur des aléas de la vie. Il ne faut peut-être pas grand-chose pour basculer de l'autre côté... J'essaye de le comprendre, alors, de ressentir ses émotions et de croire en lui. Si je crois en cet homme, je peux croire en la bonté humaine parce que Dante au-delà de l'image du poivrot qu'il se donne semble avoir une sensibilité extrême doublée d'une âme saine et pure.
Dante sort donc de ‘chez les fous' pour « assister » aux derniers souffles de son père, un père qu'il n'a plus guère vu depuis des années, un père qui fut un formidable écrivain avant qu'il ne se corrompe avec les studios hollywoodiens, un père qui ne lui restait qu'un pauvre gros chien vieux et miteux, tout deux dépendants au whisky pour faire oublier douleurs et tristesses.
Pas besoin d'être un mathématicien d'ordre supérieur pour comprendre l'équation simplissime à 0 inconnue suivante : Bruno Dante = Dan Fante et Jonathan Dante = John Fante.
Ainsi, cette histoire totalement autobiographique apparaît comme un vibrant et émouvant hommage à son père. Un fils et son père présents dans une tourmente similaire, et réunis dans une même littérature, une poésie humaine qui décrit simplement la vie, la vraie !
Et peut-être est-ce pour cette raison que j'ai du mal à vous parler d'un tel bouquin ; parce qu'il est question simplement d'une vie, de la vie ; parce qu'il m'a tant ému que les mots ne viennent plus, enfouis au fond du coeur, apeurés devant une telle bonté ; mais surtout qu'après tout, peu importe les phrases que j'aurai choisi, elles ne pourront retranscrire une telle émotion. Ce bouquin est un chef d'oeuvre, tout simplement. Fin des 191 pages et il ne me reste qu'une pensée, une envie : les relire, et revivre l'espace de quelques pages sa misérable vie, découvrir ses autres écrits tout aussi empreints d'humanisme troublant et touchant, à n'en pas douter, sans oublier la note d'humour même quand les plus grands drames sont en train de se jouer.
Lien : http://leranchsansnom.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
ChristopheM
29 juillet 2015
Une fiction autobiographique, un roman initiatique. le premier qui sauve la vie.
Bruno Dante (=Dan Fante) voit son père Jonathan Dante (=John Fante) à l'article de la mort.
Un moment qui ravive des souvenirs d'enfance à Malibu, L.A. et Point Dume.
Bruno est un chaos, un trou noir, son mariage est consumé, il est suicidaire, alcoolique, dépressif, subi des cures ici et là.
Il marque sa répulsion pour L.A., la fausse, la « Regarde-moi gagner » :
« Vingt minutes après Sunset Boulevard, nous avons quitté la Coast Highway et pris la route de Heathercliff. Devant nous roulait une Benz décapotable. Sur la plaque personnalisée, j'ai lu « Se me win* » et j'ai su que j'étais rentré à la maison. » (Page 43).
* l'écriture de « See » avec un seul « e » est volontaire, nombre de caractères limités à 7 pour plaques d'immatriculation aux USA.
C'est cela essentiellement qui a rongé son père et lui. Leur déception devant une forme d'obligation d'écrire des scénarios pour vivre, supporter cette condition quelque part à cause des besoins primaires et l'incapacité de vivre d'un autre travail : la création de romans, …
Bruno Dante (Dan F.) a vécu à l'ombre du père en même temps, un homme talentueux absent, et méconnu.
« J'avais aimé mon père, je ne l'avais pas connu. La souffrance dans sa plénitude fit irruption en moi. le souffle coupé, j'avalai un sanglot. » (p180)
Cet ouvrage est le premier d'une série publié chez 13E Note à l'époque : La Tête hors de l'eau, En crachant du haut des buildings, Limousines blanches et Blondes platine.
« Rien dans les poches » est actuellement disponible aux éditions Points ; les autres pas encore (sauf un de ces recueils de nouvelles « Régimes sec » et un des deux recueils de poèmes « Bon baiser de la grosse barmaid »).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JCOates
22 juin 2014
J'avais déjà lu un roman de John Fante, Mon chien Stupide, et je savais que son fils était écrivain, c'est ce qui m'a poussé à lire ce livre. Dans cette fiction autobiographique (à peine romancée), Bruno Fante (Dan Fante) nous raconte les jours qui précèdent et suivent la mort de Jonathan Fante (John Fante). A peine sorti de cure de désintoxication, mais pas guéri, Bruno sombre toujours un peu plus dans l'alcool et l'autodestruction. Après la mort de son père, il prend la route avec le chien de son père et la carte de crédit de sa femme. C'est très étrange car pendant que je lisais le livre, je me plaignais de son style ou plutôt de cette absence de style. Des phrases simples, des mots crus, comme j'ai pu en lire de nombreuses fois, mais sans l'intensité nécessaire à ce type de récit. Pourtant j'ai envie de lire les trois suites de ce livre. Bruno est insupportable, il ne fait rien pour aller mieux et ne parvient même pas à susciter notre pitié. Pourtant, lorsque la carapace se fissure à peine, ce qu'on voit apparaître de lui donne envie d'en savoir plus. Est-ce que l'écriture l'aura vraiment guéri ? Un seul moyen de le savoir, lire les suites en espérant être davantage séduite par la style !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
liratouva2
18 juin 2012
Après le premier roman du père, déjà abordé ici, voici le premier roman du fils, sur la mort de son père, justement, l'écrivain John Fante et le bouleversement qui s'en est suivi dans sa vie à lui, Dan Fante, qui, après bien des péripéties tragico-grotesques, dues à son addiction éthylique, se termine glorieusement par l'écriture d'un premier poème, difficile à formuler, jusqu'à l'explosion de ce roman autobiographique que ne renierait pas le grand écrivain John Fante lui-même, ici sous le nom de Jonathan Dante.
Difficile de suivre les traces de ses parents, quels qu'ils soient et pourtant, ce récit est une réussite, à hauteur de son modèle. le lire juste après «Demande à la poussière» a été une riche idée et un plaisir véritable.
L'auteur se livre avec une franchise si totale, semble-t-il, qu'on frôle vite la provocation mais, dans cet alcoolique invétéré qui ne sort de cure de désintoxication que pour mieux retomber dans son addiction, on sent un tel désespoir, une telle envie de s'en sortir et une telle tendresse, mêlée à une violence sans frein, envers les êtres paumés comme lui, qu'on finit par s'y attacher intensément, tout en s'irritant de le voir céder si facilement à ses penchants.
J'ai aimé ce roman à l'égal de celui du père. On y retrouve le chien Rocco, celui tant aimé malgré ses défauts, dont parle John Fante dans :"Mon chien stupide", celui qui attaque tous les autres chiens du quartier et qui , comme son maître, a un gros penchant pour le whisky. Ici, après l'enterrement, malade et en fin de vie, lui aussi, il fera partie du "read movie" délirant, en compagnie de son nouveau maître, en dehors de toutes attaches familiales ou sociales. La fin, là encore, est très belle - inattendue! L'avenir peut commencer.
Lien : http://liratouva2.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bruno_Cm
22 septembre 2016
Dan Fante me semble plus proche d'un Bukowski, pour l'alcool, pour son attitude punk, pour sa fausse-vraie bonhommie et pour un bon-fond parfois palpable parfois en contrepoint invisible à des comportements de merde... il ressemble plus à Bukowski qu'à son père. Dans ce "roman"-ci toutefois il touche, par moments, dans la librairie quand il cherche à acheter un livre de son père et à le faire lire par le libraire qui ne le connaît pas, ou lorsqu'il commence à s'occuper et même aimer le chien de son père... Globalement ce livre n'est pas extraordinaire, surtout en comparaison avec le paternel tant adoré (par moi), mais pour ces quelques moments où il s'en rapproche, j'accorde un quatre étoiles, un rien forcées.
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
liratouva2liratouva219 juin 2012
Le Jack Daniel n’avait pas encore frappé et une image précise de mon père a surgi dans mon esprit. Une photo de lui, ma préférée. Je ne l’avais pas vue depuis des années mais elle me revenait clairement: Dante , à vingt-deux ou vingt-trois ans pas plus. Debout sur une pelouse, en tee-shirt trempé de sueur, à contre-jour d’un soleil ardent, le pantalon retroussé comme pour jouer au base-ball, mains sur les hanches, tête inclinée sur l’épaule, il regardait l’objectif avec insolence. Un Dante jeune, fier, qui mordait dans la vie. Mes larmes redoublèrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
le_Bisonle_Bison11 mars 2012
Je lui ai porté un toast en dévissant le bouchon du Mogen David, la bouteille brandie, et j’en ai ingurgité une lampée... Pour moi, chevaucher le Mogen David, c’est comme sauter un gorille femelle de trois cent kilos. Ce n’est pas vous qui tenez les commandes. C’est le gorille qui dit quand c’est fini. Pareil avec le vin.
Commenter  J’apprécie          90
CarolineDBruihierCarolineDBruihier30 juillet 2016
A mesure que l'avion descendait vers les autoroutes embouteillées, je me sentais dévoré, avalé par cette canopée d'immondices. Un instinct primitif m'avertissait que ma présence ici était une erreur. Qu'on allait exiger de moi des choses dont je serais incapable. La noirceur de cette ville était trop profonde pour qu'on pût s'en protéger.
Commenter  J’apprécie          40
latracelatrace20 mars 2011
Si mon comportement est souvent extrême, destructeur, c’est qu’à jeun, quand la mémoire revient ou qu’on me raconte mes exploits, je ne me supporte pas. Je rebois pour oublier. Du vin, surtout du vin. Les autres alcools m’ont laissé tomber depuis belle lurette. J’en bois encore pour tenir le coup mais, depuis un an environ, seul le vin me fait passer de l’autre côté.
Commenter  J’apprécie          30
le_Bisonle_Bison10 mars 2012
Quand je bois plusieurs jours d’affilée, surtout du vin, je pense trop, ma tête a envie de me tuer.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Dan Fante (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Fante
Dan Fante explique pourquoi il est devenu écrivain, parle de son amour pour le public français, sur Bruno Dante, son alter-ego littéraire et sur son sevrage alcoolique.
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
417 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre