AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782226465566
560 pages
Albin Michel (17/08/2022)
3.43/5   38 notes
Résumé :
De l’incendie de Moscou au manoir de Kerlan en passant par Dresde, Odessa, la Carinhall de Goering, Nuremberg et New York, deux siècles de tumulte ou le fol itinéraire d’un petit coffret contenant un trésor, symbole de la grande Histoire des spoliations et des guerres.

Fresque monumentale où l’on croisera les monstres et les héros modestes de l’Histoire, les crapules et les martyrs, La Part des cendres entrelace avec génie les fils de cette toile qui ... >Voir plus
Que lire après La part des cendresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 38 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
1 avis
°°° Rentrée littéraire 2022 # 47°°°


Je referme ce roman impressionnée par l'ambition de l'autrice qui a construit un scénario incroyable tissé de milles fils, de milles chemins de traverse sur deux siècles, et qui au final se tient parfaitement. Impossible de le résumer, ni souhaitable d'ailleurs tant il recèle de surprises. Disons que les thématiques principales tournent autour de la question de l'héritage et de la transmission, ainsi que des spoliations des oeuvres d'art possédées par des Juifs durant la Deuxième guerre mondiale puis leur restitution.

Le fil conducteur du récit est un coffret marqueté dans laquelle la future Comtesse de Ségur, la jeune Sophie Rostopchine, glisse un trésor, son journal intime rédigé en 1812 sur le chemin de l'exil qui la conduit à Paris après la disgrâce de son père, le comte Fiodor Rostopchine, gouverneur général de Moscou, qui a fait incendier la ville pour ne rien laisser à Napoléon Ier. La Part des cendres raconte l'épopée du coffret et son contenu secret qui passe de mains en mains, disparaît et réapparaît de 1812 à 2019.

Etant donné la densité des informations historiques injectées dans sa fiction, Emmanuelle Favier a fourni un travail d'érudition vertigineux. J'ai appris énormément de choses. Dans un décor ample couvrant la Russie, la France, l'Ukraine, les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Algérie ou encore l'Italie, elle fait croiser de très nombreux personnages fictifs et historiques, spoliateurs, pillards, trafiquants, résistants, redresseurs de torts, belles âmes. de ce très fourni panorama géographico-historique, émergent des portraits intimes, essentiellement féminins.

Un personnage a particulièrement attiré mon attention : Rose Valland, une de ces femmes invisibilisées à laquelle Emmanuelle Favier donne la place qu'elle méritait du fait de son action exemplaire au service de l'Art. Cette attachée de conservation au Jeu de paume entre en résistance dès que la galerie devient le lieu de stockage des oeuvres d'art spoliées aux Juifs français par les Nazis avec Hernann Goering aux manettes qui cherchent des oeuvres pour le projet de musée à Linz imaginée par Hitler ou pour sa propre collection dans son château de Carinhall. Durant tout le pillage, sous la direction d'un autre grand résistant, Jacques Jaujard, directeur des musées nationaux et du Louvre, elle relève clandestinement le mouvement des biens volées, fournit des informations essentielles aux Alliés. Après la guerre, elle oeuvre à la restitution de près de 60.000 oeuvres d'art.

Cela fait beaucoup d'informations à digérer dans cette imposante fresque. Je me suis souvent essoufflée dans cette cavalcade qui passe d'un lieu à l'autre, d'un personnage à l'autre, d'une date à l'autre. D'autant que les interpellations trop nombreuses convoquant le lecteur dans de longues parenthèses ( « où nous retournons un instant … », « précisons ici pour le lecteur ambitieux ... », « nous aurons l'occasion de la revoir... » ) m'ont agacée et fait décrocher. Cela ajoute de la grandiloquence à une écriture déjà très ouvragée, emplie de vocabulaire rare ( pas mal d'avoir un dico pas loin ). A cause de cela, je n'ai pas été convaincue par la totalité des chapitres. Disons que le caractère roboratif du récit aurait mérité d'être allégé de quelques coupes.

Si j'ai tout de même raccroché à chaque fois, c'est parce que la thématique de la transmission, incarnée métaphoriquement par le coffret, est très pertinente et irrigue toute la lecture. Porter atteinte à un bien culturel, c'est porter atteinte à l'humanité, que ce soit pour le désir de posséder ou d'éradiquer un peuple. Rendre un objet spolié, croûte ou chef d'oeuvre, c'est soigner les liens tissés, par d'autres, entre les générations. Un objet est chargé de la mission de transmettre qui nous sommes, d'où nous venons. Tout cela, Emmanuelle Favier le dit fort bien, avec sensibilité, et ça compte à l'heure où les dernières générations ayant un lieu direct avec la Deuxième guerre mondiale disparaissent et où se posent la question d'autres restitutions de biens volés à l'époque coloniale.
Commenter  J’apprécie          962
Immense déception! le projet était ambitieux, le résultat ne me semble pas à la hauteur de l'immense travail de recherche que l'auteure a du faire an amont ..
Déception donc. Un petit coffret passe de main en main .. de Moscou en 1817 à nos jours, Ce roman est avant tout un constat amer sur les pillages et spoliations qui parcourent les siècles. Idéologie, pouvoir et surtout avidité insatiable à l'origine de ces exactions ne peuvent être en aucun cas excusables ni tolérés.
Suit alors un inventaire des faits, guerres napoléoniennes, guerre de 14/18, guerre 39/40 , etc.... tout dire à une vitesse supersonique relève de l'utopie. Profonde lassitude du lecteur averti et désintérêt du néophyte qui ne peut pas suivre. A moins que cet ouvrage ne s'adresse qu'à une intelligentsia avertie à même de comprendre la signification de certains mots employés et qui soit sensible à l'écriture souvent pompeuse et prétentieuse d'Emmanuelle Favier:
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!!
J'ai résisté, j'ai consulté le dictionnaire à maintes et maintes reprises, je suis allée au bout .désolée Madame vous ne m'avez pas convaincue

Commenter  J’apprécie          430
Voilà un roman qui aurait mérité un résumé un peu plus exhaustif, voici celui de l'éditeur Albin Michel :

De l'incendie de Moscou au manoir de Kerlan en passant par Dresde, Odessa, la Carinhall de Goering, Nuremberg et New York, deux siècles de tumulte ou le fol itinéraire d'un petit coffret contenant un trésor, symbole de la grande Histoire des spoliations et des guerres.
Fresque monumentale où l'on croisera les monstres et les héros modestes de l'Histoire, les crapules et les martyrs, La Part des cendres entrelace avec génie les fils de cette toile qui fait l'humanité – son courage, sa ferveur et son avidité

Avec un tel résumé, j'espérais quelque part retrouver le plaisir d'une lecture similaire à celle de la cité des nuages et des oiseaux d'Anthony Doerr, où un objet liait les femmes et les hommes dans le temps, autour d'une symbolique.

Bon, ce fut laborieux au début (tout comme fut la rédaction de cette critique), j'ai même eu du mal à trouver le temps de lire (fausse excuse), je dirais presque que cela en était devenu une corvée. Je ne concevais pas l'abandon, je m'échinais en me disant que j'étais fatigué et pas dans le bon état d'esprit pour lire. Mais non rien n'y faisait.

Le roman ouvre sur Sophie Rostopchine, que nous connaissons mieux en tant que Comtesse de Ségur, elle est jeune, toute jeune à peine 18 ans et on suit son exode vers la France depuis sa Russie natale, dont elle écrit quelques pages de ce périple qu'elle glissera dans le fameux coffret. Je m'attendais à voir le coffret être l'élément central du livre, et bien non du tout, c'est au plus un point de repère et un fil conducteur pour ne pas perdre le lecteur dans cette fresque historique.

Après ça part un peu dans tous les sens, toujours de façon chronologique bien sûr, mais au final ça se destine à être un récit historique de l'art à travers le temps, aussi bien pictural que littéraire. La plume est lourde, comme volontairement pédante. de plus, l'autrice est friande de digressions ce qui rend le tout confusant ; au sein d'un même chapitre, on change de lieu, de point de vue, des fois même de temps.

Une très importante partie de cette fresque historique, sera consacrée à la Seconde Guerre Mondiale et à la violence des Nazis au sujet de l'art, des spoliations et des restitutions. Je pense même que cet énorme passage aurait presque mérité un ouvrage historique à lui tout seul tellement c'est bien documenté. En revanche cette ambivalence dans le genre historique/roman, permet à l'autrice de donné son avis sur les personnages historiques qu'elle nous racontera, quasiment toujours partie prenante, rien de neutre, comme si cette ambivalence permettait sous couvert du roman de donner son avis personnel sur des faits historiques. Car oui, on va en croisé du monde, même brièvement, La comtesse De Ségur, Tolstoï, Goering, Hitler, Woolf, Yourcenar ect ; mais ce ne serons pas des personnages « actifs » des énonciations dans une trame historique que nous connaissons plus ou moins selon nos connaissances personnelles.

J'avoue m'être questionné sur le prisme par lequel j'avais attaqué ma lecture, je pensais lire un roman avec tout ce qu'il y a d'imaginé par un auteur. Mais je faisais fausse route, plus les pages défilaient et plus ma frustration enflaient. J'ai posé le bouquin deux jours puis ai corrigé ma vision du livre, je l'ai enfin pris comme un récit historique ou l'histoire du coffret est à reléguer au second plan.

Et bien j'ai appris énormément de choses, parce que Madame Favier à fait un travail de recherches historiques colossal, et ça se sent ; c'est pour ça qu'elle avait des choses à dire et à raconter comme tout un chacun, ravi de faire partager ses connaissances. Il aurait été préféré un style plus sobre, du vocabulaire beaucoup trop lourd qui n'a pas aidé non plus à l'immersion, des fois inutile, juste comme je le disais plus haut, pédant sans être utile.

Au final, je me suis accroché, j'ai changé mon angle de lecture, et comme pour nous remercier, l'autrice, nous fait du dernier cinquième du livre un roman au sens premier du terme.

Ou l'on va suivre trois femmes sur trois générations, Georgette la grand-mère, Blanche la mère et Mathilde la fille qui deviendra notre personnage principal, notre point d'ancrage après avoir été baladé au fil des siècles. Etrangement la plume se fit plus agréable. le coffret se fera plus présent dans l'intrigue après avoir disparu de toute narration pendant un petit bout de temps. J'ai également aimé le personnage de Mérédith de Cornulier qui deviendra l'amie de Mathilde, un personnage fantasque qui vient mettre un peu de lumière.

Finalement, un bouquin aux qualités historiques indéniables, mais il faut savoir à quoi on s'attaque avant de se lancer.
Commenter  J’apprécie          3118
J'ai abandonné la lecture à la 270 ième page. Très rare que j'arrête la lecture d'un roman, je me force souvent pour finir même si la lecture ne me plait pas.
Ici le roman est trop décousue, pas fluide ce qui a rendu la lecture compliquée.
Pourtant l'idée est bonne, partant des spoliations et pillages dans L Histoire, on suit des personnalités , des faits historiques, des guerres... Et on perd très vite l'intérêt de l'histoire.
Peut être un essai historique aurait eu plus 'intérêt, qu'un roman noyé dans l'étalage des connaissances historiques.
Bref immense déception.
Commenter  J’apprécie          252
Extraordinaire, passionnante et immense fresque romanesque que ce nouveau livre de Emmanuelle Favier En compagnie d'héroïnes tressaillantes et courageuses, la stupéfiante résistante Rose Valland, Mme de Sévigné et ses descendantes, Marguerite Yourcenar, et bien d'autres, de salauds comme Goering, de héros ambivalents tels Malraux et Stendhal, de grandes figures des musées, on assiste à la spoliation des oeuvres d'art durant 2 siècles en Europe avec quelques incursions en Asie et en Afrique. Un roman d'une immense culture à travers les archives et les musées de l'Europe (quel travail documentaire !). Une traversée par Paris, Dresde, Berlin, Venise, Sébastopol, la Bretagne, Washington, Saint-Pétersbourg, ... Une épopée à travers 2 siècles de guerres et de "furher" européennes.
On retrouve à nouveau l'écriture puissante et vibrante d'Emmanuelle Favier, qui m'avait marquée dès son premier roman, le courage qu'il faut aux rivières.
Par-delà ces superlatifs, ce roman opère un remarquable panoramique en profondeur (oui, c'est possible, la preuve avec ce roman) de l'histoire somme toute pas si connue de la spoliation des oeuvres d'art et des livres — particulièrement des artistes, des collectionneurs, des particuliers de confession ou d'origine juive — sous les différents totalitarismes (nazi, stalinien) et pose un regard très précis sur le projet toujours à l'oeuvre derrière : en s'appropriant art et culture, on veut nier et faire disparaître, en détruisant et volant leur culture, des peuples entiers.
On assiste évidemment à l'un des autodafés de 1933, celui de Berlin. Mais il s'agit aussi d'un immense déménagement par trains entiers à travers l'Europe, jusqu'à la fin de la 2e guerre.
Roman difficile à lâcher, qui emporte dans le tourbillon de l'Histoire avec des femmes debout, au service de la culture, la nôtre à toutes et tous, de mots et de toiles.
Commenter  J’apprécie          72


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec
30 décembre 2022
Emmanuelle Favier a fait de longues recherches pour écrire ce roman très dense, riche en détails historiques, qui accorde une grande place à l'art.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
L'inconscient collectif peut dormir tranquille, les secrets de famille ne seront pas révélés de sitôt. Comme ces secrets, comme ces mémoires, comme ces morts, comme les Feuilles de Jaujard couvertes de ses injonctions à la grandeur, les années continuent de tomber, une à une, dans l'immense vase de l'oubli de l'Histoire où il s'agit d'aller les repêcher.
Commenter  J’apprécie          00
Elle ne reconnait pas l'homme qui s'est arrêté devant elle et la fixe avec l'assurance des vieux messieurs face aux jeune filles, cette sureté d'eux-mêmes qui dissimule parfois une impuissante lucidité, celle de ne plus être en mesure de les séduire
Commenter  J’apprécie          00
Déplacer le problème vers un endroit où l'on n'a pas pour mission de le régler est la meilleure façon de s'en débarrasser.
Commenter  J’apprécie          10
Le vrai étant par essence inaccessible, le roman n'est pas moins plausible que les faits avérés
Commenter  J’apprécie          10
Le lecteur sera en droit de se demander si tout cela relève du document historique. Mais le réel étant fiction et réciproquement, nous ne pouvons que lui garantir le vraisemblable.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Emmanuelle Favier (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Favier
"La part des cendres" - Emmanuelle Favier
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (123) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3245 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}