AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809816565
Éditeur : L'Archipel (18/03/2015)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 108 notes)
Résumé :
Paul Herzfeld dirige à Berlin le service de médecine légale de la police criminelle. Un matin, alors qu’il pratique l’autopsie d’une jeune femme savamment mutilée, il découvre dans son crâne une capsule métallique.
Quand il l’ouvre, stupeur ! Un bout de papier sur lequel figure un prénom, suivi d’un numéro de téléphone. Il le compose et la voix qu’il entend est celle de sa fille, Hannah…
Le message enregistré ne laisse place à aucun doute : « S’il te p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Livresque78
  14 mars 2015
Attention, ouvrir ce roman vous fait plonger au tréfonds de l'horreur, toutes nos craintes s'y trouvent. Il ne faut pas se voiler la face, ce qui nous plaît dans un livre tel que celui-ci c'est la folie, le sang, l'horreur, et bien tout y est. Sebastian Fitzek s'est cette fois allié avec un professionnel de la mort afin de nous délecter d'un roman totalement effrayant, ou les psychopathes sont partout. Ça incise, ça coupe ça tranche. Les auteurs nous embarquent dans une enquête folle et sans pitié où ils n'hésitent à nous faire mal en s'en prenant à ce qui nous touchent le plus, les enfants. Vous l'avez compris,
Paul Herzfeld, va devoir retrouver sa fille Hannah. Mais cela ne sera pas une simple enquête afin de retrouver son enfant que va devoir mener Paul, Il va devoir se remettre en question, qui peut lui en vouloir pour s'en prendre à lui de telle façon?
Un roman incroyable, une lecture avec laquelle il est impossible d'avoir la moindre certitude, tant les auteurs sont machiavéliques, mais connaissant le plaisir que Sébastian Fitzek prend à nous emmener en enfer, il ne fallait pas s'attendre à autre chose.
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
Colibrille
  25 mai 2015
Sebastian Fitzek est vraiment un maître du suspense et de l'angoisse ! Son nouveau thriller est vraiment bluffant, mais aussi particulièrement violent... Pas étonnant, car il s'est associé à un médecin légiste pour le composer. Autant dire que l'univers de la médecine légale est très présent. Tandis qu'une partie de l'intrigue suit Paul Herzfeld dans son enquête-course contre la montre, l'autre partie nous montre le calvaire de Linda cloîtrée dans une morgue avec des cadavres. La participation de Tsokos, expert en médecine légale, donne encore plus de crédibilité et de réalité à l'histoire, renforçant par la même occasion notre peur.
Certaines scènes m'ont littéralement donné la chair de poule. le genre de scène où un personnage se retrouve isolé, dans un lieu angoissant, plongé dans le noir. Et là, on a envie de lui crier : "IL EST DERRIÈRE TOI ! COUUUUURS !" Ou bien le genre de scène où le même personnage se rend compte que le couteau qui était là quelques instants auparavant a disparu. Et là aussi, on a envie de lui dire : " MAIS QU'EST-CE QUE TU ATTENDS POUR TE TIRER DE LA ?!"
Bref, vous l'aurez compris, le genre de scènes qui filent sacrément les chocottes... Heureusement que je n'ai pas lu ce thriller à la nuit tombée ! Chaque fin de chapitre se termine de manière à ce qu'il nous soit impossible de poser le livre. On est scotché, autant excité que terrifié de savoir ce qu'elle nous réserve.
Comme de coutume, Sebastian Fitzek nous livre une intrigue à la construction complexe. Je vous déconseille donc de lire ce roman en plusieurs fois car vous risquez fort de vous mélanger les pinceaux ou d'oublier de petits éléments clés de l'intrigue. Grâce une construction ingénieuse et des retournements de situation ingénieux, le suspense est maintenu jusqu'à la fin. A chaque fois que l'on croit avoir compris les ressorts de l'intrigue, l'auteur nous montre qu'il n'en est rien !
Si je ne mets pas cinq étoiles, c'est parce que plusieurs scènes étaient vraiment trop violentes et choquantes pour moi. J'estime que décrire des scènes de torture ou des cadavres de manière très détaillée n'est pas forcément nécessaire pour construire un bon thriller. de plus, l'intrigue et l'atmosphère qui s'en dégage sont déjà suffisamment effrayante sans avoir besoin de rehausser le tout avec des descriptions horribles. J'aurais aimé que les auteurs montrent plus de retenue dans l'étalage de violence auxquels leurs personnages sont confrontés.
Âmes sensibles s'abstenir, amateurs de thrillers sanglant et anxiogène, foncez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clairesalander
  24 mai 2016
Fitzek, célèbre auteur allemand de thrillers psychologiques, s'allie ici avec un médecin légiste et signe un thriller plus gore que d'habitude ; ceci dit, le suspense est bien au rendez-vous, comme il sait si bien le faire.
Paul, médecin légiste de son état, découvre un message de sa fille dans un cadavre impossible à identifier au vu du fait qu'il n'a plus ni mâchoire, ni main. Celle-ci est alarmée et lui demande de la chercher au plus vite ; il ne doit pas en parler à ses collègues de la police, ou sa vie sera en danger.
Parallèlement, Linda, une jeune femme exilée sur une île car menacée par son ex petit ami fou furieux, découvre un cadavre au bord de la plage. Elle y trouve un téléphone qui la relie à Paul, et tous deux, éloignés par une tempête, vont tenter ce résoudre ces énigmes macabres afin de sauver Hannah...
Des chapitres courts, une écriture efficace, une intrigue bien ficelée : tous les ingrédients sont là pour passer un agréable moment sanglant (âmes sensibles, s'abstenir). Par contre la fin est totalement capillotractée, et j'ai beau aimer les twists originaux et surprenants, là c'est un peu trop tout de même !
Lien : https://clairesalander.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ingridfasquelle
  31 mars 2015
Né à Berlin en 1971, Sebastian Fitzek est le numéro 1 du thriller en Allemagne. Il est l'auteur du best-seller Thérapie et de cinq autres romans, dont Ne les crois pas, tous publiés à L'Archipel. Michael Tsokos, né à Kiel en 1967, dirige depuis 2007 l'Institut médico-légal de la Charité de Berlin. S'il a écrit des ouvrages liés à sa spécialité, L'Inciseur est sa première intrusion dans le roman.
Mais de toute évidence leur association n'aura pas fonctionné ! Alors qu'il laisse présager un thriller exceptionnel, L'inciseur n'est finalement qu'un polar caricatural de plus.
Certes, Sebastian Fitzek utilise comme d'habitude toute l'étendue de son talent de conteur et son imagination fertile pour créer un suspense haletant mais sa mise en scène, définitivement trop macabre, ne parvient pas à convaincre le lecteur. L'inciseur n'est rien d'autre qu'un thriller sensationnel comme il en existe déjà trop.
On regrette surtout que l'auteur n'ait pas su davantage tirer profit des connaissances et de l'expertise médico-légales de Michael Tsokos. L'utilisation massive de scènes choquantes et de détails scabreux ne sert qu'à heurter la sensibilité du lecteur mais ne suffira pas à compenser les faiblesses d'une intrigue cousue à gros points.
À condition de fermer les yeux sur les nombreuses invraisemblances, L'inciseur pourra, à la rigueur, faire frémir les amateurs d'hémoglobine et de scènes bien gore mais c'est tout ! On est bien loin du thriller inoubliable promis par la quatrième de couverture ! Dommage !
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
christineremy
  03 avril 2015
Sébastien Fritzek est le n° 1 du thriller en Allemagne, Michael Tsolos dirige depuis 2007 l'Institut médico-légal de la Charité de Berlin.
Leur association ne pouvait nous apporter qu'un thriller génial, inoubliable, à la hauteur des promesses de sa couverture.
Après un prologue qui vous rendra accros, les premiers chapitres changent le décor, nous emmenant sur un ile perdue en pleine tempête, pour un huis clos haletant.
L'auteur nous emmènera ensuite à Berlin pendant que, les pauvres lecteurs que nous sommes chercheront à reconstruire ce puzzle d'indices.
L'écriture est efficace, on ne lit pas ce roman, on le vit, on ressent les émotions, on sent les odeurs de cadavres, on entend la tempête qui fait rage sur l'ile et on est surtout heureux de ne pas y être coincés.
Les chapitres courts, s'enchainent efficacement, ne nous laissant pas une minute de répit.
J'avoue que ce qui m'a plu dans ce livre, c'est la folie, le sang qui m'ont fait plonger aux tréfonds de l'horreur, de mes angoisses car il touche à ce qu'on a de plus cher, nos enfants.
Si vous avez une âme sensible, autant vous abstenir, certaines scènes pouvant être dures voir choquantes. Il faut avoir le coeur bien accroché pour lire la description des autopsies.
Si vous aimez les thrillers, bien noirs, qui vous font frissonner et passer des nuits blanches, « l'inciseur » est à lire sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Livresque78Livresque78   14 mars 2015
Quand, en Allemagne, on fraudait le Fisc, on se retrouvait au trou jusqu'à 'âge de la retraite. Si on violait un enfant, on avait de bonnes chances de s'en tirer impunément ou d'être condamné avec sursis.
Commenter  J’apprécie          240
ColibrilleColibrille   25 mai 2015
Elle ne comprit d'abord pas pourquoi son estomac se contractait aussi fort. Jusqu'au moment où elle vit ce qui clochait : il y avait sur le carrelage deux pincettes, un bol de récupération, des gants en caoutchouc et d'autres instruments de dissection. Elle avait dans la main son couteau, ce qui expliquait qu'il ne soit pas parmi les autres objets dispersés par la chute de la table.
Mais où était le second couteau ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clairesalanderclairesalander   19 mai 2016
De nombreux criminels, empruntant leur savoir aux romans policiers et aux films hollywoodiens, s'imaginent qu'il suffit d'enlever les dents d'un cadavre pour dissimuler son identité. La plupart ignorent que cette opération rend certes difficile l'identification, mais ne la rend pas impossible. L'amputation des deux maxillaires et des deux mains était en revanche la signature d'un professionnel.
Commenter  J’apprécie          30
ColibrilleColibrille   25 mai 2015
- Tu as peur ?
- Pas toi ? répondit-il en la regardant d'un œil las.
- Si, bien sûr. Qui pourrait être heureux de trouver deux cadavres le même jour ?
- Un entrepreneur de pompes funèbres, essaya de plaisanter Ender.
Commenter  J’apprécie          30
yslasyslas   05 novembre 2015
Alors que l'absence de maxillaires compliquait l'identification de la femme, la langue coupée de cet homme signalait que l'assassin avait une autre intention.
Ce peu de sang indiquait à Herzfeld que la langue avait été sectionnée peu après la mort. Immédiatement avant, la quantité de sang dans la bouche aurait été bien plus importante.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Sebastian Fitzek (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sebastian Fitzek
Avis sur Le Colis à 6:23
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Passager 23" de Sebastian Fitzek.

Quel est le nom du bateau ?

Roi des mers
Sultan des mers
Roi des océans
Sultan des océans

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Passager 23 de Sebastian FitzekCréer un quiz sur ce livre
.. ..