AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280981032X
Éditeur : L'Archipel (06/03/2013)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 230 notes)
Résumé :
Celui que les médias berlinois ont surnommé le Voleur de regards a de nouveau frappé.
Comme à son habitude, il a tué une femme avant d’enlever son enfant. Dans la main de sa victime : un chronomètre qui a commencé à égrener les secondes…
Mais cette fois, on a également retrouvé le portefeuille d’Alexander Zorbach sur la scène du crime. Ancien policier devenu journaliste, celui-ci est alors pris dans l’engrenage d’un jeu machiavélique. Il sait qu’il ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  06 avril 2015
Ah, enfin ! Ça faisait un moment que je restais tiède devant mes polars et que j'attendais celui qui me ferait trembler et jubiler... puis le voleur de regards est arrivé : pour moi qui ne me régale jamais autant que face à un méchant astucieux et imaginatif, ça a été un vrai bonheur de lecture !
Dans un grand jeu de cache-cache mortel, l'intrigue met aux prises Alex Zorbach, ex-flic désormais journaliste criminel, ex-mari et aussi ex-homme équilibré, avec un tueur en série d'enfants qui déclenche un compte-à-rebours à chaque enlèvement et sème des indices comme dans un jeu de société... Ses meurtres, eux, ne ressemblent pas à un jeu de société, et Zorbach se démène pour l'arrêter au plus vite, aidé en cela uniquement par un stagiaire très dévoué et par une improbable voyante aveugle, mais gêné par la police officielle qui a la mauvaise idée de le soupçonner...
Tout est ici réussi à mes yeux : l'intrigue intelligente et originale, l'enquête menée avec brio, le suspense nourri par l'alternance des points de vue, les personnages parfois étonnants mais toujours justes, les descriptions angoissantes ou dégoûtantes, les rebondissements, le début, le milieu, la fin. En bref, je suis tout à fait enthousiaste, même si j'ai une nouvelle fois très mal dormi !
Challenge Variétés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
Livresque78
  12 août 2014
Ce livre est tout simplement génial, Sébastien Fitzek est un auteur qui parvient à nous tenir en haleine avec des tonnes de rebondissements, il nous emmène dans toutes les directions et nous fait douter jusqu'à la dernière minute.
Ici pas de gore à outrance, mais de l'intelligence dans la manière de nous emmener là ou on pense trouver des pistes et des indices, et soudain, toutes nos théories s'écroulent.
Et enfin arrivent les dernières pages, la délivrance, la solution qui pas une minute ne nous a effleuré l'esprit.
Maintenant, tellement imprégnée de cette histoire et de la façon décrire de cet auteur, je ne peux que me diriger à grands pas vers "Le chasseur de regards".
Je vous conseille d'en faire autant.

Lien : http://livresque78.over-blog..
Commenter  J’apprécie          380
Croquignolle
  26 mai 2018
Ce matin, une panne de voiture m'a contrainte à annuler mes projets de ce jour. C'est à croire que le voleur de regards avait planifié ça pour me permettre de me plonger corps et âme dans son projet macabre. Je viens d'avaler 400 pages sans interruption, sans manger, sans même respirer.
Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre capable de me scotcher, de me captiver, de m'emmener si loin dans l'horreur.
Et - c'est très bizarre à dire - ça m'a fait du bien.
Pendant quelques heures, j'ai oublié mon quotidien, mon travail en retard, mes coups de fil à passer, les appels incessants de mon estomac à l'approche de midi.
L'histoire est glauque à souhait. le jeu est dément. L'homme qui le dirige encore plus. Nos méninges se triturent pour tenter d'aider Alexander Zorbach et Alina dans leur quête de sauver deux enfants des griffes du monstre.
Jusqu'à la fin, nos hypothèses se succèdent, se démantelant au gré des indices. Et jusqu'au bout, le doute persiste.
Au coeur de l'enquête, les indices paranormaux d'une femme aveugle nous malmènent, déstabilisant nos repères rationnels et traditionnels.
On est perdus. du début à la fin !
Sebastian Fitzek a su trouver les mots précis et parfaits pour enlever les miens de la bouche l'espace d'une journée. Quel talent !
P.S. Et je viens d'ajouter à l'instant à ma liste Pense-bête, la suite de ce roman - Le chasseur de regards - qui promet de m'emmener une nouvelle fois très loin du confort de ma terrasse printanière sous le soleil. A croire que je suis un peu masochiste :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
cannibalector
  21 avril 2015
Le voleur de regards est un tueur en série qui a déjà sévi 3 fois: il tue la maman, lui laisse un chronometre entre les mains qui se déclenchera lorsque la police trouvera le corps. Il restera alors 45h et 7minutes pour retrouver l'enfant que le tueur a kidnappé;dépassé ce délai, l'enfant sera retrouvé mort avec un oeil en moins.
Alexander, ex flic devenu journaliste criminel, branché sur les fréquences radio de la police arrive trés vite sur les lieux du quatrième meurtre. Trop vite. Les flics ont changé de fréquence et il est donc impossible qu'il soit au courant....Sauf si c'est lui le tueur!
J'ai du mal à comprendre la fascination quasi générale pour cet auteur allemand et les critiques dithyrambiques sur ce thriller:
le roman commence par l'épilogue, puis le dernier chapitre sans que cela interfère dans la chronologie de l'histoire, facétie de l'auteur qui a certes son explication mais qui est loin d'etre indispensable
une aveugle qui a des visions: why not?
des flics un peu "neu neu" et surtout un, brute sadique, qui est vraiment peu crédible.
C'est ,malgré tout, un thriller plutot agréable à lire, efficace avec une fin surprenante, de grande qualité ,qui "sauve" le livre.
Mais ce n'est que mon humble avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
DoVerdorie
  08 mars 2019
Il faut que je vous fasse savoir d'emblée que je n'aime pas les histoires avec des enlèvements d'enfants (et il y en a une flopée dans le monde des livres ces dernières années !)... ça me rend d'humeur irascible.
Je n'apprécie pas non plus les « courses contre la montre » (ça m'essouffle d'avance), ni le genre « surnaturel » quand j'ai en tête de me plonger dans un thriller psychologique que j'espère réaliste.
Mais comme ce polar est signé Fitzek, j'y suis allée aveuglément, les yeux fermés. ...euh... c'est un mauvais jeu de mots, parce que la jeune femme qui va aider Alexandre Zorbach, ex-flic devenu journaliste d'investigation, à y voir plus clair dans cette sordide enquête sur des enfants cachés et voués à mourir, cette fille, Aline, est aveugle... et visionnaire... mouais.
« Enquête » est un grand mot d'ailleurs pour désigner les maigres pistes que Zorbach va suivre en s'accordant sur « l'acuité visuelle » d'Aline, tout en essayant de se mettre à l'abri de ses ex-collègues qui souhaitent lui mettre le grappin dessus.
Heureusement qu'Alexandre peut compter sur la serviabilité d'une troisième personne ...re-mouais... je n'en connais pas beaucoup, dévoué(e)s à ce point. Cela a porté rapidement mon regard sur le coupable.
Enfin « rapidement » n'est pas le terme exact non plus quand il s'agit de devoir se taper quelques longueurs (+ introspections + biographies des personnages secondaires...) dans ce récit qui démarre très lentement.
Mais après avoir bien grognonné, je dois admettre -objectivement- que le style d'écriture naturel de l'auteur fait toujours son (plaisant) effet, que le livre est néanmoins traversé d'une tension constante qui classe ce thriller dans la catégorie « bon suspense »... avec, hélas (soupir), un épilogue qui n'en est pas un.
Dans ce roman avec ses chapitres numérotés à l'envers, la fin est d'ailleurs le début, ainsi que le commencement d'une autre histoire.
Or, n'ayant pas l'âme d'une collectionneuse (*), mon regard ne se portera certainement pas sur celle-là.
( * : je fais référence au titre d'origine en allemand « Der Augensammler » = collectionneur de yeux)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Amnezik666Amnezik666   28 mai 2013
Je me demandai s’il existait une loi obligeant même les hommes politiques les plus inconnus et les plus laids à faire tirer leur photo sur papier. Et s’il y avait sur notre planète un seul être qu’une affiche électorale ait jamais pu influencer dans son vote. Peut-être devrais-je lancer dans mon journal un appel à témoins quand toute cette affaire serait terminée.
Commenter  J’apprécie          90
meknes56meknes56   14 août 2019
La mauvaise, c’était que le nourrisson n’avait plus que quelques minutes à vivre. Même si la démente ne le jetait pas du haut du pont.
Putain, Angélique. Cette fois, à tous points de vue, tu as choisi le mauvais bébé.
- Comment s’appelle donc cet adorable bambin ? tentai-je une nouvelle fois, afin d’engager la conversation.
Après un avortement raté, cette femme ne pouvait plus avoir d’enfant. Elle en avait perdu la raison et en était à son troisième enlèvement d’un bébé qu’elle voulait faire passer pour le sien. Et, pour la troisième fois, des passants l’avaient surprise à proximité de l’hôpital. Aujourd’hui, il n’avait pas fallu plus d’une demi-heure pour qu’un coursier à vélo remarque cette femme, pieds nus sur le pont, tenant un bébé en pleurs.
- Il n’a pas encore de nom, répondit Angélique.
Le processus de refoulement en était arrivé au point qu’elle était persuadée, en cet instant, que le nouveau-né dans ses bras était la chair de sa chair. Je savais qu’il était inutile d’essayer de la convaincre du contraire. Je ne réussirais pas, en sept minutes, à obtenir ce que sept années de thérapie intensive n’avaient pu provoquer. Et ce n’était d’ailleurs pas du tout mon intention.
-  Que diriez-vous de Hans ? proposai-je.
J’étais à présent à dix mètres d’elle, tout au plus.
- Hans ?
Elle dégagea un bras du paquet qu’elle tenait contre elle et ouvrit le lange. J’entendis avec soulagement le bébé se remettre à brailler.
- Hans, c’est un joli prénom, reconnut-elle, plongée dans ses pensées et reculant d’un petit pas, s’éloignant ainsi un peu du parapet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dadotistedadotiste   21 août 2013
L'Archipel, p. 267

"A mesure que nous vieillissons, notre existence repose de plus en plus sur des promesses non tenues.
Il y a bien entendu toujours une bonne raison pour justifier qu'on n'ait pas accompagné son fils à la fête de l'école, qu'on ait pas assisté à la réunion des parents, ou qu'on ait envoyé sa famille seule à la plage pendant qu'on attend un e-mail dans une chambre d'hôtel.

Dieu a sans doute pensé que s'il donnait aux hommes la conscience de leur mortalité, il créerait un paradis sur terre.
Un monde rempli d'individus sachant que leur vie a une fin, et donc capables d'utiliser de manière judicieuse le temps qui leur est donné.
Des clous !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CroquignolleCroquignolle   22 mai 2018
Autrefois, à cause de la tristesse de mon regard, on m'avait souvent comparé à Nicolas Cage; aujourd'hui, ce que je pourrais éventuellement avoir de commun avec lui, c'est la rareté des cheveux.
Commenter  J’apprécie          111
CroquignolleCroquignolle   26 mai 2018
Quand on a envie d'être si proche d'un être qu'on aimerait échanger nos deux corps, la raison se tait, l'âme devient l'unique organe des sens en état de fonctionner.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Sebastian Fitzek (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sebastian Fitzek
Avis sur Le Colis à 6:23
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Passager 23" de Sebastian Fitzek.

Quel est le nom du bateau ?

Roi des mers
Sultan des mers
Roi des océans
Sultan des océans

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Passager 23 de Sebastian FitzekCréer un quiz sur ce livre
.. ..