AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809810325
350 pages
Éditeur : L'Archipel (06/03/2013)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 248 notes)
Résumé :
Celui que les médias berlinois ont surnommé le Voleur de regards a de nouveau frappé.
Comme à son habitude, il a tué une femme avant d’enlever son enfant. Dans la main de sa victime : un chronomètre qui a commencé à égrener les secondes…
Mais cette fois, on a également retrouvé le portefeuille d’Alexander Zorbach sur la scène du crime. Ancien policier devenu journaliste, celui-ci est alors pris dans l’engrenage d’un jeu machiavélique. Il sait qu’il ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  06 avril 2015
Ah, enfin ! Ça faisait un moment que je restais tiède devant mes polars et que j'attendais celui qui me ferait trembler et jubiler... puis le voleur de regards est arrivé : pour moi qui ne me régale jamais autant que face à un méchant astucieux et imaginatif, ça a été un vrai bonheur de lecture !
Dans un grand jeu de cache-cache mortel, l'intrigue met aux prises Alex Zorbach, ex-flic désormais journaliste criminel, ex-mari et aussi ex-homme équilibré, avec un tueur en série d'enfants qui déclenche un compte-à-rebours à chaque enlèvement et sème des indices comme dans un jeu de société... Ses meurtres, eux, ne ressemblent pas à un jeu de société, et Zorbach se démène pour l'arrêter au plus vite, aidé en cela uniquement par un stagiaire très dévoué et par une improbable voyante aveugle, mais gêné par la police officielle qui a la mauvaise idée de le soupçonner...
Tout est ici réussi à mes yeux : l'intrigue intelligente et originale, l'enquête menée avec brio, le suspense nourri par l'alternance des points de vue, les personnages parfois étonnants mais toujours justes, les descriptions angoissantes ou dégoûtantes, les rebondissements, le début, le milieu, la fin. En bref, je suis tout à fait enthousiaste, même si j'ai une nouvelle fois très mal dormi !
Challenge Variétés
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
Livresque78
  12 août 2014
Ce livre est tout simplement génial, Sébastien Fitzek est un auteur qui parvient à nous tenir en haleine avec des tonnes de rebondissements, il nous emmène dans toutes les directions et nous fait douter jusqu'à la dernière minute.
Ici pas de gore à outrance, mais de l'intelligence dans la manière de nous emmener là ou on pense trouver des pistes et des indices, et soudain, toutes nos théories s'écroulent.
Et enfin arrivent les dernières pages, la délivrance, la solution qui pas une minute ne nous a effleuré l'esprit.
Maintenant, tellement imprégnée de cette histoire et de la façon décrire de cet auteur, je ne peux que me diriger à grands pas vers "Le chasseur de regards".
Je vous conseille d'en faire autant.

Lien : http://livresque78.over-blog..
Commenter  J’apprécie          390
Croquignolle
  26 mai 2018
Ce matin, une panne de voiture m'a contrainte à annuler mes projets de ce jour. C'est à croire que le voleur de regards avait planifié ça pour me permettre de me plonger corps et âme dans son projet macabre. Je viens d'avaler 400 pages sans interruption, sans manger, sans même respirer.
Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre capable de me scotcher, de me captiver, de m'emmener si loin dans l'horreur.
Et - c'est très bizarre à dire - ça m'a fait du bien.
Pendant quelques heures, j'ai oublié mon quotidien, mon travail en retard, mes coups de fil à passer, les appels incessants de mon estomac à l'approche de midi.
L'histoire est glauque à souhait. le jeu est dément. L'homme qui le dirige encore plus. Nos méninges se triturent pour tenter d'aider Alexander Zorbach et Alina dans leur quête de sauver deux enfants des griffes du monstre.
Jusqu'à la fin, nos hypothèses se succèdent, se démantelant au gré des indices. Et jusqu'au bout, le doute persiste.
Au coeur de l'enquête, les indices paranormaux d'une femme aveugle nous malmènent, déstabilisant nos repères rationnels et traditionnels.
On est perdus. du début à la fin !
Sebastian Fitzek a su trouver les mots précis et parfaits pour enlever les miens de la bouche l'espace d'une journée. Quel talent !
P.S. Et je viens d'ajouter à l'instant à ma liste Pense-bête, la suite de ce roman - Le chasseur de regards - qui promet de m'emmener une nouvelle fois très loin du confort de ma terrasse printanière sous le soleil. A croire que je suis un peu masochiste :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
ladesiderienne
  01 mai 2020
45 h et 7 min, c'est le temps que laisse "le voleur de regards" aux enquêteurs pour retrouver vivants des enfants qu'il enlève après avoir assassiné leur mère. Par trois fois déjà, ce serial-killer a sévi dans Berlin et... gagné. Le délai imparti, toutes les petites victimes ont été découvertes, mortes par noyade et énuclées de l’œil gauche. Le quatrième compte a rebours a été lancé. Les jumeaux Léa et Tobias ont disparu alors que la police vient de trouver le cadavre de leur mère, un chronomètre coincé entre les doigts, lançant le décompte fatidique. Philippe Stoya le chef de la brigade criminelle commence alors la partie de cache-cache. La présence sur le lieu du crime d'Alexander Zorbach, un de ses anciens collègues reconverti dans le journalisme après une affaire qui a mal tourné, va rapidement attirer les soupçons des flics. Et c'est là qu'entre en scène Alina, une jeune psychothérapeute médium... et aveugle.
De Sebastian Fitzek, j'avais beaucoup aimé "Tu ne te souviendras pas". Je retrouve ici exactement la même trame de scénario, c'est-à-dire un personnage principal qui n'est pas flic (ici, journaliste et dans l'autre, avocat) obligé de mener une enquête de son côté pour se disculper, pendant que le vrai coupable reste insoupçonnable sous nos yeux. Les premières pages de ce thriller psychologique m'ont intriguée car l'auteur nous entraîne dans un "perpetuum mobile" énigmatique, en commençant son livre par l'épilogue puis le numéro des chapitres qui va décroissant tel un compte à rebours, pour terminer par le prologue et le chapitre un, comme si l'histoire allait recommencer. La surprise passée, j'ai eu du mal à être happée par le récit et l'ennui était à deux doigts de me gagner. La ligne de flottaison entre monde réel et paranormal est souvent brumeuse. Malgré le décompte implacable enclenché, il m'a manqué l'adrénaline qui fait dresser les poils sur les bras. Toute l'originalité de ce thriller réside dans les dernières pages. Comme je n'avais pas été très attentive, j'ai relu quelques pages par ci, par là, afin de me remémorer les indices qui m'avaient échappé. Il faut vraiment patienter jusqu'au bout pour découvrir le machiavélisme de l'auteur. C'est dommage que sur presque 500 pages, ces instants de grâce aient été si limités.
Après réflexion, je reconnais que c'est bien joué, d'autant plus que Fitzek ne se contente pas de jouer sur la corde sensible de l'émotion en mettant en scène des enlèvements d'enfants, ni d'attirer l'attention du lecteur sur le difficile quotidien des personnes non-voyantes, il donne en plus à son tueur un mobile "presque acceptable". A vous de lire si vous êtes curieux... Pour moi, c'est un 12/20 car j'ai été ballottée entre le pire et le meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
cannibalector
  21 avril 2015
Le voleur de regards est un tueur en série qui a déjà sévi 3 fois: il tue la maman, lui laisse un chronometre entre les mains qui se déclenchera lorsque la police trouvera le corps. Il restera alors 45h et 7minutes pour retrouver l'enfant que le tueur a kidnappé;dépassé ce délai, l'enfant sera retrouvé mort avec un oeil en moins.
Alexander, ex flic devenu journaliste criminel, branché sur les fréquences radio de la police arrive trés vite sur les lieux du quatrième meurtre. Trop vite. Les flics ont changé de fréquence et il est donc impossible qu'il soit au courant....Sauf si c'est lui le tueur!
J'ai du mal à comprendre la fascination quasi générale pour cet auteur allemand et les critiques dithyrambiques sur ce thriller:
le roman commence par l'épilogue, puis le dernier chapitre sans que cela interfère dans la chronologie de l'histoire, facétie de l'auteur qui a certes son explication mais qui est loin d'etre indispensable
une aveugle qui a des visions: why not?
des flics un peu "neu neu" et surtout un, brute sadique, qui est vraiment peu crédible.
C'est ,malgré tout, un thriller plutot agréable à lire, efficace avec une fin surprenante, de grande qualité ,qui "sauve" le livre.
Mais ce n'est que mon humble avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   26 avril 2020
Rien dans ce quartier ensommeillé en bordure de la forêt de Grunewald, ne signalait qu'un meurtre brutal venait d'y être perpétré. On aurait dit que la neige fraîche recouvrait non seulement les toits, les rues et les jardins, mais aussi le souvenir du drame. Si je n'avais pas été alerté, j'y aurais vu l'endroit le plus sûr de la planète, dans un quartier où les parents donnent à leurs enfants des noms qui passeraient inaperçus dans un catalogue Ikea : Tombte, Sören, Noemi, Las-Alvin, Finn... Des enfants dont le temps passé devant la télé est strictement limité et dont on attend le retour, non pas du terrain de foot, mais de la leçon de piano, tandis que les adultes, par-dessus les haies, discutent des mérites comparés des engrais pour pelouses et recherchent lequel des voisins a encore laissé son chien se soulager dans le Wirtschaftsweg, alors que la commune a disposé partout ces boites bleues qui proposent gratuitement des sacs jetables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   30 avril 2020
- Laisse-moi t'aider !
- M'aider ? hurla-t-elle. Comment donc ? Tu n'as pas la moindre idée du monde dans lequel je vis. Tu fermes les yeux, tout devient noir et tu te dis : "Haha, c'est donc ça quand on est aveugle." Mais ce n'est pas comme ça du tout.
- Je le sais...
- Tu sais que dalle. T'est-il déjà arrivé qu'on te prenne par l'épaule et qu'on te fasse traverser la rue contre ton gré, parce qu'on pense qu'il faut aider les personnes handicapées ? T'es-tu déjà mis en colère contre les handicapés en fauteuil roulant pour qui on abaisse les rebords des trottoirs, après quoi, putain, je ne sais même plus où commence la rue ? Est-ce qu'en ta présence, les gens agissent comme si tu n'existais pas et ne parlent qu'avec la personne qui t'accompagne ? Je suppose que la réponse est non, pas vrai ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienneladesiderienne   28 avril 2020
- Espèce de salaud égocentrique, sans cœur et sans parole.
- Tu as oublié "répugnant" et "abruti".
Je parlais d'une voix calme, beaucoup plus calme qu'à mon habitude quand je me querellais avec celle qui était encore ma femme. Je précise "encore" car, lors de notre dernière rencontre, nous avions décidé de divorcer. Nicci répéta alors la phrase qu'elle m'avait lancée à la figure, ce soir-là :
- Parfois, je me demande vraiment comment j'ai pu vivre avec toi !
- Bonne question ! Je demande un joker et je sollicite l'avis du public !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Amnezik666Amnezik666   28 mai 2013
Je me demandai s’il existait une loi obligeant même les hommes politiques les plus inconnus et les plus laids à faire tirer leur photo sur papier. Et s’il y avait sur notre planète un seul être qu’une affiche électorale ait jamais pu influencer dans son vote. Peut-être devrais-je lancer dans mon journal un appel à témoins quand toute cette affaire serait terminée.
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   24 avril 2020
Franck n'était pas comme ça. Pour lui, le journalisme n'était pas un métier, mais une vocation, qu'il aurait probablement vécu aussi intensément si notre journal l'avait payé plus mal encore que ce n'était le cas. Vu le nombre d'heures supplémentaires qu'il accumulait bénévolement, son salaire horaire ne devait guère dépasser celui d'un ouvrier agricole somalien.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Sebastian Fitzek (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sebastian Fitzek
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "À vendre ou à louer" de Valentine de le Court, Éditions Mols "Et les vivants autour" de Barbara Abel, Éditions Belfond "Toute la violence des hommes" de Paul Colize, Éditions HC "Siège 7A" de Sebastian Fitzek, Éditions L'Archipel
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Passager 23" de Sebastian Fitzek.

Quel est le nom du bateau ?

Roi des mers
Sultan des mers
Roi des océans
Sultan des océans

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Passager 23 de Sebastian FitzekCréer un quiz sur ce livre