AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782228893992
308 pages
Éditeur : Payot et Rivages (09/06/2004)
3.64/5   50 notes
Résumé :
À quoi la vie psychique aspire-t-elle, si ce n'est pas au plaisir ? C'est dans un des articles des Essais de psychanalyse, intitulé Au-delà du principe de plaisir que Freud rompt avec sa grande thèse selon laquelle la vie psychique est régulée exclusivement par la recherche de plaisir. La reconnaissance dans la vie psychique de la répétition de phénomènes pénibles pour le sujet conduit Freud à rév... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
aleatoire
  01 novembre 2014
Au-delà du Principe de plaisir
Le Principe de plaisir serait une sorte de régulateur automatique des processus psychiques liés à la circulation, l'évaluation relative et les transformations d'énergie pulsionnelle, en même temps qu'un principe organisateur de fonctionnement selon lequel l'individu ne tendrait qu'à la satisfaction par l'évacuation des quantités d'excitation qui affluent dans son appareil psychique (plaisir de décharge de ces tensions). le déplaisir correspond donc à une élévation de ces quantités, le plaisir à une diminution. L'appareil psychique cherche à maintenir aussi basse que possible la quantité d'excitation présente en lui dans une espèce de "principe de constance".
Il existe cependant des forces qui s'opposent à cette tendance au plaisir :
La principale de ces inhibitions réside dans "l'ordre" sous l'influence des pulsions d'auto-conservations du "moi" ; le "principe de plaisir" est alors relayé par le "principe de réalité" qui, plutôt qu'un renoncement introduit un ajournement à cette satisfaction et une tolérance provisoire à la non-satisfaction "sur le long chemin détourné qui mène au plaisir". Toutefois, le "principe de plaisir reste par excellence le mode de travail des pulsions sexuelles et déborde parfois le "principe de réalité".
Freud, relate l'événement connu du très jeune garçon se livrant au "fort-da" et qui ne répète dans son jeu une impression désagréable que parce qu'un gain de plaisir d'un autre ordre est lié à cette répétition dans laquelle il met en scène la disparition maternelle maîtrisée par la répétition ludique (et peut-être aussi dominatrice ou vengeresse).
Ainsi, se profile déjà l'idée que l"au-delà du principe de plaisir" s'exprimerait dans la compulsion de répétition".
L'auteur en définit alors le caractère pulsionnel comme poussée inhérente à l'organisme vivant vers le rétablissement d'un état antérieur qui a dû être abandonné sous l'influence perturbatrice de forces extérieures. Elle serait une sorte d'élasticité organique ou encore l'expression de l'inertie dans cette vie organique.
Notons dès lors la nature fondamentalement conservatrice du vivant : des phénomènes de l'hérédité, faits de l'embryologie sont avancés comme preuve de compulsions de répétition organique, conservatrices, dirigées vers la régression.
Le vivant n'est pas exterminé par des forces extérieures mais cherche à atteindre un état originel, faire retour à l'anorganique, aller à la mort par un mouvement intérieur, la mort comme but de toute vie. L'instinct de conservation n'étant plus que la tentative de l'organisme pour défendre sa manière propre de mourir.
Dans le corps humain, seules les cellules germinales, s'apparentant au groupe des pulsions sexuelles, bien que conservatrices comme les autres, préservent la vie un certain temps avec leur potentiel de dispositions héréditaires. On assiste à une espèce de dualisme entre des pulsions régressives et d'autres qui tendent vers un état nouveau, sans qu'aucun stade de développement puisse être considéré comme supérieur à un autre, d'autant plus qu'une avancée dans un domaine est souvent compensée par l'apparition de formes rétrogrades.
Une idée ressort qu'une tendance à la régression domine la vie organique, tandis que celle d'un développement adaptatif (darwinien?) ne s'animerait que sous l'effet d'excitations externes.
On se trouve en opposition avec l'idée nietzschéenne de "surhomme". La pulsion refoulée ne cesse pourtant de tendre vers une satisfaction complète qui consiste en la répétition d'une satisfaction primaire.
Selon Freud, la différence entre le plaisir de satisfaction demandé et celui obtenu serait celui que presse, du moins les plus exigeants d'entre-nous, vers des situations non établies une motion de perfectionnement en une sorte d'injonction à l'intelligence.
Mais y-a-t-il une issue à cette fuite en avant, à cette situation duale où les pulsions du moi face aux pulsions sexuelles deviennent pulsions de mort contre pulsions de vie, au travers de la fameuse "lutte de géants" entre Eros et Thanatos ?
Ainsi donc, "les pulsions du moi" poussent vers la mort en une énergie muette ; par leur caractère conservateur et régressif, elles correspondent à une "compulsion de répétition". Par cela, elles s'opposent aux "pulsions sexuelles" qui incitent à la continuation de la vie dont elles sont la "clameur" et qui reproduisent des états primitifs de l'être vivant tendant toujours vers ce but : la fusion de deux cellules germinales différenciées de façon déterminée.
Ces cellules se comporteraient de façon narcissique : un individu maintient sa libido dans le moi sans rien en dépenser dans des investissements d'objet. Elles ont besoin pour elles-mêmes de leur libido pour l'activité constructive qu'elles auront à exercer. Les cellules des formations malignes pourraient être définies comme narcissiques dans le même sens.
Le processus vital d'un individu conduit à l'égalisation des tensions internes c'est à dire, paradoxalement et à l'extrême jusqu'à la mort. A l'opposé, l'union à une substance hétérogène augmente ces tensions, introduisant de nouvelles différences vitales qui devront encore être réduites par les mêmes principes de vie.
Freud insiste sur le côté paradoxal de ces pulsions de vie perturbatrices, contrairement aux pulsions de mort, calmes, linéaires discrètes ; ainsi, le principe de plaisir qui recherche la constance, se trouve-t-il être au service des pulsions de mort, dans sa quête à désirer l'appareil psychique avec un minimum d'excitations, voire sans aucune, c'est à dire (idéalement...) en état létal.
Dans cet Au-delà, écrit "au début de la vieillesse", Freud introduit les concepts de compulsion de constance et de répétition ; il y présente le profond désir d'ordre, de régression de tout ce qui vit et de tout ce que l'activité biologique, matérielle, intellectuelle, affective, subit de doute, de négation, d'opposition, de désir de retour à l'initial, de destruction : c'est la pulsion de mort.
Comment ne pas souligner l'importance que Freud accorde déjà à la neurobiologie et ce parallélisme étonnant qu'il établit entre l'intense activité cellulaire qu'il décrit comme parfois hésitante, anarchique, régressive, déterminée, suicidaire (apoptose), vitale, reproductrice (fusion objectale) avec les conduites (psychologiques, affectives) humaines ?
L'au-delà du Principe de plaisir appelle enfin celui de réalité, issu de la fonction de conscience. Si le principe de plaisir est la voie instinctuelle, courte, aisée, droite et régressive, le principe de réalité serait le chemin des détours, celui des choix, des renoncements, des objets perdus (à commencer par le sein maternel), des deuils...
En cela, la réalité serait la valeur corrective du principe de plaisir, un évitement provisoire avant que d'en devenir, inéluctablement, la forme modifiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
jeanparapluie
  15 mars 2013
Freud est beaucoup cité, beaucoup utilisé, beaucoup critiqué. Adulé comme une autorité sacrée, déboulonné comme une "idole" (dixit Michel Onfray), je trouve surtout qu'on lui doit beaucoup pour nous avoir appris que nous sommes plusieurs dans la même tête, que le sens de la plupart de nos actes et de nos pensées ne nous appartient pas, et que nous sommes en grande partie étrangers à nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          134
Tatooa
  02 juillet 2013
Comme d'habitude avec Freud, un livre que j'ai lu pour info. Même si on lui doit beaucoup (avant lui l'inconscient "n'existait" pas), je ne peux m'empêcher de penser qu'il s'est tout de même pas mal fourvoyé. (Il avait les bonnes bases, mais à trop vouloir protéger les adultes, il s'est perdu et a montré un très mauvais chemin. Dans la relation adulte à enfant, c'est toujours l'adulte le "maître", celui qui en donne le ton et le sens (ou le non-sens)... Jamais l'enfant.
Les pulsions sont surtout chez les adultes, surtout les mortifères. Elles leur viennent peut-être de leur enfance, mais des adultes de leur enfance. Un enfant quand il naît, n'a d'autre préoccupation que vivre. Et survivre, souvent, aussi, avec ses pauvres moyens d'être totalement dépendant. Les "monstres" existent et souvent il n'est pas besoin d'aller chercher très loin pour les trouver. Tous les enfants le savent...
Commenter  J’apprécie          30
Laeti355
  22 décembre 2014
J'ai lu ce livre pour mes cours de psychologies. Malgré tout ce que Freud a pu apporter à la psychologie je n'arrive pas à accrocher avec ses théories. Je ne suis pas du tout d'orientation psychanalitique ce qui rend difficile la lecture de ses travaux.
Commenter  J’apprécie          10
Pirouette0001
  20 janvier 2013
Pour lire Freud dans le texte et se faire son idée.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TatooaTatooa   01 décembre 2014
Si nous admettons comme un fait expérimental ne souffrant aucune exception que tout ce qui vit retourne à l'état inorganique, meurt pour des raisons internes, nous pouvons dire : la fin vers laquelle tend toute vie est la mort.
Commenter  J’apprécie          40
stekasteka   05 août 2018
Notre affliction et notre douloureuse désillusion provoquées par le comportement non civilisé de nos concitoyens du monde durant cette guerre étaient injustifiées. Elle reposait sur une illusion à laquelle nous nous étions laissés prendre. En réalité, ils ne sont pas tombés aussi bas que nous le redoutions, parce qu'ils ne s'étaient absolument pas élevés aussi haut que nous l'avions pensé. ("Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sigmund Freud (82) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sigmund Freud
Ami et disciple de Freud, avec qui il rompra en 1913, Carl Gustav Jung est l'un des plus grands penseurs du XXe siècle. Psychologue de renommée mondiale, il invente des concepts qui auront une extraordinaire postérité : l'inconscient collectif, les archétypes, la synchronicité, l'anima et l'animus, la persona, les types psychologiques, le Soi…
Après avoir popularisé la philosophie de Spinoza auprès d'un large public, Frédéric Lenoir nous fait partager ici sa passion pour ce grand médecin et explorateur de l'âme humaine. Il montre comment sa pensée nous guide de l'inconscience à la conscience à travers un « processus d'individuation » : comment devenir soi en enlevant nos masques sociaux, en intégrant notre part masculine (pour les femmes) ou féminine (pour les hommes), en traversant notre ombre, en essayant de déchiffrer les messages de notre inconscient à travers nos rêves ou les synchronicités qui jalonnent nos vies. Un chemin qui nous aide à grandir en humanité et en liberté intérieure.
Activez la cloche pour être informé des nouvelles vidéos et abonnez vous : https://fanlink.to/AlbinMichel-YT
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel/ Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinmichel/ Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
+ Lire la suite
>Philosophie et théorie>Systèmes, écoles>Systèmes psychanalitiques (329)
autres livres classés : psychanalyseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
356 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre