AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234082489
Éditeur : Stock (16/08/2017)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Depuis l'enfance, il est notre ami. Et les animaux de ses Fables, notre famille. Agneau, corbeau, loup, mouche, grenouille, écrevisse ne nous ont plus jamais quittés. Malicieuse et sage compagnie !
Mais que savons-nous de La Fontaine, sans doute le plus grand poète de notre langue française ?
Voici une promenade au pays vrai d'un certain tout petit Jean, né le 8 juillet 1621, dans la bonne ville de Château-Thierry, juste à l'entrée de la Champagne.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
krzysvanco
  26 février 2021
C'est avec une grande finesse, de la tendresse, et beaucoup de malice qu'Eric Orsenna nous parle De La Fontaine.
Et c'est un régal !
Ill nous décrit sa vie, mais c'est bien plus que cela, il parsème son propos de citations des Fables et bien entendu également des Contes, et de nombreux traits d'esprit.
Eric Orsenna m'a emmené à Chateau-Thierry qu'il décrit avec bonheur, me fait faire un voyage dans le temps pour me plonger en 1621, année de naissance de Jean de la Fontaine, et le laisser suivre son héros jusqu'à sa mort.
Un personnage libre, n'hésitant pas à être fidèle à ceux qui l'ont aidé même s'ils tombent en disgrâce mais par contre notoirement infidèle à son épouse et avide de plaisirs,
souhaitant profiter de la vie, incapable de faire fortune, auteur de Contes licencieux qui firent scandale et qu'à la fin de sa vie, un prêtre l'obligea à s'en repentir, puis des Fables qui connurent le succès.
À la fin du livre, l'auteur a joint les fables les plus connues.
Ce fut pour moi une invitation à me replonger dans la lecture des Fables, et à me régaler - sans honte, je l'assume - des Contes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
oran
  02 septembre 2019
Une petite biographie colorée où transparaît la verve drolatique qui caractérise Erik Orsenna.
L'hommage spirituel d'un académicien à un autre immortel qui fut très assidu aux travaux de la noble institution, trois cent quatre ans séparant leur investiture.
Orsenna nous livre du bel art pour apprécier un peu plus La Fontaine, poète fabuliste prolixe, imaginatif « ce garçon de belles-lettres qui faisait des vers ».
Lecture à compléter en écoutant le podcast « La Fontaine, une école buissonnière » sur France Inter, émissions diffusées durant l'été 2017 et à revoir en replay l'excellente émission :
« Secrets d'Histoire - Jean de la Fontaine » diffusée le 22 août 2019 sur France 2, où Orsenna intervient également.
Commenter  J’apprécie          394
TheWind
  24 octobre 2019
Ce n'est pas seulement une biographie que nous offre Erik Orsenna, c'est aussi un cours de littérature.

En lisant ce livre, j'ai vraiment eu l'impression de retourner sur les bancs de la Fac, avec face à moi, un professeur passionné par son sujet. J'entendais les intonations de sa voix, je voyais ses petits sourires en coin, ses clins d'oeil malicieux.
D'ailleurs n'est ce pas ainsi qu'il faut (aussi) comprendre le titre "La Fontaine une école buissonnière" ? Comme un retour à l'école pour le lecteur ?
Tel un professeur, Erik Orsenna interpelle ses lecteurs, glisse quantité de références littéraires, donne à lire des extraits, conseille d'autres lectures et ne se gêne pas pour faire des digressions comme pour faciliter les simples lecteurs que nous sommes à une envolée classique.

On a tous en nous quelque chose de La Fontaine...alors, la tâche est ardue de rendre ce sujet intéressant tout en le vulgarisant. le lecteur-disciple pourrait avoir la désobligeance de renvoyer Orsenna à ses buissons. La cigale et la fourmi : déjà appris ! L'amitié avec Fouquet : j'connais ça par coeur ! Ses promenades dans les bois : déjà vu !
Oui, mais, il y aura toujours un petit quelque chose à apprendre, une histoire qu'on ne connaissait pas, un petit détail croustillant à se mettre sous la dent.
Si l'on en croit Orsenna, il y aura toujours de quoi s'abreuver à La Fontaine. Peu importe le loup qui viendrait vous en faire le procès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
ManouB
  14 mars 2018
Il fallait oser se lancer dans une biographie du grand "La Fontaine" surtout quand on voit tout ce qui a déjà été publié sur cet auteur, tant aimé des grands et des petits, et qui continue à ravir les écoliers de tous âges.
Voilà un essai qui ne manque pas de sel.
Ancré dans la modernité, c'est une vision très réaliste mais taquine qui nous est proposée par Erik Orsenna. On y rencontre bon nombre de "gentilles de corsage", "douces d'humeur" et des personnages de contes, bien éloignés des malicieux personnages des fables de notre enfance.
L'auteur en profite au passage pour nous parler de langue française, de la situation d'académicien, de l'amour des mots, des livres et de la lecture mais aussi de l'importance de la liberté dans la création.
Avec le talent qu'on lui connait, et beaucoup de malice, il nous donne envie de repartir sur les pas du poète et d'aller visiter les lieux de son existence, à Château-Thierry par exemple, là où il est né un certain 8 juillet 1621.
Puis de nous rendre à Paris au Quartier latin, où il rencontra Molière, Racine et Boileau qui resteront ses amis pour la vie.
Je ne vais pas vous raconter la vie De La Fontaine que vous pouvez retrouver n'importe où sur le net, juste vous dire que cet essai montre à quel point sa vie a été désordonnée, combien il a rejeté les bienséances, et la religion pour rester un homme libre et l'affirmer.
Ce que La Fontaine aime par dessus tout, c'est la langue française, l'amour et les belles demoiselles, la musique, ses amis et faire la fête avec eux loin des contraintes de la vie !
Mais il aime aussi démesurément la nature. N'a-t-il pas commencé sa vie comme "Maître des Eaux et des Forêts" ?
Les éléments biographiques n'apportent rien de neuf à la vie connue du grand homme. On le retrouve mauvais époux et père absent, vivant une double vie.
On le retrouve écrivant des contes subversifs sans se soucier de la morale de l'époque, des contes qu'il dit lui-même avoir écrit, suite à la lecture de Boccace et de son célèbre Decameron.
On le retrouve fidèle à son ami Fouquet, devenu son protecteur, alors que le surintendant des finances du roi est renié par la cour...
On retrouve La Fontaine alors démuni et sans le sou, à la solde de ses amis, ou de gentilles demoiselles.
Jamais la cour ne lui pardonnera d'être resté fidèle à son ami !
D'ailleurs, c'est à cause de cela que des années après, il aura des difficultés pour entrer à l'académie française...
C'est enfin à 47 ans, que La Fontaine écrit ses fameuses fables.
Il proclame bien haut qu'elles ne sont pas de lui, mais qu'il s'est inspiré pour certaines d'Esope, et cite clairement ceux qui les ont raconté les premiers.
Je ne savais pas que La Fontaine à la fin de sa vie, avait été obligé si je puis dire, de renier ses propres écrits, par peur du jugement dernier et sous l'influence d'un certain abbé...
Je ne savais pas non plus qu'il était de bon ton à cette époque de faire croire qu'il était paresseux, alors que ses écrits étaient très travaillés, et que les manuscrits prouvaient tout le contraire !
L'essai est interrompu par de nombreux extraits de contes (et bien j'avoue que je les connais peu et que cela donne envie d'en savoir plus) et des anecdotes amusantes, devrais-je dire même plutôt... croustillantes !
Enfin, un mini recueil de fables choisies termine le récit ...histoire de ne pas oublier cette poésie des mots qui a enchanté notre enfance et enchante encore celle des générations d'aujourd'hui.
C'est sans doute leur côté universel en ce qui concerne la nature profonde des hommes, qui les rend indémodables...
Cette courte biographie est un livre accessible qui se lit avec plaisir.
Les chapitres sont courts et l'écriture d'Erik Orsenna est abordable.
Le personnage De La Fontaine, empli de défauts nous apparaît sous sa plume très attachant.
Même les lycéens peuvent se pencher sur cette lecture qui leur fera entrevoir toute une période de l'histoire, ainsi que les difficultés des artistes et créateurs qui n'étaient pas favoris du roi. Mais cet essai leur montrera aussi que certaines choses n'ont pas changé !
Ce livre a été l'occasion d'une série d'émissions sur France Inter durant l'été 2017, émissions que je n'ai pas eu l'occasion d'écouter mais dont m'avait parlé une amie.
Voilà pourquoi j'ai eu envie de le découvrir...
Lien : http://www.bulledemanou.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
mjaubrycoin
  09 août 2017


Un vrai délice de lecture que cet ouvrage d'Erik Orsenna qui reprend les chroniques estivales diffusées sur France Inter . La Fontaine ne se contente pas d'être l'un des piliers de notre littérature nationale, mais reste le meilleur illustrateur de ce fameux "esprit français" que toute l'Europe de l'époque nous enviait, cette ironie irrévérencieuse qui se drape dans les lumineux atours de la langue française déployés avec précision pour le plus grand plaisir du lecteur. Et on peut vraiment dire que son humour pince- sans -rire n'a pas pris une ride ...
La biographie amoureuse qu'Erik Orsenna consacre à son auteur fétiche, illustre le parcours de celui qui se vantait de sa paresse en public, mais dans le secret de son cabinet "cent fois sur le métier, remettait son ouvrage ",depuis sa jeunesse provinciale jusqu'aux salons parisiens, après l'épisode de Vaux le Vicomte qui a mis en évidence son sens aigu de la fidélité.
Ce texte d'une érudition parfaite, est néanmoins léger, enlevé, à la portée de tous et nous renseigne sur la vie de la Fontaine tout en regorgeant d'anecdotes croustillantes qui plongent le lecteur dans l'ambiance du Grand Siècle.
Le biographe fait la part belle aux Contes moins connus du grand public que les célébrissimes Fables, car trop lestes pour figurer dans les programmes scolaires, permettant ainsi de découvrir une partie de l'oeuvre (reniée par son auteur vieillissant dans la crainte des foudres de l'enfer) qui conserve une extraordinaire saveur et annonce la légèreté et le libertinage de la Régence et du 18ème siècle.
De savoureux parallèles sont également établis entre cette époque et la nôtre, l'auteur mettant à profit son statut d'académicien pour témoigner que les mentalités restent les mêmes et que les siècles passent sans que les hommes ne changent...
Un florilège de fables conclut ce volume qui se lit d'une traite tant l'auteur a su rendre passionnante cette biographie novatrice qui se situe dans la droite ligne du spectacle de Robert Wilson qui enchanta la Comédie Française il y a quelques années et qui rend aux Fables leur fraîcheur et leur actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210


critiques presse (1)
LeFigaro   11 septembre 2017
Erik Orsenna vient de publier une savoureuse et instructive biographie de La Fontaine*. À sa lecture, on se dit que le fabuleux fabuliste du XVIIe siècle nous apprend beaucoup sur notre époque.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   22 septembre 2017
Un petit Jean naît à Château-Thierry

Tous ceux qui ne sont attirés que par le bling-bling et les bulles ne verront dans ChâteauThierry (aujourd’hui quatorze mille cent quatre-vingt-neuf habitants) que la porte de la Champagne. Les autres, ceux qui savent le prix de la flânerie, goûteront fort ce méandre de la Marne, cet étagement de collines coiffées de forêts. Sous cette paix trompeuse de la géographie, ils entendront vite, pour peu qu’ils dressent l’oreille, les bruits de l’Histoire. La rivière à cet endroit devait jadis se franchir à gué. Puisque des hommes passent, il faut bien les nourrir, les héberger, les protéger (ou les rançonner). Ainsi, dès l’époque romaine, naît une ville. Plus tard, sur la hauteur principale, un château s’élèvera. Où, de siècle en siècle, se succéderont des puissants. D’azur au château de cinq tours couvertes d’argent, ouvert, ajouré et maçonné de sable, accompagné de trois fleurs de lis d’or : le blason de la ville incite à rêver de chevalerie et de Table ronde. La population vit, et vit bien, d’agriculture et de commerce. On ne sait pourquoi ni comment, une forte communauté juive s’y installe. Au XIIIème   siècle, elle crée une école rabbinique qui devient vite célèbre. Samuel d’Évreux en est la figure la plus éclatante. On accourait de partout, et jusque de Tolède, pour entendre ses interprétations du Talmud. En 1285, avec le comté de Champagne, Château-Thierry rejoint le domaine royal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
migdalmigdal   31 décembre 2017
L'eau nous apprend la liberté. Mieux, elle nous en donne le courage. Vous pouvez être qui vous voulez, nous dit l'eau : héron, lion, grenouille, moucheron... Regardez-moi, prenez exemple : un jour, je suis glace ; le lendemain, nuée. Un jour, je tombe de haut : il pleut. Le lendemain, je suis au ciel, après m'être évaporée.

N'oublions pas la paresse, si chère amie de La Fontaine. Un cours d'eau, c'est la voie des taoïstes, un chemin qui avance tout seul. Quel plus doux rêve que celui de s'y laisser glisser ! Ah ! si la vie pouvait vous prendre en charge complète. Ah ! si la vie pouvait vivre pour vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
krzysvancokrzysvanco   08 février 2021
J’avoue la préférence pour La Tuéterie, aussi nommée Ferme Renard. [....]
Je vous recommande la visite, notamment le dessus du four à pain. Il paraît que le poète profitait de sa chaleur pour y « faire leur affaire » aux soubrettes plus ou moins consentantes. Légende ou vérité ? Si vous en avez le loisir, et l’intérêt, menez l’enquête !
Commenter  J’apprécie          190
krzysvancokrzysvanco   26 février 2021
L’une des clefs se trouve peut-être dans l’inscription rédigée par La Fontaine lui-même pour le couvercle de sa tombe future :

Jean s’en alla comme il était venu
Mangea le fonds avec le revenu,
Tint les trésors choses peu nécessaires..
Quant à son temps, bien le sut dispenser,
Deux parts en fit, dont il soulait passer
L’une à dormir et l’autre à ne rien faire.
Commenter  J’apprécie          172
migdalmigdal   27 décembre 2017
Honte sur moi, académicien donc cofabricant de dictionnaire, je n'ai appris que récemment le mot qui désigne l'habitant d'une ville : le gentilé. Comment appelle-t-on celui qui loge à Château-Thierry, ou, pour ce qui nous concerne : quel est le gentilé de Jean de La Fontaine ? Castelthéodoricien.

On imagine le rire du fabuliste ainsi lourdement affublé.
Commenter  J’apprécie          171

Videos de Erik Orsenna (133) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Erik Orsenna
Intégrale 6 à la maison - 5 mai 2021 Hoshi, Erik Orsenna, Nathalie Saint-Cricq, Max Guazzini, Serge Moati, Lilian Thuram, Zahia Ziouani Artistes, humoristes, intellectuels, acteurs de l'actualité : chaque mercredi, nos invités se réunissent autour d'Anne-Elisabeth Lemoine et Patrick Cohen pour proposer aux téléspectateurs une émission à la fois sérieuse et légère autour de la culture et de l'actualité, dans une ambiance chaleureuse et moderne.
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Erik Orsenna, presque...

Erik Orsenna est un pseudonyme ?

vrai
faux

5 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Erik OrsennaCréer un quiz sur ce livre

.. ..