AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253178152
Éditeur : Le Livre de Poche (09/04/2014)

Note moyenne : 3.05/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Quadragénaire, fraîchement divorcée et élevant seule ses deux enfants à Paris, Lorraine s'occupe beaucoup de sa famille et pense très peu à elle. Lorsqu'elle rencontre Cyrille, un ami d'enfance, elle croit avoir enfin trouvé l'amour qui manquait à sa vie. Mais leur relation ne répond pas à ses attentes, et cet homme qu'elle pensait bien connaître lui échappe. Pour mieux savoir quelle femme et quelle mère elle veut être, Lorraine devra mettre à nu ses sentiments, ses... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  09 mai 2014
Pourquoi lire le Bruit des Silences ?
Je sais pas...
Franchement, j'ai essayé, je me suis accroché puis j'ai dévissé à la page 162, la réplique fadasse 2635 me terrassa comme un lapin en plein vol.
Le fond, basique, nous présente une quadra divorcée , deux gamins caricaturaux à charge, et qui croit que l'amour ne viendra plus jamais toquer à sa jolie porte en mélaminé imitation chêne. Tu m'étonnes, pas con l'amour. Pourquoi prendre le pari d'une relation convenue avec l'ami d'enfance retrouvé justement par hasard alors que celle de Zézette et Félix présentait cent fois plus de panache. Elle avait au moins l'élégance de faire rire...
J'aurai dû me méfier dès le début à la découverte du prénom. Lorraine. En même temps, il se dégage une certaine logique tant le lecteur peu avisé en ressort avec l'impression d'avoir été pris pour une quiche, grosse la quiche.
Je vous passe sur la meilleure amie agissant dans son dos pour réunir les deux tourtereaux, vivement l'ouverture de la chasse...
Je vous passe les questionnements existentiels des deux perdreaux, vivement l'ouv..., qui, greffée à son portable, se demandant si cette nouvelle histoire prometteuse en vaut réellement la peine, qui hésitant à quitter sa grosse rombière dirigeant la boîte qui l'embauche. Ah oui, au fait,Cyrille est un garçon vif, courageux et modeste en passe de révolutionner la cosmétologie avec sa nouvelle capsule humblement baptisée Cyrinol.
Je vous passe les deux gamins aussi touchants qu'une crise acnéique purulente. La gamine, mariée à son pot de Nutella, ne jure que par Lady Gaga alors que le frangin semble vouer une passion dévorante pour son bescherelle.
" Tu nous gaves " , "  trop pas " ...Cours Pivot, cours !
Bref, empathie envers les personnages, 0 ! Et j'ai noté large...
Si le fond le touche régulièrement, la forme n'est pas en reste, la coquinette.
Un style plat, vouant au Dieu poncif un culte sans bornes. Aucune aspérité à déplorer, pas le moindre intérêt susceptible de pousser le lecteur à s'aventurer jusqu'à la page 163. Rien, nada, zob. Juste l'impression d'être vautré dans son canapé tel le décérébré moyen hypnotisé par un programme qui n'en porte que le nom – qui a cité TF1 ? - et qui va malgré tout jusqu'au bout tout en sachant pertinemment qu'il n'y a absolument rien à en attendre. Hé bien non, pas ce coup-ci, autre chose à faire de plus captivant comme regarder les trains passer...tiens, le 14h53 est encore en retard ?!?
Fade et allergique à tout humour, le Bruit des Silences fera le bonheur des cheminées et poêles au démarrage récalcitrant.
1 étoile pour l'arbre sacrifié, un chêne sûrement...
Allez, pour vous mettre l'eau à la bouche, ça me fait plaisir.
La première fois, comme dans un rêve éveillé :
« Elle l'attira dans la cuisine, et, le poussant contre le frigidaire couvert d'aimants(...), l'embrassa avec fureur pour tout remerciement. D'un pas chancelant, Cyrille l'entraîna doucement vers la table et c'est là, au milieu des livres scolaires et des restes de petit-déjeuner, qu'il la prit dans un cri qui ressemblait à un déchirement, sans qu'ils se soient donné le temps de se déshabiller. Puis il la regarda, hébété, avant de s'affaler sur elle et de se mettre à ronfler. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5923
joedi
  21 août 2014
Lorraine, la quarantaine, fraîchement divorcée vit avec ses deux adolescents, Bastien et Louise. Elle a une passion, héritée de son père, les fleurs ! Depuis son divorce, elle a choisit de travailler chez Maya, son amie fleuriste, qui tient une boutique à Paris. Au hasard d'une livraison, elle retrouve un ami d'enfance avec lequel elle entame une relation ...
Le bruit des silences, ce sont tous les secrets de famille enfouis depuis trois générations qui, un jour, remontent à la surface. le bruit des silences, un roman d'été que j'ai lu avec beaucoup de plaisir.
Commenter  J’apprécie          292
zabeth55
  25 janvier 2015
Challenge variétés 2015 : un auteur que vous ne connaissez pas.
Allons-y, Valérie Gans, je ne connais pas.
Et bien, j'aurais mieux fait de ne pas la connaître, ça m'aurait fait gagner du temps pour de bonnes lectures.
Comment dire, c'est du mauvais Pancol, mais en pire. C'est tout dire.
« Nous deux » (Je ne sais pas si ça existe encore) en ferait un excellent feuilleton.
C'est une histoire sentimentale contemporaine, sans aucune surprise, agrémentée d'histoires de famille, d'enfants, de travail. En plus, c'est long, plus de quatre cents pages.
Bien sûr la lecture est facile, mais tellement trop facile !
Ce n'est pas la première journaliste qui se lance dans l'écriture sans avoir rien de bien nouveau à dire.
Bon, me voilà bien sévère, j'espère pour l'auteur que d'autres lecteurs apprécieront plus que moi.
Commenter  J’apprécie          173
chriskorchi
  21 mai 2014
Alors que dire ? Je suis bien embêtée car il y a des choses que j'ai aimé: peu et d'autres que j'ai carrément détesté : beaucoup , je n'ai pas un avis tranché sur ce livre. Je vais donc essayé de compartimenter mes sensations.
Alors tout d'abord le sujet , c'est un sujet plutôt actuel et original même si on en voit de plus en plus fleurir. Il s'agit d'histoire de femmes actuelles avec leurs vies , leurs choix, leurs doutes, leurs peines et les hommes de leur vie et là par contre ils s'en prennent plein la tête. On se demande si l'auteur n'a pas écrit son roman pour faire son analyse psychiatrique, on a l'impression qu'elle règle ses comptes avec les hommes et c'est gênant.
J'ai bien aimé cependant que ça parle des secrets de famille et des dégâts que cela peut causer. Les personnages sont caricaturaux cela ne causerait aucun problème s'il s'agissait d'une volonté de rendre les choses drôles mais il n'en est rien. Dommage le titre me plaisait bien et promettait de bons moments de poésie mais au lieu de ça quel ennui, du vu et revu, du dit et redit….
Par contre, il est vrai que c'est facile à lire, que l'on va jusqu'au bout quand même dans l'espoir qu'il va se passer quelques choses mais par contre les fautes d'orthographe c'est limite quand même. Les dialogues trop prévisibles, une héroïne qui est tout sauf la madame tout le monde qu'elle est censée représenter. Trop de clichés, c'est rétrograde et petit.
Les points positifs : une couverture agréable et attirante, un titre que j'aurai aimé trouver et qui promet, un sujet sympa qui bien traité aurait pu donner un livre agréable à lire.
Je suis contente de ne pas l'avoir acheté parce qu'il y a tant de bons livres à lire !!! de plus, il faut arrêter de dire que ça ressemble à Pancol ça n'a rien à voir c'est mensonger je trouve.
VERDICT
Vous l'aurez compris je ne le conseille pas ou alors si vraiment vous n'avez plus rien sous la main …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
chardonette
  27 avril 2015
Il y a quelque temps on m'avait conseillé de lire le bruit des silences de Valérie Gans et c'était la même personne qui m'avait suggéré Juste avant le bonheur d'Agnès Ledig, un livre que j'avais adoré. Alors, je n'ai pas hésité longtemps et je me suis plongé dans cet ouvrage et je ne le regrette pas du tout. C'était un bon moment de lecture.Je l'ai lu rapidement, car je voulais savoir ce qui allait se passer mais quelle surprise lorsque j'ai appris qu'il y avait une suite : des fleurs et des épines.
En lisant ce livre j'avais l'impression de retrouver l'ambiance que j'avais beaucoup appréciée dans Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol. Et en refermant le livre je confirme cette impression.
L'auteur nous propose de suivre Lorraine, mère divorcée ayant deux enfants qui travaille avec son amie Maya comme fleuriste. Et un jour elle va tomber sur Cyrille, un amour d'enfance, mais il est marié et père de trois enfants. Ils vont tout de même se rapprocher et vont avoir une liaison. Lorraine à une soeur, Julie, qui vit une relation très difficile avec Patrice, un homme manipulateur et odieux. On va découvrir également que les parents et la grand-mère de Lorraine cachent de nombreux secrets qui seront révélés au fil des pages...
Pendant cette lecture, on rit, on est touché et on se laisse embarquer dans cette histoire familiale et plus généralement les relations entre les hommes et les femmes ... J'ai aimé la plume de l'auteur qui est fluide et rythmée par les dialogues.
En résumé : Un bon moment et j'ai vraiment envie de retrouver ces personnages rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   28 mai 2013
l y a du Katherine Pancol dans ce roman où les personnages ordinaires et attachants vivent des étapes de leur vie parfois difficiles. Un joyeux roman qui illustre à merveille la devise "Carpe diem".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
nicoletapintiliinicoletapintilii   12 juillet 2018
On n'est jamais libre. Il y a les personnes qui nous retiennent, et, quand elles ne sont plus là, il y a les fantômes.Et si par hasard on arrive à se débarrasser des fantômes, il reste les regrets...Je me demande d'ailleurs si ce n'est pas ce qu'il y a de pire, les regrets.
Commenter  J’apprécie          10
nicoletapintiliinicoletapintilii   11 juillet 2018
Profite de la nature qui t'enture, semblaient dire ces yeux pleins de sagesse, au lieu de pleurer pour un homme qui de toute façon reviendra. Ou pas. Mais oui, s'il est accroché, il reviendra. Et s'il n'est pas, il ne mérite pas que tu l'attendes.
Commenter  J’apprécie          00
nicoletapintiliinicoletapintilii   12 juillet 2018
Tu l'aimes parce que tu ne peux pas l'avoir.
Commenter  J’apprécie          10
nicoletapintiliinicoletapintilii   10 juillet 2018
-En tout cas, quel que soit le moteur de ton amour, si tu l'aimes vraiment ou si tu crois que tu l'aimes, ce qui au bout du compte revient exactement au même, surtout ne le lui montre ni ne le lui dit jamais.
-Tu sais, c'est bizarre, les hommes: ils ne veulent qu'une seule chose, c'est qu'on les aime, et quand on les aime et qu'on le leur dit, ils n'ont qu'une seule envie, c'est de se barrer.
Commenter  J’apprécie          00
nicoletapintiliinicoletapintilii   11 juillet 2018
Moi je crois que les hommes ont été inventés pour faire pleurer les femmes.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Valérie Gans (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Gans
L?emprise de Valérie Gans .Venant du monde de la publicité, Valérie Gans part vivre en Arabie Saoudite pendant trois ans pour raisons personnelles. Là-bas, par goût de l?écriture et par besoin de s?accrocher à sa culture française, elle s?essaie à l?écriture romanesque, chose dont elle rêvait depuis longtemps mais qu?elle n?avait jamais osé concrétiser. C?est ainsi que parait «La vie crumble », en 2000. de retour en France, chroniqueuse littéraire en télévision puis journaliste en presse écrite pour le Figaro Madame, Valérie Gans publie régulièrement. Très vite, le succès est là mais ses livres sont cantonnés aux rayons des bluettes et autres romans populaires. Ce qui est bien dommage. Car Valérie Gans est assurément un auteur à suivre. Et au fil des années et des publications, son style s?est affiné, son écriture s?est enrichie et Valérie Gans a prouvé qu?il fallait compter avec elle. Si les sujets de ses premiers romans ont pu paraitre à certains un peu mièvres ou faciles, depuis, là aussi, les thématiques abordés pas l?auteur deviennent plus consistantes, plus proches des faits sociétaux. La vie de couple, la transmission entre générations, l?éducation font partie de ses thèmes de prédilection. Aujourd?hui, dans ses romans, Valérie Gans n?hésite plus à interpeller le lecteur, voire à le bousculer dans ses certitudes. Il en est ainsi de ce nouveau titre « Emprise ». Claire a 29 ans, parfaitement bien dans sa vie de parisienne, assumant pleinement sa liberté et ses choix. Mais son chemin croise celui de Mark, beau comme un dieu, séduisant, sachant l?écouter et lui parler. Très vite, le monde que Claire s?était construit vole en éclats. Eperdument amoureuse, elle change de vie, se marie et accepte même de suivre son époux en Arabie Saoudite où celui-ci est envoyé en mission professionnelle. Là-bas, dans ce pays où la femme ne peut sortir sans son voile, le vrai visage de Mark se dessine. S?inspirant de sa propre expérience en Arabie Saoudite, Valérie Gans évoque ici la place de la femme dans nos sociétés, l?ambiguïté des pervers narcissiques, le harcèlement moral et plus largement, l?auteur nous interroge sur ces libertés que l?on croit acquise mais qui peuvent se refermer sans que l?on y prenne garde. Un roman bien ficelé, ne ménageant pas le lecteur avec de multiples rebondissements, des personnages bien dessinés et attachants dans leurs erreurs et leur fragilité. Une histoire, qui fait froid dans le dos, librement inspirée de la réalité, qui parlera tant aux femmes qu?aux hommes. « Emprise » de Valérie Gans est publié chez JC Lattès.
+ Lire la suite
autres livres classés : divorceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2907 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .