AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070756896
176 pages
Éditeur : Gallimard (14/02/2001)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 38 notes)
Résumé :
"Même à la veille du supplice,je persiste et signe. En politique comme ailleurs, y compris en amour, le succès est à ceux qui savent jouer, sur la scène publique, des rôles de composition et connaissent les lois de l'éloquence. Je crois la rhétorique plus forte que les idées Je crois le mensonge plus prégnant que la sincérité. Je crois qu'il faut apprendre très tôt à taire ses enthousiasmes, ses détestations, et même ses idéaux ; ne jamais offrir à l'ennemi l'occasi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  01 janvier 2019
Vieil auditeur de France Inter (quoiqu'un peu moins assidu ces dernières années), je ne découvre pas Jérôme Garcin ici… Néanmoins, je découvre une plume que je n'imaginais pas à l'écoute du « Masque et le plume ». Une belle plume : précise, un peu précieuse … d'une préciosité qui sied parfaitement au XVIII ème siècle dont le malheureux rédacteur fut une victime.
Marie-Jean Hérault de Séchelles, c'est de lui dont il s'agit écrit à son amour du fond de sa prison. Nous sommes en 1794 et la Terreur bat son plein. Il sera condamné, il le sait, pour « complicité avec les ennemis de la République » ; et guillotiné …
Marie-Jean Hérault de Séchelles dont le nom n'est sans doute connu que des spécialistes de la Révolution Française, qui fut exécuté ce 05 avril 1794 en compagnie de Danton, Desmoulins, Fabre d'Eglantine
Indépendamment du témoignage historique soigneusement documenté, il s'agit de décrire la folle ascension d'un jeune homme prêt à tout pour conquérir pouvoir et femmes.
Prêt à tout pour accéder au pouvoir au point se mettre, dans un premier temps sous la protection de Marie Antoinette.
Prêt à tout, jusqu' à s'adjoindre les conseils d'une « comédienne » pour acquérir les ficelles du paraître et de la rhétorique, afin de briller dans les salons et auprès des femmes.
En plus d'être jeune et beau …
Et dont la chute sera aussi spectaculaire que l'ascension.
Une belle lecture due à la prose de Jérôme Garcin et malgré l'ambiance sordide d'un texte du genre « dernier jour d'un condamné » qui n'engendre pas la gaieté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
talou61
  05 mai 2018
Superbe !
Dans un pur style du XVIIIe siècle, un roman historique qui retrace la vie de Marie-Jean Hérault de Séchelles, conventionnel et membre du comité de salut public.
Ecrit sous forme de confessions, le roman nous permet d'être proche de Hérault.
Comme écrit Manceron, toutes les fées se sont penchées sur le berceau de Hérault de Séchelles : beau, intelligent, riche, nommé avocat au Châtelet de Paris à l'âge de dix-huit ans !
Personnage plein de contradictions, empli d'une langueur romantique, il m'a émue et ce livre m'a donné envie d'en savoir plus sur cet homme qui disait avant son arrestation :
"De sinistres présages me menacent, je veux me hâter de vivre, et lorsqu'ils l'arracheront de la vie, ils croiront tuer un homme de trente-deux ans : eh bien ! J'en aurais quatre-vingts, car je veux vivre en un jour pour dix années."
Commenter  J’apprécie          190
Vermeer
  14 octobre 2015
En 1794, au plus fort de la Terreur, Marie-Jean Hérault de Séchelles attend son exécution demandée par Saint-Just. Il écrit à la femme qu'il aime peut-être le seul écrit sincère de son existence. C'est l'occasion de revenir sur sa vie et son parcours politique. Personnage pas vraiment sympathique mais complexe et que sa lucidité rend néanmoins attachant. "J'avais les défauts d'un homme qui s'est préféré" écrit-il. Il a au départ toutes les qualités pour réussir en politique. Riche, grand, beau, orateur, cynique et hypocrite que les scrupules n'étouffent pas. Il plait aux femmes, à Marie Antoinette notamment qu'il trahira comme il trahira sa famille et ses amis. Membre du Comité de Salut Public, Il cautionne les débuts de la Terreur, les massacres de Septembre, les noyades de Carrier à Nantes par lâcheté et incompréhension. Il a cette phrase terrible "Nous serons humains quand nous serons assurés d'être vainqueurs"
Encore un personnage secondaire, sorti de l'oubli par Jérôme Garcin, mort jeune (mais 35 ans sous la Terreur, c'est déjà presque vieux) dans une langue au style soutenu, travaillé dans le style du XVIIIème siècle. Des passages magnifiques : Mme de Sainte-Aramanthe à cheval, lettre de sa fille, témoignage extraordinaire d'amour filial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Herve-Lionel
  28 février 2014
N°688– Octobre 2013.
C'ÉTAIT TOUS LES JOURS TEMPÊTEJérôme GARCIN – Gallimard.
Qui est ce Marie-Jean Hérault de Séchelles[1759-1794] qui va mourir à 35 ans, sous le couperet de la Révolution et qui le sait ? Quoiqu'il en soit, il écrit depuis sa prison parisienne une lettre enflammée à sa dernière maîtresse, Mme de Sainte-Armaranthe, pour lui redire son amour passionné. Il s'y confesse et ce qu'il dit le décrit comme un jouisseur passant du lit des soubrettes à celui des dames de la Cour (Et peut-être de la Reine?) en n'oubliant pas la cellule des moniales et les nombreuses chambres où officient les prostituées. Selon ses dires, Mme de Sainte-Armaranthe aurait eu le pouvoir de corriger chez lui« Une orgueilleuse frivolité où passait, dans le mépris des autres, le dégoût de [lui]». Désormais sans avenir, il s'accroche à son passé « comme [à son] dernier trésor ».
La Révolution qu'il a pourtant servie avec zèle, par ambition et par opportunisme, va l'exécuter, mais il poursuivait un but qui maintenant lui échappe. II faut croire que l'imminence du supplice favorise le repentir puisqu'il lui avoue une de ses tromperies, nombreuses sans doute, s'accuse d'être orgueilleux, hypocrite et machiavélique avoue la certitude qu'il mourrait jeune et insatisfait, lui qui voulait surtout réussir, et vite ! Ainsi il fit de bonne heure ce qu'il fallait pour être célèbre et se révéla, sous l'ancien régime, perfide voire manoeuvrier, flagorneur et prétentieux à l'occasion, et dut beaucoup de sa bonne fortune aux femmes. Avocat Général au Parlement à à peine 30 ans (ce qui ne l'empêcha pas de participer à la prise de la Bastille ni de s'insurger contre les conséquences de la nuit du 4 août sur son patrimoine personnel), il fut un homme d'influence, de pouvoir sinon de lettres mais il fut surtout un homme d'alcôves ce qui n'était pas la moindre de ses contradictions. Il devint en effet député républicain de Paris et même président de l'Assemblée, rédacteur de la Déclaration des Droits de l'homme, vota la mort de roi et même celle de Marie-Antoinette qui fut sa protectrice. Il avait en effet cette étonnante faculté de vouloir faire du mal à ceux qui lui voulaient du bien ! Lui dont la noblesse remontait à 1390 fut, sous le Révolution qu'il servit avec cynisme et dans l'horreur, le bourreau de l'aristocratie à laquelle pourtant il appartenait, trahissant ainsi sa caste et ses origines au nom de son ambition. Il fut peut-être plein d'illusions révolutionnaires [« Et pourtant, malgré mes postures et mes impostures, mes petits calculs et mes grandes prétentions, mes infimes courages et mes vraies lâchetés, mes enfantillages, mes contradictions, mes foucades, j'y ai cru à cette Révolution, cette folie, cette effrayante et magnifique machine conçue par des mains anonymes pour fabriquer du progrès »] mais reste le complice des assassinats perpétrés par la Terreur. Pourtant ce talentueux jeune homme, trop brillant sans doute pour les temps si troublés de la Terreur, trop arriviste et probablement trop oublieux de ses origines finit par être suspect et sûrement davantage jalousé. Il n'allait pas tarder à tomber dans le piège tendu avec, au bout du chemin l'inquiétante ombre de la guillotine. Lui qui avait baigné dans la culture classique, qui avait été l'élève des oratoriens oublia peut-être un des préceptes qui lui fut enseigné selon lequel « La roche Tarpéienne est proche du Capitole ».
Dans une ultime correspondance toujours adressée à Mme de Sainte-Amaranthe, Marie-Jean Hérault s'estime victime d'une injustice, fait l'amère constatation de l'ingratitude humaine autant que de sa lâcheté. La proximité de la mort réveille en lui des souvenirs amoureux et poétiques à l'endroit de sa maîtresse [« Ce sont des pelures de l'amour » écrit-il, parlant des crocus qu'elle avait cueillis et qui avaient séché entre les pages de son livre]. Sentant venir la mort et le couperet, il devient fataliste un peu comme si, mourir jeune était soudain devenu une chose acceptable. Il ne recevra évidemment aucune réponse à sa longue lettre mais elle parviendra à sa destinataire sans qu'il le sache. Cette dernière, sans pouvoir lui répondre puisqu'il est déjà mort, en écrivant à sa fille, fait écho à cet amour que son amant vient de lui déclarer autant qu'elle répond à la missive qu'Émilie fit jadis parvenir à Hérault. Ces deux correspondances croisées illustrent sans doute cet amour partagé puisque dans cette confession où il se décrit pour elle sans complaisance est ressentie par cette femme « comme un ultime gage d'amour » qu'elle gardera « dans le tiroir central de (son) bonheur-du-jour en marqueterie, celui où (elle) range tous (ses) regrets et qui sent l'orange ».
Jérôme Garcin nous offre aussi des évocations équestres à la fois techniques et esthétiques, explore avec ce livre où la fiction rejoint l'histoire une vie qui aurait pu être brillante mais qui fut brutalement interrompue. Marie-Jean Hérault de Séchelles ne fut pas le seul, en cette période troublée, à renier ses origines et à contribuer de bonne foi ou pour sauver sa vie au changement de la société, pour autant, je ne sais pas pourquoi, j'ai du mal à éprouver de la sympathie pour lui. J'imagine que s'il avait vécu, il aurait sans doute repris sa vie de Don Juan, aurait oublié Mme de Sainte-Amaranthe, aurait joué un rôle politique où le cynisme l'eût disputé à l'arrivisme. Mais son destin s'est arrêté brutalement, le sort (ou Dieu, selon qu'on y croit ou pas) lui a été contraire, son parcours a pris une autre voie, s'est heurtée à l'échafaud de la Terreur. Reste l'histoire de cette passion amoureuse qui peut nous émouvoir ou nous révolter. Elle illustre la condition humaine qui fait de nous les usufruitiers de notre propre vie.
Depuis quelques temps j'explore et découvre avec plaisir l'oeuvre de Jérôme Garcin. C'est toujours agréable de lire un de ses romans qui allient le bien écrire, la poésie à des touches d'humour subtil. C'est pour moi un bon moment de lecture.


© Hervé GAUTIER - Octobre 2013 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
philteys
  15 juin 2015
Dans un style rappelant le XVIIIème siècle mais sans tourner à la démonstration, Jérôme Garcin, très inspiré nous dresse l'autoportrait d'un ambitieux cynique. Marie-Jean Hérault de Séchelle a le sentiment qu'il va mourir jeune ; aussi s'emploie-t-il à réussir avant l'ultime échéance : cours de théâtre et de diction pour entrer en politique, écrivain parce que cela lui apporte une notoriété chez ces dames qui se succèdent dans son lit, renoncements à soutenir les gens de sa caste... le problème, c'est que ce récit ne se déroule pas aujourd'hui où le pire danger serait de se retrouver dans les pages de "Voici", mais pendant la Révolution française et la Terreur. Et notre citoyen a un trou dans sa carapace : il est amoureux pour la première fois...
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
mariecesttoutmariecesttout   28 février 2014
Même à la veille du supplice, je persiste et je signe. En politique comme ailleurs, y compris en amour, le succès est à ceux qui savent jouer, sur la scène publique, des rôles de composition et connaissent les lois de l'éloquence.Je crois la rhétorique plus forte que les idées. Je crois le mensonge plus prégnant que la sincérité. Je crois qu'il faut apprendre très tôt à taire ses enthousiasmes, ses détestations, et même ses idéaux; ne jamais offrir à l'ennemi l'occasion de vous percer. La franchise, qui est d'ailleurs une illusion, ne m'a jamais valu que d'être méprisé et davantage critiqué. Je crois que l'habit fait le moine, que l'acteur est dans ce qu'il proclame et dans les poses qu'il ne laisse de prendre sous des costumes d'emprunt.
Je suis toujours parti du principe que le monde dans lequel je vivais était corrompu ( qu'il fût coiffé d'une couronne ou d'un bonnet phrygien n'y changeait rien) et qu'il était non seulement ridicule mais surtout vain de lui opposer une morale. L'Histoire nous a appris que la vertu ne peut rien contre le vice et que , pour triompher des cyniques, il s'agit d'être plus cynique encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
lecassinlecassin   31 décembre 2018
J'ai toujours pensé qu'il n'y avait pas plus vulgaire, quand ils ont décidé de blesser, que les gens raffinés.
Commenter  J’apprécie          150
LaurenebLaureneb   28 septembre 2018
On m'explique que, dans la Théorie de l'ambition, ce recueil de poncifs et d'aphorismes sentencieux dont vous semblez si fier, vous n'avez pas craint d'écrire cette ineptie : "Il faut distinguer avec soin le cerveau femelle du cerveau mâle. Le premier est une sorte de matrice, il reçoit et il rend ; mais il ne produit pas".
Commenter  J’apprécie          40
carrecarre   10 mars 2012
L'Histoire nous a appris que la vertu ne peut rien contre le vice et que, pour triompher des cyniques, il s'agit d'être plus cynique encore.
Commenter  J’apprécie          90
LaurenebLaureneb   28 septembre 2018
Une fois l'art répudié et la monarchie abattue, la terre et ses alliés souterrains reprenaient donc leurs droits, plus conquérants encore d'avoir été conquis, et plus victorieux d'avoir été vaincus. Je n'imaginais pas qu'une telle oeuvre conçue, depuis le plus discret salon de verdure jusqu'à la régalienne galerie des Glaces, pour défier les siècles et se moquer des hommes, pût si vite tomber en ruine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jérôme Garcin (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Garcin
A l'occasion de la rentrée littéraire, France Culture s'associe à l'Obs pour vous présenter le choix des deux rédactions : une sélection de 10 nouveaux romans qui marqueront sûrement cette rentrée 2020. Nous commençons par la sélection de l'Obs, avec le nouveau roman d'Emmanuel Carrère, Yoga, aux éditions P.O.L, La Tannerie de Celia Levi chez Tristram, Comédies françaises d'Eric Reinhardt aux éditions Gallimard, mais aussi de la littérature anglo-saxonne avec Les Lionnes de l'américaine Lucy Ellmann au Seuil, ainsi qu'Histoire de la Nuit de Laurent Mauvignier chez Minuit. Côté France Culture, cinq grandes plumes également : Histoire du Fils de Marie-Hélène Lafon aux éditions Buchet-Chastel, Sous le Ciel des Hommes de Diane Meur chez Sabine Wespieser, Chavirer de Lola Lafon aux éditions Actes Sud, Autoportrait en Chevreuil de Victor Pouchet aux éditions Finitude et enfin Nickel Boys de l'américain Colson Whitehead Prix Pulitzer 2020.
Retrouvez la sélection des deux rédactions en présence de Sandrine Treiner, directrice de France Culture, Arnaud Laporte, producteur de l'émission Affaires culturelles du lundi au vendredi de 19h à 20h sur France Culture, Mathias Enard écrivain, producteur du nouveau magazine littéraire la Salle des machines tous les dimanches à 17h sur France Culture, Jérôme Garcin, rédacteur-en-chef Culture à l'Obs, ainsi qu'Elisabeth Philippe journaliste littéraire. Ils seront rejoints en seconde partie d'émission par Pascal Thuot, directeur général de la librairie Mille pages à Vincennes.
Les matins de France Culture de Guillaume Erner - émission du 27 août 2020 A retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/dix-livres-pour-la-rentree-litteraire-2020-la-selection-de-france-culture-et-lobs
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5D...
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : révolution françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2055 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre