AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072797292
Éditeur : Gallimard (03/10/2019)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Il y a soixante ans, le 25 novembre 1959, disparaissait Gérard Philipe. Il avait trente-six ans. Juste avant sa mort, ignorant la gravité de son mal, il annotait encore des tragédies grecques, rêvait d'incarner Hamlet et se préparait à devenir, au cinéma, le Edmond Dantès du Comte de Monte-Cristo. C'est qu'il croyait avoir la vie devant lui. Du dernier été à Ramatuelle au dernier hiver parisien, semaine après semaine, jour après jour, l'acteur le plus accompli de sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
rulhe
  04 octobre 2019
Jérôme garcin qui a épousé Anne Marie la fille de Gérard Philipe, nous raconte en deux cents huit pages. les Six dernier mois, de celui qui fut le plus élégant, fin,
subtil, séduisant, humble, intelligent, éblouissant acteur de sa génération. c'était il y a soixante ans, que Gérard Philipe nous quitter il avait 36 ans.
tout ses films était un événement, du rouge et le noir a monsieur ripois en passant par le diable au corps, les liaisons dangereuses ou l, inoubliable fanfan la tulipe.
atteint d'un cancer incurable. sa femme n'a rien voulu lui dire, sans avoir recours au pathos ou a l, apitoiement. le livre reconstruit ses six derniers mois.
le temps qui passe, mais aussi les tournants dans la vie culturelle ont peut être fait oublier ce que fut Gérard Philipe son role majeur, sa vie exemplaire, la résistance, le soutien loyal a un père qui lui avait pris un mauvais chemin.
le festival d, Avignon aurait pu lui rendre un hommage, mais heureusement qu'il y avait l, amour du public.tout âgés confondu. la rentrée littéraire est foisonnante pour les babelofiles et on sait pas des fois ce qu'il faut choisir. mais pour le dernier hiver du cid , je n, hésite pas du tout. lisez le, c'est passionnant.💞
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Lune
  05 octobre 2019
Il n'y a pas plus bel hommage que celui qui vient du coeur.
Celui-ci se décline naturel, tendre et pudique.
Il ne se gonfle ni de superlatifs, ni de larmoiements inutiles.
Il est vrai, palpable.
Qu'on ait connu Gérard Philippe ou pas pour les plus jeunes, l'on ne peut qu'être en osmose avec les mots choisis de Jérôme Garcin.
Marié avec « l'Infante », la fille du « Cid », qui, mieux que lui, pouvait nous livrer les derniers jours d'un des mythes du théâtre et du cinéma français.
Soixante ans ont passé.
Il fallait ce livre pour raviver le souvenir d'un comédien particulier, au visage éternellement jeune, à la voix typique.
Voix qui continue à bercer nos oreilles grâce à l'enregistrement du « Petit Prince » et de poèmes dits comme on ne dit plus à présent.
Le comédien est dévoilé : enthousiaste, passionné, d'une ardeur déstabilisante, honnête, engagé, cultivé, plein de projets…
Il n'a pas su la réalité du mal qui le rongeait (nous sommes en 1959), Anne, son épouse, a préféré lui taire la condamnation.
Et cela fait mal de lire cette vie fauchée à 37 ans à peine, une vie qui, sans savoir, bâtissait et rêvait encore et encore.
L'émotion jusqu'aux larmes, la révolte contre l'inéluctable nous étreignent.
L'homme est beau dans ses engagements, dans sa compréhension des autres, dans ses prises de position.
Il est comédien et citoyen lucide.
L'amour des siens et l'amour de la vie éclatent, des forces s'en tirent.
Je cite cette phrase parmi d'autres : …« Nous essaierons d'être élégants si un jour nous sommes malheureux »…
Le choix d'Anne d'enterrer l'homme qu'elle a aimé dans le costume du Cid, rôle emblématique de Gérard Philippe, témoigne de cette élégance.
Tout s'y retrouve, l'homme et le comédien : l'honneur, la grandeur, la beauté.
Dans ce livre, le théâtre est représenté dans toute sa noblesse, dans toute la réalité de son essence : montrer la vie, instruire.
Foin de peopolisation, foin de l'égoïsme mal placé.
Hommage et respect du « maître » Georges le Roy, du « père » Jean Vilar et des auteurs : Molière, Corneille, Euripide
Le chemin emprunté dans la jeunesse et l'élévation au sommet de l'Art constituent un témoignage de la carrière de ce comédien inoubliable.
Le théâtre est l'éphémère.
La musique, la peinture, la littérature demeurent.
L'interprète s'oublie…
Ce livre résonne en nous après l'avoir refermé et donne un peu d'éternité à celui que fut Gérard Philippe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          215
JCLDLGR
  07 décembre 2019
Très vite lu, ce petit livre sur les derniers jours de Gérard Philippe est très agréable à lire, écrit au present dans un style fluide et précis. Ma mère faisait partie des fans, et c'est son enregistrement de la vie de Mozart qui m'a donné envie de jouer de la musique !
Mais on n'apprend pas grand chose et le témoignage survole quelques relations de Gérard Philippe avec des hommes de cinéma, de théâtre..., sans approfondir ; idem pour son engagement politique ; du coup ça ressemble plus à des énumérations qu'autre chose. En résumé, on sent que l'auteur n'a pas fait grand effort pour apporter quelque chose de nouveau à l'histoire. Et c'est un peu dommage.
Commenter  J’apprécie          150
BALABLABLA
  24 novembre 2019
"Pour moi, dans vingt ans" p.167
J'étais dans ma voiture en partance pour la Normandie et j'écoutais la radio. Un animateur, en quelques minutes, parlait de l'ouvrage qu'il venait de lire "Le dernier hiver du Cid" par Jérôme GARCIN. C'est suite à cette écoute que j'achetais le livre à la librairie de Cabourg. Je ne connais pas l'auteur, mais je connaissais le personnage principal du roman, Gérard Philippe. J'avais vu l'acteur dans "Fanfan la tulipe", "Les orgueilleux", « Les grandes manoeuvres ». Je l'avais vu dans « La beauté du diable ». J'ai de vagues souvenirs de lui dans le rôle de Julien Sorel. Ce n'est pas un acteur de ma génération. Mais, je l'appréciais pour son jeu, sa jeunesse, la justesse de sa voix dans son discours. J'étais, également, influencée par ma tante et ma mère, amoureuses de l'acteur. Aussi, c'est naturellement que je me plongeais dans la lecture du livre. Cela me permis de connaître davantage l'homme et l'acteur, son entourage, ses combats, son talent, ses projets, son caractère, et son époque.
Il y a 60 ans s'éteignait Gérard PHILIPPE. Ce livre est un hommage vibrant à l'un des plus grands acteurs français, des plus grands acteurs de sa génération. Bel ouvrage, sobre et plein de retenue dans l'évocation des 3 derniers mois de sa vie. Nous ne tombons pas dans le pathos. Car Jérôme GARCIN, époux de la fille de Gérard Philippe, Anne-Marie, retrace dans une belle écriture, richement documentée (archive, famille, amis), le dernier grand rôle de l'acteur.
Affaibli par un cancer incurable, Gérard PHILIPPE, jusqu'à son dernier soupir, continuera à vivre, à croire, à projeter son avenir. Il ignore qu'il est condamné. Son épouse, Anne, a pris la décision de ne pas le lui dire et de continuer à vivre dans la mort. Bouleversant d'amour, d'abnégation, de force et de courage.
Gérard Philippe, en convalescence, rue de Tournon à Paris, programme ses prochains combats, désirs professionnels, se prend de passion pour la tragédie grecques dont il lit « Les troyennes », annote, griffonne, souligne au crayon noir, des phrases, tirades et extraits. Il veut jouer Hamlet, Hector dans la guerre de Troie. Il veut s'investir encore auprès du SFA (Syndicat Français des Artistes-interprètes) dont il est le président et qu'il a fondé, pour l'amélioration des conditions de vie des acteurs. Il garde contacte avec ses amis dont Jean Vilar, directeur du TNF. Malgré la fatigue, la faiblesse du corps qui grandit jour après jour, Gérard n'a qu'une envie : revenir sur les planches, reprendre du service.
Bien sûr, il s'inquiète de son état. Bien sûr, il s'angoisse à son sujet : perte d'appétit, poids dans le ventre, asthénie, mais croit en la médecine, lui qui oeuvrait pour la lutte contre le cancer, croit en sa famille dont ses enfants et son amour pour son épouse, croit en son destin. Il y a le monde du théâtre et du cinéma qui attendent impatiemment son retour, la fin de sa convalescence. Il y croit. Il ignore ce qu'il s'apprête à vivre. Jérôme GARCIN s'est appuyé dessus pour construire son livre et nous livre une époque artistique foisonnante où l'on croise bien des célébrités au fil des pages.
De Ramatuelle à Paris en passant par Cergy, c'est le quotidien de Gérard que nous partageons et que nous accompagnons dans son dernier grand rôle, son éternelle ignorance, jeunesse et romantisme. Et, pour nous tous, il restera l'éternel « Cid » de Pierre CORNEILLE, l'icône du cinéma français.
« Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Coryne1966
  04 décembre 2019
Jérôme Garcin est un journaliste et écrivain français. Il dirige le service culturel du Nouvel Observateur et produit l'émission "Le Masque et la Plume" sur France Inter. Il est membre du Comité de Lecture de la Comédie-Française. Il est d'ailleurs beaucoup critiqué sur le conflit d'intérêts qu'il pourrait y avoir entre ses différentes activités.
Il est marié avec Anne-Marie Philipe, la fille du célèbre acteur Gérard Philipe.
"Le dernier hiver du Cid" est le livre qu'il a écrit en 2019.
Ce livre raconte les derniers jours de Gérard Philipe, à qui on vient de diagnostiquer un cancer bien avancé et dont l'épouse décide de lui cacher le mal qui le ronge. Ce récit se déroule d'août 1959 au 25 novembre 1959, jour de son décès.
Gérard Philipe, dans son enfance, a vécu dans la propriété de ses parents à Grasse (ville dont je suis originaire), le Parc Hôtel Palace. Ce livre est un magnifique hommage à un acteur qui a marqué toute une génération.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (4)
Actualitte   04 décembre 2019
Par la vertu d’une écriture tenue mais musicale, Jérôme Garcin arrache à la mort un peu de son empire et chante, non un mythe, mais un homme de chair, vivant.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Culturebox   26 novembre 2019
Le journaliste et écrivain rapporte dans ce livre avec beaucoup de tact et de respect la toute fin de vie de Gérard Philipe dont on n'a jamais su s'il connaissait la gravité de son état ou s'il feignait l'optimisme pour préserver son épouse, Anne.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeMonde   21 novembre 2019
Le Dernier Hiver du Cid est le magnifique texte, en pudeur, en enveloppements doux, qui, dans la relation de cette tragédie de silences et de sourires, d’efforts et d’amour, retisse toute une vie aux instants mêmes où elle se défait.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaCroix   10 octobre 2019
L’auteur reconstitue dans Le dernier hiver du Cid, récit bouleversant de retenue et de vérité, les heures ultimes du grand acteur, foudroyé à 36 ans, le 25 novembre 1959.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 novembre 2019
Elle
avait admiré sa manière de galoper à bride abattue dans Fanfan la Tulipe, lui qui n’était pas cavalier (« Il jouait si bien, concédait Christian-Jaque, que
même le cheval croyait qu’il savait monter »), ou sauter, sabre au poing et sourire
aux lèvres, du haut d’un toit, lui qui était si peu sportif – en vérité, il l’était,
mais sans le vouloir, il le devenait à son insu, au gré des rôles, au fil de la vie
et de ses exploits. Elle le sait téméraire, fougueux, indomptable, indifférent aux
maux ordinaires et marqué par une grâce dont elle veut encore croire qu’elle le protégera
longtemps des orages et des tempêtes. Et voici pourtant que, marchant à l’ombre, les
épaules basses, courbant son mètre quatre-vingt-trois, plus grand encore d’être fléchi,
il ne se ressemble plus.

Sans doute, pense-t-elle, a-t-il contracté une méchante dysenterie amibienne à Acapulco,
où il vient de tourner, avec Buñuel, un film malade au titre prémonitoire : La fièvre monte à El Pao, mélo politique tiré d’un roman schématique d’Henry Castillou, où il incarne, sous
un régime fasciste, un homme loyal, sensible et juste, qui défend la dignité des prisonniers
dont il a la charge. Sans doute n’aurait-il pas dû non plus, retour du Mexique, s’arrêter
avec elle à Cuba, où, sans hésiter, il a répondu à l’invitation officielle de Fidel
Castro et sacrifié à un rituel plus complice que protocolaire : visite émerveillée
d’une usine sucrière moderne, discussion enflammée avec des étudiants galvanisés à
l’université de La Havane, dîner et toasts à la gloire de la révolution, que l’acteur français a déclaré vouloir servir à sa manière en incarnant
prochainement Raúl Castro, l’ami du Che et le combattant de la Sierra Maestra, dans
un grand film épique dont il imagine déjà le scénario édifiant et la diffusion prosélytique.
Il serait donc temps pour lui de lever le pied, de se ménager, d’entrer dans l’âge
adulte. Trop de films, de pièces, trop d’engagements militants, trop de désirs d’avenir,
et pas assez de repos, plus aucune trace d’insouciance.

C’est à peine si, l’année dernière, Anne a eu son homme pour elle, tellement le Fregoli,
que Jean Vilar supplie sans cesse d’économiser ses dons, se démultipliait. Il a tourné
dans La Vie à deux, l’hommage à Sacha Guitry de Clément Duhour, et dans Le Joueur,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RincoRinco   15 novembre 2019
Samedi 28 novembre 1959
Il pleut toujours lorsque les deux voitures funèbres repartent pour le Midi.
Les paysages deviennent plus cléments. Le froid s'oublie. Les marronniers cèdent aux cyprès. C'est à partir d'ici, pense Anne, que le vent se passionne.
La nationale 7 pénètre la Provence en douceur, contourne avec pudeur la ville d'Avignon, son palais des Papes, son verger des souvenirs en hibernation, tutoie Aix et glisse enfin vers Le Luc. C'est le moment précis où la route se rétrécit et tourne, au milieu d'une terre orangée, vers l'imposante forêt des Maures, qui surplombe le golfe de Saint-Tropez et annonce, là-bas, le village sarrasin de Ramatuelle, élevé sur un contrefort de la colline de Paillas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
RincoRinco   15 novembre 2019
Lui qui, d'ordinaire, court après le temps, sans prendre celui de se poser ou de faire le point, a toujours aimé écrire des lettres, même brèves. En recevoir, aussi et en lire. Elles affermissent les fraternités vagabondes, n'est-ce pas, cher Georges ? Et témoignent pour les activités professionnelles, n'est-ce pas cher Jean ?
Elles sont de petits cailloux blancs, des bornes en pierre coiffées de rouge, des encoches sur les troncs de chêne séculaires, des marque-pages.
Elles sentent la pelure tiède des confidences chuchotées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dechosaldechosal   16 octobre 2019
Il est si jeune encore et il y a tant de rôles à endosser, tant de vies imaginaires à épouser, tant de mues à faire et de peaux neuves à porter.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   06 novembre 2019
À trente-six ans passés, Gérard Philipe a le sentiment indéfinissable que son corps
le trahit, sans savoir exactement où ni par quoi il est attaqué. Au volant de la vieille
Ford décapotable qui conduit, en hoquetant, par des routes serpentines et odoriférantes,
sa petite famille, augmentée du berger allemand Galant, vers la plage déserte, presque
édénique, de Pampelonne, il lui semble, pour la première fois de sa jeune vie, maîtriser
mieux son antédiluvienne automobile que son improbable destin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jérôme Garcin (58) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Garcin
Comment raconter les derniers jours d'un condamné? L'écrivain Jérôme Garcin, auteur du "Dernier hiver du Cid" (Gallimard, novembre 2019), retrace la naissance et la fin d'un mythe en la personne de Gérard Philipe. La parution de ce livre coïncide avec les 60 ans de la disparition du comédien iconique, figure d?une ampleur qu?il juge sans pareil. Retour sur les grands rôles et les engagement de Gérard Philipe qui a incarné l'idéal et la jeunesse pour toute une génération.
La Grande table Culture d?Olivia Gesbert ? émission du 27 novembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : gérard philippeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre