AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070412946
Éditeur : Gallimard (03/03/2000)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 113 notes)
Résumé :
Un petit enfant en ciré jaune roule sur son tricycle sous l'orage. On dirait un soleil miniature. On lui a crié : « Va au diable ! », et il y file, chassé par le vent du malheur.
Ainsi commence ce roman de Sylvie Germain où l'on voit ensuite une cavalière décapitée revenir sans sa tête, sur sa jument. Et cette tête demeure introuvable, et donc sans sépulture comme l'ont été tous les morts de la famille Tobie du côté de la branche paternelle. Déborah, l'arrièr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  23 mars 2014
Dans la région du marais poitevin, la vie du petit Tobie bascule le jour où sa mère est décapitée et où son père en devient fou de douleur. Élevé par Deborah, son arrière-grand-mère qui a traversé l'Europe, il est convaincu que sa famille est maudite. En effet, l'histoire de sa famille est marquée de disparitions extraordinaires : les morts sont des évanouissements et les corps ne reposent que dans les mémoires. « Mais comment se battre avec le vide, avec l'absence, avec l'absolu du malheur ? » (p. 97) Devenu adulte, Tobie est envoyé recouvrir une dette. Accompagné de Raphaël, étrange compagnon fait d'éternité, il rencontre Sarra, une femme si belle que sept hommes sont morts par elle, si belle qu'elle se cache du jour et des hommes. « N'aura-t-il d'autre destin que celui d'un fils orphelin de mère, mutilé en sa mère, d'un fils de pitié pour son père naufragé ? N'aura-t-il d'autre destin que celui d'un homme par avance fatigué et meurtri ? » (p. 180) Mais grâce à l'amitié et à l'amour, Tobie brise les sceaux du malheur qui pèsent sur sa famille et la sauve des marais qui tentaient de l'engloutir, ces marais aussi puissants que des sortilèges convoqués par de mauvais anges.
Le récit de la délivrance de Tobie et des siens est un bijou. Sylvie Germain exploite une référence biblique avec une véritable maîtrise de l'intertextualité. Son roman célèbre le langage, son pouvoir et ses beautés. « Il est arrivé à Tobie de sentir le souffle immense du langage lui frôler le coeur, le lui faire chavirer, ou du moins tressaillir au bord extrême d'un à-pic, entre extase et désastre. » (p. 151) Au fil des pages, je me suis souvent trouvée comme Tobie, bouleversée par un mot ou une inflexion de phrase. Et comme souvent dans les textes de Sylvie Germain, le merveilleux n'est jamais loin : il suffirait d'un rien pour y basculer. C'est tout le talent et l'intelligence de cette auteure de ne pas laisser le récit lui échapper, mais de laisser planer le doute.
Tobie des marais rejoint le livre des nuits et Jours de colère dans mon palmarès des romans de Sylvie Germain. Encore un grand roman et une sublime histoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
thedoc
  25 février 2016
Dans la région des marais Poitevin, sous la pluie battante, un petit garçon roule sur son tricycle. Il s'en va comme un beau diable, c'est son père qui l'a voulu. Ce petit garçon, c'est Tobie. Sa mère a perdu la tête (littéralement) lors d'un accident à cheval et le père de Tobie, Théodore, en perd lui aussi la tête. La douleur l'emporte et c'est à Déborah, l'arrière-grand-mère, de veiller sur le petit-garçon. Elle-même a connu bien des malheurs et des pertes. Devenu adulte, Tobie prend la route pour Bordeaux à la demande de son père, en compagnie de Raphaël, personnage énigmatique qu'il rencontre sur son chemin. Tobie va croiser également la route de Sarra, une jeune femme mystérieuse, poursuivie par une étrange malédiction.
« Tobie des marais » est inspiré du « Livre de Tobie », un livre de l'Ancien Testament. Les personnages d'ailleurs ont conservé pour la plupart le nom de leur modèle biblique et chaque chapitre du roman - à l'exception du deuxième - est précédé d'une citation du "Livre de Tobie" . Référence biblique donc pour ce roman de Sylvie Germain qui une nouvelle fois nous emporte dans un récit à la lisière du conte et du fantastique. J'ai aimé retrouver cet univers si cher à l'auteur, où l'histoire et les mots se complètent pour créer une atmosphère très particulière.
Les personnages tout d'abord semblent sortir d'une légende. La destinée de la famille de Tobie est marquée par la malédiction, frappant tout d'abord l'aïeule Déborah et ses proches. La mort d'Anna ensuite, la mère de Tobie, nous laisse sur la vision d'une femme sans tête chevauchant pour l'éternité sa monture. On ne retrouvera pas sa tête… Puis Raphaël, tout comme l'archange Raphaël de la Bible, accompagne Tobie afin de veiller sur lui et le mener sur le chemin de la rédemption. Et enfin Sarra, poursuivie par sa propre malédiction, qui avec l'amour de Tobie tentera de contrer le mauvais sort.
C'est ensuite l'écriture toute en poésie de Sylvie Germain qui donne corps à ce texte où irrationnel et réel se côtoient : références bibliques donc mais aussi passages fantastiques, descriptions magiques, légendes de la culture yiddish … le style de Sylvie Germain arrive à point nommé avec ce qu'elle nous raconte, il produit son effet et l'envoûtement est garanti.
Entre le réel et le merveilleux, « Tobie des marais » est un roman d'amour et d'amitié, de malheurs et de rédemption. Il est un des romans qui, pour ma part, représente le mieux l'univers si particulier de l'auteur, nourri de mythes et de légendes auxquels elle redonne vie. Et j'aime beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gflorens84
  11 mars 2012
"Tiens, lis-le, c'est pas mal !".
Lorsqu'un ami nous file un bouquin en disant ces mots, d'ordinaire, on lui fait confiance, mais on repousse la lecture à une date ultérieure, parce qu'on est déjà embarqué dans d'autres histoires, et qu'on s'est déjà tracé un chemin littéraire à suivre. Commencé il y a un an, je l'ai terminé en 3 jours, et j'ai trouvé le livre remarquablement bien écrit : cela tient d'une écriture poétique, fortement teinté de symbolisme, voire de mystique, mais pas un symbolisme grossier ou une mystique à la vas-y comme que je te pousse. Non, tout est subtilement éclairé d'une lueur tamisée, ponctué d'oxymores puissantes, de rythmes ternaires, de descriptions d'une incroyable profondeur. de pérégrinations douloureuses en pèlerinages intérieurs, l'action se dénoue dans une sorte de rédemption sublime.
Commenter  J’apprécie          150
zabeth55
  26 décembre 2016
A partir du livre de Tobie de l'ancien testament, Sylvie Germain invente un roman, comme elle sait si bien le faire, un roman magique, poétique et envoûtant.
Chaque chapitre est précédé d'un extrait du Livre de Tobie transposé à l'histoire du petit Tobie et de sa famille portée par l'aïeule, Déborah.
Tous les personnages sont magnifiques. Outre les humains, la nature, la musique, la peinture… sont vivants.
Quelle poésie au fil des phrases ! Un véritable enchantement.
Commenter  J’apprécie          160
Nina
  22 octobre 2012
L'univers littéraire de Sylvie Germain a une certaine résonance avec la religion judéo-chrétienne mais surtout avec la culture et la mystique juive. Tobie est un personnage de la bible. En préambule de chaque chapitre, on peut lire des extraits du "livre de Tobie" pour situer les personnages du roman dans leur contexte biblique, ce qui permet ainsi de découvrir la façon dont Sylvie Germain a exploité ce texte. Elle le réinvente, le modernise avec beaucoup de finesse et d'originalité.
L'histoire commence à la façon d'un thriller ésotérique. Sous un ciel d'orage, le petit Tobie vêtu d'un ciré jaune pédale aussi vite qu'il peut "pour aller au diable" comme Théodore son père le lui a ordonné. Pendant ce temps, Théodore hurle sa douleur, le cheval vient de ramener le corps de Anna sa femme, dont la tête a été tranchée. Un malheur semble s'être abattu sur cette famille.
La vieille Deborah, l'arrière grand-mère de Tobie, assiste à ce drame silencieusement. Cette femme de descendance juive polonaise se demande si la malédiction qui condamne à une mort violente et au malheur les membres de sa famille depuis des temps ancestraux ne va pas bientôt cesser.
Tobie a une enfance solitaire dans le décor sauvage des marais poitevin avec pour unique compagnon de jeu les livres de la bibliothèque familiale. Les seuls adultes qui l'entourent sont un père devenu fou de douleur et la vieille Deborah qui va bercer le petit garçon de ses souvenirs entremêlés de légendes de la culture juive d'Europe Centrale. Elle lui chante aussi des chansons en yiddish et le fait participer à d'étranges rituels religieux dont le sens lui échappe complètement. La synagogue est imaginée, les anges du shabbat sont invités chaque semaine mais Tobie ne les voit jamais, des pots de fleurs représentent les tombeaux des morts disparus dans la tourmente de la guerre et des camps de concentration. Tous ces simulacres de rituels, que le jeune garçon compare à des jeux pour grandes personnes, le rendent méditatif et tolérant.
Deborah sait que Tobie va mettre fin à cette malédiction, le temps des victimes est terminé. Les bourreaux n'ont plus qu'à se faire violence à eux-mêmes.
Il est temps pour Deborah de quitter ce monde, elle a cent ans. Son rôle sur la terre a pris fin. Un cycle se termine, un autre commence. Tobie saura prendre son destin en main.
Tobie va sortir du marais, quitter les terres de son enfance pour découvrir et donner fin à une autre malédiction, celle de Sarra à la beauté dérangeante, qui la rend victime de préjugés et de mauvaises croyances.
Ce roman mêle à la fois le passé religieux et historique d'une Europe Centrale persécutée par les guerres et l'antisémitisme. Cette barbarie qui fut la cause de véritables drames humains.
En se servant de la bible comme le fondement de son histoire, Sylvie Germain réussi à relier des temps mythiques à d'autres plus modernes. On peut ainsi constater que c'est la même barbarie qui agite les hommes.
Lien : http://de-page-en-page.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ZalvecZalvec   23 janvier 2016
"Ce n'est pas le chemin le plus court ...
- Et alors ? Les chemins les plus courts sont rarement les meilleurs, ils ont souvent bien moins d'intérêt que les détours.
Méfiez-vous des lignes droites, elles sont monotones, on finit par s'y endormir.
Enfin, c'est une question de goût, moi je préfère les méandres, l'imprévu, les voies détournées."
Commenter  J’apprécie          71
pompompompom   13 juillet 2014




Le martèlement de la pluie était si sonore,
violent, qu´il couvrait la musique émise
par la radio.

L´homme monta le son machinalement et une
voix plaintive, bientôt doublée, puis triplée par
d´autres voix aux inflexions lentes et graves,
emplit le scaphandre.

"Nant´un lettu di filetta
stese sott`à lu castagnu
l´anime di sti circondi
ci ghjocanu cù lu mondu..."



"Sur un lit de fougères
étendues sous le châtaignier
les âmes de ces lieux
jouent avec le monde..."



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MaudouneMaudoune   05 avril 2010
Cette femme qu'un rien effarouchait et faisait bégayer se révélait conteuse magnifique, puisant dans ses rêveries des images à foison. Elle avait le don de rendre les mots visibles, palpables presque. Tobie l'écoutait bouche bée, Anna se laissait enchantée par cette voix toute imprégnée des vents, des brumes et des lueurs du marais.
Commenter  J’apprécie          60
pompompompom   12 juillet 2014




Elle n´esquisse aucun sourire, juste une brèche
dans son effroi. Sa bouche, qui a pris un goût de
sel et d´algue,livre sans un mot, sans un cri, sa
plainte et sa détresse au vent du soir Sa bouche
n´est plus qu´une question lancée au vide, une
supplication muette adressée au ciel devenu noir
et que lacère à intervalles réguliers, précipités,
le feu du phare de Cordouan dressé au loin sur
son îlot rocheux.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   23 mars 2014
« Il est arrivé à Tobie de sentir le souffle immense du langage lui frôler le cœur, le lui faire chavirer, ou du moins tressaillir au bord extrême d’un à-pic, entre extase et désastre. » (p. 151)
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Sylvie Germain (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Germain
assises du roman internationnales de Lyon 2013 Sylvie Germain
autres livres classés : malédictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Sylvie Germain

Née à Châteauroux en ?

1934
1944
1954
1964

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvie GermainCréer un quiz sur ce livre
. .