AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234051533
Éditeur : Stock (25/08/1999)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 18 notes)
Résumé :
"Ca veut dire quoi grandir ? Ca veut dire qu'un jour on s'ennuie. On n'a pas envie d'être là, on a envie d'être nulle part, ni de rentrer à la maison, ni d'aller chez notre père. Voilà ce que ça veut dire. Voir ce qu'on a voulu nous cacher et qui pourtant nous crevait les yeux. Ne pas savoir que faire de sa peau, hésiter entre dedans et dehors, avoir l'impression qu'on gêne. On voudrait s'excuser d'être là, dans l'embrasure des portes. On voudrait débarrasser le pla... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ziliz
  30 juin 2011
Nico et Laura ont respectivement douze et quatorze ans lorsque leur père se résout "enfin" à quitter le domicile. Vont-ils finalement souffler ? pas vraiment. L'autorité abusive de leur père est de celles qui laissent des traces à vie, notamment pour le jeune garçon qui va s'auto-punir, mal s'alimenter, s'infliger des séances de sport/torture pour s'endurcir, et continuer de fuguer...
Comme dans "Une année étrangère", Brigitte Giraud dissèque avec acuité et sans complaisance un couple en crise, une famille à la dérive. Ici, les enfants font les frais d'un père visiblement dérangé, violent, qui joue de son autorité avec son fils, l'humilie. On pense à Folcoche dans "Vipère au poing"... La mère est débordée et épuisée par sa profession de médecin généraliste, elle désapprouve le père mais n'ose (ou ne peut) pas le contrer... Si Laura, la fille aînée, semble relativement épargnée, elle souffre évidemment de l'ambiance délétère du foyer, entre les colères du père, les provocations du fils, l'impuissance de la mère. Laura et Nico n'ont de répit que lors de séjours chez les grands-parents...
Ce roman met mal à l'aise, on sent une menace sur Nico tout au long du roman, on devine des séquelles incurables, un drame à venir. La chronologie est sans cesse bousculée, la narratrice Laura a beau être délivrée de la présence du père, les souvenirs de ses violences morales ne cessent de la hanter.
Un livre poignant et douloureux, qui m'a cependant moins captivée que "Une année étrangère", sans doute à cause de la construction qui rend le récit chaotique, mais qui remplit néanmoins bien son rôle : rendre la persistance de la douleur des enfants palpable, "parce que rien ne disparaît, ni le bien, ni le mal, rien ne se dissipe. Chaque instant pèse de tout son poids. Nous sommes infestés, contaminés, nos cellules, nos globules, nos nerfs ont la charge de notre histoire. La mémoire se répand dans les tissus, coule dans les veines, elle fait des ravages." (p. 115-116).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yoshi73
  04 janvier 2012
"Nico" est avant tout l'histoire d'une famille qui se délite. Un père violent qui prend un malin plaisir à s'attaquer au membre le plus faible de la famille, son fils, Nico. Une mère qui passe plus de temps à s'occuper de ses patients que de sa famille et qui fait mine de ne pas voir ce qui se passe sous son toit, qui s'éloigne chaque jour davantage de ses enfants. Face à cette adversité, Nico peut compter sur sa grande soeur, Laura. Un lien très fort les unit. Dans cette enfance compliquée, il y a des instants de bonheur : les vacances passées chez leurs grand-parents à la campagne, les moments de complicité, les secrets partagés... Mais en grandissant, les choses changent. Nico devient de plus en plus dur. Les punitions infligées par son père deviennent le moyen de montrer sa fierté et sa valeur. Ainsi, lorsque son père aura finalement quitté le foyer, Nico continuera à s'infliger des punitions. Nico en veut à tout le monde et notamment aux patients de sa mère. C'est à cause d'eux que sa mère est si fatiguée, fanée avant l'heure et qu'elle n'a pas de temps pour lui. Nico en veut au monde entier. Il se forge une carapace que même sa soeur n'arrive plus à percer. C'est avec horreur que Laura prend conscience de l'homme que son frère est en train de devenir. Jusqu'au bout, elle pense qu'elle parviendra à le faire fléchir.
Brigitte Giraud crée une ambiance familiale suffocante et dramatique. J'ai beaucoup apprécié son style d'écriture. Elle sait très bien faire ressortir l'amour fraternel qui unit Laura et Nico. On sent la nostalgie de Laura qui comprend tardivement que ce lien si cher qu'elle avait avec ce frère tant aimé s'est rompu brutalement sans possibilité de retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Apikrus
  01 juin 2011
Une jeune fille raconte l'enfance et l'adolescence difficiles de son frère puiné, entre un père qu'elle présente comme un pervers et une mère aimante mais absorbée par ses propres soucis (professionnels ou conjugaux). L'auteur fait très bien ressentir la façon dont ce jeune garçon échappe progressivement à tous, y compris à sa soeur qui le comprend mais de moins en moins, jusqu'à une tragédie finale qui paraît inéluctable.
J'ai beaucoup apprécié ce livre, malgré un sujet et une ambiance pesants et en dépit de quelques effets de style qui m'ont agacé aux pages 116-117 (structure répétitive des phrases et de leur sujet). du même auteur, j'ai préféré "Une année étrangère".
Commenter  J’apprécie          20
Passionlivre53
  20 février 2013
j'ai bien aimer se livre mes je n'es pas comprie certain passage.
Mon prof de français a trouver ce livre bien aussi car sa parle d'un p'tit enfant qui se fait maltreté par son pére.
Commenter  J’apprécie          00
yaaba
  02 juin 2014
Brigitte Giraud émet un magnétisme qui nous enveloppe et nous déroute. Sa sobriété non calculée aboutit à un texte fort et puissant en émotions, quel bonheur de lecture...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ZilizZiliz   30 juin 2011
Adolescence :
Ca veut dire quoi grandir ? (...) On est mal. On est entre deux mondes, sur un fil au-dessus de l'abîme. On a le sentiment du temps qui passe pour rien, qui avance sans nous. On est suspendus, en sursis, on croit que tout est grave, que tout est triste. (p. 116)
Commenter  J’apprécie          20
ZilizZiliz   30 juin 2011
(...) rien ne disparaît, ni le bien, ni le mal, rien ne se dissipe. Chaque instant pèse de tout son poids. Nous sommes infestés, contaminés, nos cellules, nos globules, nos nerfs ont la charge de notre histoire. La mémoire se répand dans les tissus, coule dans les veines, elle fait des ravages. (p. 115-116).
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Brigitte Giraud (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brigitte Giraud
Brigitte Giraud vous présente son ouvrage "Jour de courage" aux éditions Flammarion. Rentrée littéraire Septembre 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2348966/brigitte-giraud-jour-de-courage
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : violence paternelleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A présent

Comment s'appelle le mari de la narratrice ?

Jules
Claude
Sam

5 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : À présent de Brigitte GiraudCréer un quiz sur ce livre