AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757804782
Éditeur : Points (03/05/2007)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 62 notes)
Résumé :
La riche famille de Guillaume Bélibaste soutient les derniers " Parfaits", propagateurs clandestins de l'hérésie cathare. En ce début du XIVe siècle, il n'en reste plus guère...

Un jour d'automne, Guillaume est obligé de tuer un berger qui menaçait de le dénoncer à l'Inquisition. Désormais proscrit, il n'a d'autre choix que de rejoindre, à contrecœur, les errants mystiques.

Mais comment mener cette vie ascétique lorsqu'on n'a pas la f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
zabeth55
29 juin 2012
L'hérétique Guillaume Belibaste subit un destin qu'il n'a pas choisi.
Pour éviter les conséquences d'un crime qu'il a commis, sa seule voie de survie est d'abandonner sa famille et de servir Dieu, auquel il ne croit pas tellement, et de devenir Parfait, selon le rituel des cathares..
Ce sera le dernier des Parfaits.
Henri Gougaud nous raconte sa vie avec beaucoup de talent. Il n'en fait pas un saint ni un héros, mais un homme avec ses faiblesses, ses doutes, ses traîtrises, ses questionnements.
Malgré quelques longueurs, c'est un roman très instructif et très prenant sur cette période de XIVème siècle où l'Inquisition fit régner sa terreur.
Commenter  J’apprécie          120
frandj
26 juin 2014
Voici un bon roman historique, qui a pour sujet ce qu'on dénomme "l'hérésie cathare". Elle s'est développé dans le Sud de la France au XIIIème siècle, puis a fini par disparaitre sous les coups de butoir de l'Inquisition. En fait, nos informations sur ce mouvement religieux disparu depuis longtemps restent limitées; elles proviennent surtout de leurs ennemis, les autorités catholiques orthodoxes. La pierre d'achoppement théologique était la conception "dualiste" de Dieu et du monde que professaient les Cathares: pour eux, tout être humain est inspiré par un démiurge Malin - à moins d'une conversion qui le transforme en "parfait"; celui-ci doit adopter définitivement une vie exactement conforme à la volonté du vrai Dieu (celui du Bien). Les Cathares, qui étaient non-violents, se considéraient eux-mêmes comme de "vrais" chrétiens - ce que les autorités ecclésiastiques niaient farouchement. Il faut noter que ce principe dualiste "hérétique" a été soutenu à diverses époques et en des lieux différents, contre l'orthodoxie catholique.
Mais, rassurez-vous, le roman ne développe pas du tout ces controverses théologiques ! C'est un livre qui se lit facilement. Il s'attache à un habitant originaire des Corbières, nommé Guilhem Bélibaste, Suite à un meurtre, cet homme simple et honnête doit s'enfuir et devient un "parfait". Par prudence, il finit par s'enfuir en Espagne. Mais il ne se conduit pas comme il le devrait, puisqu'il connait l'amour avec une femme. Finalement, revenu en France, il est arrêté et brûlé: il sera le dernier martyr cathare. L'ambiance médiévale me semble bien rendue, dans cet ouvrage. Toutefois, ce qui me parait le plus remarquable, c'est l'humanité toute simple de Bélibaste, un anti-héros, "parfait" et martyr malgré lui. Henri Gougaud suit avec exactitude son parcours, tel qu'il est bien connu des historiens. J'ignore si l'auteur a (peut-être) pris quelques libertés avec la vérité historique. En tout cas le personnage de Bélibaste, tel qu'il nous présente, ne nous surprend pas; au contraire, il parait très plaisant et presque "moderne" au lecteur d'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Snarkk
11 mars 2014
Je suis né en plein pays cathare et dans ma jeunesse j'ai souvent eu l'occasion de randonner près des fameux châteaux. Depuis cette période, j'ai développé un grand intérêt pour l'histoire de la religion cathare et l'immense bataille théologique et géopolitique qui l'entoure.

C'est dans ce cadre-là et parmi d'autres ouvrages que j'ai commencé la lecture du "Bélibaste", de Henri Gougaud. Un roman des plus plaisants qui se déroule au XIIIème siècle en pays occitan, soit en pleine période de la répression de l'hérésie cathare par l'ordre des dominicains, épaulé par l'épée royale.

Un roman presque tragi-comique dans sa construction, alternant des phases terribles et d'autres beaucoup plus légères. Tantôt fanfaron, tantôt philosophe, le ton du livre accompagne agréablement les aventures de Guilhem Bélibaste, le dernier des Parfaits, qui ne l'étaient pas tant que ça.
Commenter  J’apprécie          70
corally4
28 octobre 2016
Grâce à l'écriture d'Henri Gougaud, Belibaste, est un plaisir de lecture. Les descriptions des villages, tavernes , maisons, chemins parcourus sont proches, et nous sentons la chaleur, l'odeur avinée des tavernes, et des tenanciers ou des clients, mais aussi l'atmosphère des maisons familiales.
Au village de Curbières, le berger, Guillaume Bélibaste est d'une famille d'hérétique, et il tue un homme en qui il a vu un dénonciateur. Pour sauver sa famille, il n'a d'autre choix que de partir, laissant parents, femme et enfant, car en pays occitan, l'Inquisition fait régner la terreur. Il suit Philippe d'Alayrac, fervent adepte de la religion cathare dispensant la bonne parole.
Aider par son protecteur, il va tenter de servir Dieu, bien qu'il n'y croie guère, et devenir Parfait : sa vie, désormais, est faite de prières et de jeûnes. Plus jamais il ne mangera de viande, ni éprouvera des sentiments pour une femme. Abstinence et pénitence deviennent son pain quotidien.
Ils partent vers la Catalogne, mais la route est longue, et semée d'embûches .Autant qu'il le peut, Guillaume Belibaste s'investir dans l'apprentissage et renonce à son ancienne vie, ce qui sera pour lui très difficile. Les tentations sont grandes, les délateurs nombreux, et son doute sur sa foi l'effraie très souvent.
Guillaume Belibaste, a existé, et sera le dernier Parfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dgwickert
23 février 2016
Les cathares.
Nous sommes dans le sud ouest de la France, vers 1300.
Les hérétiques cathares (chrétiens) sont emprisonnés et brûlés par les évêques catholiques.
Mon Gougaud, j'ai du mal à rentrer dedans, car le rythme est lent.
Guillaume Bélibaste a tué un homme qui menaçait de révéler que les Bélibaste étaient cathares, donc hérétiques. Il est obligé de s'enfuir. Il part avec Philippe, un "Parfait", un grand maître cathare qui prêche la bonne parole, et dont il sera l'élève. Au bout d'un an de jeûnes et d'enseignements, Philippe le promeut "parfait". Beaucoup de "parfaits" sont brûlés, dénoncés pour l'appât du gain, car l'évêque promet la propriété de l'hérétique au délateur, et des louis d'or.
Guillaume vit d'errance et de bonnes ou mauvaises rencontres. Il est obligé de passer la frontière espagnole pour avoir un peu de répit. Il y vit avec Raymonde et Pierre. Arnaud vient dans le secteur, et fait semblant de boire les paroles du maître. Raymonde et Pierre conseillent à Guillaume de se méfier d'Arnaud....
Bienque j'adore les romans historiques sur le moyen âge, aucune gaîté n'est perceptible dans ce roman fataliste sans rebondissements. le rythme est très lent. Même si c'est voulu par l'auteur, cela nuit à l'intérêt qu'on peut avoir sur cette lecture.
3 étoiles et demi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
KashimaKashima11 août 2013
Vivre est un travail salissant. La sueur, la poussière des errances, la crasse des jours ne comptent pas. Seules comptent les moissons, les lueurs allumées que d’autres nourriront, les bénédictions muettes, toutes choses qui poussent et fructifient sur le versant du coeur. Ceux qui se gardent propres ne récoltent guère, en fin de compte. Allons, cesse de renifler. Se salir n’est pas de mauvais aloi. Mais ne pas se laver serait une répugnante impudence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dupuisjlucdupuisjluc30 mars 2013
Ils furent des gens de chair et de sens, non point comme vous et moi, car aucune vie n'est à une autre comparable, mais comme Dieu, ou le hasard, les fit.

(à propos des Cathares, p. 10)
Commenter  J’apprécie          50
corally4corally428 octobre 2016
Que Philippe me pardonne, je ne t'enseignerais pas ce qu'il m'a enseigné, car je n'ai pas assez de foi dans les bonnes écritures, j'ai trop failli pour en avoir le droit. Je suis le dernier des Parfaits : après moi, il n'y en aura jamais de pires, ni de meilleurs.
Commenter  J’apprécie          20
dupuisjlucdupuisjluc17 avril 2013
Ainsi des hommes traversent les jours et les nuits du monde, cherchent et parfois trouvent pour quelle oeuvre ils sont un instant venus.
(p.292)
Commenter  J’apprécie          40
myriampelemyriampele26 mai 2012
A peine revenu dans la salle, un homme se planta devant eux et leur demanda, l'air puissant et paillard, pour quelle faute ils étaient en prison. Dans la moitié de sa face, défoncée du front au menton, l'oeil manquait, et il épongeait sans cesse son orbite avec un chiffon immonde.
- Moi, dit-il fièrement, je suis un voleur.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Henri Gougaud (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Gougaud
Henri Gougaud P2
autres livres classés : catharesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique

10 questions
843 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
. .