AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702166490
Éditeur : Calmann-Lévy (26/02/2020)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.08/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Une nuit de février 1944 à Stockholm, une prostituée est retrouvée morte, clouée au sol, par Elsie, l’une des premières femmes à être entrée dans la police suédoise. Trente ans plus tard, une autre femme est assassinée dans la même banlieue endormie. La mise en scène est identique - le viol, le cadavre, les clous. Britt Marie tente de mener l’enquête en dépit des difficultés qu’elle rencontre dans un milieu d’hommes. Malgré cela, le meurtrier récidive dans les année... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  03 mars 2020
Un premier crime est commis en 1944 à Stockholm : une jeune femme mère d'un enfant en vas âge est retrouvée assassinée sauvagement, crucifiée sur le parquet, un ustensile de ménage dans la gorge. L'auxiliaire Elsie, traitée comme du menu fretin par les policiers avec lesquels elle travaille, est surprise par le tueur qui la fait tomber dans les escaliers et la tue…
En 1971, une autre femme est assassinée de la même manière, et Britt-Marie qui n'est autre que la fille biologique, est très mal accueillie par l'inspecteur qui la cantonne à la paperasserie, elle pourtant une idée lorsqu'un deuxième meurtre est commis, mais elle disparaît mystérieusement.
Dans les années quatre-vingt, c'est la criminologue Hanne, qui fait les frais de la maltraitance policière…
Ce roman nous raconte des crimes en séries, concernant uniquement des femmes, dans un contexte où l'arrivée des femmes dans la police misogyne de l'époque est très mal acceptée. Soit on leur interdit le terrain, on les condamne à la paperasserie, soit on leur met la main aux fesses, en les écartant car elles osent se rebiffer. Et les choses vont-elles mieux quand elles sont plus nombreuses dans les années 2000 pas forcément…
Camilla Grebe étudie aussi au passage la double peine : le travail et la gestion de la maison, car les époux de ces dames ne mettent pas trop la main à la pâte…
Une belle étude de l'évolution des femmes des années quarante à nos jours, des humiliations qu'elles ont subies, de la difficulté à se faire une place : en théorie on est pour l'égalité mais en pratique c'est beaucoup moins évident.
Quant à l'enquête elle-même, elle est passionnante, la manière dont sont exposés les meurtres, les intrications avec les familles, les policiers car le coupable peut se cacher n'importe où et pourquoi disparaît-il des radars pendant des années ?
J'ai choisi ce roman car j'aime beaucoup les polars nordiques. C'est le premier roman de l'auteure que je lis et je l'ai beaucoup apprécié, car la narration est originale : avant chaque chapitre, Camilla Grebe nous propose un message, comme une lettre resituant le contexte….
Un immense merci à NetGalley et aux éditions Calmann-Lévy qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteur.
#LArchipeldeslarmes #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
Aela
  25 mars 2020
Un excellent roman policier plein de rebondissements! L'auteure Camilla Grebe, dont on a pu apprécier déjà "Un cri sous la glace" et "Le journal de ma disparition" frappe encore fort avec ce roman "L'archipel des larmes" qui lui a valu de remporter pour la 2ème fois le prestigieux prix du meilleur polar scandinave.
Une démarche féministe ici: L'action se déroule sur plus de 70 ans, entre 1944, date du premier meurtre et de nos jours.
À chaque fois, une policière interviendra et ce sera une femme différente à chaque fois.
1944; Tout commence avec un meurtre sordide commis dans le peu reluisant quartier d'Östertuna, à une quinzaine de kilomètres au nord de Stockholm. La victime est une jeune mère célibataire, qui sera clouée au sol par les mains et on retrouvera un ustensile de cuisine enfoncé dans sa bouche.
Elsie, jeune auxiliaire policière, trouvera la mort en essayant de poursuivre le coupable.
Bien des années plus tard, dans les années 70, sa fille biologique, Britt-Marie, policière aussi, sera confronté à ce même type de meurtres. Depuis la fin des années 50, les femmes sont entrées en nombre en Suède dans la police mais ont du mal à se faire une place au soleil.
Ainsi Britt-Marie est cantonnée à des tâches subalternes par son chef le commissaire Sven Fagerberg, indécrottablement misogyne et bourré de préjugés sur la "juste" place des femmes dans la société.
Britt-Marie va disparaître mystérieusement et le coupable sera toujours dans la nature...
Nouveau rebondissement dans les années 80 avec de nouveaux meurtres perpétrés selon le même rituel. Cette fois-ci, une jeune adjointe de police, Linda, trouvera la mort.
Pourquoi des femmes jeunes mères célibataires?
Qu'est-ce que cela déclenche chez le meurtrier?
C'est là qu'intervient, en 1985-1986, juste avant le meurtre du Premier Ministre Olof Palme, la jeune profileuse Hanne Lagerlind-Schön. Très différente du profil de Elsie et Britt-Marie, Hanne est issue de la haute bourgeoisie stockholmoise. Elle a fait de hautes études et elle a une certaine idée de la place que doit avoir la femme dans la police.
L'enquête va malheureusement tourner court et ce sera seulement de nos jours que tout sera élucidé avec une nouvelle policière: Malin.
L'étendue de la période considérée rend très intéressant ce livre, plus féministe que l'auteure ne l'avait prévu au départ, selon ses dires dans une récente interview.
Le livre lui a nécessité beaucoup de recherches et d'interviews de policiers et policières.
C'est toute l'évolution de la société suédoise que l'on voit aussi.
Passionnant et très actuel en ces moments de renouveau du féminisme.
On se console comme on peut à la fin du livre en constatant que la situation de la femme suédoise n'est pas vraiment franchement meilleure que celle de la femme française..
Bravo Mme Grebe, vous nous avez bien tenu en haleine et vous nous avez fait voyager dans le temps...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
missmolko1
  26 février 2020
Camilla Grebe est une de mes auteures favorites alors forcément quand un nouveau roman sort, je me jette dessus et encore une fois c'est un coup de coeur, dévoré en 24h. Et puis, c'est toujours avec plaisir que je retrouve certains personnages au fil de ses romans, il s'agit ici d'un tome 4, sa plume et son style et ses intrigues toujours aussi passionnantes. Chapeau bas à l'auteure qui ne tombe jamais dans la routine, ou dans la facilité aux fils des tomes, mais au contraire qui arrive à se renouveler et à innover avec brio.
Ce thriller est un peu particulier puisqu'il se déroule dans quatre époques différentes : les années 1940, les années 1970, les années 1980 puis de nos jours où un mystérieux tueur en série semblent frapper des femmes. Pas facile ce genre de scénario et pourtant l'auteure réalise un tour de force, celui de captiver ses lecteurs et ceux quel que soit la période décrite. Et je dois dire que c'est formidablement analyser et l'on voyage véritablement dans le temps. On y découvre avec stupeur comment les femmes ont dû se battre pour faire leur place dans la police (ce corps de métier est ici présenté mais bien évidement les femmes ont dû se battre dans bien d'autres domaines). L'évolution des moeurs prend des années et il n'est pas facile de faire évoluer les mentalités. Les hommes n'ont pas vraiment le beau rôle dans ce livre et il en prenne tous un peu pour leur grade. On sent que le mouvement #metoo a délié bien des langues et que les femmes osent aujourd'hui dénoncer (fort heureusement) des paroles / comportements qui ne devraient pas avoir lieu.
Camilla Grebe révèle dans les remerciements que ce roman lui a pris beaucoup de temps et de recherches et je ne suis pas surprise. En tout cas rien que pour ça, le livre vaut vraiment le détour, tant il est passionnant.
Niveau intrigue, encore une fois, c'est une réussite. L'enquête est bien menée à chaque époque. On découvre les moyens (ou le peu de moyens devrais-je dire) que les policiers utilisaient à l'époque. Encore une fois, c'est un impressionnant travail de recherches qui nous est présenté ici. Les meurtres font froid dans le dos et en tant que femme et maman, on s'offre quelques sueurs froides. On soupçonne bien du monde mais on est loin de la révélation finale qui nous attend.
Niveau personnage, j'ai adoré faire la courte connaissance d'Elsie, d'enquêter aux côtés de Britt-Marie que j'ai adoré et puis c'est avec un grand plaisir que j'ai découvert une Hanne toute jeune et que j'ai retrouvé Malin et Manfred de nos jours, pour une quatrième enquête.
Je n'ai qu'un mot à dire pour finir, a quand le cinquième tome ?
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Eroblin
  17 mars 2020
J'ai découvert Camilla Grebe en lisant « Un cri sous la glace » qui m'avait beaucoup plu. Aussi n'ai-je pas hésité quand j'ai vu que je pouvais lire « l'Archipel des lärmes » grâce aux Editions Calmann-Lévy et Netgalley que je remercie au passage. L'intrigue policière se déroule sur plus de 70 ans et met en lumière quatre femmes qui vont être confrontées à des meurtres suivant le même modus operandi : à l'exception de la première victime qui est mariée et a 8 enfants, toutes les autres sont célibataires avec un enfant et elles sont tuées de la plus horrible des façons, clouées au sol…
Le roman se découpe en quatre parties, la première est vite expédiée (je ne vous dirai pas pourquoi) mais le personnage d'Elsie, la jeune auxiliaire qui découvre la première victime, va hanter les esprits des trois autres femmes, notamment sa fille Britt-Marie qui se retrouve confrontée aux meurtres de cet Assassin. Est-ce la même personne ou un copy cat ? Britt-Marie devient vite obsédée par cette affaire d'autant qu'elle se sent quelque part obligée d'agir par rapport à sa mère. Mais son supérieur accepte mal sa présence dans la police, rejette ses suggestions avec mépris, considérant que sa place est à la maison. C'est ce qui est intéressant aussi dans ce roman : on voit comment les femmes ont pu, peu à peu, s'imposer dans un métier que certains considéraient comme uniquement accessibles aux hommes. On voit aussi, à travers le personnage de Hanna, l'apparition de profileuses, suscitant chez ceux qui l'écoutent un scepticisme à peine voilé. En tout cas, les années passent et les meurtres reviennent sans qu'on trouve le coupable. L'auteure nous envoie sur de fausses pistes, j'ai cru longtemps que le criminel se cachait parmi des gens hors de tout soupçons, j'ai donc été stupéfaite quand le véritable assassin nous est révélé. J'ai donc passé un très bon moment de lecture et je vous recommande ce roman.
Challenge Plumes féminines 2020
Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
celine85
  11 mars 2020
En 1944 à Stockholm une femme est morte, clouée au sol. Trente ans plus tard, une autre femme est retrouvée dans les mêmes circonstances. L'assassin des bas fonds comme il a été nommé est il de retour ? Surtout que des années plus tard, ça recommence…
Ce roman aborde aussi les difficultés des femmes policières à se faire intégrer. D'ailleurs l'enquête ne leur porte pas chance !
Je suis plutôt mitigée sur le retour de ce polar suédois (eh oui il semblerait que je sois la seule selon les autres avis que j'ai pu lire, j'assume :D ) L'enquête est intrigante : comment expliquer l'écart entre la première victime et la dernière, un coupable, deux ?, quel âge ? pourquoi ces femmes là ?... le suspense est là, rien à redire sur ce point. Une chose m'a un peu dérangé : comme les faits se renouvellent, on a une impression de répétition qui m'a lassé un peu, surtout qu'ils reviennent à chaque fois sur les précédentes victimes.
J'avais un peu plus apprécié « un cri sous la glace » et « le journal de ma disparition » de Camilla Grebe
#LArchipeldeslarmes #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
SabeneaSabenea   02 avril 2020
Ce récit n’allait pas venir allonger la liste de ces textes qui me donnent la nausée, de ces bouquins qui élèvent des monstres au rang de rock stars : Dans la tête d’un tueur en série, Conversation avec un tueur en série, A la recherche de..., etc. Non. Ce récit allait traiter de ceux qui ont essayé de l’arrêter ; des femmes devenues ombres qui n’ont jamais pu vivre leur vie. Des femmes dont les espoirs se sont dissous en un archipel de larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Beatrice258Beatrice258   30 mars 2020
Sous son bras, elle a roulé le journal qu'elle vient de lire. Il renferme un long reportage sur les sœurs françaises Christine et Léa Papin qui tuèrent de sang-froid leur patronne et sa fille avant de leur arracher les yeux.
Mais Elsie est déjà en train d'oublier le récit des sœurs meurtrières. Elle offre son visage au soleil, ferme les yeux et inspire l'odeur des bois et d'Aqua Vera d'un homme qui la dépasse d'un pas vif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Beatrice258Beatrice258   30 mars 2020
Onze ans, après la disparition de Britt-Marie, l'assassin des bas-fonds, sort à nouveau de son sommeil, donnant libre cours à cette haine irrépressible.
Le destin d'une nouvelle jeune femme bascule, de la main de cet inconnu.
Alors la traque reprend : la chasse au mal, à l'assassin. Et on se remet à chercher Britt-Marie, cette femme qui demeure un mystère.
Et, à Ostertuna, les ténèbres s'épaississent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Beatrice258Beatrice258   30 mars 2020
Je pourrais bien sûr vous raconter ce qui arrive à Britt-Marie, mais ce serait anticiper. Je puis néanmoins vous donner quelques indices : elle sort dans la nuit noire, le sac à la main. La pluie a redoublé, ses cheveux trempés collent à ses joues, et des filets d'eau froide dégoulinent le long de sa nuque.
Arrivée au parc Berlin, elle ne voit quasiment rien, elle parvient à peine à distinguer la statue de la mère qui allaite son enfant près des balançoires. Pourtant il lui semble apercevoir quelqu'un, une silhouette appuyée contre un tronc d'arbre. Et plus elle s'approche, plus elle en est sûre.
Il y a bien quelqu'un.
Le mal a-t-il un visage ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
profileuse_criminal_lectriceprofileuse_criminal_lectrice   28 mars 2020
" Nous les humains,nous sommes comme n'importe quel animal.Nous exerçons notre pouvoir sur tout ceux qui représente une menace,parce que nous le pouvons,et nous le voulons."
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Camilla Grebe (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Grebe
Vous vous êtes toujours demandé quel était le lieu idéal pour lire un livre, se commettre un crime ou encore pour se débarrasser d'un corps ? Nous aussi, c'est pourquoi nous avons posé la question à Camilla Grebe
BePolarTV est la première WebTV consacrée exclusivement au polar. le site www.bePolar.fr propose de l'actu sur les romans, films, BD, séries TV polars, ainsi que des dossiers thématiques comme La petite Histoire du Polar, San Antonio, le Prix SNCF du Polar, etc.
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LE JØURNAL DE MA DISPARITIØN (Camilla Grebe)

Malin est originaire ...

de Stockholm
d'Ormberg
de Bosnie

12 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Le jøurnal de ma disparitiøn de Camilla GrebeCréer un quiz sur ce livre
.. ..