AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081451808
Éditeur : Flammarion (11/09/2019)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
«There is no society» : la société, ça n’existe pas. C’est en octobre 1987 que Margaret Thatcher prononce ces mots. Depuis, son message a été entendu par l’ensemble des classes dominantes occidentales. Il a pour conséquence la grande sécession du monde d’en haut qui, en abandonnant le bien commun, plonge les pays occidentaux dans le chaos de la société relative. La rupture du lien, y compris conflictuel, entre le haut et le bas, nous fait basculer dans l’a-société. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
BurjBabil
  19 décembre 2019
Le géographe Christophe Guilluy travaille depuis plusieurs années sur la « France périphérique ». Selon ce chercheur, on assiste depuis quelques années à la montée d'une critique globale de la mondialisation par la classe moyenne occidentale.
Son livre mesure, explique les ressorts qui animent cette « France périphérique », mise à mal par la mondialisation.
Le titre du livre fait référence au célèbre « there is no such thing as society » de Mme Thatcher en 1987 rapporté dans un magazine anglais qui poursuivait ainsi : « Nous sommes arrivés à une époque où trop d'enfants et de gens (...) rejettent leurs problèmes sur la société. Et qui est la société? Cela n'existe pas! Il n'y a que des individus, hommes et femmes, et des familles ».
Une bonne partie de la philosophie du programme libéral qui allait déferler sur l'Europe sociale héritée de l'après-guerre est énoncée ici.
Ce livre est fort bien écrit, les exemples sont tirés de la vie concrète des vrais gens, par opposition à ceux qui occupent (terme choisi avec précision) la scène politico médiatique. Les mécanismes de vote, de raisonnement et de décision des grandes catégories disséquées par l'auteur sont systématiquement contextualisés et replacés dans le cadre de ses études de géographe qui s'apparentent souvent à de la sociologie.
Il transforme certes des comportements individuels en généralités et à ce titre pourrait être critiqué mais globalement on retrouve les ressorts qui animent notre pays aujourd'hui. Lorsqu'on songe que ce livre a été écrit avant la crise des gilets jaunes, ses analyses revêtent une intensité particulière.
Des chiffres sont donnés, essentiellement issus des travaux universitaires de l'auteur mais il convoque également d'autres études, livres ou personnalités pour l'occasion.
A titre personnel, me défiant des chiffres auxquels on peut faire dire n'importe quoi, j'ai apprécié le sourçage systématique en fin d'ouvrage (plusieurs dizaines de pages). Pour ce genre d'essai vulgarisateur qui se veut plus qu'un moyen de prise de conscience (la plupart des lecteurs ont déjà perçu l'arnaque à l'oeuvre actuellement) il est utile de pouvoir creuser, retrouver tous les chiffres utilisés à la démonstration. Ainsi les discussions ultérieures autour de ce sujet pourront être avantageusement étoffées pour des non spécialistes.
La principale force de cet ouvrage réside dans cet équilibre entre précision et lisibilité.
Un très bon livre donc et il est dommage que l'auteur intervienne si peu dans les débats actuels, cela nous changerait des marionnettes médiatiques et autres perroquets élevés aux éléments de langages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   15 décembre 2019
Nous n'avons plus affaire à un monde d'en haut qui défendrait l'ordre ancien, l'autorité, les cadres nationaux, mais à une nouvelle bourgeoisie cool qui a choisi la sécession. Le sacrifice de la classe moyenne occidentale sur l'autel de la mondialisation n'était que la première étape d'un processus qui allait conduire le monde d'en haut à abandonner les modèles et valeurs communs qui cimentaient les sociétés occidentales. Pour la première fois, la classe dominante et ses relais médiatiques, culturels, universitaires ne parlent ni au nom de, ni contre les classes populaires, puisque celles-ci sont désormais sorties de l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BurjBabilBurjBabil   19 décembre 2019
C'est dans ce contexte explosif que le monde d'en haut choisit la sécession, l'abandon du bien commun accentuant son repli ; une rupture historique qui nous fait entrer dans le temps de l'a-société.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christophe Guilluy (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Guilluy
Christophe Guilluy - Entretien "No society" dans Du grain à moudre (2018).
autres livres classés : sociétéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre