AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alain Bouldouyre (Illustrateur)
EAN : 9782259204095
736 pages
Plon (16/04/2009)
4.05/5   30 notes
Résumé :
Personne n'est indifférent aux langues humaines, dont l'apparition, aux aurores de notre espèce, est ce qui a permis à ses membres de nouer des relations sociales qu'aucune autre espèce animale ne connaît. Ceux et celles qui n'aiment pas les langues, parce que la difficulté d'apprendre certaines d'entre elles les rebute, trouveront dans ce Dictionnaire, sinon des raisons de les aimer, du moins assez de matière pour rester étonnés devant tout ce que les langues nous ... >Voir plus
Que lire après Dictionnaire amoureux des languesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique

Quelle belle invention que cette collection des "dictionnaires amoureux de..." C'est à Jean-Claude Simoën que nous devons cette idée lumineuse, car c'est bien lui qui a créé, en l'an 2000, cette collection qu'il dirige avec Ghislaine Bavoillot. En 18 ans, 105 titres sont parus, depuis le tout premier sur la chasse au tout dernier relatif au jazz. C'est ce que les Américains appellent une "success story" : 250.000 ouvrages vendus chaque année ou une moyenne de 30.000 exemplaires par titre ! le champion en a été l'incontournable et unique Bernard Pivot avec un ouvrage sur un thème cher au palais et au coeur des Français..... le vin, en 2006, presque 150.000 exemplaires d'écoulés sans problèmes.
Il est difficile de trouver un sujet qui n'a pas fait l'objet d'un dictionnaire amoureux.

Ce sont, en effet, des bouquins dont on est fier de pouvoir rajouter un exemplaire dans sa bibliothèque, comme moi tout récemment avec le "Dictionnaire amoureux de la Belgique" par Jean-Baptiste Baronian ou de garder sur sa table de nuit pour le plaisir de consultation fréquente, comme celui des langues de Claude Hagège.

Le choix des mots pour désigner avant tout une idée abstraite mais même tout simplement une réalité concrète et voire des objets, nous apprend énormément sur le caractère et l'état d'esprit d'un peuple. C'est par la même occasion une bonne leçon de relativiser certaines notions. Il n'y a point besoin d'être polyglotte ou ouvert à des langues étrangères pour fureter avec joie dans cet ouvrage et faire des découvertes intéressantes et parfois même loufoques.

Comme linguiste Claude Hagège est un phénomène. Lors de son passage dans l'émission de notre cher Bernard Pivot, il a même réussi à stupéfier le maître de séance, qui avec ses vastes connaissances des femmes et hommes de lettres n'est pourtant pas si vite étonné.

Toujours pas convaincu ? Que pensez-vous alors de la beauté des variations linguistiques de notre expression "quand les poules auront des dents" par exemple, qui donne
- en Italien : "quando gli asini voleranno" = quand les ânes voleront ;
- en Espagnol : "cuando las ranas crien pelos" = quand les grenouilles auront des poils ;
- en Néerlandais : "wanneer de kalveren op het ijs dansen" = quand les veaux danseront sur la glace et
- en Anglais : "pigs might fly" = les cochons pourraient voler (page 310).

L'ouvrage dense de 727 pages contient, bien entendu, beaucoup plus que quelques traductions marrantes. L'auteur a beau qualifier dans la préface son oeuvre comme "une promenade sentimentale", il n'en demeure qu'elle couvre tellement d'aspects et de langues qu'il est virtuellement exclu pour le lecteur d'en trouver qui ne soient pas couvertes. Outre les langues indo-européennes dont nous savons l'existence et que certains d'entre nous comprennent et parlent plus ou moins bien, il y a toutes celles dont nous ne soupçonnons même pas qu'elles existent. Certaines ont un tout autre alphabet ou système de signes et il y a des langues uniquement parlées que l'on ne puisse confier au papier. Puis il y a celles qui ont une version écrite, quoique parfois primitive et sans grammaire. Bref, les différences et variations linguistiques ne connaissent quasiment pas de limites.

Si je peux me permettre une petite anecdote au coeur de l'Europe. Au début que j'habitais le Grand-Duché de Luxembourg, la grammaire du Luxembourgeois n'était pas encore achevée, aussi bien que les pubs que l'on trouvait dans sa boîte aux lettres différaient de village en village. Les raisons de cette disparité étaient simplement politiques. le Luxembourgeois, un idiome Francique mosellan ("Moselfrankisch" en Allemand), comme d'ailleurs la langue parlée en Lorraine mosellane, est très proche de l'Allemand et est compris par tous, or comme l'Allemagne a occupé à plusieurs reprises le pays, il était impossible de choisir la langue de Goethe comme langue officielle et il a été opté pour le Français, bien que dans les petits villages surtout les personnes âgées eussent des difficultés avec la langue de Molière.

Claude Hagège avant de terminer ce magnifique ouvrage en 2009 avait déjà publié toute une oeuvre . Dans la bibliothèque virtuelle de Babelio vous trouverez 15 ouvrages et la liste n'est pas complète. Je me limite ici à 4 de ses livres "Le souffle de la langue" (2000), "Halte à la mort des langues" (2002), dans la collection Que Sais-je "La structure des langues" (1999) et plus récemment "C'est quoi le langage ?" (2015).

Ce professeur honoraire au Collège de France est un "maitre-polyglotte", qui a des connaissances dans une cinquantaine de langues, parmi lesquelles l'Arabe, le Mandarin, l'Hébreu, le Russe, l'Hongrois, le Turc, le Persan, le Malais, l'Hindi, le Malgache, le Peul, le Japonais, etc.
Que l'on peut lui faire confiance en matière linguistique est une lapalissade et son Dictionnaire amoureux un vrai régal !

PS : En couverture figure le tableau célèbre de Pieter Breughel l'Ancien "la Tour de Babel" (1568), symbole de notre site préféré !

Commenter  J’apprécie          486
Livre qui traîne depuis un bon bout de temps sur ma table de chevet. Feuilleté par ci - par là; tantôt repris avec l'enthousiasme, tantôt reposé avec ennui.
le moins que l'on puisse dire, ce que c'est un ouvrage qui porte bien son nom. Ecrit par un linguiste amoureux des langues (ah, que ça se voit...avec quelle délectation Hagège peut discourir sur, par exemple, "la suavité très doucement tonitruante de la voyelle i" dans le mot "bambino"...!) et destiné, de toute évidence aux mêmes "fous" que l'auteur lui-même.

Classées par l'ordre alphabétique, les entrées de cet "étrange" dictionnaire se suivent selon la bonne volonté de l'auteur; ce sont presque des mini-essais sur les sujets très variés concernant les langues.

Nous n'avons pas exactement la même perception des choses selon la langue parlée - personnellement, il m'est arrivé d'innombrables fois de faire "faute de mieux", n'arrivant pas à "calquer" mon idée exacte sur le français ! Il y a des mots qui manquent, d'autres qui sont en trop, mais ce ne sont toujours pas les bons, les "vrais", en quelque sorte...

Hagège se penche sur la grammaire, la phonétique, sur la beauté des langues, la prononciation et l'intonation, aborde un peu leur histoire, fait des essais comparatifs, parle des langues aussi variées que le Basque, Chti, Navaho, Islandais, Tagalog...
Bref, il partage avec le lecteur ce qui lui fait envie, et ce qui lui passe par la tête, j'en ai l'impression.

C'est vrai que chaque langue a sa musique et sa philosophie !
C'est vrai que de traduire bien un livre peut se révéler coriace !
Si ce "dictionnaire" manque un peu de système, il est d'autant plus sympathique à parcourir pour sa dose des surprises !
Il y a aussi des illustrations, certes, affreuses, mais qui rompent agréablement la cavalcade effrénée des connaissances qui veut faire partager Claude Hagège.
Commenter  J’apprécie          286
Hagège est un des rares linguistes qui, comme Chomsky, a conquis une certaine notoriété médiatique.Mais il l'a conquise en tant que linguiste et amant des langages, non comme idéologue sorti de son domaine. Se prêtant à la forme heureuse du "dictionnaire amoureux", doublement appropriée pour les langues, il propose un voyage dans les mots et les systèmes de pensée que chaque langage constitue : chacun d'eux est une façon de voir le monde, chacun d'eux est aussi un monde à soi seul. Son livre propose un divertissement studieux et fournit une série de grands plaisirs de curiosité à ceux qui se délassent des discours figés de la propagande en en étudiant la rhétorique ou le vocabulaire. Résister en s'amusant, qu'y a-t-il de mieux ?
Commenter  J’apprécie          171
De A à Z (ou plutôt de A à V...), j'ai lu ce dictionnaire amoureux de bout en bout, bien que cela ne soit pas nécessaire à sa compréhension. Car, comme un recueil de nouvelles, les articles sont ici indépendants.
Certains drôles, certains plus longs que d'autres, Claude Hagège nous fait découvrir ce qui rend les langues humaines si magiques. Elles sont vivantes, puisqu'elles peuvent mourir et elles ont une histoire, elles évoluent. Et puis, bien que toutes parlées par des membres de la même espèce, chacune à sa particularité, son petit plus qui la rend plus apte à décrire certains phénomènes ou comportements.
Bien sûr, il ne s'agit pas là d'une encyclopédie purement factuelle, c'est un dictionnaire *amoureux*, rappelons-le. L'auteur nous fait partager sa passion et n'hésite pas à faire passer quelques opinions de-ci, de-là, sur les langues en dangers ou la "suprématie" de l'anglais. Seul point négatif à mon avis, l'auteur abuse un peu des virgules dans des phrases longues, ce qui nuit légèrement à la lisibilité. Mais bon, les amoureux des langues sont ainsi faits qu'ils aiment à user de tous leurs charmes, quels qu'ils soient...
Commenter  J’apprécie          110
Claude Hagège est l'un de nos linguistes les plus célèbres et les plus érudits. En 2009, il a publié ce livre dans la plaisante collection des dictionnaires amoureux. Comme tout dictionnaire, il n'est pas censé être lu intégralement dans l'ordre alphabétique. C'est pourtant ce que j'ai fait, mais en plusieurs fois. J'ai trouvé que le sujet et la manière de le traiter sont passionnants.
Ce qui frappe d'abord, c'est l'infinie diversité des langues et, aussi, l'étendue de leur connaissance par l'auteur. Celui-ci est capable de comparer une tournure d'une langue asiatique ou européenne, à une autre utilisée dans un obscur dialecte africain, dont je ne savais a priori rien du tout. De plus, on est stupéfait par l'extraordinaire ingéniosité de l'esprit humain, qui arrive à s'exprimer oralement d'une manière si variée.
On apprend beaucoup en lisant cet ouvrage très stimulant. Malheureusement, on risque aussi d'oublier vite la quasi-totalité de ce qu'on a appris…
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Mais les langues ne sont pas seulement des agencements de sons. Elles sont aussi de géniaux dispositifs à produire du sens, au moyen de formes soumises à des règles, et ordonnés en phrases. Ce miracle est assez pour qu'on s'en puisse éprendre. Mais d'autres dimensions rendent les langues aimables : leurs fascinante diversité, leur rôle social, leur utilisation pour convaincre, informer, ordonner ou aimer, leur statut d'enjeu des luttes qui sont conduites ici et là pour l'affirmation d'une identité ou d'une solidarité nationale, leurs histoires tourmentées, souvent violentes, leurs précarité de faits culturels menacés de déclin, sinon d'extinction. Et beaucoup d'autres aspects encore.
Commenter  J’apprécie          170
Sur le plan phonétique, cette sclérose est irréversible. Ainsi s'explique qu'au-delà de onze ans, même si l'acquisition de la grammaire et du vocabulaire d'une nouvelle langue demeure largement ouverte, la prononciation ne peut plus être celle des locuteurs naturels de la langue que l'on apprend. On aura donc un "accent", comme celui des Russes en français, des Turcs en allemand, des Arabes ou des Bengalis en anglais.


....c'est mon cas - j'ai donc une sclérose des synapses et c'est sans espoir, dommage !
Commenter  J’apprécie          178
À l'article Navajo (langue des indiens du même nom) : (...) beaucoup de verbes usuels n'ont littéralement pas d'expression en soi. Ainsi, alors que la plupart des langues ont un verbe "donner", le navajo (...) propose une vingtaine de verbes différents selon que l'on donne un objet souple, comme une lanière, long, comme un bâton, susceptible d'être rassemblé en paquet, comme du foin (...). L'étude des langues nous apprend à embrasser la diversité des modes d'appréhension du monde : ce qui paraît insignifiant aux uns est capital pour les autres, ce que la langue des uns ne mentionne même pas, celle des autres en décrit sans répit les plus menus détails.
Commenter  J’apprécie          80
Inuit : (...) les inuits vivent dans des conditions dont on peut se représenter la rudesse, par un climat qui atteint couramment -45°C, sur une calotte glaciaire qui n'offre aucune végétation. L'absence de repères, les incessantes variations de lumière, les forces oppressives de la nature contre lesquelles ces hommes sont en lutte constante, tel est l'ordinaire de leur existence. De là les efforts permanents pour défendre et maintenir la vie, au milieu d'une faune dont ils ne tirent assistance, mais aussi subsistance, que moyennant un travail opiniâtre de chaque jour. Les inuits ont donc déployé des merveilles d'imagination et de raffinement pour investir l'immense poésie dont ils sont capables dans le bien le plus précieux qu'ils possèdent : leur langue.
Commenter  J’apprécie          60
Divers noms de langues australiennes du sud du pays, comme le wembawemba, le jodajoda, le madimadi ou le wadiwadi, sont, en fait, des dénégations avec répétition du mot négatif, c'est-à-dire signifient, dans les langues en question, "non non !", pour la simple raison que les usagers, interrogés, ne comprenaient pas ce que les étrangers demandaient, et le manifestaient ainsi !
(Noms des langues, p. 498)
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Claude Hagège (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Hagège
Les Lundis du Collège de France à Aubervilliers 2007-2008 Conférence du lundi 4 février 2008 : Variations autour de « Carnaval »
Intervenant(s) : Claude Hagège
Retrouvez toutes les conférences : https://www.college-de-france.fr/site/conferences-exterieur/Les-conferences-a-Aubervilliers.htm
Le Collège de France est une institution de recherche fondamentale dans tous les domaines de la connaissance et un lieu de diffusion du « savoir en train de se faire » ouvert à tous. Les cours, séminaires, colloques sont enregistrés puis mis à disposition du public sur le site internet du Collège de France.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530 LinkedIn : https://fr.linkedin.com/company/collègedefrance
+ Lire la suite
autres livres classés : dictionnaireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (90) Voir plus



Quiz Voir plus

Anecdotes sur les langues du monde (difficile mais amusant)

Si un néerlandophone vous dit que vous semblez "avoir reçu un coup de moulin", que cherche-t-il à dire ?

Que vous avez reçu un coup de téléphone.
Que vous avez eu de la malchance.
Que vous êtes fou.

8 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Dictionnaire amoureux des langues de Claude HagègeCréer un quiz sur ce livre

{* *}